Archive

Archive for the ‘2022’ Category

Artprice présente le classement n°37 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2022/06/13 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (4 juin 2022 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artmarket.com publie le Rapport du Marché de l’Art Artprice 2021 : +60% de CA, changement de paradigme avec l’arrivée des NFTs

2022/03/16 Commentaires fermés

Ce 24ème Rapport Annuel du Marché de l’Art offre une lecture mondiale des ventes publiques de fine art – peinture, sculpture, dessin, photographie, estampe, vidéo, installation, tapisserie – et NFT, à l’exclusion des antiquités, des biens culturels anonymes et du mobilier. Il couvre la période entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2021.

Tous les prix indiqués dans ce rapport se référent aux résultats de ventes aux enchères publiques, frais acheteurs inclus. Toute mention $ fait référence au dollar américain.

Le bilan du Marché de l’Art 2021 s’achève avec bonheur et brio, en espérant mettre fin à une tragédie historique par cette pandémie qui restera gravée à jamais dans l’histoire du monde moderne.

Les chiffres sont là, avec une évolution spectaculaire du chiffre d’affaires de +60 % du Marché de l’Art par rapport à 2020 et ce malgré la poursuite de la pandémie. La dématérialisation intégrale du Marché de l’Art sur Internet domine désormais sur l’ensemble des 5 continents, reléguant les salles de ventes physiques à l’histoire du XXème siècle.

L’arrivée sur Internet des Maisons de Ventes aux enchères avec les ventes en live a progressé de 720 % dans le monde sur ces deux années de pandémie COVID. Un tel chiffre était normalement attendu pour 2025-2027.

Artprice by Artmarket est heureuse d’annoncer la publication de son 24ème Rapport du Marché de l’Art en 2021, disponible gratuitement, en intégralité et en trois langues, en ligne ainsi qu’en version PDF :

Français : https://imgpublic.artprice.com/pdf/le-marche-de-lart-en-2021.pdf
Anglais : https://imgpublic.artprice.com/pdf/the-art-market-in-2021.pdf
Mandarin : https://imgpublic.artprice.com/pdf/zh-the-art-market-in-2021.pdf

Bilan général

Le marché de l’art mondial totalise 17,08 Mrd$, soit une hausse de +60 % par rapport à 2020.

Le produit des ventes Fine Art en Occident a progressé de +68 %, avec un total 10,9Mrd$ sur l’année.

Le produit des ventes Fine Art en Chine a progressé de +43 %, avec un total 5,9Mrd$ sur l’année.

Le nombre d’œuvres échangées affiche un record absolu de 663 900 lots vendus dans le monde : +29%.

Le prix moyen est de 25 730$ et le prix médian est de 930$.

Le taux d’invendus tombe à 31 % grâce aux ventes en ligne.

L’indice de l’Art Contemporain est en hausse de +3 %.

L’Art Contemporain pèse 20 % du Marché de l’Art, contre 3 % en 2000.

Évolution du produit des ventes aux enchères mondiales de Fine Art

Soft Power

La Chine, avec 5,95 Mrd$ (35%) surpasse les USA qui atteignent 5,79 Mrd$ (34 %).

Le Royaume-Uni, avec 1,99 Mrd$, n’a pas encore retrouvé l’intensité de 2019 (-10%).

Les trois premières puissances du Marché de l’Art concentrent 80 % du produit des ventes mondiales.

La France dépasse pour la première fois de son histoire 1 Mrd$ aux enchères et redevient enfin un acteur important du Marché de l’Art mondial.

Le marché allemand assure sa 5ème place mondiale et attire Sotheby’s à Cologne.

La Corée du Sud multiplie son produit des ventes par quatre et pèse 237 m$.

La Chine en première position

Ce rapport tient à donner à la Chine la place qui est à nouveau la sienne sur le Marché de l’Art : celle de la plus sérieuse concurrente des États-Unis. Si son marché possède ses propres codes, il n’en est que plus intéressant et c’est la raison pour laquelle le partenariat éditorial entre Artprice et Artron est conséquent et passionnant.

Top 10 pays par produit des ventes aux enchères Fine Art & NFT (évolution vs 2020)

1. Chine (Artron) : 5 953 355 500 $ (+43,0 %)

2. États-Unis : 5 794 793 900 $ (+102,3 %)

3. Royaume-Uni : 1 996 657 600 $ (+28,6 %)

4. France : 1 008 464 700 $ (+71,8 %)

5. Allemagne : 356 967 400 $ (+18,3 %)

6. Corée du Sud : 237 290 600 $ (+369,90 %)

7. Italie : 212 554 100 $ (+49,1 %)

8. Suisse : 193 884 700 $ (+74,7 %)

9. Japon : 167 464 400 $ (+75,6 %)

10. Pologne : 142 070 800 $ (+66,5 %)

Maisons de Ventes

Sotheby’s et Christie’s concentrent 49 % du Marché : 4,4 Mrd$ et 4 Mrd$ respectivement.

Poly et China Guardian suivent à distance, avec 824 m$ et 677 m$.

Poly et Phillips se sont associées à Hong Kong pour adjuger 175 m$ d’œuvres ensemble.

Ketterer, avec 97 m$, est la première Maison de Ventes en Europe Continentale.

Artcurial, première Maison de Ventes française, a vendu 3 800 œuvres d’art pour 91 m$.

Artistes et enchères

Une enchère dépasse les 100m$ chez Christie’s New York : Femme assise (1932) de Pablo Picasso.

En 1997, le prix de cette œuvre était 7,5 m$.

Picasso, Basquiat, Warhol, Richter et Zhang Daqian sont les artistes les plus performants du monde.

Beeple est l’artiste vivant le plus cher de l’année, avec un lot à 69,4 m$.

Gerhard Richter et Banksy sont les artistes vivants les plus performants du monde aux enchères.

Banksy totalise 1 186 œuvres adjugées pour 206 m$, dont un nouveau record à 25,4 m$.

Yayoi Kusama est la première femme de l’histoire à entrer dans le top 10 Artprice.

Jean-Michel Basquiat est le 2ème artiste le plus performant du monde, après Picasso.

Pour la première fois, cinq pièces majeures de Basquiat ont été vendues à Hong Kong.

Grandes tendances

1. Les NFTs proposent une toute nouvelle façon de collectionner :

Les résultats de Beeple, Pak, Larva Labs, Yuga Labs ont rendu ce nouveau marché inévitable.

Dès leur arrivée aux enchères, les 279 lots NFTs totalisent 232,4 m$ (plus que le segment de la photo).

2. Les jeunes artistes battent des records de précocité (phénomène red chips) :

Beeple (40 ans), Avery Singer (34 ans), Fewocious (18 ans) atteignent des prix vertigineux.

3. Les artistes africains et issus de la diaspora africaine gagnent leurs lettres de noblesse.

Le Marché de l’Art 3.0 : NFT, Métavers et Blockchain

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice :

« L’Internet 2.0 permettait d’être sur Internet. L’Internet 3.0 se passe désormais dans l’Internet.

Dans cette année maudite 2021, avec la grande faucheuse que fut le COVID, le célèbre dictionnaire Collins, dans son unité lexicale mondiale, visant plus de 120 langues, a considéré que le mot « NFT » était le mot de l’année qui avait su transpercer le suaire lexical de la pandémie. C’est donc par ce mot, très controversé parce qu’il porte en lui les germes d’une révolution numérique qui impacte le Marché de l’Art comme jamais depuis cinq siècles, que s’ouvre notre Rapport du Marché de l’Art 2021. »

Pour bien comprendre l’impact historique des NFTs sur le monde de l’Art en 2021, il faut remonter à la Renaissance, pour accéder à un tel changement de paradigme. Nous n’avions jamais atteint un tel transfert de pouvoir entre les mains des artistes, car c’est bien grâce à l’imprimerie de Johannes Gutenberg que les artistes ont pu imprimer leurs premières éditions.

Ce changement de paradigme a permis aux artistes, pour la première fois de leur histoire, de générer des revenus et de pouvoir contrôler eux-mêmes leur production dans leurs ateliers et fabriques. Nous vivons à nouveau un changement de paradigme du même niveau historique, aujourd’hui avec les NFTs.

Le Métavers n’est pas en 3D ou 2D. Il s’agit de la dématérialisation de l’état physique vers le nouveau monde où les expériences autrefois impossibles peuvent désormais devenir accessibles.

Durant ce XXIème siècle des Lumières, le monde de l’Art sera remodelé autour de la création et de l’économie virtuelle – mais bien réelle – donnant enfin une abondance digne pour plus d’artistes.

La singularité demeure la plus belle des signatures, même dans le monde virtuel du Métavers.

Somme toute, en une simple phrase, la dématérialisation du Marché de l’Art s’est faite durant 30 ans sur Internet. Avec le monde des NFTs et du Métavers, l’acte final du Marché de l’Art se joue désormais, pour cette nouvelle décennie, dans l’Internet. Et c’est là que se dessine la nouvelle dimension.

Répartition géographique du produit des ventes aux enchères de Fine Art en 2021

Enfin, le Marché de l’Art, malgré une tragédie mondiale unique dans l’histoire de l’économie moderne, a su rebondir par le numérique qu’il a totalement investi en un temps record, ce qui a permis de connaître une croissance exponentielle de +60 %, malgré la poursuite de la pandémie sur les 5 continents. En Occident, cette croissance spectaculaire atteint même +68 %, du jamais vu en 25 ans.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2022/03/image1-FR-Evolution-mondiale_FR.jpg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2022/03/image2-FR-Repartition-Geographique-FR.jpg]

Copyright 1987-2022 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite : https://fr.artprice.com/demo

Nos services : https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Communiqué de thierry Ehrmann et du Musée d’Art Contemporain L’Organe gérant la Demeure du Chaos expliquant les véritables raisons de la démission brutale du Maire de St Romain au Mont d’or, M. Jean-Marie Hombert + addendum Le Progrès

2022/03/03 Commentaires fermés

Addendum du Progrès

Demeure du chaos, polémiques dans le village : le maire de Saint-Romain jette l’éponge

Le Progrès de Lyon – édition électroniqueJeudi 3 mars – Fabrice ROUSSEL
Edition papier en Kiosque – vendredi 4 mars 2022Fabrice ROUSSEL avec Stéphanie GALL


Le 03 mars 2022, mise à jour du 4 mars
Suite au communiqué officiel de ce jour de Monsieur Jean-Marie Hombert, Mairede la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or, distribué ce jour en boîte aux lettres aux habitants de la Commune, ce dernier a annoncé sa démission de ses fonctions de Maire et de Conseiller de la Commune.

Monsieur Jean-Marie Hombert, Maire démissionnaire, a justifié, avec une mauvaise foi confondante et une démarche intentionnelle, les motifs de sa démission, arguant que le motif principal est le conflit de la Demeure du Chaos, démarrée en 1999 soit depuis 23 ans, avec 39 procédures françaises et internationales en cours (voir ci-dessous et articles Le Progrès du 14/01/2022 et du 11/02/2022).

Monsieur Jean-Marie Hombert dissimule le fait que l’annonce de sa démission brutale et soudaine, 36h après le Conseil Municipal du 1er mars 2022, est due principalement à la demande de démission formulée par la Présidente du groupe d’opposition, lors du Conseil Municipal qui s’est tenu le 1er mars 2022 à 19h, lequel était consacré au vote du budget 2022.

Cette demande de démission est fondée sur deux signalements à Anticor (association anticorruption agréée par le Premier ministre), annoncés officiellement lors de ce Conseil Municipal par l’élue et Présidente du groupe d’opposition, au titre de la présomption de prise illégale d’intérêt (Article 432-12 du Code Pénal) pour financement illégal de la campagne électorale des municipales 2020 de Monsieur Jean-Marie Hombert facturée sur les comptes de la Commune, mais aussi pour une présomption de prise illégale d’intérêt sur un marché public, en la personne de son Adjoint aux Travaux.

Il est nécessaire de préciser qu’un Huissier de justice, Maître Pons, à la demande de thierry Ehrmann et des sociétés Artprice by Artmarket, Groupe Serveur, VHI, 3S et le Musée l’Organe, par ordonnance du Président du Tribunal Judiciaire de Lyon délivrée le 24 février 2022, a enregistré l’intégralité des débats de ce Conseil Municipal du 1er mars 2022, afin de préserver les intérêts des demandeurs à l’instance et ce en informant le Maire de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or avant le début du Conseil Municipal, ce qui explique la parfaite connaissance des débats des parties demanderesses vis-à-vis desquelles Monsieur Jean-Marie Hombert, Maire démissionnaire, ne peut travestir la vérité.

