Archive

Archive for novembre 2017

Artprice: the auction record for Salvator Mundi by Leonardo da Vinci proves that the Museum Industry® is completely revolutionizing the Art Market’s economic model

The consensus of estimates surrounding the price potential of Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi was nowhere near the mark and the final result of $450.3 million left a lot of dropped jaws. As the instigator of the concept of a “Museum Industry® revolutionizing the economic model of the Art Market”, it is natural that Artprice, acutely aware of the intensifying interaction between the Art Market and the world of finance, should comment on this latest result.

Artprice – the world leader in art market services, solicited by hundreds of media organisations around world for the quality of its information about the Art Market – hereby wishes to explain that the price paid for Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi is in fact the culmination of a perfectly logical and sober price construction process that has nothing to do with flights of emotion or reckless risk-taking.

Leonardo da Vinci, Salvator Mundi

Leonardo da Vinci, Salvator Mundi

thierry Ehrmann founder and CEO of Artprice: “If you look carefully at each of our press releases on the AMF’s (France’s Financial Market’s Authority) approved website and our studies of the Museum Industry® (whose economic model Artprice fully conceptualised in 2005), you will see that our econometrics and statistics department has been preparing the Art market for this price for years. As reported by AOF press agency, Artprice predicted that Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi would fetch as much as $450 to 500 million.

In fact, Artprice has been the only organisation to repeatedly predict in studies (AMF reference document) that the global Fine Art auction record will inexorably head towards the billion dollar level, after a pause at the $500 million level. We have now reached the halfway stage with Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi.

We have discussed this price evolution since February 2015. We are now almost halfway there and it seems inevitable that our forecast will be confirmed by 2020.” Meanwhile the enormous gap that has appeared between Pablo Picasso’s Les Femmes d’Alger ($179.4 million in 2015) and Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi ($450.3 million) will no doubt diminish progressively over the coming months.

The latest auction records in the Contemporary Art segment (formerly the smallest of the Art Market) have promoted Jean-Michel Basquiat into an ever-expanding club of artists who have exceeded $100 million at auction.

Basquiat is the first Contemporary to join a club that already includes the Modern artists Picasso, Modigliani, Bacon, Giacometti, Munch and Warhol! Taking all parameters into account, the latest Basquiat result represents a genuinely important economic marker and an unprecedented economic performance that the Contemporary Art Market is highly likely to exceed again this year.

Indeed, Christie’s idea of integrating Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi into a Contemporary Art instead of a traditional Old Masters sale was a stroke of genius reflecting their understanding that the Contemporary Art market now has very close ties with the financial sector and the banking sector.

As an American photographer told France’s Europe 1 radio station, “the crazy 19-minute sequence crashed through thresholds that were inconceivable in an art auction context, even for art market specialists, and the tension in the room was reminiscent of Wall Street trading.”

For Artprice, the price paid for the da Vinci painting is a perfectly logical result because it matches the economic and financial concept of the Museum Industry® that Artprice (alone) formalized and IP-protected many years ago.

Artprice has been the global leader in Art Market information for 20 years and possesses the most comprehensive art market information bank in the world. With its databases and its longstanding partnership with Artron (China’s powerful State-sponsored Art Market Information group) Artprice developed the innovative concept of a Museum Industry®. Nowadays this concept is universally accepted and taught everyday throughout the world, and its validity is regularly confirmed by the Art Market’s evolution.

According to thierry Ehrmann, “this new economic science within the Art Market is relentlessly inflating prices. We were quick to understand the exponential nature of museum openings around the world. Our meta-data revealed that more museums were built between January 2000 and December 2014 than during the entire 19th and 20th centuries.

The industry is producing no less than 700 museums a year on five continents, all with “international” vocations and a minimum of 4,500 works of art. The Soft Power race between major powers (with China now dominating the USA on the Art market) is a powerful geopolitical motor of the exponential development of the Museum Industry®.

It is therefore this new industry – with its appetite for museum quality works – that is the primary driving factor in the spectacular growth of the Art Market. The Art Market is now mature, liquid and efficient, offering yields of 12% to 15% per annum on works acquired over $100,000. On museum pieces costing over a million dollars, the yields are outstanding, and works priced over a million dollars are now commonplace in public sales.

Faced with a negative interest-rate environment and seeing the Art Market’s excellent resistance to the worst financial and economic crises of the past 17 years, lots of investments funds and wealth managers are directing big money towards the Museum Industry® at the heart of the Art Market.

In short, top-bracket investment funds and wealth managers have found a level of profitability in the Art Market that has become increasingly difficult to generate elsewhere, and they are reassured by the Art Market’s maturity, efficiency and liquidity.

With its decision-support tool that functions much like Bloomberg’s financial trading screens, Artprice is now selling “Artprice Screen®” to financial institutions and banks throughout the world. The figures speak for themselves: in 2005, financial institutions and banks represented 7,000 of Artprice’s client accounts and these were essentially Private Banking and Family Office accounts.

Today we have more than 36,000 major accounts, including ordinary deposit banks, who have adopted Artprice’s screens in their IT systems. This undoubtedly represents a revolution for the Art Market.

Our current sales projections concerning subscriptions to “Artprice Screen®” from the financial and banking sector suggest a massive increase in Artprice’s turnover.

Our current sales projections concerning subscriptions to “Artprice Screen®” from the financial and banking sector suggest a massive increase in Artprice’s turnover. Artprice is the only player on the financialised Art Market, and its proprietary R&D and intellectual property rights give it a perfectly legal monopoly resulting from years of innovation, research and development. Our state-awarded BPI status (for “innovative” companies) reflects this effort.

As well as trading rooms around the globe, Artprice notes that major museums have acquired dozens of screens (Artprice Screen Multi User), turning themselves into financial operators.

In strict compliance with European, US and French domestic laws on personal data, Artprice uses its Big Data and its algorithms (pre AI) to analyse more than 18 billion free or paid real-time searches every year.

Since the 1980s when the Art Market started to accelerate, we have seen an impressive series of museum constructions, extensions and renovations in metropolises and smaller cities around the world, often involving the most famous architects.

In addition, as of the 1990s, a whole generation of industrialists has made lasting impressions on the cultural lives of their respective countries by building an incredible number of Contemporary Art museums particularly in the USA, Europe, Middle East and China.

Museums are increasingly monumental… with grand and spectacular architecture. The latest to open was the Louvre in Abu Dhabi, designed by famous architect Jean Nouvel.

Museum now have an industrial vision of their own profitability because they need to know how long it will take to get a return on their investments. That is the fundamental reality underlying the Museum Industry® developed by Artprice.

