Archive

Archive for décembre 2013

thierry Ehrmann: En avant première, le classement inédit et exclusif de Janvier 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon avec l’engagement logarithmique

thierry Ehrmann: En avant première, le classement inédit et exclusif de janvier 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon avec l’engagement logarithmique

thierry Ehrmann: En avant première, le classement inédit et exclusif de janvier 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon avec l’engagement logarithmique

Pour rappel : Le Journal des Arts (Artnewspaper, Il Giornale del Arte… etc.) qui est la Bible de l’actualité de l’art et de son marché à travers le monde a établi un palmarès des grandes villes d’art. Les vainqueurs sont Lyon, en tête, suivie de Bordeaux puis Strasbourg.

Pour l’Engagement Logarithmique (implication des membres sur l’acteur culturel) contrairement aux prévisions basées sur l’évènement à caractère international de la Fête des Lumières (plus de 3 millions de visiteurs). Cette dernière a franchi la barre mythique des 50 000 «J’aime» correspondant, dans le cadre des acteurs culturels, à un niveau d’échelle européenne. Pour autant son engagement logarithmique n’est pas à la hauteur de l’évènement. Contrairement aux Nuits Sonores qui sont aussi un évènement annuel mais qui maintiennent un score global de haut niveau.

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon connait une progression constante tant en nombre de «j’aime» qu’en progression de l’Engagement Logarithmique. Cela peut s’expliquer par l’implication de sa directrice : Sylvie Ramond, qui à l’échelon national a su très rapidement impliquer pleinement les réseaux sociaux à la dimension de son musée dont la réputation est internationale. Tout laisse à penser au regard des chiffres qu’il sera au cours du 1er semestre 2014, a minima numéro 2 du classement, voir numéro 1.

Le classement de février 2014 sera en ligne la dernière semaine de janvier 2014. Cette liste ne prend en compte que le nombre de «J’aime» et de «personnes en parlent» sur les pages officielles Facebook en français des acteurs culturels cités.

Une analyse poussée tant sur le Grand Lyon que sur les acteurs culturels nationaux démontre sans ambiguïté sur le secteur de la Culture que Facebook est le seul réseau social à être corrélé au volume de visiteurs. A contrario d’autres secteurs économiques, Twitter et Google+ ne constituent pas un référent fiable pour mesurer l’empreinte des réseaux sociaux.
Depuis quelques années, les sociologues se sont emparés de Facebook comme d’un outil de sondage infiniment supérieur à un bus IPSOS/CSA/TMO/SOFRES/BVA/IFOP dont l’échantillonnage n’excède rarement 1000 personnes représentatives de la population française. Chaque semaine, un grand media national mesure à partir de Facebook un secteur économique ou un classement de personnalités publiques.

Un exemple récent nous est donné par le classement du baromètre Augure.com qui classe les maires les plus influents sur Internet avec Christian Estrosi, Maire de Nice en numéro un et Gérard Collomb, Maire de Lyon en numéro trois, et qui apparaît en numéro un dans le classement national des Maires socialistes.

Nous avons donc pris les 20 acteurs culturels du Grand Lyon qui sont par nature de véritables marqueurs et E.R.P (Etablissement Recevant du Public). Nous avons volontairement choisi les Beaux-Arts, l’Art Contemporain, le Théâtre, la Danse, la Musique, le Cinéma, Le Livre.

Ce classement exclusif met en lumière, la politique culturelle du Grand Lyon sur une période prolongée. La méthodologie retenue a été de prendre l’intégralité des évènements et/ou acteurs culturels et de ne garder que ceux qui possèdent une page officielle Facebook.
Une abondante littérature sur les réseaux sociaux et la culture nous permettent de mois en mois d’affiner nos classements et notations. Le «J’aime», selon les principaux bureaux d’études, constitue bien la colonne vertébrale sur Facebook de l’acteur culturel.

On peut noter que la contre-culture véritable, engagée dans un combat arrive au premier rang, face à des machines de guerre dotées d’un budget de plusieurs millions d’euros par an. 🙂

Pour terminer, les chercheurs, l’ensemble de l’équipe du Musée l’OrgAne et le département d’économétrie du groupe Serveur et d’Artprice, ont mis en lumière une pertinence par ces classements qui peuvent déranger mais qui n’ont en aucun cas, la volonté d’établir un quelconque classement qualitatif.

thierry Ehrmann : merci aux 90 000 Fans qui suivent en live les aventures artistiques de la Demeure du Chaos sur Facebook

thierry Ehrmann : merci aux 90 000 Fans qui suivent en live les aventures artistiques de la Demeure du Chaos sur Facebook

thierry Ehrmann : merci aux 90 000 Fans qui suivent en live les aventures artistiques de la Demeure du Chaos sur Facebook