La situation catastrophique de la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or, dont Monsieur Jean-Marie Hombert fait état dans son communiqué officiel de démission, résulte de son action suicidaire où il a entraîné la Commune par les actions en justice délivrées fin 2021. En effet, la Commune de Saint Romain au Mont d’Or, représentée par son Maire Monsieur Jean-Marie Hombert, a crû devoir assigner – 23 ans après le dépôt en Mairie du postulat artistique de thierry Ehrmann – en référé par devant le Président du Tribunal judiciaire de Lyon, les sociétés VHI, 3S, le Musée l’Organe, Artprice by Artmarket et Groupe Serveur, sociétés dirigées par Monsieur thierry Ehrmann ou dans lesquelles il détient des participations.

Dans cette nouvelle procédure de fin 2021, la Commune demandait entre autres une expertise in futurum au titre de l’article 145 du CPC, aux fins d’évaluer les droits patrimoniaux d’auteur de thierry Ehrmann sur les 6 300 œuvres composant le Corpus dénommé la Demeure du Chaos situé au sein du Domaine de la Source ainsi qu’une citation en Correctionnel à jour fixe pour recel de droits d’auteur et droits patrimoniaux avec 100 000€/infraction/jour.

Il est à noter l’acte fatal pour la Commune qui, après 23 ans de procédures pour de soit-disant infractions au Code de l’urbanisme en niant toute forme artistique, se met subitement à reconnaître, par sa demande d’expertise des droits patrimoniaux d’auteur de thierry Ehrmann, argumentant par elle-même que la Demeure du Chaos est mondialement connue et qu’elle est bien constituée de 6 300 œuvres (sculptures, peintures, installations monumentales, land art, street art).

L’adage « Nemo auditur propriam turpitudinem allegans », signifiant « Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude », est la parfaite illustration de l’acte suicidaire de la Commune.

Elle demandait également au Civil l’interdiction aux sociétés VHI, 3S, le Musée l’Organe, Artprice by Artmarket et Groupe Serveur d’exploiter les images du mur de clôture et les façades des bâtiments du Domaine de la Source, l’interdiction de louer les bureaux situés à l’intérieur de ce Domaine et, pour la SCI VHI à remettre les murs et façades en l’état antérieur. De surcroît, la Commune a demandé auxdites sociétés, qui n’ont jamais été parties au conflit d’urbanisme depuis 1999, la somme cumulée de 43 000€/jour/infraction d’œuvre d’art. Cette démarche juridique et cette somme outrancière sont des éléments intentionnels qui caractérisent les plaintes pénales déposées par thierry Ehrmann contre la Commune pour escroquerie au jugement, harcèlement et abus de faiblesse

Le Président du Tribunal judiciaire, par ordonnance du 7 février 2022, a rejeté toutes les demandes de la Commune y compris celle portant sur la demande d’expertise. Il a également rappelé l’autorité de la chose jugée de l’arrêt de la Cour d’Appel de Grenoble du 16 décembre 2008 à l’égard de la SCI VHI, partie à la procédure où la Cour d’Appel de Grenoble l’a exclue de toute condamnation de remise en état. Dans ce même jugement, la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or a été condamnée aux dépens et « à payer à chacune des sociétés VHI, 3S, l’Organe, Artmarket.com et Groupe Serveur la somme de 800 euros en application des dispositions de l’article 700 du Code de Procédure Civile, soit la somme totale de 4 000 euros ».

De même, le Président a rappelé que la mesure de remise en état prononcée par la Cour d’Appel de Grenoble sur la base du code de l’urbanisme a un but uniquement architectural lequel est étranger à la location des lieux ou à l’exploitation et à « la reproduction d’images des lieux représentant les œuvres de Monsieur thierry Ehrmann lesquelles ne causent aucunement un trouble manifestement illicite ».

L’accumulation harcelante, abusive, quérulente et profondément malhonnête de cette dernière procédure intentée par la Commune à l’égard de ces 5 sociétés a fait l’objet d’une plainte pénale déposée par Monsieur Ehrmann auprès de Monsieur Le Procureur de la République pour « pour escroquerie au jugement, délit prévu et réprimé par l’article 313-1 du Code Pénal, harcèlement moral, délit prévu et réprimé par l’article 222-33-2-2 du Code Pénal et abus de faiblesse délit prévu et réprimé par l’article 223-15-2 du Code Pénal ». Cette plainte sera, conformément au délai prévu par le Code de Procédure Pénale, portée devant Monsieur le Doyen des Juges d’Instruction.

En parallèle des actions pénales, détaillées ci dessus, la société Artmarket SA et son enseigne Artprice, leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, société cotée en continu sur le marché réglementé SRD, forte de ses 18 000 actionnaires attaque en justice la commune de Saint Romain au Mont d’or au Tribunal Administratif de Lyon, par un recours de pleine juridiction pour obtenir la réparation du préjudice moral et financier qu’elle subit.

D’autre part, Artmarket poursuit Mr Jean-Marie Hombert, personne physique, devant le Tribunal Judiciaire de Lyon, en responsabilité civile, afin d’obtenir la réparation de son préjudice qu’elle subit en raison de la faute détachable commise par le Maire, de par ses fonctions, en faisant faire un procès par la commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or à Artmarket SA, procès totalement infondé qui est une pure folie procédurale et une faute détachable qu’il commet dans sa fonction de Maire de la commune de Saint Romain au Mont d’or.

Pour mémoire, la Cour d’appel de GRENOBLE, par arrêt du 16 décembre 2008, a ordonné, sous astreinte, à Monsieur thierry Ehrmann la mise en conformité avec le POS/PLU de parties extérieures de façades et mur d’enceinte d’une partie de l’immeuble situé Domaine de la Source (La Demeure du Chaos / Abode of Chaos, corpus de 6 300 œuvres d’art depuis 1999) qui doivent être rétablies dans leur état antérieur aux travaux réalisés jusqu’au 4 décembre 2004.

Il est à noter que le dossier judiciaire dans sa globalité comporte 39 procédures distinctes sur différents degrés de juridiction : civil, pénal, CEDH, Haut Comité des Droits de l’Homme de l’ONU. Le conflit judiciaire a démarré en 2004, soit 5 ans après la création de la Demeure du Chaos.

Il faut préciser que Monsieur thierry Ehrmann, qui considère avoir depuis longue date exécuté cet arrêt, a été contraint de saisir différentes juridictions civiles et pénales pour préserver ses droits et pour qu’elles constatent l’illégalité et l’absence de bien-fondé des actes de recouvrements des astreintes émis sur le fondement de cet arrêt de la Cour d’Appel de Grenoble et l’impossible exécution de ce dernier.

Monsieur Jean-Marie Hombert, alors candidat aux élections municipales et en pleine campagne électorale, après son principal meeting du 15 janvier 2020 avec la caution de l’intégralité des membres de sa liste, s’est vu notifier une signification par Huissier le 24 janvier 2020 de la part de thierry Ehrmann.

Cette signification indiquait le fait que son programme électoral était basé principalement sur l’obtention d’une somme d’un million €, prétendument due aux titres d’astreintes dans le cadre de la procédure thierry Ehrmann La Demeure du Chaos / Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or, alors que Monsieur Hombert avait parfaitement connaissance dès l’année 2019 (avant sa candidature à l’élection municipale) de plusieurs procédures pénales avec constitution de partie civile contre la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or pour concussion (infraction commise par un représentant de l’autorité publique ou une personne chargée d’une mission de service public qui, sciemment, reçoit, exige ou ordonne de percevoir une somme qui n’est pas due), escroquerie au jugement, violations multiples du Code Monétaire et Financier, multiples requêtes en contestation de titres de recouvrement d’astreintes devant la Cour d’Appel de Grenoble.

De même, Monsieur Jean-Marie Hombert n’ignorait pas le recours accepté devant le Haut Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies de thierry Ehrmann / La France, en attente de plaidoirie, les écritures des deux parties étant définitivement clôturées.

C’est donc bien en toute connaissance de cause que Monsieur Jean-Marie Hombert a sciemment trompé les électeurs, en faisant naître l’espérance d’un événement chimérique ainsi que des prévisionnels de comptes publics fondés sur de faux prévisionnels.

Toutes les mesures conservatoires ont été prises, notamment lors des meetings électoraux. De même, différentes significations, sommations interpellatives, sommations de cesser ont été délivrées par Huissier de la part de thierry Ehrmann (requérant) à Monsieur Jean-Marie Hombert, candidat aux élections municipales, et ce dès octobre 2019.

Monsieur Jean-Marie Hombert, dans son communiqué officiel de démission du 03 mars 2022, avoue lui-même, de manière pathétique, qu’il n’a pas pu mettre en œuvre son programme électoral. Il n’a eu de cesse, durant ses 18 mois de mandat de Maire, de s’obséder à poursuivre la concussion et l’escroquerie au jugement par tous moyens, notamment par la procédure fatale de fin 2021. Ainsi, il n’a fait que se détacher de ses délégations de Maire, plongeant ainsi la Commune dans une spirale infernale, allant même jusqu’à créer la discorde au sein de sa majorité.

Une fois de plus, Monsieur Jean-Marie Hombert, Maire démissionnaire, ne peut faire usage de sa propre turpitude et son communiqué pathétique se transforme en aveux cinglants.

La Commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or a déposé le 21 février 2022 une déclaration d’appel portée devant la Cour d’Appel de Lyon, valant demande d’inscription au rôle à l’encontre d’une ordonnance n° 21/00936 rendue par le Juge des Référés du Tribunal Judiciaire de Lyon le 07 février 2022. Partie appelante : La Commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Parties intimées : les sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, l’Organe, Artmarket.com et Groupe Serveur.

En clair, la Commune, qui a été déboutée de toutes ses demandes et condamnée aux dépens et à l’article 700 du NCPC pour les 5 sociétés qu’elles a poursuivies, persiste de plus belle avec un calendrier judiciaire de 18 à 24 mois.

Cet acte impensable porte désormais le calendrier judiciaire de la Demeure du Chaos à 25 ans de procédures, soit un quart de siècle.

L’histoire de l’art s’inscrit souvent dans la douleur, la persécution et les décennies.

Pour autant, depuis 2019 thierry Ehrmann a saisi officiellement le Ministère de la Culture au plus haut niveau pour instruire le dossier de la Demeure du Chaos et enfin protéger les 6 300 œuvres d’art formant le corpus de la DDC. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une médiation pour que la Commune, le Musée d’Art Contemporain L’Organe gérant la Demeure du Chaos et les 180 000 visiteurs annuels puissent enfin vivre ensemble dans un climat apaisé, dans la transmission de cette culture pour tous chère à thierry Ehrmann qui a toujours voulu que son musée soit libre, gratuit, et accessible à toutes et à tous.

« J’opposerai l’amour de la création artistique que je partage avec tous à travers la Demeure du Chaos face à la haine destructrice de l’art voulue par la Commune ».


À propos de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos :

« La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos », créée en 1999 (soit 23 ans d’existence) par thierry Ehrmann, Sculpteur Plasticien depuis 1980 (biographie 2022 certifiée Who’s Who In France), est un Musée d’Art Contemporain : Le Musée L’Organe.

Ce Musée d’Art Contemporain à ciel ouvert est plus connu sous le nom de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos dixit The New York Times.

Il s’étend sur 9 000 m2 et se matérialise par un parcours muséal unique au monde, ouvert gratuitement au public.

Ce Musée d’Art Contemporain est composé de près de 6 300 œuvres d’art distinctes, chacune par son nom original, medium et forme dont principalement 4 500 sculptures en acier brut pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines de tonnes ainsi que des peintures, gravures, installations et land art, conformément aux lois Malraux.

Ce Musée d’Art Contemporain compte 180 000 visiteurs/an, dont 25 % hors de France.

La banque de données images du Musée L’Organe a dépassé les 45 millions de vues sur Flickr (constat d’huissier du 29/10/2019 par Maître PONS) :
https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/albums/

La page Facebook de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos compte 4,3 millions d’abonnés :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Le Musée d’Art Contemporain l’Organe gérant La Demeure du Chaos / Abode of Chaos édite dans le monde entier de nombreux ouvrages dont notamment  l’ouvrage « OpusIX de la Demeure du Chaos », livre Collector bilingue, de 504 pages incluant les 702 sculptures d’acier brut  « in situ » pour l’exposition « Trente ans de sculptures de thierry Ehrmann (1980-2010) ». Cet ouvrage est également consultable gratuitement en ligne en format PDF ainsi que sur le site Internet Issuu où il a été téléchargé 37 millions de fois (constat d’Huissier étude Mamet-Pons) :

https://issuu.com/demeureduchaos/docs/demeureduchaos-abodeofchaos-opus-ix-1999-2013

La Demeure du Chaos est aussi le siège social de :

– Artprice by Artmarket, le Leader mondial de l’information sur l’Art, coté sur le marché réglementé SRD LO de Paris Euronext

– Groupe Serveur (maison-mère d’Artprice) et de ses 9 filiales (depuis 1987).

