Artmarket.com: Interview with Guillaume Piens and Hervé Mikaeloff by Artprice, for the return of the Art Market with Art Paris Art Fair

thierry Ehrmann: “The first Modern and Contemporary art fair to be held in the Grand Palais Éphémère (replacement building set up behind the Eiffel Tower while renovation work is conducted on the 19th century Grand Palais), Art Paris Art Fair will finally be taking place from 9 to 12 September 2021.“ On this occasion, we met its director Guillaume Piens, as well as the commissioner Hervé Mikaeloff.

Portrait (left) of Guillaume Piens © Chiara Santarelli and portrait (right) of Hervé Mikaeloff © Mazen Saggar

Portrait (left) of Guillaume Piens © Chiara Santarelli and portrait (right) of Hervé Mikaeloff © Mazen Saggar

Weekly evolution of Fine Art auction sales in France (comparison between the last 5 years)

Weekly evolution of Fine Art auction sales in France (comparison between the last 5 years)

Guillaume Piens, Director of Art Paris Art Fair


Guillaume Piens, you have been Director of Art Paris for almost 10 years now. Is your job a vocation?

Absolutely yes. Art has always been part of my life and it is as essential to me as the air I breathe. I have worked for more than 20 years in the world of art fairs, having started with FIAC then with Paris Photo. I took over the direction of Art Paris in 2012 with my partner Catherine Vauselle to reinvent it at the request of the fair’s owners, Julien and Valentine Lecêtre.

I particularly like fairs because they reflect an extremely dynamic and lively universe in touch with global artistic news and developments. A fair is at the same time an amplifier, a sounding board and a mirror of trends. Each edition is a challenge and is different. The job is complex because you have to be a good organizer, have an artistic vision and know the art market and its different players (galleries, artists, collectors, museum directors, etc.).

At a personal level, being an explorer by nature, my job has given me the chance to travel the world and the opportunity to make very wonderful and enriching discoveries.

How would you qualify the position of Paris on the global art market today?

I quite simply believe that Paris is gradually becoming the major center for Contemporary art in Europe. In September 2021, Art Paris is part of an exceptional renaissance of the ‘City of Light’ marked by the opening of new galleries and institutions that will reflect the activities of the VIP program reserved for collectors and invited art professionals.

The 2021 edition, which welcomes 140 galleries from around 20 countries, is distinguished by the arrival (or return) of some very high-profile galleries. A primary theme will be developed by our guest curator Hervé Mikaeloff. Entitled “Portrait et figuration, un regard sur la scene française” (Portrait and figurative art, a focus on the French scene), it focuses on the renewal of figurative painting in France with a selection of 20 artists illustrating the diversity of the French scene.


Hervé Mikaeloff, independent curator and Contemporary art consultant


Hervé you are guest curator of the focus on the French scene of Art Paris 2021. “Portrait and figuration, a focus on the French scene”. What would you like to say about this young scene?

Nowadays, the French art scene is particularly abundant. I am impressed by the dynamism and vitality of the artistic proposals that can be found in France.A lot of artists have taken their destiny into their own hands by organizing themselves into collectives or around places of residence, such as the Poush Manifesto in Clichy (in the suburbs of Paris), which can accommodate around a hundred artists with very different projects. This artistic incubator seems to be a precursor of the Grand Paris project (a new global plan for the Paris metropolitan region).

For Art Paris 2021, we wanted to focus on portrait and figurative painting. Painting is making a strong comeback on the French scene nowadays, but we can’t really speak of a movement because each artist stands out and expresses him/herself in a very unique way.

In these troubled times, artists are more than ever questioning their relationship to the image, but they remind us of the vital necessity of culture for mankind. There is currently a renewal of figurative art, whether in dialogue with classical painting or as a reflection of the intimacy of our society. The portrait allows artists to build a new relationship with the world. It acts both as a banner of individual differences and a pillar of our collective humanity. In the schema described by Emmanuel Levinas, there is the shape, the anatomical support of the face and then the face that defies all material analysis. A person depicted cannot be made to reveal everything and yet sometimes the artist’s interpretation helps us to discern fragments of truth.

The face allows us to consider our relationships with others; behind the face of the other, there is humanity in its entirety. Representing man ultimately means learning about our own responsibilities towards the world.

Is it possible to understand the art of today without knowing about art history?

Having studied at the Ecole du Louvre and coming from a family of antique dealers, it seemed logical for me to follow a classical training… I always advise a potential collector to go to the Louvre and Orsay then to the Center Pompidou and to the Palais de Tokyo before starting to collect.

Collecting is like entering psychoanalysis. A collector needs to analyse his or her own expectations as closely as possible in order to be able to respond better to them. Essential qualities that an exhibition curator needs are a global vision of all artistic forms and a certain proximity to the artists by accompanying them. You also need to be able to listen to and dialogue with artists in order to practice this profession.