Conversely, the economy of live performances is governed by a very different logic. According to Baumol and Bowen’s analysis, the performing arts suffer from a substantial productivity disadvantage: to put on a play by Molière in 1664 you needed two hours and twelve actors. In 2017, it stall takes two hours and twelve actors: i.e. no productivity gain over more than three centuries.

The Museum Industry® is based on a fundamental data

The Museum Industry® is based on a fundamental data: the transformation of the role of the museum. In the past, museums developed in the spirit of French “enlightenment” where the primary function was to confiscate artworks from the aristocrats and the church and show them to the people (such was the will of Napoléon Bonaparte…). Today French sociologists refers to this model as having generated a particular museum malady… the curator’s migraine.

Since the 1980s, Peggy Guggenheim, preceded by the visionary André Malraux, began the historic transformation of this function, and of the very definition of a museum.

Artprice has argued that museum malady is essentially caused by holding immutable and fixed collections focused on the period 1850/1980, and that this malady has now been permanently cured by the “cultural revolution” of museums.

No longer content with providing homes for the dusty treasures of bygone empires, the new museum concept offers a dynamic response to the public’s free time in spaces where spectacular collections rub shoulders with all types of mass media expressions, real and virtual artworks and rewarding cultural activities… an exciting and often interactive spatial experience. These new spaces attract millions of visitors on every continent.

Artprice was the first to coin the phrase “Museum Industry®”. Indeed a museum, freed from its State-imposed constraint state of “preservation for posterity”, can now be regarded as an industry, particularly from an investment point of view. Generally speaking, the design, construction and development of a museum’s collection requires heavy investment over an 8 to 10-year period.

Once these heavy investments have been made, public attendance is not limited in the same way that it is with the performing arts, and structural expenses mainly boil down to insurance, maintenance, marketing and occasional restoration work on the collection. Once up and running, a museum can intervene in the Art Market as a key player.

This business logic has been extensively exploited by the Louvre Museum which has marketed its brand to wealthy countries like the USA and UAE. However, Artprice’s presentation of the Museum Industry® in 2017 must end with a superb quote from André Malraux’s Imaginary Museum (1947) in which the author analyses the whole museological phenomenon:

The role of museums in our relationship with art is so important we can hardly imagine a world without them, or that they have existed for just two centuries. The 19th century lived by them; we are still living by them and we forget that they imposed on visitors an entirely whole new relationship with art. They helped to release from their original functions the artworks they brought together.”

Elsewhere in its Imaginary Museum Malraux makes the visionary prediction that “the museums of the 21st century will be the unique places for all art forms, where all cultures, generations and different social strata will converge.

These considerations are undoubtedly at the root of the logic that prompted the buyer (and his pool of investors) to acquire Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi. They also underpin Christie’s extraordinary audacity last week… an audacity that has given the auction house a very substantial advantage over its rival Sotheby’s. Indeed, according to a reliable source, the latter is planning a rapid and equally stunning commercial response to Christie’s feat by offering the Art Market another priceless and historic piece.

Although the price paid for the da Vinci work may seem excessive to some, this impression recedes when put into perspective with other figures and the tangible economic reasoning underlying today’s global Art Market.

In terms of perspective… it is interesting to note that stock exchanges around the world traded 780 million euros on Altice shares alone last week.

The price paid for da Vinci’s work was apparently roughly equivalent to cost of a new Airbus A380. But consider the maintenance costs of an aircraft throughout its working life and its limited lifespan… only to end up in an airplane cemetery, abandoned. Such a comparison is therefore both irrelevant and ridiculous.

Leonardo da Vinci’s painting, on the other hand, is eternal and will not require a huge budget to maintain. Moreover it will probably grow in value over the years. The millions of visitors it will attract will generate a financial cash flow and it is very likely to generate all kinds of ‘derivative’ incomes whether exhibited in its usual place or toured around the world (a strategy increasingly employed by museums).

This is the kind of clear-sighted logic that today motivates investors, with clearly defined ROI schedule. The acquisition is therefore everything but an irrational act. It is a highly organized investment in the medium to long term; in accounting terms (IFRS / IAS), it’s a tangible asset generating a free cash flow.

thierry Ehrmann: “Artprice’s added value stems from its ownership of the world’s most extensive database of listed artists (700,000 artists) with the highest number of auction results (126 million, from 1700 to the present day). This information, combined with our market indicators and econometric tools developed over many years, enables us to anticipate the price constructions of artists… as we did before this latest historic sale.

It is this unique added-value that has made Artprice the global leader in art market information and it is this unique added-value that is highly prized by the world’s leading museums, particularly with respect to their future purchases. In short, we help museums and buyers all over the world to fine-tune their economic model and calculate the expected profitability of their new acquisitions.

The sum paid for Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi has propelled the Art Market into a new era quite simply by reflecting the reality of a new scale now being used to calculate the value of artworks. After raising the auction record so much higher, it is inevitable that existing auction prices for many prestigious artists will have to the revised upwards. We may soon see a Basquiat work reach more than $200 million… in short, everything is now possible after this latest auction record of 15 November 2017.

In 2018, Artprice, creator of the Museum Industry® concept since 1999, is planning to launch the world’s largest Fine Art Museum Databank.

Artprice is the author and sole creator of the Museum Industry® concept. For nearly 20 years Artprice has been helping Fine Art Museums –now one of its core economic target– transform their models. Museum demand is primarily focused on migration to digital, Internet and social media.

Artprice has thirty DNSs on Museums, including the world’s best generic DNSs since 1996, that generate a large volume of activity. It is worth remembering that Artprice is perfectly familiar with the Museum world and its modus operandi since its headquarters are located within the famous Organ Museum of Contemporary Art which manages La Demeure du Chaos (Abode of Chaos dixit The New York Times).

This now-established Contemporary Art Museum (with 3,600 documentaries in 18 years) was the first French museum to be registered with the Commercial Register of Companies in 1999 and has been ranked as the top private Contemporary Art Museum in Rhône Alpes/Auvergne region with 120,000 visitors per year.

With a high number of customers for this new Museum databank in 2018, Artprice believes this new service will become one of its strategic activities. The turnover potential from the Museum Industry® is colossal. With its know-how from the Organ Museum at its headquarters and its own R&D, Artprice possesses a range of digital products and services covering the entire spectrum of applications for Museums anywhere in the world in 2018.

Artprice will allow its Museum customers for its database to benefit from the its 4.5 million highly-qualified members. Artprice’s numerous patents and intellectual property rights give it an undisputed world leader position in the Museum Industry® and a substantial head-start.

An extremely detailed financial communiqué will be released in early December 2017 as regulated information.

www.artprice.com

Copyrightthierry Ehrmann 1987/2017

ArtpriceAbout:

Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris, SRD long only and Euroclear: 7478 – Bloomberg: PRC – Reuters: ARTF.