Ce Musée a reçu gratuitement 2,21 millions de visiteurs en 16 ans, depuis son ouverture au public en février 2006 (création du Musée d’Art Contemporain en 1999).

Pour ses 23 ans, il remercie ses 720 000 signatures de soutiens de sa pétition historique.

Au regard des Historiens d’Art, La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos se définit comme une « Œuvre au noir de tradition hermétique se nourrissant du Chaos alchimique de notre 21ème siècle, tragique et somptueux dont les braises naissent le 11 Septembre ».

De nombreuse planches maçonniques, ouvrages et revues l’attestent depuis 23 ans.

Les différents ouvrages d’art du monde entier situent sa Genèse dans la première planche maçonnique de thierry Ehrmann à la Grande Loge Nationale de France en 1985, portant sur le remarquable ouvrage alchimique « Les Demeures Philosophales » de Fulcanelli.

Par ailleurs, thierry Ehrmann et sa Demeure du Chaos sont comparés depuis 23 ans au Facteur Cheval et à son Palais Idéal à tel point que l’ouvrage de référence « Avec le Facteur Cheval », édité par le Palais Idéal du Facteur Cheval, l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts et le Musée de la Poste, décrivent en 2008, dans le paragraphe « Cheval et ses poulains » : « La Demeure du Chaos de Thierry Ehrmann baptisé Le Facteur Cheval du XXIème siècle », page 18. La filiation par les ayant-droits du Facteur Cheval est claire et sans ambiguïté. De même, il existe depuis plus de 12 ans un circuit culturel commun aux deux musées qui accueillent les mêmes visiteurs.

Le Musée d’Art Contemporain « La Demeure du Chaos » comporte aussi 1 800 portraits géopolitiques couvrant 80% de l’actualité mondiale qui sont régulièrement repris par les journaux et médias de presse écrite et audiovisuelle dans le monde ainsi que des milliers de gravures alchimiques distingues.

La Demeure du Chaos / Abode of Chaos a fait l’objet de près de 3600 reportages de presse écrite et audiovisuelle de 72 pays en près de 23 ans.

Selon la presse internationale, elle est définie comme un corpus d’Œuvres distinctes et une « Factory » incontournable et unique au monde qui s’inscrit dans l’Histoire de l’Art comme l’œuvre majeure du début de notre 21ème siècle (cf revue de presse, notamment le n° spécial du journal « The New York Times » et Artpress).

En octobre 2019, L’Obs l’a titrée comme « Le prototype du musée de demain » dans le cadre de ses conférences « 2049 » :
https://www.nouvelobs.com/2049/20191022.OBS20117/la-demeure-du-chaos-prototype-du-musee-de-demain.html

Avec le reportage vidéo correspondant qui a été vu plus de 1,8 million de fois :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999/videos/1175353539523079/

Un chiffre récent montre la puissance du Musée d’Art Contemporain l’Organe sur Internet avec plus de 31,5 millions de vues (PV d’huissier Maitre PONS) pour la vidéo d’Antoine de Caunes en visite à la Demeure du Chaos dans le cadre de son émission « La Gaule d’Antoine » sur Canal + :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999/videos/10156396733800979

Elle est également présente dans le monde des idées. Elle a en effet engendré, depuis 23 ans dans le monde, des expositions, des débats, des dizaines de livres, des longs métrages de réalisateurs célèbres, des thèses, des recherches, des résonances sur les différents continents.

Elle a fait l’objet d’auditions dans le cadre des travaux parlementaires pour modifier la réglementation des œuvres d’art au regard de l’urbanisme, travaux qui ont abouti à l’adoption de la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, dont l’article 1er dispose que « la création artistique est libre ».

Artmarket.com: For a classification of NFTs on marketplaces and in Artprice databases

2022/02/15 Commentaires fermés

An urgent need for greater clarity is emerging in the world of NFT platforms, which are already offering a very large number of diverse and varied products. To enhance the navigation experience, OpenSea has already organized their offer into ten categories: New, Art, Collectibles, Domain names, Music, Photography, Sports, Trading cards, Utility and Virtual Worlds, but even this organization has lots of overlaps and gray areas, and we believe these marketplaces need greater clarity, stability and transparency in order to attract new collectors.

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos
Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “The disruptive NFT technology escapes the ‘standard’ segmentation of the art market, traditionally organized into periods, mediums, movements, etc. Coving a multitude of extremely innovative initiatives, the NFT phenomenon is spreading into numerous intermingling areas. But, looking ahead, Artprice is working on a framework that will inform players in this market about what is exchanged and about what creates value; in short, a clear and objective way of presenting the information relating to NFTs (origin, edition, supply, demand, use, etc.), information that is necessary to reassure the market”.

The best… and the not so good

For its Natively Digital: A Curated NFT Sale, which closed on 10 June 2021, Sotheby’s brought together items as diverse as creations by the collective Art Blocks, a reinterpretation of Claude Monet’s Meules painting by the artist digital Matt Kane, and a conceptual work by Rhea Myers aptly titled Secret Artwork (Content), about which the artist said “there is nothing rarer than something that doesn’t actually exist”.

Today, it is clear that NFTs represent a market that is open to all forms of hybridization, that of art and gaming, design and sport, etc.. Even if certain distinctions seem to have become obsolete, Sotheby’s still chose to sell CryptoPunk #7523 separately (it fetched $11,754,000) which suggests that some NFTs still deserve specific treatment. Such a separation, based solely on demand, would obviously benefit from an accentuation of the homogeneity of the sessions.

This does not necessarily imply excluding CryptoPunks from digital art sales just because they are profile pictures (PFPs) rather than actual works. But it should be recognized that CryptoPunks, generated by random combinations, fall better into the category of Collectibles, however unattractive this rubric may sound.

Confusion, paradoxes and limits

The confusion between the Collectibles and Art categories is partly based on price… because a profile photo purchased for several million dollars is perhaps an artwork as well. Similarly, when Sina Estavi acquired Jake Dorsay’s first tweet for $2.9 million in March 2021, he compared this piece of code to the world’s most famous work of art, da Vinci’s Mona Lisa.

The NFT market is therefore still peppered with ambiguity and paradox. Clearly on the side of decentralisation and transparency, the NFT market still harbours numerous anomalies, which Financial Times journalists Hannah Murphy and Joshua Oliver have listed in a somewhat alarmist article entitled “How NFTs became a $40 bn market in 2021”:

The unregulated space is also plagued by fraud, scams and market manipulation, especially because the real-world identities of buyers and sellers is difficult, if not impossible, to discover. Analysis by Nansen found $2 million of suspicious activity across the CryptoPunk and Bored Ape collections in the 30 days to mid-December. Some NFTs, for example, were sold at a 95 per cent discount to the average sale price, either because of mistakes by buyers and sellers, tax write-offs or some other scam exploiting unskilled users. Researchers have also warned that the market is likely being inflated by wash trading — when a trader takes both sides of a trade in order to give the false impression of demand.

Towards greater transparency

So far, there are not enough clear and transparent results to placate such suspicions. In 2021, Artprice databases listed just under 300 NFT lots sold at public auction for a total of $228 million, representing just 1.5% of the global secondary art market. Among the 100 best auction results of the year 2021 for NFTS, Artprice counted 65 digital artworks, 32 ‘collectibles’, 2 ‘digital zones’ and 1 film sequence.

But this is only the emerging part of a market that is growing at an exponential rate. The sooner the NFT marketplaces allow users to navigate with confidence by providing objective and useful information, the sooner they will reassure collectors and art professionals, and open the world of NFTs to new players.

According to thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “All in all, NFTs have successfully triggered a genuine art market revolution in just a few months by flooding it with new works and providing a new sales channel. Initially by attracting young collectors and tech and cryptocurrency enthusiasts, but subsequently by attracting traditional collectors. Because, today, everyone wants to try the NFT experience. Like any revolution, this one is jerky with a lot of volatility that will attenuate over time. It is indeed perfectly natural for a new virgin space to experience a form of ‘Gold Rush’, with ingenuity and excesses at the same time. But as a Leader in Art Market Information, Artmarket.com will provide pragmatic solutions for NFT Marketplaces in order to establish the trust that is the driving force behind any exchange on the Internet, especially during this new phase of ‘art market dematerialization’. Indeed, this has always been Artmarket.com’s principal added-value: making the art market an efficient market over the years thanks to its compilation and exploitation of the most comprehensive art-focused databases in the world, providing sellers and buyers with the essential data they need for engaging in transactions with complete confidence”.

Sotheby’s has clearly understood that the Art Market is entering a new phase of very strong growth with NFTs and the metaverse. That’s why Goldman Sachs and Morgan Stanley are preparing Sotheby’s return to the Stock Exchange via an IPO. Sotheby’s has already taken the plunge by opening the Sotheby’s Metaverse https://metaverse.sothebys.com/ .
Furthermore – and this is indeed irrefutable confirmation of the paradigm shift that is occuring – Sotheby’s has just announced it will accept bids in Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), and USD Coin (USADC) cryptocurrencies with Coinbase Commerce for the 555-carat black diamond!

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2022/01/image1-alchemical-fractal-NFT.jpg]

Copyright 1987-2022 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : pour une classification des NFTs sur les marketplaces et dans les bases de données Artprice

2022/02/15 Commentaires fermés

Il devient urgent de pouvoir naviguer avec plus d’aisance sur les plateformes NFT, qui rassemblent déjà un très grand nombre de choses diverses et variées. Pour y voir plus clair, OpenSea propose dix entrées : New, Art, Collectibles, Domain names, Music, Photography, Sports, Trading cards, Utility et Virtual Worlds. Toutefois, cette organisation est encore pleine d’entrecroisements et de zones d’ombre. Les marketplaces ont besoin de gagner en clarté, en stabilité et en transparence, afin de séduire de nouveaux collectionneurs.

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos
Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « La technologie disruptive NFT échappe à la segmentation habituelle du Marché de l’Art, organisée par période, par médium, par mouvement, etc. Extrêmement inventif, le marché des NFTs s’engouffre dans de nombreuses voies qui se mélangent mais Artprice réfléchit à la façon d’informer les acteurs de ce marché, à la fois sur ce qui s’échange et ce qui crée de la valeur : une façon claire et objective de présenter l’information relative aux NFTs (origine, édition, offre, demande, utilisation, etc.), nécessaire pour rassurer le marché ».

Le meilleur et le moins bon

Pour sa vente Natively Digital: A Curated NFT Sale, clôturée le 10 juin 2021, Sotheby’s a rassemblé des choses aussi diverses que des créations du collectif Art Blocks, une réinterprétation du tableau Meules de Claude Monet par l’artiste digital Matt Kane, ou encore une œuvre conceptuelle de Rhea Myers, intitulée à juste titre Secret Artwork (Content), à propos de laquelle l’artiste a dit « il n’y a rien de plus rare que quelque chose qui n’existe pas réellement ».

Les NFTs forment aujourd’hui un terrain d’expérimentation qui s’ouvre à toutes les formes d’hybridation, comme part exemple celle de l’art et du gaming, du design et du sport et plus encore. Même si les distinctions semblent devenues obsolètes, Sotheby’s a tout de même choisi de vendre séparément le CryptoPunk #7523, adjugé 11 754 000 $, prouvant que certains NFTs méritent tout de même un traitement spécifique. Une telle séparation, basée uniquement sur la demande, gagnerait de toute évidence à accentuer l’homogénéité des sessions.

Cela n’implique pas nécessairement d’exclure les CryptoPunks des ventes d’art digital, au seul titre qu’ils sont des photos de profils (PFP) plutôt que des œuvres à proprement parler. Mais il faut reconnaître que les CryptoPunks, générés par combinaisons aléatoires, entrent mieux dans la catégorie de Collectibles, aussi peu séduisant ce nom soit-il.

Confusion, paradoxes et limites

La confusion entre les catégories Collectibles et Art repose en partie sur le prix, car une photo de profil achetée plusieurs millions de dollars peut aussi être une œuvre d’art. De même, quand en mars 2021, Sina Estavi a acquis pour 2,9 million $ le premier tweet de Jack Dorsey, il a comparé ce bout de code à l’œuvre la plus célèbre du monde… la Joconde de Léonard de Vinci.