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image1.jpeg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image2.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Interview de Guillaume Piens et d’Hervé Mikaeloff par Artprice, pour la reprise du Marché de l’Art avec la foire Art Paris

thierry Ehrmann : « Premier salon d’art moderne et contemporain à intégrer le Grand Palais Éphémère, Art Paris Art Fair ouvre (enfin) ses portes du 9 au 12 septembre 2021 ». A cette occasion, nous avons interrogé son directeur Guillaume Piens, ainsi que le commissaire Hervé Mikaeloff.

Portrait (gauche) de Guillaume Piens ©Chiara Santarelli et portrait (droite) de Hervé Mikaeloff ©Mazen Saggar

Evolution hebdomadaire du produit de ventes aux enchères Fine Art en France (comparaison des 5 derniers exercices)


Guillaume Piens, directeur d’Art Paris Art Fair


Guillaume Piens, vous êtes directeur d’Art Paris depuis près de 10 ans maintenant. Votre métier est-il une vocation ?

Oui absolument. L’art a toujours fait partie de ma vie et il m’est aussi indispensable que l’air que je respire. Je travaille depuis plus de 20 ans dans le monde des foires d’art, ayant commencé par la FIAC puis par Paris Photo et j’ai repris la direction d’Art Paris en 2012 avec mon associée Catherine Vauselle pour la réinventer à la demande des propriétaires de la foire, Julien et Valentine Lecêtre.

J’aime particulièrement les foires car c’est un univers extrêmement dynamique et vivant en prise sur l’actualité artistique mondiale et ses évolutions. Une foire est tout à la fois un amplificateur, une caisse de résonance, un miroir des tendances. Chaque édition est un pari et ne se ressemble pas. Le métier est complexe car il faut tout à la fois être un bon organisateur, avoir une vision artistique, connaître le marché de l’art et ses différents acteurs (galeries, artistes, collectionneurs, directeurs d’institutions…).

Plus profondément, ayant une âme d’explorateur, mon métier m’a donné la chance de pouvoir voyager à travers le monde et l’occasion de faire de très belles découvertes enrichissantes.

Comment voyez-vous la place de Paris sur le marché de l’art aujourd’hui ?

Je pense tout simplement que Paris est en train de devenir progressivement le centre majeur pour l’art contemporain en Europe. Art Paris s’inscrit en septembre 2021 dans une exceptionnelle renaissance de la Ville Lumière marquée par l’ouverture de nouvelles galeries et d’institutions que refléteront les activités du programme VIP réservé aux collectionneurs et aux professionnels de l’art invités.

L’édition 2021, qui accueille 140 galeries d’une vingtaine de pays, se distingue par l’arrivée ou le retour d’enseignes de haut-vol. Une thématique principale sera développée par le commissaire d’exposition invité Hervé Mikaeloff. Intitulée “Portait et figuration, un regard sur la scène française”, celle-ci met l’accent sur le renouveau de la peinture figurative en France avec une sélection de 20 artistes, illustrant ainsi la diversité de la scène hexagonale.

Hervé Mikaeloff, commissaire indépendant et consultant en art contemporain


Hervé vous êtes commissaire invité du focus sur la scène française d’Art Paris 2021. “Portrait et figuration, Regard sur la scène française”, qu’auriez-vous envie de dire sur cette jeune scène?

La scène artistique française est aujourd’hui foisonnante.Je suis frappé par la vitalité des propositions artistiques que l’on peut voir en France. Les artistes ont aussi une faculté à prendre leur destin en main à s’organiser autour de collectifs ou lieux de résidence, comme Poush Manifesto à Clichy qui permet d’accueillir une centaine d’artistes de différents horizons. Cet incubateur artistique préfigure ce que sera le Grand Paris.

Pour Art Paris 2021, nous avons souhaité diriger notre focus sur “Le Portrait et la Figuration”. La peinture revient aujourd’hui en force sur la scène française mais on ne peut plus parler de mouvement car chacun des artistes se distingue et s’exprime de façon unique.

Dans cette période trouble, les artistes questionnent plus que jamais son rapport à l’image. Ils soulignent, si besoin est, à quel point la culture est “un bien essentiel” à l’homme. Il y a un renouveau de l’art figuratif qu’il soit en dialogue avec la peinture classique ou qu’il reflète l’intimité ou la non narration de notre société. Le portrait permet aux artistes de construire un nouveau rapport au monde. Il devient à la fois étendard des différences et instrument d’ancrage. Dans la pensée d’Emmanuel Levinas, se distingue la forme, le support anatomique de la figure et le visage qui déchire le sensible. Son apparence ne livre pas tout et parfois c’est à travers le trait de l’artiste, qu’on distingue des parcelles de vérité.