Artprice, the world leader in data banks on prices and indices of Art with more than 30 million indices and results of sales covering over 657,000 artists. Artprice Images offers unlimited access to the largest database in the world at the Art Market, a library of 126 million images or engravings of works of art from 1700 to the present day by its historians.

Artprice permanently enriches its databanks from 6300 Homes Sales and publishes continuously Art Market trends for the main agencies and 7,200 press titles worldwide. Artprice provides its 4.5 million members (members log in), the ads placed by its members, which now constitute the first World Square Standardized Marketplace® for buying and selling works of art fixed price or auction (auction regulated by paragraphs 2 and 3 of Article L 321.3 of the code of commerce). Artprice certified by the BPI develops its project Blockchain on the Art Market.

The Artprice Annual Report of the Global Art Market in 2016 published in March 2017:
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2016

The report of the Art Market contemporary 2016 Artprice is available free at:
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2016

Press ARTE: at the head of the House of chaos / Abode of chaos dixit « the New York Times », thierry Ehrmann, artist and founder of Artprice reveals the workings in 9 episodes of the biggest scandals of contemporary art, which itself guarantee exhibitions blockbusterhttp: // creative.arte.tv/fr/artscandale

Summary Artprice releases:
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htmandhttps://twitter.com/artpricedotcom

Follow in real time all the news Art market with Artprice on Facebook, Google+ Twitter:https://twitter.com/artpricedotcom&https://www.facebook.com/

https://twitter.com/artmarketdotcomartpricedotcom&http://artmarketinsight.wordpress.com/

https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

Discover alchemy and Artprice’s universehttp://web.artprice.com/videowhoseheadquartered the famous Museum of Contemporary art Abode of Chaos / Abode of Chaoshttp://goo.gl/zJssd https://vimeo.com/124643720

Contemporary Art Museum headquarters of Artprice:
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Publicités

Artprice : le record pour Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci démontre que l’Industrie Muséale (R) révolutionne le modèle économique du Marché de l’Art

Le consensus d’estimation du prix pour le tableau Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci a été atomisé, à la grande surprise de certains observateurs, choqués et sidérés par le montant final de l’enchère : 450,3 millions de dollars. En tant qu’Auteur et concepteur de l’Industrie Muséale ® qui révolutionne le modèle économique du Marché de l’Art, Artprice qui est au cœur de cette fusion entre le Marché de l’Art et le monde de la Finance se doit d’intervenir.

Artprice sollicitée par de très nombreux médias en sa qualité de Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, démontre de manière incontestable dans le présent communiqué que le montant de cette adjudication est l’aboutissement d’une construction d’un prix où émotion incontrôlée et risque inconsidéré sont totalement absents.

Leonardo da Vinci, Salvator Mundi

Leonardo da Vinci, Salvator Mundi

thierry Ehrmann fondateur et PDG d’Artprice: « Si on relit attentivement chacun de nos communiqués sur le site homologué de l’AMF et nos études sur l’Industrie Muséale ® dont Artprice a entièrement conceptualisé le modèle économique dès 2005, on se rend compte que notre département d’économétrie et statistiques a préparé le Marché de l’Art depuis des années à ce prix. Nous avions émis pour le Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci une fourchette de 450 à 500 millions de dollars comme le rappelle l’Agence de presse AOF.

En effet nous avons été les seuls à déclarer à maintes reprises par des études (Document de référence AMF) que le record se dirigeait inexorablement vers le cap du milliard de $ avec un palier à 500 millions de $. C’est chose faite avec l’adjudication du Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci.

Nous évoquons cet incroyable prix dès Février 2015. Nous sommes désormais pratiquement à mi-chemin, et il est inéluctable que notre prévision se vérifie d’ici 2020. » Le Marché de l’Art aura des gaps à combler de records compris entre Les Femmes d’Alger de Pablo Picasso à 179,4 m$ en 2015 et les 450,3 m$ du Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci.

Les derniers records en Art Contemporain (anciennement le segment de second plan du Marché de l’Art) avec le Basquiat le propulsent dans le nombre croissant d’artistes ayant dépassé le seuil des 100 millions de dollars aux enchères.

Ils sont de plus en plus nombreux à rejoindre Picasso, Modigliani, Bacon, Giacometti, Munch, Warhol et Basquiat qui est un contemporain ! Il s’agit pour le Basquiat, en prenant tous les paramètres en compte, d’un véritable marqueur économique pertinent avec une performance que le Marché de l’Art n’avait jamais atteinte pour l’Art contemporain qui sera elle-même dépassée cette année sur ce segment.

Ce n’est pas pour rien que Christie’s a eu un coup de génie en intégrant le Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci dans une vacation d’Art Contemporain au lieu de la traditionnelle vente en section Old Masters, où la finance, la Banque et le Marché de l’Art ne faisaient plus qu’un.

Preuve en est, selon les dires du photographe américain qui raconte pour Europe1 « la folle séquence de 19 minutes, atteignant des sommets encore inimaginables quelques instants auparavant, de l’avis même des spécialistes. Le tout dans une tension qui rappelle celle des salles de marchés de Wall Street. »

A vrai dire, tout cela est fort logique. De manière très indépendante, Artprice a formalisé et protégé au titre de la propriété intellectuelle depuis des années le concept économique et financier de l’Industrie Muséale®.

Grâce à nos banques de données, les plus exhaustives du Monde, ce qui fait d’Artprice le Leader mondial de l’information du Marché de l’Art depuis 20 ans, en partenariat de longue date avec le puissant groupe étatique Chinois Artron, ce concept novateur de l’industrie muséale engendré par Artprice est devenu une science économique respectée et enseignée qui chaque jour, se valide de manière irrévocable.

thierry Ehrmann: « Cette nouvelle science économique dans le Marché de l’Art aspire implacablement les prix vers le haut. Premièrement, nous avons très vite observé le caractère exponentiel de la création des Musées dans le Monde. Effectivement selon notre méta étude, il s’est construit plus de Musées entre le 01/01/2000 et le 31/12/2014 que durant tous les XIXème et XXème siècles.

De même il se construit chaque année 700 musées sur les 5 continents à caractères internationaux avec un minimum de 4500 œuvres d’Art. Le soft power entre les grandes puissances comme la Chine qui domine désormais les USA sur le Marché de l’Art est un moteur géopolitique puissant pour le développement exponentiel de l’industrie muséale®. »

C’est donc cette industrie dévoreuse de pièces muséales qui est le facteur majeur de la croissance spectaculaire du Marché de l’Art. Le Marché de l’Art est désormais mature, liquide et efficient, offrant des rendements de 12% à 15% par an pour les œuvres supérieures à

100 000$. Pour une œuvre muséale supérieure à 1 million de dollars on atteint un rendement exceptionnel. Les œuvres millionnaires sont désormais monnaie courante en ventes publiques.