Le marché des NFTs est ainsi encore plein de confusions et de paradoxes. Lui qui prône la décentralisation et la transparence est sujet à de nombreuses anomalies, dont les journalistes du Financial Times Hannah Murphy et Joshua Oliver dressent une liste effrayante dans « How NFTs became a $40bn market in 2021 » :

« L’espace non réglementé est parfois en proie à la fraude et à la manipulation de marché, en particulier parce que l’identité réelle des acheteurs et des vendeurs est difficile, voire impossible, à découvrir. L’analyse de Nansen a révélé 2 millions de dollars d’activité suspecte dans les collections CryptoPunk et Bored Ape au cours des derniers 30 jours jusqu’à la mi-décembre. Certains NFTs, par exemple, ont été vendus avec une remise de 95 % par rapport au prix de vente moyen, soit à cause d’erreurs commises par les acheteurs et les vendeurs, soit de déductions fiscales, soit encore des manipulations exploitant des utilisateurs non qualifiés. Les chercheurs ont également averti que le marché était probablement gonflé par le wash trading – lorsqu’un trader se place des deux côtés d’une transaction afin de donner une fausse impression de demande. »

Vers plus de transparence

Il n’y a pour l’instant pas encore assez de résultats clairs et transparents pour couper court à de tels soupçons. En 2021, les banques de données Artprice by Artmarket recensent un peu moins de 300 lots NFT vendus aux enchères publiques pour 228 m$, soit seulement 1,5 % du Marché de l’Art mondial. Parmi les 100 plus belles adjudications de l’année 2021 aux enchères publiques, Artprice dénombre 65 œuvres d’art digitales, 32 collectibles, 2 zones digitales, 1 séquence de film.

Mais ce n’est que la partie émergente de ce marché qui croît à une vitesse exponentielle. Au plus vite les places de marché NFTs permettront de s’orienter efficacement et fourniront des informations objectives et utiles, au mieux elles rassureront les collectionneurs et les professionnels de l’art, ouvrant ainsi le monde des NFTs à de nouveaux acteurs.

thierry Ehrmann,Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « T out compte fait, les NFTs ont réussi en quelques mois une véritable révolution sur le Marché de l’Art, en l’abreuvant de nouvelles œuvres et en le dotant d’un nouveau canal de vente, réussissant d’ abord à séduire de jeunes collectionneurs, adeptes des technologies et des cryptomonnaies puis ensuite les collectionneurs traditionnels. En effet, aujourd’hui tout le monde veut essayer l’expérience NFT. Comme toute révolution, celle-ci est marquée par des secousses et beaucoup de volatilité, qui se résorberont avec le temps. Il est en effectivement fort logique, pour un nouvel espace vierge, d’assister à une forme de « ruée vers l’Or », avec son ingéniosité et ses excès. En tant que Leader de l’Information du Marché de l’Art, Artmarket.com apportera des solutions pragmatiques aux Marketplaces NFTs afin d’établir la confiance qui est le moteur de tout échange sur Internet, qui plus est dans cette nouvelle phase de la dématérialisation du Marché de l’Art. Cela a toujours été la valeur ajoutée d’Artmarket.com, qui a fait du Marché de l’Art un marché efficient au fil des années grâce à sa banque de données la plus exhaustive au monde, fournissant au vendeur et à l’acheteur les données indispensables pour une transaction en toute confiance ».

Sotheby’s a bien compris que le Marché de l’Art entre dans une nouvelle phase de très forte croissance avec les NFTs et le Métavers. C’est pour cette raison que Goldman Sachs et Morgan Stanley préparent le retour en Bourse de Sotheby’s, à travers une IPO. Sotheby’s a déjà franchi le cap, avec l’ouverture de Sotheby’s Metaverse :

https://metaverse.sothebys.com/

Par ailleurs – et c’est réellement une preuve incontestable de ce changement de paradigme – Sotheby’s vient d’annoncer utiliser les crypto-monnaies Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) et USD Coin (USADC) avec Coinbase Commerce pour les enchères sur le diamant noir de 555 carats.

Image : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2022/01/image1-alchemical-fractal-NFT.jpg]

Copyright 1987-2022 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite : https://fr.artprice.com/demo

Nos services : https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: Artprice looks back over 2021 auction highlights and the NFT phenomenon

2022/02/11 Commentaires fermés

The term ‘NFT’ has been elected word of the year 2021 (all languages combined) by the Collins English Dictionary. The blockchain technology supporting the existence of NFTs was officially born in 2017, but it is only in the last ten months that it has attracted the general public’s attention by inviting itself into the art auction sphere. Today, it seems everyone is talking about NFTs…
This new digital market could merge completely with the physical art market; it already represents 8% of global secondary art market auction turnover. However, the two universes might also develop in parallel, with brief forays into each other’s territory, the physical world on one side and the metaverse on the other… like Ying and Yang.


Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on 1 January 2000


Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on 1 January 2000

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, 28 January 2021

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, 28 January 2021

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “The appearance of NFTs in the auction sphere represents a genuine revolution, the intensity of which can be explained both by long bottled-up demand and a particularly favorable economic context. Beeple’s initial record ($69.3 million) back in March perfectly illustrates this pent-up demand, the scale of which Christie’s itself had not predicted. NFTs question the art market’s traditional modus operandi, since artists without any market history (but with a huge community on social networks) can, in a few hours, reach prices usually reserved for the likes of René Magritte and Willem de Kooning”.

Artprice by Artmarket.com explains the NFTs for 2022

Artprice looks back at the key developments of the year 2021, quarter by quarter.

Q1: Boticelli vs. Beeple

Unveiled in September 2020, just before a second global wave of the Covid pandemic, Portrait of a Young Man Holding a Roundel (attributed to the Florentine painter Sandro Botticelli) was put up for sale by Sotheby’s in New York on 28 January 2021. Despite doubts surrounding the attribution of the world’s most expensive artwork (Salvator Mundi) to Leonardo da Vinci, and despite a still uncontrollable pandemic, this rare Botticelli masterpiece sold for $92 million, the second highest auction result of all time for a work by an Old Master.

However the biggest surprise of the year came on 11 March 2021 when Christie’s online auction platform sold what looked at first glance like a simple jpeg… for $69.4 million. The artist behind the work, Beeple, was totally unknown to the art market, but he had millions of followers on Instagram who know the 5,000 digital works offered by Christie’s in the form of an NFT. Faced with the unexpected enthusiasm of new bidders, François Pinault’s prestigious auction house accepted payment in a cryptocurrency for the first time in its history.

Q2: A flurry of records in the spring

It took a few months for the art market to fully appreciate the nature and implications of non-fungible tokens. During April 2021, two other major auction houses are also launched the sale of NFTs: Sotheby’s with The Fungible Collection by Pak, and Phillips with the work Replicator by Mad Dog Jones. The prices obtained for these works continued to disconcert collectors and analysts.

Fortunately in May 2021, New York’s traditional major art sales resumed, and a very physical artwork crossed the $100 million threshold for the first time in two years. Woman Seated Near a Window (Marie-Thérèse) (1932) by Pablo Picasso was acquired for $103 million at Christie’s on 13 May 2021. In its wake, almost all of the art market’s major signatures fetched very reassuring prices: Basquiat, Monet, Van Gogh, Warhol,… with lots of artists revising their personal auction records.

Top 5 new artist records recorded in May 2021 in New York

  1. Richard Diebenkorn: Ocean Park # 40 (1971) – $27,265,500 – 12/05/2021, Sotheby’s
  2. Larva Labs: 9 Cryptopunks – $16,962,500 – 11/05/2021, Christie’s
  3. Robert Colescott: George Washington […] (1975) – $15,315,900 – 12/05/2021, Sotheby’s
  4. Childe Hassam: Flags on 57th Street, Winter (1918) – $12,328,500 – 12/05/2021, Sotheby’s
  5. Barbara Hepworth: Parent II (1970) – $7,110,000 – 13/05/2021, Christie’s

Q3: Online sales didn’t stop during the summer

Traditionally, the major auction houses have always taken a break from sales during the months of July and August, in conjunction with the closure of art galleries and art fairs. But in 2020, the postponements caused by the covid pandemic and the establishment of new online sales platforms encouraged auction houses to continue part of their activities throughout the summer period, an exercise that was repeated in 2021, with online sales ensuring the circulation of works to all four corners of the globe.

A total of 121,000 fine art lots were auctioned in the third quarter of 2021. This historic transaction intensity for the summer period was largely driven by the Asian market; not just by sessions in Hong Kong, but also in mainland China, South Korea and Japan.

Top 3 Fine Art results in Asia during July and August 2021

  1. Yayoi Kusama (1929): Pumpkin (1981) – $4,290,000 – 31/07/2021, Mainichi Tokyo
  2. Fu Baoshi (1904-1965): Spring (1963) – $4,400,000 – 25/07/2021, Xiling Yinshe Hangzhou
  3. Whan-Ki Kim (1913-1974): 1 -VII 71 # 207 (1971) – $4,152,720 – 24/08/2021, Seoul Auction

Q4: All indicators turn green…

The months of October and November saw countless new records for all creative periods: Jackson Pollock, Gustave Caillebotte, Peter Doig, Frida Kahlo, Banksy, Pierre Soulages, Agnes Martin, etc. The sales of two very prestigious American collections – the Impressionist Cox Collection at Christie’s, and the Post-War Macklowe Collection at Sotheby’s – made the last quarter of 2021 the most prosperous Q4 in American art market history.

Expected to rebound after a 2020 marked by the Covid-19 pandemic, Artprice will be looking more closely at this highly positive turn of events in its upcoming Annual Art Market Report.

Aside from the NFT phenomenon, one of the year’s key trends was the emergence of the Hong Kong market which proved to be absolutely decisive for the global art market as a whole. Not only did it host sales, for the first time, of major works by Jean-Michel Basquiat in Asia, it also hammered new records for major signatures, both Western (Richard Prince) and Asian (Yayoi Kusama). But, above all, Hong Kong emerged as the new hub for red chip artists – i.e. young signatures who trigger passionate bidding – like the American artist Avery Singer and the Ghanaian artist Amaoko Boafo. Last, but not least… Hong Kong is also emerging as one of the major new capitals for NFT sales.

Images:
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-artprice-index.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-boticelli.jpeg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Après 23 ans de combat l’ONU et le Haut Comité des Droits de l’Homme (1999-2022)

2022/02/10 Commentaires fermés

Artmarket.com : Les temps forts de l’année 2021 aux enchères et les NFTs décryptés par Artprice

2022/02/10 Commentaires fermés

« NFT » a été élu par le Collins English Dictionnary mot (toutes langues confondues) de l’année 2021. Cette technologie blockchain est officiellement née en 2017 mais c’est au cours des dix derniers mois qu’elle a attiré l’attention du grand public en s’invitant dans les salles de ventes aux enchères. Aujourd’hui, les NFTs sont sur toutes les lèvres…
Bientôt ce nouveau marché fusionnera pleinement avec le Marché de l’Art, au sein duquel il représente déjà 8 % du produit des ventes mondiales. A moins que ces deux univers ne se développent parallèlement, avec de brèves incursions l’un dans l’autre comme le Ying et le Yang : le monde physique d’un côté et le Metaverse de l’autre.

Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on January 1, 2000

Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on January 1, 2000

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, January 28, 2021

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, January 28, 2021

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « L’arrivée des NFTs dans les salles de ventes est une véritable révolution, dont l’intensité s’explique à la fois par une demande trop longtemps contenue et une conjoncture particulièrement favorable. Le record originel de Beeple symbolise ce phénomène dont Christie’s n’avait elle-même pas prévu l’envergure. Les NFTs remettent en question le fonctionnement traditionnel du Marché de l’Art, puisque des artistes sans cote (mais avec une immense communauté sur les réseaux sociaux) peuvent en quelques heures se hisser entre René Magritte et Willem de Kooning ».

Artprice by Artmarket.com vous explique les NFTs pour 2022

Artprice revient sur les moments clefs de l’année 2021, trimestre par trimestre.

T1 : Boticelli contre Beeple

Dévoilée en septembre 2020, juste avant une seconde vague planétaire de Covid, Portrait of a young man holding a roundel, attribué au peintre florentin Sandro Botticelli, a été mis en vente par Sotheby’s à New York le 28 janvier 2021. Malgré des doutes quant à l’attribution de l’œuvre la plus chère du monde, le Salvator Mundi de Léonard de Vinci, et malgré une pandémie toujours incontrôlable, ce rare portrait a récolté 92 m$, soit la deuxième meilleure enchère de tous les temps pour un Maître Ancien.

Mais la plus grande surprise de l’année est arrivée le 11 mars 2021, lorsque Christie’s a adjugé en ligne ce qui ressemblait, à première vue, à un simple jpeg, pour 69,4 m$. L’artiste Beeple est absolument inconnu sur le Marché de l’Art mais possède des millions de followers sur Instagram qui connaissent les 5 000 œuvres digitales vendues par Christie’s sous forme de NFT. Pour la première fois de son histoire, face à l’enthousiasme inattendu de nouveaux enchérisseurs, la prestigieuse maison de ventes de François Pinault accepte un paiement en crypto-monnaie.

T2 : Pluie de records au printemps

Il faudra quelque temps pour que le Marché de l’Art prenne pleinement conscience de ce que sont ces jetons non-fongibles et les implications qu’ils peuvent avoir. Au cours du mois d’avril 2021, deux autres grandes maisons de ventes se lancent à leur tour dans la vente des NFTs : Sotheby’s avec The Fungible Collection by Pak et Phillips avec l’œuvre Replicator de Mad Dog Jones. Les prix de ces œuvres continuent d’interloquer les collectionneurs et les analystes.