Merci aux 90 000 amis qui suivent les aventures artistiques de la Demeure du Chaos sur Facebook.
Partagez, likez, la page officielle facebook de la Demeure du Chaos/Abode of Chaos https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

MERCI aux 90 000 fidèles qui suivent chaque jour, avec passion, les aventures artistiques de la Demeure du Chaos mais aussi tout le fil de l’actu mondiale 24/24 avec une info non censurée dans laquelle nous essayons d’amener du sens, du savoir et de l’investigation et un peu d’humour et de tendresse dans ce monde Chaotique … Il faut savoir que derrière chaque « post », un vrai débat s’organise entre nous pour vous transmettre une information que les masses médias ne parviennent pas à retranscrire, étant eux même victimes essentiellement de l’autocensure et du politiquement correct. Selon Facebook, le calcul de l’audience globale est de 104 personnes  xNb likes soit 9,36M.

A très bientôt pour les 100 000 fait de celles et ceux qui nous encouragent et puisque la Demeure du Chaos est dadaïste, et donc enragée, nous sommes allés titiller les 2 pages officielles Facebook du P.S. et de l’U.M.P. qui, comme chacun le sait, sont censés représenter la majorité des français.

Surprise le P.S. a 75 330 « likes » (avec 3 269 « personnes en parlent ») et l’U.M.P. 71 975 « likes » (avec 5463 « personnes en parlent »). Je propose donc que le Parti Républicain du Chaos (PRC) soit reconnu par les instances républicaines de part ses 90 027 Likes et (19 836 personnes en parlent). Voir plus bas la notion d’empreinte logarithmique = Log(Nb personnes en parlent x100/ log Nb likes) propre aux réseaux sociaux pour détecter les anomalies et/ou performances réelles.
thierry Ehrmann: Pour ceux et celles qui découvrent La Demeure du Chaos – The Abode of Chaos par cette page aujourd’hui pour la 1ère fois et qui veulent comprendre la démarche artistique et la philosophie de la Demeure du Chaos depuis 14 ans : je vous invite
à lire gratuitement l’intégralité de l’Opus IX de la Demeure du Chaos et le lien pdf gratuit des 504 pages format 30 x 30 cm (4,5kg). http://blog.ehrmann.org/pdf/demeureduchaos-abodeofchaos-opus-IX-2013.pdf .

Attention, il faut compter un temps de téléchargement de 30 secondes à 1 min maximum selon votre connexion 3G, WI-FI ou fixe.(en 4 G avec seulement 2 barres de réception 14 secondes)

En mode feuilletage comme un vrai livre dans un fauteuil… :
http://issuu.com/demeureduchaos/docs/demeureduchaos-abodeofchaos-opus-ix-1999-2013

En format livre texte bilingue format 30 x 30 cm (4,5kg) prix coutant :29,90€ à La Demeure du Chaos – The Abode of Chaos

– ports inclus à la charge de la Demeure du Chaos.
http://www.amazon.fr/Opus-Demeure-Chaos-Abode-Revelation/dp/2914674104
Free download of the entire Abode of Chaos’ Opus IX (504 pages

thierry Ehrmann : merci aux 90 000 amis qui suivent les aventures artistiques de la Demeure du Chaos sur Facebook

thierry Ehrmann : merci aux 90 000 amis qui suivent les aventures artistiques de la Demeure du Chaos sur Facebook

Nelson Mandela painted portrait 1918-2013 by Abode of Chaos / La Demeure du Chaos by thierry Ehrmann

http://www.flickr.com/photos/40936370@N00/4767586210/in/photolist-8gi8hf-8DCD8U-8CQbm6-8Dzw6D-8nbPxn-8poCrz-8neWGQ-8prNJG-8nbPyR-8nxwhw-8poCpZ-8nbPAV-8nZHrs-8poCoP-8nZHqC

Photographs free of copyright – Photos libres de droit de reproduction

https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999?filter=3

https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999?hc_location=timeline

Nelson Rolihlahla Mandela, dont le nom du clan tribal est « Madiba », né le 18 juillet 1918 à Mvezo (Union d’Afrique du Sud) et mort le 5 décembre 2013 à Johannesburg, est un homme d’État sud-africain ; il a été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique d’apartheid avant de devenir président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non raciales de l’histoire du pays.