De nombreux fonds, au même titre qu’un nombre très important de Banques de gestion face au spectre des taux négatifs des grandes banques centrales et constatant la résistance du Marché de l’Art face aux pires crises financières et économiques de ces 17 dernières années, ont levé des fonds colossaux pour devenir des acteurs économiques de l’Industrie Muséale ® au cœur du Marché de l’Art.

Ces fonds de la grande finance et de l’industrie bancaire retrouvent leurs profits habituels dignes de ce nom avec l’assurance d’un Marché de l’Art efficient mature et liquide.

Par les outils d’aide à la décision d’Artprice qui sont très proches des écrans financiers Bloomberg, Artprice distribue des « Artprice Screen ® »  au monde de la finance et de la banque. Les chiffres sont là : en 2005 moins de 7 000 comptes clients de la finance et de la Banque étaient clients d’Artprice. Il s’agissait essentiellement du Private Banking et Family Office.

Ce sont désormais plus de 36 000 grands comptes incluant les Banques de dépôt ordinaires qui placent les écrans Artprice dans leur système informatique de gestion. On peut donc parler sans contestation possible d’une véritable révolution historique pour le Marché de l’Art.

Les projections en cours de la vente des abonnements « Artprice Screen ® » au monde de la finance et de la banque sont susceptibles de faire exploser le CA d’Artprice.

Les projections en cours de la vente des abonnements « Artprice Screen ® » au monde de la finance et de la banque sont susceptibles de faire exploser le CA d’Artprice qui est seul sur ce Marché de l’Art financiarisé où il possède par sa R & D et ses dépôts en propriété intellectuelle un monopole parfaitement légal résultant de son innovation, de sa recherche et son développement. Le label étatique BPI d’entreprise innovante le confirme pleinement.

De même Artprice constate que les grands musées à l’instar des salles de marchés sur les 5 continents se dotent chacune de dizaine d’écrans (Artprice Screen Multi User), les transformant en opérateurs financiers.

Chaque année Artprice, dans le strict respect des lois européennes, américaines et droit interne français sur les données personnelles, analyse son Big Data et ses algorithmes prémices de l’intelligence artificielle. Ce sont donc chaque année plus de 18 milliards de logs, gratuits ou payants (requêtes en temps réel) analysés par Artprice.

À partir des années 80, au moment où le Marché de l’Art commence à s’emballer, une série impressionnante de constructions, extensions, rénovations affecte le monde des musées dans les métropoles et les villes moyennes, mobilisant les architectes les plus réputés.

Parallèlement dès 1990, toute une génération d’industriels désirant imprimer durablement leur présence dans leur pays respectif se sont mis à bâtir un nombre incroyable de musées d’art contemporain, notamment en USA, Europe, Proche et Moyen-Orient et Chine.

Les musées sont de plus en plus monumentaux, d’une architecture grandiose et spectaculaire. Le dernier en date, le Musée du Louvre Abu Dhabi réalisé par le célèbre architecte Jean Nouvel.

Le musée a désormais une vision industrielle de rentabilité, en répondant à cette question: combien faudra-t-il de temps pour un retour sur investissement ? Ce qui est le propre de l’Industrie Muséale® développée par Artprice.

A contrario, l’économie du spectacle vivant confirme encore, en 2017, l’article fondateur de Baumol et Bowen qui met en évidence un différentiel de productivité touchant les arts, et particulièrement le spectacle vivant. En effet, pour jouer une pièce de Molière, il fallait en 1664 deux heures et douze acteurs. En 2017, il faut toujours deux heures et douze comédiens : aucun gain de productivité en plus de trois siècles.

L’Industrie Muséale® se base sur des données fondamentales

L’Industrie Muséale® se base sur des données fondamentales : la mutation du musée où l’on passe d’un concept issu du siècle des lumières dont l’origine est en France et où la fonction première est la confiscation des œuvres d’art aux aristocrates et l’Église pour les montrer au peuple par la volonté de Napoléon Bonaparte. Ce que les Sociologues appellent « la migraine du conservateur » par un parcours et une collection inscrite dans un ordre invariable. En effet, en moins de 30 ans, le musée qui est né en Europe et principalement en France au 18ème siècle était réservé à une élite jusqu’en 1980, dans sa première période, le musée échappe à toute logique économique pour se résumer à une mission de conservation sous le regard de l’institution publique.

Ces mêmes institutions publiques, 20 ans plus tard, ont franchisé le Musée du Louvre à Dubaï et le Centre Georges Pompidou à Metz. On peut donc vraiment parler de révolution culturelle quand la France, par ses plus hautes autorités conçoit désormais de franchiser le Louvre au même titre que le Guggenheim.

A l’image des cathédrales qui se dressaient autrefois vers le ciel, le Guggenheim attire les pèlerins venus contempler cette expression formelle apparemment miraculeuse : un monument dont l’évanescence et la géométrie hors du commun contribuent à imposer une impression collective de chaos

Désormais depuis les années 80, Peggy Guggenheim, précédée par le visionnaire André Malraux, a démarré la mutation historique de la fonction et de la définition du musée.

Pour autant, Artprice démontrera que la maladie spécifique des musées « la migraine du musée » qui se diagnostique par un parcours immuable et figé de la collection du musée dans la période 1850/ 1980 est désormais définitivement guérie par la « révolution culturelle des musées ».

La nouvelle conception de ces derniers constitue, plus qu’un vestige d’un capital symbolique, une réponse au temps libre du public en offrant un espace où règnent désormais les masses médias, le virtuel, les activités culturelles gratifiantes et les collections spectaculaires au cœur d’une expérience spatiale où les visiteurs se comptent, sur chaque continent, en millions.

Artprice sera la première à codifier le terme « d’Industrie Muséale® ». En effet, le musée, affranchi de sa contrainte étatique de conservation, doit se concevoir comme une industrie. En règle générale, il faut des investissements lourds sur une période de 8 à 10 ans pour créer, concevoir, construire et acquérir la collection du musée.

Une fois ces investissements lourds effectués, l’ouverture au public n’est pas limitée en nombre comme dans les arts vivants et les charges structurelles se résument principalement à de la maintenance, du marketing et de la restauration éventuelle de la collection. Désormais le musée a la capacité d’intervenir dans le Marché de l’Art comme acteur de référence.