Heureusement en mai 2021, les traditionnelles grandes ventes new-yorkaises sont de retour et une œuvre bien physique repasse pour la première fois depuis deux ans le seuil des 100 m$. Femme assise près d’une fenêtre (Marie-Thérèse) (1932) de Pablo Picasso est achetée 103 m$ chez Christie’s le 13 mai 2021. Dans son sillage, à peu près toutes les signatures phares du Marché de l’Art enregistrent des enchères très rassurantes : Basquiat, Monet, Van Gogh, Warhol,… De nombreux artistes voient leur record personnel s’envoler.

Top 5 nouveaux records artistes enregistrés en mai 2021 à New York

  1. Richard Diebenkorn : Ocean Park #40 (1971) – 27,265,500 $ – 12/05/2021, Sotheby’s
  2. Larva Labs : 9 Cryptopunks – 16,962,500 $ – 11/05/2021, Christie’s
  3. Robert Colescott : George Washington […] (1975) – 15,315,900 $ – 12/05/2021, Sotheby’s
  4. Childe Hassam : Flags on 57th Street, Winter (1918) – 12,328,500 $ -12/05/2021,Sotheby’s
  5. Barbara Hepworth : Parent II (1970) – 7,110,000 $ – 13/05/2021, Christie’s

T3 : Les ventes en ligne ne s’arrêtent plus durant l’été

Habituellement, les salles de ventes observaient une trêve durant les mois de juillet et d’août, en même temps que les galeries et les foires. Mais en 2020, le retard causé par la pandémie et la mise en place de nouvelles plateformes en ligne ont encouragé les maisons de ventes aux enchères à poursuivre une partie de leurs activités au cœur même de l’été. L’opération à été renouvelée en 2021 avec des ventes en ligne qui ont assuré la circulation des œuvres aux quatre coins du monde.

Au total, 121 000 lots fine art ont été adjugés sur le troisième trimestre 2021. Cette intensité de transactions historique pour la période estivale a été en grande partie portée par le marché asiatique, non seulement avec des sessions à Hong Kong, mais aussi en Chine continentale, en Corée du Sud et au Japon.

Top 3 ventes aux enchères Fine Art en Asie en juillet et août 2021

  1. Yayoi Kusama (1929) : Pumpkin (1981) – 4 290 000 $ – 31/07/2021, Mainichi Tokyo
  2. Fu Baoshi (1904-1965) : Spring (1963) – 4 400 000 $ – 25/07/2021, Xiling Yinshe Hangzhou
  3. Whan-Ki Kim (1913-1974) : 1 -VII 71 #207 (1971) – 4 152 720 $ – 24/08/2021, Seoul Auction

T4 : Tous les voyants au vert

Les mois d’octobre et de novembre ont été le théâtre d’innombrables nouveaux records pour toutes les périodes : Jackson Pollock, Gustave Caillebotte, Peter Doig, Frida Kahlo, Banksy, Pierre Soulages, Agnes Martin, etc. Les ventes de deux très prestigieuses collections américaines – la collection impressionniste Cox chez Christie’s et la collection d’après-guerre Macklowe chez Sotheby’s – ont fait de la fin de l’année 2021 la plus faste de l’histoire du Marché de l’Art aux USA.

Artprice étudie ce retournement de situation attendu, après une année 2020 marquée par la pandémie de Covid-19, dans son prochain rapport du Marché de l’Art.

Dans ce contexte, l’importance de la place de marché hongkongaise s’est révélée décisive, non seulement avec l’arrivée pour la première fois d’oeuvres majeures de Jean-Michel Basquiat en Asie, mais aussi avec des nouveaux records pour des superstars tout à la fois occidentales (Richard Prince) et asiatiques (Yayoi Kusama). Mais Hong Kong est enfin et surtout la plaque tournante pour les red chips : ces jeunes signatures qui affolent les enchères, dont l’américaine Avery Singer et le ghanéen Amaoko Boafo ; Hong Kong est aussi l’une des nouvelles grandes capitales pour les ventes de NFTs.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-artprice-index.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-boticelli.jpeg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite : https://fr.artprice.com/demo

Nos services : https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Victoire judiciaire intégrale du 07 février 2022 des sociétés de thierry Ehrmann, auteur de la Demeure du Chaos, contre une nouvelle plainte en 2021 de la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or

2022/02/07 Commentaires fermés

Pour mémoire, la Cour d’appel de GRENOBLE par arrêt du 16 décembre 2008 a ordonné, sous astreinte, à Monsieur thierry Ehrmann la mise en conformité avec le POS/PLU de parties extérieures de façades et mur d’enceinte d’une partie de l’immeuble situé Domaine de la Source (La Demeure du Chaos / Abode of Chaos, corpus de 6 300 œuvres d’art depuis 1999) qui doivent être rétablies dans leur état antérieur aux travaux réalisés jusqu’au 4 décembre 2004.

Il est à noter que le dossier judiciaire dans sa globalité comporte 39 procédures distinctes sur différents degrés de juridiction : civil, pénal, CEDH, Haut Comité des Droits de l’Homme de l’ONU. Le conflit judiciaire a démarré en 2004, soit 5 ans après la création de la Demeure du Chaos.

Il faut préciser que Monsieur thierry Ehrmann, qui considère avoir depuis longue date exécuté cet arrêt, a été contraint de saisir différentes juridictions civiles et pénales (plaintes pour concussions …) pour préserver ses droits et pour qu’elles constatent l’illégalité et l’absence de bien-fondé des actes de recouvrements des astreintes émis sur le fondement de cet arrêt de la Cour d’Appel de Grenoble et l’impossible exécution de ce dernier.

De même, thierry Ehrmann est en attente de la décision définitive du Haut Comité des Droits de l’Homme auprès de l’ONU pour le dossier T. Ehrmann c/ la France dont les conclusions entre les parties ont été clôturées et sont en attente de plaidoirie.

La Commune de Saint Romain au Mont d’Or a crû devoir assigner – 23 ans après le dépôt en Mairie du postulat artistique de thierry Ehrmann – en référé par devant le Président du Tribunal judiciaire de Lyon, les sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, le Musée l’Organe, Artmarket et Groupe Serveur, sociétés dirigées par Monsieur thierry Ehrmann ou dans lesquelles il détient des participations.

Dans cette nouvelle procédure de fin 2021, la Commune demandait une expertise in futurum au titre de l’article 145 du CPC, aux fins d’évaluer les droits patrimoniaux d’auteur de thierry Ehrmann sur les 6 300 œuvres composant le Corpus dénommé la Demeure du Chaos situé au sein du Domaine de la Source.

Il est à noter l’acte fatal pour la Commune qui, après 23 ans de procédures pour de soit-disant infractions au Code l’urbanisme en niant toute forme artistique, se met subitement à reconnaître, par sa demande d’expertise des droits patrimoniaux d’auteur de thierry Ehrmann, argumentant par elle-même que la Demeure du Chaos est mondialement connue et qu’elle est bien constituée de 6 300 œuvres (sculptures, peintures, installations monumentales, land art, street art).

L’adage « Nemo auditur propriam turpitudinem allegans », signifiant « Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude », est la parfaite illustration de l’acte suicidaire de la Commune.

Elle demandait également l’interdiction aux sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, le Musée l’Organe, Artmarket et Groupe Serveur d’exploiter les images du mur de clôture et les façades des bâtiments du Domaine de la Source, l’interdiction de louer les bureaux situés à l’intérieur de ce Domaine et, pour la SCI VHI à remettre les murs et façades en l’état antérieur. De surcroît, la Commune a demandé auxdites sociétés, qui n’ont jamais été parties au conflit d’urbanisme depuis 18 ans, la somme cumulée de 43 000€/jour/infraction d’œuvre d’art. Cette démarche juridique et cette somme outrancière est un des éléments intentionnels qui caractérise la plainte pénale déposée par thierry Ehrmann contre la Commune pour escroquerie au jugement.

Le Président du Tribunal judiciaire, par ordonnance du 7 février 2022, a rejeté toutes les demandes de la Commune y compris celle portant sur la demande d’expertise. Il a également rappelé l’autorité de la chose jugée de l’arrêt de la Cour d’Appel de Grenoble du 16 décembre 2008 à l’égard de la SCI VHI, partie à la procédure où la Cour d’Appel de Grenoble l’a exclue de toute condamnation de remise en état.

Dans ce même jugement, la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or a été condamnée aux dépens et « à payer à chacune des sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, l’Organe, Artmarket.com et Groupe Serveur la somme de 800 euros en application des dispositions de l’article 700 du Code de Procédure Civile, soit la somme totale de 4 000 euros ».

De même, le Président a rappelé que la mesure de remise en état prononcée par la Cour d’Appel de Grenoble sur la base du code de l’urbanisme a un but uniquement architectural lequel est étranger à la location des lieux ou à l’exploitation et à « la reproduction d’images des lieux représentant les œuvres de Monsieur thierry Ehrmann lesquelles ne causent aucunement un trouble manifestement illicite ».

L’accumulation harcelante, abusive, quérulente et profondément malhonnête de cette dernière procédure intentée par la Commune à l’égard de ces 5 sociétés a fait l’objet d’une plainte pénale déposée par Monsieur Ehrmann auprès de Monsieur Le Procureur de la République pour « pour escroquerie au jugement, délit prévu et réprimé par l’article 313-1 du Code Pénal, harcèlement moral, délit prévu et réprimé par l’article 222-33-2-2 du Code Pénal et abus de faiblesse délit prévu et réprimé par l’article 223-15-2 du Code Pénal ». Cette plainte sera, conformément au délai prévu par le Code de Procédure Pénale, portée devant Monsieur le Doyen des Juges d’Instruction.

Il est important de préciser que cette nouvelle plainte est indépendante de la plainte principale pour concussion, diligentée contre la Commune. La concussion est punie par l’article 432-10 du Code pénal qui réprime « le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, de recevoir, exiger ou ordonner de percevoir à titre de droits ou contributions, impôts ou taxes publics, une somme qu’elle sait ne pas être due, ou excéder ce qui est dû ».

En parallèle des actions pénales, détaillées ci dessus, la société Artmarket SA et son enseigne Artprice, leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, société cotée en continu sur le marché réglementé SRD, forte de ses 18 000 actionnaires attaque en justice la commune de Saint Romain au Mont d’or au Tribunal Administratif de Lyon, par un recours de pleine juridiction pour obtenir la réparation du préjudice moral et financier qu’elle subit.

D’autre part, Artmarket poursuit Mr Jean-Marie Hombert, personne physique, devant le Tribunal Judiciaire de Lyon, en responsabilité civile, afin d’obtenir la réparation de son préjudice qu’elle subit en raison de la faute détachable commise par le Maire, de par ses fonctions, en faisant faire un procès par la commune de Saint Romain au Mont d’or à Artmarket SA, procès totalement infondé qui est une pure folie procédurale et une faute détachable qu’il commet dans sa fonction de Maire de la commune de Saint Romain au Mont d’or.

Mise à jour du lundi 21 février 2022 :

La Commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or a déposé une déclaration d’appel portée devant la Cour d’Appel de Lyon, valant demande d’inscription au rôle à l’encontre d’une ordonnance n° 21/00936 rendue par le Juge des Référés du Tribunal Judiciaire de Lyon le 07 février 2022. Partie appelante : La Commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Parties intimées : les sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, l’Organe, Artmarket.com et Groupe Serveur.

En clair, la Commune, qui a été déboutée de toutes ses demandes et condamnée aux dépens et à l’article 700 du NCPC pour les 5 sociétés qu’elles a poursuivies, persiste de plus belle avec un calendrier judiciaire de 18 à 24 mois.

Cet acte impensable porte désormais le calendrier judiciaire de la Demeure du Chaos à 25 ans de procédures, soit un quart de siècle.

L’histoire de l’art s’inscrit souvent dans la douleur, la persécution et les décennies.

J’opposerai l’amour de la création artistique que je partage avec tous à travers la Demeure du Chaos face à la haine destructrice de l’art voulue par la Commune.



À propos de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos :

« La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos », créée en 1999 (soit 23 ans d’existence) par thierry Ehrmann, Sculpteur Plasticien depuis 1980 (biographie 2022 certifiée Who’s Who In France), est un Musée d’Art Contemporain : Le Musée L’Organe.

Ce Musée d’Art Contemporain à ciel ouvert est plus connu sous le nom de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos dixit The New York Times.

Il s’étend sur 9 000 m2 et se matérialise par un parcours muséal unique au monde, ouvert gratuitement au public.