Nelson Mandela entre au Congrès national africain (ANC) en 1944, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci. Devenu avocat, il participe à la lutte non violente contre les lois de l’apartheid, mises en place par le gouvernement du Parti national à partir de 1948. L’ANC est interdit en 1960, et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l’ANC, Umkhonto we Sizwe, en 1961, qui mène une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires. Le 12 juillet 1963, il est arrêté par la police sud-africaine sur indication de la CIA, puis est condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité lors du procès de Rivonia. Dès lors, il devient un symbole de la lutte pour l’égalité raciale et bénéficie d’un soutien international croissant.

Après vingt-sept années d’emprisonnement dans des conditions souvent très dures, Mandela est relâché le 11 février 1990, et soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime d’apartheid et jeté les bases d’une nouvelle Afrique du Sud démocratiqueN 1.

Après une transition difficile où de Klerk et lui évitent une guerre civile entre les partisans de l’apartheid, ceux de l’ANC et ceux de l’Inkhata à dominante zoulou, Nelson Mandela devient le premier président noir d’Afrique du Sud en 1994. Il mène une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs ; il lutte contre les inégalités économiques, mais néglige le combat contre le sida, en pleine expansion en Afrique du Sud. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique active, mais continue à soutenir publiquement le Congrès national africain tout en condamnant ses dérives.

Impliqué par la suite dans plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ou le sida, élevé au rang de patrimoine commun de l’humanité1, il demeure une personnalité mondialement écoutée au sujet des droits de l’homme et est salué comme le père d’une Afrique du Sud multiraciale et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel », même si le pays reste confronté à de graves problèmes d’inégalités économiques, de tensions sociales et de replis communautaires.

Nelson Rolihlahla Mandela (Xhosa pronunciation: [xoˈliːɬaɬa manˈdeːla]) (18 July 1918 – 5 December 2013) was a South African anti-apartheid revolutionary and politician who served as President of South Africa from 1994 to 1999. He was the first black South African to hold the office, and the first elected in a fully representative, multiracial election. His government focused on dismantling the legacy of apartheid through tackling institutionalised racism, poverty and inequality, and fostering racial reconciliation. Politically an African nationalist and democratic socialist, he served as the President of the African National Congress (ANC) from 1991 to 1997. Internationally, Mandela was the Secretary General of the Non-Aligned Movement from 1998 to 1999.

A Xhosa born to the Thembu royal family, Mandela attended the Fort Hare University and the University of Witwatersrand, where he studied law. Living in Johannesburg, he became involved in anti-colonial politics, joining the ANC and becoming a founding member of its Youth League. After the Afrikaner nationalists of the National Party came to power in 1948 and began implementing the policy of apartheid, he rose to prominence in the ANC’s 1952 Defiance Campaign, was elected President of the Transvaal ANC Branch and oversaw the 1955 Congress of the People. Working as a lawyer, he was repeatedly arrested for seditious activities and, with the ANC leadership, was prosecuted in the Treason Trial from 1956 to 1961 but was found not guilty. Although initially committed to non-violent protest, in association with the South African Communist Party he co-founded the militant Umkhonto we Sizwe (MK) in 1961, leading a bombing campaign against government targets. In 1962 he was arrested, convicted of sabotage and conspiracy to overthrow the government, and sentenced to life imprisonment in the Rivonia Trial.

Mandela served 27 years in prison, first on Robben Island, and later in Pollsmoor Prison and Victor Verster Prison. An international campaign lobbied for his release, which was granted in 1990 amid escalating civil strife. Becoming ANC President, Mandela published his autobiography and led negotiations with President F.W. de Klerk to abolish apartheid and establish multiracial elections in 1994, in which he led the ANC to victory. He was elected President and formed a Government of National Unity in an attempt to defuse ethnic tensions. As President, he promulgated a new constitution and initiated the Truth and Reconciliation Commission to investigate past human rights abuses. Continuing the former government’s liberal economic policy, his administration introduced measures to encourage land reform, combat poverty, and expand healthcare services. Internationally, he acted as mediator between Libya and the United Kingdom in the Pan Am Flight 103 bombing trial, and oversaw military intervention in Lesotho. He declined to run for a second term, and was succeeded by his deputy, Thabo Mbeki. Mandela subsequently became an elder statesman, focusing on charitable work in combating poverty and HIV/AIDS through the Nelson Mandela Foundation.

Mandela was a controversial figure for much of his life. Right-wing critics denounced him as a terrorist and communist sympathiser. He nevertheless gained international acclaim for his anti-colonial and anti-apartheid stance, having received more than 250 honours, including the 1993 Nobel Peace Prize, the US Presidential Medal of Freedom, and the Soviet Order of Lenin. He is held in deep respect within South Africa, where he is often referred to by his Xhosa clan name, Madiba, or as Tata (« Father »); he is often described as « the father of the nation ». Mandela died following a long illness on 5 December 2013 at his home in Johannesburg.