Cette logique commerciale est poussée très loin par le Musée du Louvre qui commercialise sa marque vers des pays prospères comme les États-Unis ou les pays du Golfe. Mais le mot de la fin, de cette présentation de l’Industrie Muséale ® dans le monde en 2017 par Artprice revient à Malraux dans Le Musée imaginaire, où il s’attache en 1947 à analyser le phénomène muséologique :

« Le rôle des musées dans notre relation avec les œuvres d’art est si grand, que nous avons peine à penser qu’il n’en existe pas et qu’il en existe chez nous depuis moins de deux siècles. Le XIXe siècle a vécu d’eux, nous en vivons encore et oublions qu’ils ont imposé aux spectateurs une relation toute nouvelle avec l’œuvre d’Art. Ils ont contribué à délivrer de leur fonction les œuvres d’Art qu’ils réunissaient ».

Le Musée imaginaire de Malraux, où une fois de plus, ce visionnaire hors norme avait déjà écrit que: « le musée au 21ème siècle sera le lieu unique de tous les arts où convergeraient toutes les cultures, les générations et les différentes strates sociales ».

C’est à ces questions qu’ont su répondre avec génie l’acheteur et son pool financier du Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci mais aussi bien sûr l’audace de Christie’s cette semaine, qui vient de prendre un avantage spectaculaire face à sa rivale de toujours Sotheby’s. Cette dernière prépare dans les mois qui suivent, selon nos informations de source sûre, une réplique historique pour le Marché de l’Art face à sa rivale de toujours Christie’s qui vient de prendre un temps d’avance exceptionnel dans ce célèbre duopole.

Si ce prix peut paraître démesuré pour certains au premier abord, il faut cependant qu’ils le mettent en perspective avec d’autres chiffres et raisonnement économique tangibles pour comprendre leur erreur d’appréciation.

Cette semaine par exemple, il s’est échangé 780 millions d’euros à la Bourse sur la seule action Altice.

Autre chiffre parfois avancé, l’équivalence du prix du Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci avec celui d’un Airbus A380. C’est exact, mais combien coûte la maintenance de cet avion tout au long de ses années d’exploitation ? Tout cela avec une durée de vie limitée, pour finir un jour dans un cimetière d’avions, à l’abandon. Cette comparaison est donc incohérente et profondément injurieuse.

En effet, le tableau de Leonardo Da Vinci, lui, est éternel et ne demandera pas un budget faramineux pour son entretien. Il prendra même de la valeur au fil des années. Des millions de personnes pour le voir apporteront leur contribution à travers la billetterie qui est un flux financier de cash, les produits dérivés, etc. que ce soit sur le lieu d’exposition habituel ou au cours d’une exposition itinérante à travers le Monde, qui est une tendance commerciale qui se confirme chaque année un peu plus.

C’est ce calcul d’une très grande limpidité qui a été fait par les investisseurs en amont, avec un timing très précis pour parvenir à la rentabilité. Cette acquisition est donc tout, sauf un acte irraisonné. C’est au contraire un investissement très organisé sur le moyen/long terme, il s’agit au regard des normes IFRS/IAS d’un actif corporel dégageant un free cash flow.

thierry Ehrmann: « La valeur ajoutée d’Artprice c’est de posséder la banque de donnée artistes cotés la plus importante du Monde (700 000), le nombre le plus important de résultats aux enchères, 126 millions depuis des siècles (de 1700 à nos jours) avec la méthode des ventes répétées qui permet de calculer une variation de prix, les multiples indices d’Artprice étant ensuite construit sur la base de ces variations individuelles.

Cette méthode vise à éliminer l’impact de l’hétérogénéité, chaque variation de prix étant calculée à partir de multiples transactions portant sur la même œuvre d’art grâce à la traçabilité parfaite d’Artprice sur 3 siècles de Marché de l’Art. Cela permet d’anticiper la construction d’un prix, comme nous l’avons fait pour cette vente historique. Surtout que nous disposons également d’indices spécifiques et d’outils économétriques qui sont autant d’aides à la décision.

C’est cette valeur ajoutée unique au Monde qui fait d’Artprice le Leader mondial, et qui est très prisée justement par les plus grands musées mondiaux afin de cibler au mieux leurs futurs achats, et donc affiner au mieux leur modèle économique et la rentabilité attendue de leurs nouvelles acquisitions ».

Le montant atteint par Salvator Mundi de Leonardo Da Vinci propulse le Marché de l’Art dans une nouvelle ère, en changeant d’échelle la grille de prix en vigueur. En remontant d’autant le niveau du record, il est inéluctable que le prix atteint jusqu’alors pour de nombreux artistes prestigieux va remonter d’un cran. Il n’est pas impossible de voir sous peu un Basquiat à plus de 200 millions de $, tout est possible désormais avec le record de ce 15 Novembre 2017.

En 2018 Artprice auteur et concepteur de l’Industrie Muséale® depuis 1999 met en ligne la plus vaste Banque de données au Monde sur les Musées Fine Art 

Artprice est l’auteur et le concepteur unique de l’Industrie Muséale®. Depuis près de 20 ans Artprice accompagne la mutation de ses clients, les Musées de Fine Art, qui représentent un de ses cœurs de cible économique. La demande du Musée est essentiellement une migration vers le numérique, l’Internet et les réseaux sociaux.


Artprice dispose d’une trentaine de DNS avec les meilleurs génériques mondiaux depuis 1996 sur les Musées qui génèrent un très gros volume d’activité. Il est bon de rappeler qu’Artprice connaît parfaitement l’univers muséal et son fonctionnement interne avec son siège social le célèbre Musée d’Art Contemporain L’Organe gérant La Demeure du Chaos / Abode of Chaos dixit The New York Times.

Ce Musée d’art contemporain (3600 reportages en 18 ans) qui a fait largement ses preuves en étant d’une part le 1er Musée français à être inscrit au Registre du Commerce des Sociétés en 1999 et d’autre part en se classant comme 1er Musée d’Art Contemporain privé en Rhône Alpes Auvergne avec 120 000 visiteurs par an. (Toutes ces informations sont sur les documents de référence Artprice sur le site homologué de l’AMF).


Cette Banque de données par son nombre de clients Musées sera en 2018 au cœur de la stratégie d’Artprice. Le chiffre d’affaires sur l’Industrie Muséale® est colossal. Artprice possède, par son savoir-faire issu du Musée l’Organe son siège social et sa propre R&D, une gamme de produits et services numériques couvrant tout le spectre des demandes d’un Musée où qu’il soit dans le Monde en 2018.

Artprice fera bénéficier ses clients Musées présents sur sa Banque de données des 4,5 millions de membres ultra qualifiés. Les nombreux dépôts et brevets au titre de la propriété intellectuelle donne à Artprice une position incontestable de Leader mondial sur l’Industrie Muséale® et un temps d’avance définitif.