Ce Musée d’Art Contemporain est composé de près de 6 300 œuvres d’art distinctes, chacune par son nom original, medium et forme dont principalement 4 500 sculptures en acier brut pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines de tonnes ainsi que des peintures, gravures, installations et land art, conformément aux lois Malraux.

Ce Musée d’Art Contemporain compte 180 000 visiteurs/an, dont 25 % hors de France.

La banque de données images du Musée L’Organe a dépassé les 45 millions de vues sur Flickr (constat d’huissier du 29/10/2019 par Maître PONS) :
https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/albums/

La page Facebook de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos compte 4,3 millions d’abonnés :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Le Musée d’Art Contemporain l’Organe gérant La Demeure du Chaos / Abode of Chaos édite dans le monde entier de nombreux ouvrages dont notamment  l’ouvrage « OpusIX de la Demeure du Chaos », livre Collector bilingue, de 504 pages incluant les 702 sculptures d’acier brut  « in situ » pour l’exposition « Trente ans de sculptures de thierry Ehrmann (1980-2010) ». Cet ouvrage est également consultable gratuitement en ligne en format PDF ainsi que sur le site Internet Issuu où il a été téléchargé 37 millions de fois (constat d’Huissier étude Mamet-Pons) :
https://issuu.com/demeureduchaos/docs/demeureduchaos-abodeofchaos-opus-ix-1999-2013

La Demeure du Chaos est aussi le siège social de :

– Artprice by Artmarket, le Leader mondial de l’information sur l’Art, coté sur le marché réglementé SRD LO de Paris Euronext

– Groupe Serveur (maison-mère d’Artprice) et de ses 9 filiales (depuis 1987).

Ce Musée a reçu gratuitement 2,21 millions de visiteurs en 16 ans, depuis son ouverture au public en février 2006 (création du Musée d’Art Contemporain en 1999).

Pour ses 23 ans, il remercie ses 720 000 signatures de soutiens de sa pétition historique.

Au regard des Historiens d’Art, La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos se définit comme une « Œuvre au noir de tradition hermétique se nourrissant du Chaos alchimique de notre 21ème siècle, tragique et somptueux dont les braises naissent le 11 Septembre ».

De nombreuse planches maçonniques, ouvrages et revues l’attestent depuis 23 ans.

Les différents ouvrages d’art du monde entier situent sa Genèse dans la première planche maçonnique de thierry Ehrmann à la Grande Loge Nationale de France en 1985, portant sur le remarquable ouvrage alchimique « Les Demeures Philosophales » de Fulcanelli.

Par ailleurs, thierry Ehrmann et sa Demeure du Chaos sont comparés depuis 23 ans au Facteur Cheval et à son Palais Idéal à tel point que l’ouvrage de référence « Avec le Facteur Cheval », édité par le Palais Idéal du Facteur Cheval, l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts et le Musée de la Poste, décrivent en 2008, dans le paragraphe « Cheval et ses poulains » : « La Demeure du Chaos de Thierry Ehrmann baptisé Le Facteur Cheval du XXIème siècle », page 18. La filiation par les ayant-droits du Facteur Cheval est claire et sans ambiguïté. De même, il existe depuis plus de 12 ans un circuit culturel commun aux deux musées qui accueillent les mêmes visiteurs.

Le Musée d’Art Contemporain « La Demeure du Chaos » comporte aussi 1 800 portraits géopolitiques couvrant 80% de l’actualité mondiale qui sont régulièrement repris par les journaux et médias de presse écrite et audiovisuelle dans le monde ainsi que des milliers de gravures alchimiques distingues.

La Demeure du Chaos / Abode of Chaos a fait l’objet de près de 3600 reportages de presse écrite et audiovisuelle de 72 pays en près de 23 ans.

Selon la presse internationale, elle est définie comme un corpus d’Œuvres distinctes et une « Factory » incontournable et unique au monde qui s’inscrit dans l’Histoire de l’Art comme l’œuvre majeure du début de notre 21ème siècle (cf revue de presse, notamment le n° spécial du journal « The New York Times » et Artpress).

En octobre 2019, L’Obs l’a titrée comme « Le prototype du musée de demain » dans le cadre de ses conférences « 2049 » :
https://www.nouvelobs.com/2049/20191022.OBS20117/la-demeure-du-chaos-prototype-du-musee-de-demain.html

Avec le reportage vidéo correspondant qui a été vu plus de 1,8 million de fois :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999/videos/1175353539523079/

Un chiffre récent montre la puissance du Musée d’Art Contemporain l’Organe sur Internet avec plus de 31,5 millions de vues (PV d’huissier Maitre PONS) pour la vidéo d’Antoine de Caunes en visite à la Demeure du Chaos dans le cadre de son émission « La Gaule d’Antoine » sur Canal + :

https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999/videos/10156396733800979

Elle est également présente dans le monde des idées. Elle a en effet engendré, depuis 23 ans dans le monde, des expositions, des débats, des dizaines de livres, des longs métrages de réalisateurs célèbres, des thèses, des recherches, des résonances sur les différents continents.

Elle a fait l’objet d’auditions dans le cadre des travaux parlementaires pour modifier la réglementation des œuvres d’art au regard de l’urbanisme, travaux qui ont abouti à l’adoption de la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, dont l’article 1er dispose que « la création artistique est libre ».

Artprice présente le classement n°33 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2022/02/07 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°33 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

Artprice présente le classement n°33 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (2 février 2022 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artmarket.com: Pak allows thousands of collectors to buy part of a work whose total price reaches USD 91.8 million

2022/02/02 Commentaires fermés

The idea of buying an artwork collectively goes back a long way and has been entertained in various schemes and formats. But the problem of how to resell your ‘shares’ was always a complicated obstacle.

However, according to Artprice, this problem has finally found a solution with NFTs. Anonymous artist Pak put « mass units » up for sale on Nifty Gateway for 48 hours. The final work, titled The Merge, is made up of 266,445 “units” that can be sold separately and instantly on the blockchain. 

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), sold for $520,000 by Artcurial on February 23, 2020

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), sold for $520,000 by Artcurial on February 23, 2020

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “Blockchain and NFTs have at last made it possible to design properly effective forms of securitization on the art market. Non-fungible tokens open up endless possibilities for the acquisition of shares in a work, as Pak has demonstrated with this extraordinary sale. This represents a veritable paradigm shift for the art market”.

28,000 collectors

From now on, the unknown factor is no longer the sale price (fixed in advance) but rather the number of units purchased. Moreover, Pak and Nifty Gateway developed a whole strategy to boost demand during the 48 hours that the sale lasted:

– initial price of $299 for loyal collectors of Pak and $400 for new entrants

– increasing price by $25 every six hours

– for 10 units purchased an eleventh is free; for 1,000 units purchased 300 more are free

– a continuous real-time ranking of the best buyers (under pseudonyms)

– the work Alpha Mass offered to the largest buyer

In total, 266,445 “mass units” were purchased for $91.8 million by 29,000 different buyers. This makes an average price of $316 per unit and an average of 9 units acquired per buyer. According to Artprice by Artmarket, the result is a genuine ‘community’ that the artist has brought together to create a gigantic and dematerialized work, in which everyone is free to resell their shares at any time.

Typically, works of art are auctioned off as one-offs rather than as a series. Jeff Koons’ Rabbit sculpture (1986) made Koons the most expensive living artist in 2019 when it sold for $91.12 million.

One or more works?

In April 2021, Pak organized a sale with Sotheby’s called The Fungible Collection. For three days, for only 15 minutes each day, anyone could acquire “cubes” at a fixed price:

– 1st day: 19,737 cubes sold at $500 = $9,868,500

– 2nd day: 3,268 cubes sold at $1,000 = $3,268,000

– 3rd day: 593 cubes sold at $1,500 = $718,500

While the cubes in each buyer’s wallet were linked, the 23,598 cubes did not make a total work per se: each purchaser acquired his own set of cubes with an average purchase price of $587. Similarly, Beeple’s The first 5,000 days (sold at Christie’s in March 2021 for $ 69.4 million), is theoretically made up of 5,000 full works, the average price of which is therefore around $14,000.

By way of comparison, the sale of the Macklowe Collection on 15 November 2021 at Sotheby’s New York raised $676 million from 35 works; that’s an average value of $19.3 million per lot. The comparison doesn’t make a lot of sense except from the point of view of the homogeneity of the works and their securitization. Imagine you’d been given the opportunity of acquiring a share in Mark Rothko’s No. 7 (which entered the Macklowe Collection in 1987) for $500. After its sale for $82.5 million, you would own a 165,000th part of the painting.

However, Pak’s approach is the opposite since the work, The Merge, did not yet exist at the time of the sale. No-one knew what it was going to look like. By buying a part of this unknown work, each collector contributes to it. Encouraged by a low starting price but also encouraged to acquire the largest number of units in order to receive a reward, The Merge is a game that brings together technology buffs, cryptocurrency and NFT devotees and art enthusiasts increasingly fascinated by this universe. 

Artists have now moved into the primary position around which the art market revolves.

According to Artmarket.com, NFTs represent a genuine grassroots movement that has created its own ecosystem, with a virtuous economy and exponential growth potential.

Indeed, the turnover generated by NFTs so far this year (to 9 December 2021) – as measured by ERC 721 and ERC 1155 Ethereum smart contracts relating to the art market and collections – is 26.9 billion dollars (source Chainalysis).

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/Invader-Joconde.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Pak permet à des milliers de collectionneurs d’acheter une partie d’une oeuvre NFT dont le prix global atteint 91,8m USD

2022/02/02 Commentaires fermés

Acheter une œuvre à plusieurs est un très vieux rêve sur le Marché de l’Art. Mais comment pouvoir revendre ses parts quand on le souhaite ? Ce problème trouve enfin une solution avec les NFTs, selon Artprice.

L’artiste anonyme Pak a mis pendant 48 heures des « unités de masse » en vente sur Nifty Gateway. L’oeuvre finale, intitulée The Merge, est constituée de 266 445 « unités » qui peuvent être revendues séparément et instantanément sur la blockchain.

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), vendue 520 000$ par Artcurial le 23 février 2020

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), vendue 520 000$ par Artcurial le 23 février 2020

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « La Blockchain et les NFTs permettent de concevoir des formes de titrisation enfin efficaces sur le Marché de l’Art. Les tokens non fongibles ouvrent une infinité de façons d’acquérir une partie d’oeuvre, comme l’a démontré Pak avec cette vente extraordinaire. Le Marché de l’Art est en train de vivre une révolution par ce changement de paradigme. »

28 000 collectionneurs

Désormais, l’inconnue n’est plus le prix de vente (fixé à l’avance) mais le nombre d’unités achetées. Aussi Pak et Nifty Gateway avaient-ils mis au point toute une stratégie pour dynamiser la demande pendant les 48h de la vente :

– prix initial de 299$ pour les fidèles collectionneurs de Pak et 400$ pour les nouveaux entrants

– prix incrémenté de 25$ toutes les six heures

– pour 10 unités achetées, une onzième est offerte ; pour 1 000 unités achetées, 300 sont offertes

– un classement continu des meilleurs acheteurs (sous pseudo)

– l’œuvre Alpha Mass offerte au plus grand acheteur

Au total, 266 445 « unités de masse » ont été achetées pour 91,8 m$ par 29 000 acheteurs différents. Cela fait un prix moyen de 316$ par unité et une moyenne de 9 unités acquises par acheteur. C’est, selon Artprice by Artmarket, une véritable communauté que l’artiste fédère ici pour créer une œuvre gigantesque et dématérialisée, dont chacun est libre de revendre ses parts à tout moment.

En règle générale, les œuvres d’art sont vendues aux enchères en tant que pièces uniques plutôt qu’en séries. La sculpture Rabbit, de 1986, a fait de Jeff Koons l’artiste vivant le plus cher en 2019 lorsqu’elle s’est vendue à 91,12 millions de dollars.

Une ou plusieurs œuvres ?

En avril 2021, Pak avait organisé avec Sotheby’s une vente intitulée « The Fungible Collection ». Trois jours durant, pendant 15 minutes seulement à chaque fois, n’importe qui pouvait acquérir des « cubes » a prix fixe :

– 1er jour : 19 737 cubes vendus à 500$ = 9 868 500$

– 2ème jour : 3 268 cubes vendus à 1 000$ = 3 268 000$

– 3ème jour : 593 cubes vendus à 1 500$ = 718 500$

Si les cubes se combinaient dans le portefeuille de chaque acheteur, les 23 598 cubes ne faisaient pas une œuvre totale : chacun possède son propre ensemble de cubes dont le prix d’achat moyen atteint 587$. De même, l’œuvre de Beeple The first 5,000 days, vendue chez Christie’s en mars 2021 pour 69,4m$, est théoriquement constituée de 5 000 œuvres à part entière, dont le prix moyen avoisine donc les 14 000$.