Un communiqué financier extrêmement précis sera diffusé en information réglementée début Décembre 2017

www.artprice.com Copyright thierry Ehrmann 1987/2017

A propos d’Artprice :

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF.

Artprice est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 657 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 126 millions d’images ou gravures d’œuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 6300 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce). Artprice labellisée par le BPI développe son projet de Blockchain sur le Marché de l’Art.

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l’Art mondial 2016 publié en mars 2017 :
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2016

Le rapport du Marché de l’Art Contemporain 2016 d’Artprice est accessible gratuitement à l’adresse:
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2016

Communiqué d’ARTE : A la tête de La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos dixit « The New York Times », thierry Ehrmann, artiste et fondateur d’Artprice dévoile en 9 épisodes les rouages des plus gros esclandres de l’art contemporain, qui garantissent à coup sûr des expositions blockbusters http://creative.arte.tv/fr/artscandale

Sommaire des communiqués d’Artprice :
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm et https://twitter.com/artpricedotcom

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artprice sur Facebook, Google+ Twitter: https://twitter.com/artpricedotcom & https://twitter.com/artmarketdotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom & https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

http://artmarketinsight.wordpress.com/

Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos http://goo.gl/zJssd https://vimeo.com/124643720

Musée d’Art Contemporain siège social d’Artprice:
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Le tableau de Léonard de Vinci « Salvator Mundi » a été adjugé mercredi 450,3 millions de dollars conformément aux prévisions d’Artprice (450/500 M$).

Le tableau de Léonard de Vinci « Salvator Mundi » a été adjugé mercredi 450,3 millions de dollars conformément aux prévisions d’Artprice (450/500 M$).

Le dernier Da Vinci « Salvator Mundi » (sauveur du monde)

New York #Artprice #DaVinci – Un tableau du peintre italien Léonard de Vinci a été adjugé mercredi 450,3 millions de dollars lors d’enchères chez Christie’s à New York, pulvérisant le record de la toile la plus chère du monde.

Au terme d’une séquence de 19 minutes, « Salvator Mundi » (sauveur du monde), dernier tableau du maître encore en possession d’un collectionneur privé, a laissé loin derrière « Les Femmes d’Alger (version 0) », de Pablo Picasso, vendu 179,4 millions de dollars en 2015.

La dernière œuvre connue de LEONARDO DA VINCI encore en mains privées vient de passer sous le feu des enchères chez Christie’s… Le Sauveur du Monde (Salvatore Mundi), pendant masculin de la Joconde est, pour reprendre les mots du spécialiste de l’art ancien chez Christie’s Alan Wintermute, le  »Saint Graal de l’art ancien ». Pourtant, ce chef-d’oeuvre absolu n’apparait pas au catalogue de la prochaine session Old Masters de Christie’s (le 31 octobre).

Contre toute attente, le précieux tableau, réalisé il y a cinq siècles, est inclus à la vente d’Art Contemporain et d’Après-Guerre qui se tiendra le 15 novembre 2017 à New York.  »Le dernier Da Vinci’, authentifié avec certitude en 2011 et estimé autour de 100 millions de dollars se retrouve ainsi dans le même catalogue que la dernière peinture de Warhol, Sixty Last Supper (1986), une œuvre gigantesque de trois mètres sur 10, comportant 60 variations de la célèbre Cène du même Léonard De Vinci.

Christie’s espère-t-elle faire  »coup double » en signant le même soir deux nouveaux records absolus à plus de 100 millions ? Cette pensée est permise sachant que Warhol a déjà passé ce seuil de prix en 2013 avec Silver Car Crash (Double Disaster), vendu 105,445 m$ chez Sotheby’s à New York.

En opérant de la sorte, Christie’s casse les codes habituels en mixant les époques et insiste par ailleurs sur le caractère éminemment spectaculaire des ventes d’Art Contemporain et d’après-guerre. C’est là que se jouent les plus grands enjeux.

Face au programme du 15 novembre, la session Old Masters du 31 octobre peut paraître un peu terne, même si un autoportrait d’Elisabeth VIGÉE-LEBRUN (600 000$ – 800 000$) et un paysage de John CONSTABLE (400 000$ – 600 000$) devraient conduire les enchères…

www.artprice.com Copyright thierry Ehrmann 1987/2017

A propos d’Artprice :

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF.

Artprice est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 657 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 126 millions d’images ou gravures d’œuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 6300 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce). Artprice labellisée par le BPI développe son projet de Blockchain sur le Marché de l’Art.

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l’Art mondial 2016 publié en mars 2017 :
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2016

Le rapport du Marché de l’Art Contemporain 2016 d’Artprice est accessible gratuitement à l’adresse:
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2016

Communiqué d’ARTE : A la tête de La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos dixit « The New York Times », thierry Ehrmann, artiste et fondateur d’Artprice dévoile en 9 épisodes les rouages des plus gros esclandres de l’art contemporain, qui garantissent à coup sûr des expositions blockbusters http://creative.arte.tv/fr/artscandale

Sommaire des communiqués d’Artprice :
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm et https://twitter.com/artpricedotcom

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artprice sur Facebook, Google+ Twitter: https://twitter.com/artpricedotcom & https://twitter.com/artmarketdotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom & https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

http://artmarketinsight.wordpress.com/

Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos http://goo.gl/zJssd https://vimeo.com/124643720

Musée d’Art Contemporain siège social d’Artprice:
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Contact ir@artprice.com

LE PROJET « DEMEURE DU CHAOS » DE L’ARTISTE FRANÇAIS THIERRY EHRMANN FONDÉ SUR LES BOULEVERSEMENTS DU 21ÈME SIÈCLE – TRADUCTION DU REPORTAGE ATLAS OBSCURA

La traduction intégrale du reportage d’Atlas Obscura est assurée par Richard Summer. Le texte français est à lire sous la présentation d’Atlas Obscura.
Le texte original en anglais figure sous le texte en français avec lien du reportage d’Atlas Obscura.

La traduction intégrale du reportage d’Atlas Obscura est assurée par Richard Summer. Le texte français est à lire sous la présentation d’Atlas Obscura. Le texte original en anglais figure sous le texte français avec le lien du reportage Atlas Obscura Ce reportage très intime et novateur sur La Demeure du Chaos – The Abode of Chaos dixit the New York Times (1999 / 9 novembre 2017) est édité par le célèbre site Atlas Obscura, un blog mondialement connu sur les merveilles cachées du monde avec ses 18 millions de lecteurs. Soyez prudent, la lecture d’Atlas Obscura peut devenir addictive !