À titre de comparaison, la vente de la Maclowe Collection le 15 novembre 2021 chez Sotheby’s New York a récolté 676 m$ avec 35 œuvres, soit une valeur moyenne de 19,3 m$ par lot. La comparaison n’a pas beaucoup de sens, sinon de questionner l’homogénéité des œuvres et leur titrisation. Imaginez que vous ayez la possibilité d’acquérir pour 500$ une part de l’œuvre No. 7 de Mark Rothko, entrée dans la Macklowe Collection en 1987. Vous posséderiez un 165 000ème de la toile (vendue 82,5 m$).

Seulement la démarche de Pak est inverse, dans la mesure où l’œuvre The Merge n’existait pas encore à l’heure de la vente. Personne ne savait à quoi elle allait ressembler. C’est en achetant une part de cette inconnue que chaque collectionneur y contribue. Encouragé par un faible prix de départ mais aussi à acquérir le plus grand nombre d’unités pour recevoir une œuvre de récompense, The Merge est un jeu qui rassemble les passionnés de technologies, les adeptes de cryptomonnaies et de NFTs ainsi que les amateurs d’art de plus en plus fascinés par cet univers.

L’artiste se réjouit de redevenir le noyau central sur lequel s’articule l’ensemble Marché de l’Art.

Il peut ainsi faire entrer ses collectionneurs dans son univers/métavers, en créant une interactivité avec eux.

Selon Artmarket.com, les NFTs sont une véritable lame de fond qui a créé son écosystème, avec une économie vertueuse et une croissance exponentielle.

En effet, le chiffre d’affaires des NFTs d’art de cette année, arrêté au 09/12/2021, est de 26,9 milliards de dollars, associés au contrat ERC 721 et ERC 1155, qui sont des contrats intelligents Ethereum, associés au Marché de l’Art et aux collections (source Chainalysis).

Images : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/Invader-Joconde.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Le Progrès – janvier 2022 – La Demeure du Chaos : nouvelle passe d’armes au tribunal à Lyon

2022/01/18 Commentaires fermés
Le Progrès – janvier 2022 – La Demeure du Chaos : nouvelle passe d’armes au tribunal à Lyon
Le Progrès de Lyon – Vendredi 14 janvier 2022

Artmarket.com : le Marché de l’Art, par la révolution des NFTs, va connaître une croissance exponentielle avec Artprice pour les raisons suivantes

2022/01/18 Commentaires fermés

Depuis 25 ans, Artprice by Artmarket, Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, analyse la structuration de ce marché à travers ses différents départements : histoire de l’art, banques de données, économétrie et statistiques, sociologie, économie, juridique et fiscal.

AbodeofChaos #99

© (collection of 999 NFTs), NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.

Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

IMG-1976
© (collection of 999 NFTs), NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos
© (collection of 999 NFTs), NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
ourtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-AbodeofChaos-99.jpg]

.

Artprice-nft.com

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-NFT-bill.jpg]

Selon thierry Ehrmann fondateur et PDG du groupe : « Artprice by Artmarket, depuis cinq ans, s’est emparée légitimement de l’impact des NFTs sur le Marché de l’Art car il s’agit bien de son cœur de métier historique qui sont les banques de données et la Blockchain ainsi que la normalisation analogique puis numérique du Marché de l’Art dont Artprice est l’auteur unique, avec une protection de ses codes sources au titre de la propriété intellectuelle, depuis 1999 ».

Pour information, Artmarket, avec notamment sa R&D, la conception de Artpriceblockchain.com, a obtenu, dès 2015, le prestigieux label étatique français «entreprise innovante » décerné par la Banque Publique d’Investissement (BPI). Fait rare, ce label lui a été de nouveau attribué en 2018.

Artmarket.com renouvelle plus que jamais son ambition. En effet, il est possible que sa Marketplace NFT ® puisse réaliser dans le futur un chiffre d’affaires de plusieurs dizaines de millions d’euros, voire des centaines de millions à terme.

Cette ambition est portée par le raisonnement suivant qui se décompose, d’une part, par une approche spécifique et unique de la Blockchain et des NFTs et d’autre part, par une analyse historique, sociologique et économique du Marché de l’Art.

Approche spécifique et unique de la Blockchain et des NFTs

Artmarket.com, dans la conception de son DAO « Decentralized Autonomous Organization » (organisation autonome décentralisée), va produire un « smart contract » (contrat intelligent) déployé sur la blockchain Ethereum.

Le DAO d’Artmarket.com conçu de manière responsable, réunit à ce jour des règles immuables et transparentes qu’elle a codifiées scientifiquement depuis 25 ans pour régir de manière impartiale les règles du Marché de l’Art, qui est un des plus vieux marché du monde.

Le DAO d’Artmarket.com est transparent. Il repose de facto sur un cadre supra-national et fait l’objet de contributions des meilleurs historiens, juristes, scientifiques et économètres, recueillies durant ces deux dernières décennies, pour établir son code ouvert (open data).

Artprice, Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art , est l’auteur depuis 25 ans de ses banques de données, qui font autorité dans le monde entier avec le plus grand fonds documentaire au monde de notes, manuscrits et catalogues de ventes depuis 1700, qui cautionne l’authenticité et la preuve historique de ses banques de données.

Par sa fiabilité et sa réputation incontestée dans le Marché de l’Art, Artprice a la pleine capacité de devenir ainsi « l’Oracle » (source d’informations fiables qui permet d’intégrer des variables issues du monde réel, dans des contrats intelligents) dans la Blockchain d’Artmarket.com.

La légitimité d’Artprice en tant qu’Oracle se fonde sur la collecte auprès de 6300 Maisons de Ventes dans le monde, qui lui transmettent les données des résultats d’adjudications de ventes publiques.

Pour rappel, dans les communautés du web 3.0, il est indispensable que l’Oracle fasse appel à des centaines de sources publiques, ce qui est exactement le statut d’ Artprice et de ses 6300 sources publiques.

Artprice, en tant qu’Oracle, permettra d’ajouter les data de ses banques de données : résultats d’adjudications de ventes publiques ; données historiques, indicielles et économétriques de l’artiste et de ses œuvres ; traçabilité des œuvres etc.

Les data d’Artprice, en tant qu’Oracle entrant, font office d’autorité et de vérité. En fonction des informations fournies par Artprice, le « smart contract » se déclenchera ou non.

Nul doute qu’Opensea ou Rarible, pour ne citer qu’elles, sont parmi les plateformes NFTs qui peuvent bénéficier immédiatement et pleinement d’une collaboration industrielle avec Artmarket.com, cette dernière apportant une caution incontestable et incontournable dans le monde depuis 25 ans sur le Marché de l’Art.

Artmarket.com étudiera chaque proposition, joint venture, entrée dans le capital, fusion/acquisition et donnera son aval si ces propositions ont du sens et perpétuent son éthique, à savoir l’information et la transparence du Marché de l’Art.

Au regard des différentes législations en vigueur en France comme en Europe, Artmarket.com, en vue de sa prochaine qualité de FinTech, étudie un enregistrement auprès de l’AMF en tant que prestataire de services sur actifs numériques (PSAN). En parallèle, un regard attentif et constant sur la législation américaine et européenne permettra à Artmarket.com et à sa filiale américaine de faire le meilleur choix, en tant que future FinTech.

Analyse historique, sociologique et économique du Marché de l’Art

La synthèse suivante d’Artmarket.com repose sur la lecture de milliers d’articles et d’études, de centaines d’interviews, de rencontres, de conférences, sur l’univers de la cryptologie, des cryptomonnaies, de la Blockchain, des NFTs et du Métavers.

Le Marché de l’Art, par la transparence de l’information où Artprice est le principal contributeur dans le monde depuis 25 ans, a connu une croissance en chiffre d’affaires global de +2700 % de 2000 à 2020.

Cette croissance du Marché de l’Art, qui était propre à l’Occident, est désormais déployée sur les cinq continents, avec l’explosion des medium et l’arrivée de jeunes artistes qui, très rapidement, rentrent dans le Marché de l’Art avec une cote soutenue, dans un marché désormais efficient.

La principale question qu’Artprice étudie et suit avec attention est l’impact des NFTs sur le Marché de l’Art. Chacun de ses rapports annuels consacre aux NFTs un large chapitre, comme le dernier Rapport Annuel sur l’Art Contemporain, paru en octobre 2021 :

https://www.artprice.com/artprice-reports/the-contemporary-art-market-report-2021

Début 2022 Artmarket.com publiera un rapport très complet sur les NFTs et leur impact sur le Marché de l’Art.

De par l’expérience de ses différents départements, Artprice confronte les NFTs avec le marché des multiples au XXème siècle (lithographies, estampes, sérigraphies, etc.).

Il existe une règle coutumière où la notion de multiples fragilise un artiste ayant déjà une certaine maturité par sa cote. Cela s’explique principalement pour une raison technique et scientifique : il n’est pas possible de maîtriser de manière certaine les tirages multiples.

De même, les multiples sont souvent considérés comme les parents pauvres du Marché de l’Art.

Il faut aussi savoir que le coût unitaire d’entrée d’une œuvre dans le Marché de l’Art est au minimum de 20 000€, en prenant comme critère la capacité d’acquérir une œuvre cotée et de pouvoir la revendre dans l’année en cours. En 2021, il faut acquérir une œuvre de 50 000€ minimum pour obtenir une liquidité de sortie sous un mois.

Les oeuvres d’art NFT, par leur changement de paradigme, remettent en question toute l’économie traditionnelle du Marché de l’Art.

En effet, la révolution NFT dans le Marché de l’Art s’attaque à toutes les barrières propres aux mœurs et coutumes de ses acteurs et entraîne désormais fin 2021 l’approbation d’un large consensus, aidée en cela par les communautés d’artistes.

Pour la première fois, la Blockchain, avec l’inclusion de son « smart contract », permet, avec une certitude scientifique, de déterminer l’émission des « Non Fongible Token » (jetons non fongibles), ce qui instantanément donne une confiance au Marché de l’Art qui lève le tabou sur les multiples d’un artiste, susceptibles jadis de le fragiliser.

La révolution NFT ne s’arrête pas là. Elle s’appuie désormais sur des émissions certifiées numériquement, que nul ne peut détourner, grâce à la Blockchain, permettant ainsi à un artiste reconnu et coté d’émettre par exemple un grand nombre de NFT formant une collection d’œuvres numériques d’après la narration propre à l’artiste.

L’artiste peut ainsi faire entrer de nouveaux collectionneurs dans son univers/métavers créant ainsi une interactivité avec ses collectionneurs. L’artiste peut désormais voir croître ses revenus, sa notoriété, sans pour autant écorner son image et sa relation avec les acteurs du Marché de l’Art.

Cette transformation radicale du Marché de l’Art va permettre de passer de 120 millions de collectionneurs, avec un âge moyen de 54 ans, à plus de 900 millions d’acheteurs friands de NFTs, avec des profils sociologiques beaucoup plus variés dès l’âge de 20 ans.

C’est tout simplement toute une génération qui a toujours vécu avec le numérique, qui sait pertinemment que les NFTs d’art sont un produit recherché, rare, spéculatif, avec cette notion de hype et d’avant-garde ainsi qu’une reconnaissance sociale digitale et mesurée.

De plus, en 2021, les supports numériques sont omniprésents : écrans de Smartphones, de SmartTV, de tablettes, de computers, se comptent par plusieurs milliards. Ces écrans haute définition, avec désormais une très faible consommation de par les MicroLED avec des prix déflationnistes, inondent de plus en plus notre quotidien, que ce soit dans la sphère privée, professionnelle, dans les espaces publics, les aéroports, les centres commerciaux, etc.

Le NFT Art est conceptualisé pour pénétrer dans le quotidien de chacun, dans une ultra démocratisation de l’Art, sans perte de rareté et de qualité. Les revenus générés par cette mutation historique sont d’ores et déjà spectaculaires comme le prouve le niveau d’adjudication de Beeple, alias Mike Winkelmann, à 69M$ chez Christie’s qui rivalise déjà avec les records historiques des œuvres physiques. Ces nouveaux revenus qui sont le fer de lance de ce nouveau monde.

De plus, ces nouveaux acquéreurs peuvent spéculer, d’une part, sur l’œuvre où la liquidité des NFTs d’art sur les plateformes est sans commune mesure avec les multiples du siècle dernier, et d’autre part, en prenant compte des variations des cryptomonnaies. C’est un facteur non négligeable qui ajoute au plaisir de l’accès à l’Art un gain conséquent.

De par son expertise du Marché de l’Art, Artprice by Artmarket a la capacité de faire émerger des milliers de communautés d’artistes cotés, venant entre autres de courants récents comme celui du Street Art par exemple dont les œuvres visuelles semblent être nées pour les NFTs, ou bien encore de courants plus verticaux comme celui des artistes performeurs jusqu’alors écartés du marché de masse.