Installez vous confortablement dans votre fauteuil préféré avec Atlas Obscura entre les mains, vous venez d’embarquer pour un voyage extraordinaire grâce à ce guide unique de l’étrange, des mystères et des merveilles : celles qui sont juste à côté de chez vous, celles qui sont à l’autre bout du monde. Au fil des continents, vous découvrirez : la porte de l’enfer du Turkménistan, les secrets des catacombes de Paris, les écorchés de Fragonard, les tunnels abandonnés de la petite ceinture de Paris, les cercueils suspendus sur une falaise aux Philippines, un hôtel monumental et défiant le ciel en Corée du Nord, la crypte des capucins de Rome décorée d’ossements humains, le premier télégraphe optique à Saverne, le pont suspendu le plus vertigineux du monde, l’île des chats au Japon, la ville fantôme de Tchernobyl… Atlas Obscura révèle les lieux les plus étranges et curieux du monde. Laissez votre curiosité devenir votre boussole. Soyez curieux sans modération, tournez les pages, découvrez, relisez, re-découvrez. La vie est courte. Notre planète est remplie de merveilles et curiosités… Ce livre ou notre site internet sera votre guide ! C’est un livre de « culture internet » à dévorer. Il est presque impossible de ne pas tourner la page suivante, et la suivante, et la suivante… Atlas Obscura

Headquarter Artprice

atlas-obscura

Le projet « Demeure de Chaos » d’un artiste français est fondé sur les bouleversements du 21ème siècle

Thierry Ehrmann utilise des crânes géants, des voitures calcinées et des amas de ferraille pour représenter le désordre mondial.

BY HUDSON LINDENBERGER

NOVEMBER 9, 2017 ATLAS OBSCURA

La traduction intégrale est réalisée par Richard Summer

La Demeure du Chaos – The Abode of Chaos dixit The New York Times. ALL PHOTOS Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

La Demeure du Chaos – The Abode of Chaos dixit The New York Times. ALL PHOTOS Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

Le paysage bucolique derrière le petit hameau de Saint Romain au Mont d’Or semble l’endroit le moins probable où trouver une des expositions d’art les plus provocantes de France. Niché dans les collines autour de Lyon et entouré de résidences centenaires construites avec les pierres dorées local, le cadre semble plus adapté à un paysage de Claude Monet qu’à un regard troublant sur la condition politique du monde contemporain.

Ainsi, à l’arrivée, lorsqu’on découvre le mur extérieur de La Demeure – noirci, délabré, recouvert de visages peints, de manifestes et de slogans – la surprise est garantie. Et… il faut bien le dire… c’est toute à fait voulu. Selon, Thierry Ehrmann, l’homme derrière La Demeure du Chaos (The Abode of Chaos), « le but de mon travail artistique est d’inciter à la réflexion, aux choix que nous faisons et à notre avenir collectif ».

Il y a une trentaine d’années, lorsque M. Ehrmann a acquis son énorme domaine du dix-septième siècle, ses nouveaux voisins n’avaient aucune raison à se douter de sa motivation, car, en tant que fondateur et PDG de plusieurs sociétés de l’internet (y compris Groupe Serveur et Artprice) thierry Ehrmann était déjà l’un des entrepreneurs majeurs, très connu en France. Cependant, une fois installé il a commencé à laisser à nouveau libre cours à sa passion pour l’art.

La Demeure du Chaos se trouve à Saint Romain au Mont D’Or, près de Lyon, France. Ground Zero Sculpture monumentale. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

La Demeure du Chaos se trouve à Saint Romain au Mont D’Or, près de Lyon, France. Ground Zero Sculpture monumentale. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

Son premier projet pourtant était la création d’une espace vitale pour lui et sa famille, en transformant radicalement les bâtisses. Il a littéralement éventré les bâtisses en dégageant les vieilles cloisons et retirant les façades instables. Les outils mécaniques et industriels résonnaient jusqu’à tard la nuit. Il se passait quelque chose, mais le tout était caché derrière les anciens murs de sa nouvelle résidence.

Lorsque des terroristes ont détruit les gratte-ciels du World Trade Center à New York, Ehrmann était conscient de vivre un événement sismique, et il sentait le besoin de s’exprimer là-dessus: « le onze-septembre représente le vrai début du vingt-et-unième siècle et tout ce qui suit n’est que Chaos » dit-il. « Mon art met en évidence l’Alchimie qui est omniprésente autour de nous et à tout moment. »

Avec cette nouvelle motivation, son art a changé de cap et il a décidé d’exploiter le terrain autour de son domaine pour créer des œuvres qui soulignent les conséquences catastrophiques du 11 septembre sur la planète, avec des décisions de plus en plus motivées par la guerre, la colère, la haine et l’avarice. Il s’est lancé de plein cœur dans ce projet et a parsemé son terrain de ses sculptures reflétant le monde tel qu’il le perçoit… et il n’est pas arrêté depuis. Chaque événement important dans le monde déclenche une réponse artistique d’Ehrmann et son équipe d’artistes collaborateurs.

La Demeure de Chaos abrite 5,500 œuvres d’art différentes. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

La Demeure de Chaos abrite 5,500 œuvres d’art différentes. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

Avec plus de 5,500 œuvres d’art différentes, on peut se sentir très vite submergé lors d’une visite à La Demeure du Chaos. Dès qu’on arrive, c’est un monde quasi post-apocalyptique qui nous accueille. Devant chaque mur, on ressent les regards perçants des visages célèbres et /ou malfamés peints sur toutes les surfaces. Chaque recoin du site semble abriter l’image d’un crâne. Les murs avec leurs peaux mutilées nous font penser à une zone de guerre, avec des énormes excroissances de poutres et tiges métalliques à des angles menaçants, qui semblent vouloir s’effondrer à tout moment.

Surplombant la maison principale, M. Ehrmann a construit une énorme plate-forme pétrolière pour nos rappeler les terribles dommages environnementaux provoqués par la marée noire du « Deepwater Horizon » en 2010. En dessous, on retrouve les visages de George W. Bush et d’Ossama Ben Laden surveillant la cour, tandis que Donald Trump, Fidel Castro et un singe souriant nous fixent avec leurs yeux.

La Demeure d’origine date du XVIIe siècle. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann


La Demeure d’origine date du XVIIe siècle. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

A côté des derricks, on retrouve un hélicoptère écrasé et des fourgons militaires calcinés. Ces éléments font partie d’une œuvre visant les effets destructeurs sur la planète des guerres de contrôle pour les ressources d’hydrocarbures. Sur les vingt dernières années, M. Ehrmann a travaillé avec des artistes collaborateurs de plusieurs pays qui ont souvent ramené des objets qui s’intègrent parfaitement au paysage voulu par leur hôte. Ainsi, à des endroits divers à travers le site on trouve des containers maritimes, un fuselage d’avion, des véhicules calcinés, un grand bateau… et suffisamment de ferraille pour construire un édifice.

Car thierry Ehrmann a une véritable passion pour l’acier brut. En été on aperçoit ses sculptures métalliques rouillées à travers le feuillage, souvent arborant des symboles divers, des silhouettes et des signes fondus dans leurs surfaces.

Le site muséal possède aujourd’hui neuf crânes monumentaux, chacun orné de symboles et d’œuvres d’art divers. Comme voulu par M. Ehrmann, leur effet est tout à fait dégrisant : “Nous sommes tous dans un état de décomposition, avançant vers la mort inéluctablement depuis la naissance… c’est mon choix personnel de ne pas l’oublier.”

L’acier est l’une de matières préférées de thierry Ehrmann. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann


L’acier est l’une de matières préférées de thierry Ehrmann. Flickr Creative Commons thierry Ehrmann

Une kyrielle de Maires du Saint-Romain au Monts d’Or a traité La Demeure Du Chaos d’horreur, d’abomination et de beaucoup d’autres adjectifs assassins. Ils ont exigé la remise en l’état d’origine des bâtiments et demandent que toutes les œuvres d’art soient cachées. Sur les dix-huit dernières années, les autorités locales ont redessiné les trajets de bus pour éviter La Demeure, rejeté toute demande pour des places de parking supplémentaires et distribué de nombreux flyers dénonçant La Demeure du Chaos. Cependant, malgré leurs attaques, le musée (le Musée l’Organe d’Art Contemporain abrite La Demeure du Chaos) qui est l’une des attractions les plus visitées de la région lyonnaise, attirant plus de 120,000 visiteurs par an. Elle est ouverte de 14 à 17 heures les samedis et dimanches, et l’entrée est libre et gratuite.

Le combat de M. Ehrmann avec les Maires du village ne s’est pas limité à une querelle locale. Depuis sa décision de partager sa vision artistique, les Maires du village lui font preuve d’un acharnement juridique permanent. Mais, disposant d’amples ressources financières M. Ehrmann n’a jamais cédé à la pression, et son combat est en train de modifier le statut de la liberté artistique en France et en Europe.

Le site du Musée d’Art Contemporain La Demeure du Chaos /Abode of Chaos abrite neuf crânes monumentaux. Flick Creative Commons thierry Ehrmann

Le site du Musée d’Art Contemporain La Demeure du Chaos /Abode of Chaos abrite neuf crânes monumentaux. Flick Creative Commons thierry Ehrmann

M. Ehrmann n’a pas hésité à faire appel des décisions de justice initiales à son encontre et le conflit a même fait l’objet de différents pourvois auprès la Cour de Cassation et de requêtes à la CEDH. Le 7 juillet 2016, après 17 ans de litige, Ehrmann a gagné une victoire très importante lorsque le Ministre français de la Culture a soutenu la mise en application d’une loi fondamentale garantissant la liberté d’expression artistique (Article 1er de la Loi n°2016-925 du 7 Juillet 2016 relative à la liberté de création, l’article 1er proclame: la création artistique est libre) , escamotant par ce fait la base de tout argument visant à faire disparaître La Demeure du Chaos. Néanmoins, même avec cette loi en vigueur, il sait que le combat n’est pas terminé. L’actuel Maire, Pierre Curtelin, s’est voué en vain à poursuivre la bataille.

En tout cas, quel que soit l’avenir de La Demeure du Chaos, une chose est sûre : M. Ehrmann et son équipe vont continuer plus que jamais à créer de l’art sur son site. Chaque événement bouleversant ou évolution inquiétante sera immédiatement évaluée par quelqu’un à La Demeure du Chaos pour son potentiel à inspirer une création artistique qui met en avant la folie du monde. Selon thierry Ehrmann “pour améliorer leur destin, les êtres humains doivent tout d’abord se rendre compte de leur mauvaise condition et envisager le pire ; ce n’est qu’à partir de ces constats que nous pouvons commencer à riposter et vouloir changer notre destin.”

Reportage Atlas Obscura: https://www.atlasobscura.com/articles/abode-of-chaos

ATLAS OBSCURA fait sa une avec la Demeure du Chaos et ses 18 millions de lecteurs de part le monde à la recherche des lieux fantastiques

2017/11/10 Commentaires fermés

Salut les p’tites louves et loups,

thierry : ce reportage très intime et novateur sur La Demeure du Chaos – The Abode of Chaos (1999 / 9 novembre 2017) en ligne hier soir vers 23h00 est édité par le célèbre site Atlas Obscura, un blog mondialement connu sur les merveilles cachées du monde avec ses 18 millions de lecteurs. Atlas Obscura fait appel non pas à des journalistes mais à des écrivains et auteurs, ce qui donne des papiers beaucoup plus profonds et humains.

Soyez prudent, la lecture d’Atlas Obscura peut devenir addictive !

 

(Pour la traduction, si vous utilisez Google Chrome vous avez en bas de la page sur la droite Traduire cette page en français)

Installez vous confortablement dans votre fauteuil préféré avec Atlas Obscura entre les mains, vous venez d’embarquer pour un voyage extraordinaire grâce à ce guide unique de l’étrange, des mystères et des merveilles : celles qui sont juste à côté de chez vous, celles qui sont à l’autre bout du monde.

Au fil des continents, vous découvrirez : la porte de l’enfer du Turkménistan, les secrets des catacombes de Paris, les écorchés de Fragonard, les tunnels abandonnés de la petite ceinture de Paris, les cercueils suspendus sur une falaise aux Philippines, un hôtel monumental et défiant le ciel en Corée du Nord, la crypte des capucins de Rome décorée d’ossements humains, le premier télégraphe optique à Saverne, le pont suspendu le plus vertigineux du monde, l’île des chats au Japon, la ville fantôme de Tchernobyl…

Atlas Obscura révèle les lieux les plus étranges et curieux du monde. Laissez votre curiosité devenir votre boussole. Soyez curieux sans modération, tournez les pages, découvrez, relisez, re-découvrez. La vie est courte. Notre planète est remplie de merveilles et curiosités… Ce livre ou notre site internet sera votre guide ! C’est un livre de « culture internet » à dévorer.

Il est presque impossible de ne pas tourner la page suivante, et la suivante, et la suivante… Atlas Obscura

PS : Atlas obscura 220 000 TWitter, 989 000 Facebook 18 millions de lecteurs unique de leur site web


thierry