Avec le smart contract d’Artmarket.com, l’artiste ou ses ayants droit et Artmarket.com percevront des revenus récurrents de l’œuvre NFT, de son émission primaire jusqu’aux différentes transactions sur le marché secondaire.

Artmarket.com amène sa caution de Leader mondial de l’information du Marché de l’Art avec son expertise, son extrême rigueur technologique et ses strictes conditions dans les métadonnées du smart contract, réunissant ainsi les conditions de la réussite de cette nouvelle révolution du Marché de l’Art.

Le DNS artpricecoin.com, déposé en Décembre 2017 ainsi que les marques correspondantes, démontrent la sensibilisation précoce d’Artprice by Artmarket à ce changement de paradigme, aux NFTs et cryptomonnaies.

Un parallèle culturel peut être établi avec l’industrie de la musique. Elle est d’abord restée longtemps confidentielle jusqu’à la capacité technique d’enregistrer et reproduire les sons sur des supports.

Cette avancée technologique a démocratisé la musique, multiplié à l’infini les possibilités d’écoute. Le nombre de musiciens tout comme le nombre d’amateurs de musique a littéralement explosé, en générant des flux financiers et des profits colossaux, au sein de ce qu’on appelle communément l’industrie musicale qui, en fin 2021, possède près d’un milliard d’abonnés payants, grâce au numérique.

Le changement de paradigme du Marché de l’Art avec l’arrivée des NFTs est a minima comparable. Cette mutation débouche sur un marché de masse, tout en restant élitiste.

À travers les échanges d’Artprice by Artmarket avec des artistes de renommée internationale et d’autres de différentes notoriétés, et/ou des ayants droits, il apparaît une demande très forte, mûrement réfléchie. La compréhension du potentiel du NFT dans la blockchain est immédiatement assimilé.

C’est un relais de croissance très puissant pour les artistes (768 000 artistes cotés et référencés sur Artprice by Artmarket) qui sont le noyau central sur lequel s’articule l’ensemble Marché de l’Art, et qui vont désormais appréhender l’avenir de ce marché et le leur avec un biais très positif au sein de l’univers d’Artmarket.com, qui va se transformer progressivement en Metavers.

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-AbodeofChaos-99.jpg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-NFT-bill.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: Here’s why the art market, via the NFT revolution, will enjoy exponential growth with Artprice:

2022/01/17 Commentaires fermés

For 25 years now, Artprice by Artmarket – world leader in art market information – has been studying, analyzing and researching the structure of the art market from every possible angle. This work has engaged all of its human and technical resources, including its art history department, its databases, its econometricians and statisticians, its sociologists, and of course its economists, jurists and tax specialists.

AbodeofChaos #99

© (collection of 999 NFTs), NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.

IMG-1976
(collection of 999 NFTs), NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-AbodeofChaos-99.jpg]

Artprice-nft.com

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-NFT-bill.jpg]

According to thierry Ehrmann, founder and CEO of the group, ‘Over the past five years, Artprice by Artmarket has literally second guessed the impact of NFTs on the art market by adding blockchain to its core database business and digitizing its historical art market standardization work. Artprice is the sole author of these projects with IP protection of its source codes since 1999′.

For its innovative R&D and its creation of Artpriceblockchain.com, Artmarket was awarded the prestigious state label “Innovative Enterprise” by the BPI (French public investment bank) in 2015 and then again in 2018 (it is rarely awarded more than once).

Artmarket.com is now setting its sights even higher as it launches its NFT ® Marketplace with a realistic ambition to generate a future turnover of several tens of millions of euros, and possibly even hundreds of millions in the longer term.

This ambition is based on the logic and reasoning explained below, which, on the one hand involves a specific and unique approach to Blockchain and NFTs, and on the other, relies on a historical, sociological and economic analysis of the art market.

Specific and unique approach to Blockchain and NFTs

In the design of its DAO (Decentralized Autonomous Organization) Artmarket.com will produce ‘smart contracts’ registered on the Ethereum blockchain.

Today, Artmarket.com’s eco-responsibly designed DAO brings together the immutable and transparent rules governing the art market (one of the oldest market’s in the world) with total impartiality. Artprice has been scientifically codifying these rules for the last 25 years.

Artmarket.com’s DAO is transparent. It is de facto based on a supra-national framework and is the subject of contributions from the best historians, jurists, scientists and econometricians. These contributions have been collected over the past two decades to establish the company’s open data.

Artprice – world leader in art market information – has been the sole author of its databases for 25 years. Today, its databases are authoritative throughout the world and include the world’s largest documentary archive of notes, manuscripts and sales catalogs since 1700, which further guarantee the authenticity and historical legitimacy of its databases.

As a direct consequence of its reliability and its undisputed reputation in the art market, Artprice has the full capacity and is perfectly positioned to play the role of oracle (source of reliable information that allows the integration of variables from the real world into smart contracts) in Artmarket.com’s blockchain.

Artprice’s legitimacy as a blockchain oracle is based on its real-time collection of data from 6,300 auction houses around the world which automatically transfer their public auction results to Artprice.

Within Web 3.0 communities, an oracle can only be an oracle if it relies on a multitude of public sources, which is exactly what Artprice does with its 6,300 public sources.

As an oracle, Artprice will feed data from its databases. This data will include public auction results; historical, indexed and econometric data about artists and their works; detailed information concerning the traceability of works, etc.

As an oracle input, Artprice’s data will have the status of ‘recognized official market information’, and the activation or non-activation of ‘smart contracts’ will depend on the information provided by Artprice.

There is no doubt that Opensea and Rarible, to name but two, are among the NFT platforms that would immediately benefit from an industrial collaboration with Artmarket.com, the latter providing an indisputable, unavoidable and global art market reference going back a quarter of a century.

Artmarket.com will study each proposal, joint venture, capital participation, merger and/or acquisition and will give its approval if the proposals make good industrial sense and perpetuate its principal ethic: the promotion of art market information and transparency.

In view of the different legislation in force in France and, at a broader level, in Europe generally, Artmarket.com is looking into registering with the AMF as a Digital Assets Service Provider (DASP or PSAN in French) with a view to its forthcoming status as a FinTech company. At the same time, Artmarket.com will constantly monitor US and European legislation thereby allowing it and its American subsidiary to make the best choices as a future FinTech.

Historical, sociological and economic analysis of the art market

The following synthesis by Artmarket.com is based on the study of thousands of articles and reports, and hundreds of interviews, meetings and conferences on the world of cryptology, cryptocurrencies, blockchain, NFTs and the metaverse.

Thanks largely to the greater transparency and the greater ease of access to information – to which Artprice has been the main contributor in the world for 25 years – it has been made possible to observe that the art market experienced an overall turnover growth of +2700% between 2000 and 2020.

The art market’s growth – initially specific to the West – is now happening on five continents of the globe. Lately it has been substantially driven by a veritable explosion of the media employed by artists and the arrival of young artists with astonishing auction debuts in what is clearly now an efficient market.

The principal question Artprice has been studying and following closely is the impact of NFTs on the art market. Each of its annual reports devotes a large chapter to NFTs, such as its latest Contemporary Art Market Annual Report published in October 2021: https://www.artprice.com/artprice-reports/the-contemporary-art-market-report-2021

At the Beginning of 2022, Artmarket.com will publish a comprehensive report on NFTs and their impact on the art market.

Using the experience of its various departments, Artprice compares NFTs with the market for multiples (lithographs, prints, serigraphs, etc.) in the 20th century.

It was traditionally believed that multiples weakened artists whose markets were already established. This belief was essentially based on a technical and scientific reality: it was not possible to control with absolute certainty the number and quality of prints/multiples in circulation. As a result, prints/multiples are often considered the poor cousins of the art market.

Another interesting fact to consider before pursuing this comparison is liquidity. In reality, if you want to buy an artwork that you can be sure to sell within a year, you need to pay at least €20,000. In 2021, if you are looking for exit liquidity within a month, you need to pay at least €50,000.

NFT artworks, because they represent a complete paradigm shift, challenge the whole traditional economy of the art market.

Indeed, the NFT revolution, which undermines all the barriers inherent to the mores, customs and standards of the traditional art market, is now clearly approved by a broad consensus of users, collectors and creators, and notably, by whole communities of artists themselves.

Blockchain technology, via ‘smart contracts’, allows the issuance of ‘non fungible tokens’ with scientific certainty about their origin, their number and indeed about their every detail. This instantly affords confidence to the art market which, under these conditions, accepts the creation and circulation of multiples, which, in the past, might have weakened the artist’s market.

But, the NFT revolution doesn’t stop there. It is now based on digitally-certified issues that, thanks to blockchain, no-one can divert. For example, this allows a recognized artist (with an established price range) to issue a large number of NFTs forming a collection of digital works that become a sort of dialogue with his/her public. This interactivity will attract new collectors to the artist’s universe/metaverse. The artist will then be able to see his/her income and notoriety grow, without damaging his/her reputation and relationship with the art market’s key players.

According to our cross-checked calculations based on a large range of criteria and considerations, this radical transformation of the art market is likely to grow the population of art collectors from approximately 120 million today (with an average age of 54) to more than 900 million buyers of NFTs (and who knows what other artistic formats…) with a much younger and much more varied sociological profile.

Put simply, there exists today a whole generation of humans that has always lived with digital technology and completely understands that art NFTs are a sought-after, rare and speculative product surrounded by hype and considered avant-garde, and affording a degree of digital social recognition… and neither the hip factor, nor the modishness, nor the speculative aspect are a problem for this generation. 

In addition, in 2021, digital media are absolutely everywhere: smartphones, smartTVs, tablets and computers, number in the billions. These high definition screens, now with very low power consumption due to MicroLEDs with deflationary prices, are increasingly prevalent in our daily lives, both in the private, and professional spheres, and in public spaces like airports and shopping centers, etc..

NFT Art has been conceptualized to penetrate into everyone’s daily lives, in an ‘ultra-democratization’ of art, without loss of rarity and quality. The revenues generated by this historic change are already spectacular, as we saw with the result of Beeple,alias Mike Winkelmann, ($69.3 million) at Christie’s, already rivaling historical auction records for physical works. These results are playing a spearhead role for this new world.

In addition, the new buyers of NFTs can engage in a form of double speculation: on the one hand, there’s the artwork which is a thousand times easier to sell (on an NFT platform) than the multiples of the last century; and on the other hand, there’s the fluctuation in the value of the cryptocurrency in which its value is denominated. This is a significant factor as it adds the possibility of economic gain to the pleasure of accessing art.

Through its expertise in the art market, Artprice by Artmarket has the ability to ‘bring out’ thousands of communities of artists (with known market prices) originating from recent trends like Street Art (whose visual works seems to have been born for NFTs) among others, or even more fringe trends like performance art, which has been always excluded from the mass market.

With Artmarket.com smart contracts, the artist or his/her beneficiaries and Artmarket.com will receive recurring income from the NFT artwork, from its primary issue to its various transactions on the secondary market.

What Artmarket.com brings to the NFT market is its guarantee as world leader in art market information along with its expertise, its extreme technological discipline and the strict terms in the metadata of its smart contracts, thereby creating the necessary conditions for the success of this new revolution in the art market.

The DNS artpricecoin.com, filed in December 2017 (along with all the corresponding names) illustrates Artprice by Artmarket’s early awareness of this paradigm shift to NFTs and cryptocurrencies.

As a global phenomenon, the advent of NFTs within a blockchain environment has parallels with the world of music. In its very early days, music was only available to those who went to listen to it. This changed with the technical capacity to record and reproduce sound on different media.

That technological advance democratized music, infinitely multiplying the listening possibilities. The number of musicians as well as the number of music enthusiasts literally exploded, generating colossal financial flows and profits within what is commonly called ‘the music industry’, which, at the end of 2021, had nearly one billion paying subscribers, thanks to digital technology.

With the arrival of NFTs, the paradigm shift in the art market is at least comparable. This change will take us towards a mass art market, but one that will always retain a certain elitist quality (like all cultural markets).

Through exchanges between Artprice by Artmarket and internationally renowned artists (and others) and/or their beneficiaries, we have become acutely aware of a strong demand to exploit the NFT medium in a carefully considered manner. And awareness of the potential of NFTs in the blockchain environment already appears to be very widespread.

For artists, past and present (768,000 artists are referenced and priced on Artprice by Artmarket), the NFT phenomenon represents a very powerful growth driver. Artists are the central core on which the whole art market is based and they will now apprehend the future of the art market, and their own futures, from a very positive angle within the Artmarket.com universe, which will progressively transform into a metaverse.

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-AbodeofChaos-99.jpg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-NFT-bill.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:.

Artprice présente le classement n°32 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2022/01/12 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°32 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google
Artprice présente le classement n°32 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (3 janvier 2022 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/