C’est à partir du visage qu’on peut considérer la manière de penser le rapport à l’autrui, derrière le visage de l’autre, il y a toute l’humanité. Représenter l’homme, c’est finalement nous renseigner sur nos propres responsabilités vis à vis du monde.

Comment comprendre l’art d’aujourd’hui sans avoir des notions des œuvres du passé ?

Ayant fait mes études à la l’Ecole du Louvre et venant d’une famille d’Antiquaire, il me semblait intéressant d’avoir une formation classique… Je conseille toujours à un collectionneur d’aller au Louvre et Orsay puis au Centre Pompidou et au Palais de Tokyo avant de commencer une collection.

Collectionner c’est comme rentrer en psychanalyse. Analyser au plus près les attentes des collectionneurs pour pouvoir mieux y répondre. Les qualités indispensables pour un commissaire d’exposition et d’avoir une vision à 360 degrés sur toutes les formes artistiques et être proches des artistes en les accompagnant. L’écoute, le dialogue sont aussi indispensables à la pratique de ce métier.

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image1.jpeg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image2.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artprice by Artmarket publie le Rapport du Marché de l’Art Contemporain 2021 au coeur de la Frieze et la FIAC, en croissance de +2700% en 21 ans et +117% en valeur en 2020, poussé par les NFT

2021/10/07 Commentaires fermés

Selon thierry Ehrmann, Président d’Artmarket.com et Fondateur d’Artprice : « La création contemporaine a mieux résisté à la crise sanitaire plus que toute autre période, grâce à une stratégie d’offre toujours dense, plus abordable avec une demande croissante de collectionneurs multi-générationnels.

La période juillet 2020 à juin 2021 signe le meilleur exercice de l’histoire des enchères, en termes de lots vendus et de produit de ventes. Cette performance distingue l’Art Contemporain de toutes les autres périodes de création.

L’arrivée fracassante des NFT et les prix étourdissants obtenus pour les œuvres de très jeunes artistes ont transformé en profondeur le paysage du Marché de l’Art. Et nous sommes, avec les NFT, aux prémices d’une révolution qui va bouleverser le Marché de l’Art mondial, avec des rapports de force Hegeliens où l’artiste, aboli de sa condition d’asservi, devient le Maître du Marché.

L’une des plus grandes mutations est la formidable ouverture du Marché à l’Est. Cette année, Hong Kong s’impose comme la deuxième ville du Marché de l’Art Contemporain après New York.

Qui aurait pu imaginer que le Marché de l’Art Contemporain connaîtrait une hausse de +2700% en volumes en 21 ans et un indice des prix de l’Art Contemporain en forte progression de +117% et une présence intégrale sur les 5 continents ?

En tant que sculpteur plasticien depuis plus de 35 ans et concepteur du « Musée du Futur » (dixit L’Obs https://youtu.be/29LXBPJrs-o) avec le Musée d’Art Contemporain L’Organe gérant La Demeure du Chaos, je crois qu’en 2021, dans une société qui est en train de tuer toute forme de singularité, l’Art Contemporain reste le dernier geste singulier qui affirme la présence de l’humain d’où cette passion croissante d’Art avec désormais 120 millions de collectionneurs, de professionnels et art lovers. »

Le Rapport du Marché de l’Art Contemporain 2021 d’Artprice by Artmarket, annoncé en exclusivité par l’AFP ce 04 octobre 2021 avec les chiffres clés, est désormais en ligne ce 05/10/2021 dans son intégralité. Cet outil indispensable pour les grandes foires d’automne, la Frieze et la Fiac notamment, est accessible gratuitement à l’adresse suivante :

https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2021

Indice Global des prix Artprice Vs. Indice des prix de l’Art Contemporain

Chiffres clefs :

Cette performance distingue l’Art Contemporain de toutes les autres périodes de création.

102 000 œuvres contemporaines vendues aux enchères sur 12 mois (juillet 2021 à juin 2021) pour un total de 2,7Mrd$.

+ 117 % par rapport au chiffre d’affaires de l’exercice 2019 / 2020, qui avait connu une chute de -34 %.

L’Art Contemporain pèse 23 % du Marché de l’Art en 2020 / 2021, contre 3 % en 2000 / 2001.

C’est 8 fois plus de lots vendus et 27 fois plus de valeur qu’il y 20 ans.

L’offre n’a jamais été aussi diversifiée et si bien adaptée à la demande, avec 70 % des œuvres vendues.

34 600 signatures contemporaines, dont 1 300 entrées et 5 000 records personnels.

770 Maisons de Ventes, réparties dans 59 pays, se répartissent les ventes d’Art Contemporain aux enchères.

Christie’s (32 %), Sotheby’s (26 %) et Phillips (10 %) concentrent 2/3 du chiffre d’affaires.

New York et Hong Kong cumulent 60 % de la valeur mondiale des ventes d’Art Contemporain.

La peinture est la catégorie reine, en termes à la fois de valeur (73 %) et de lots vendus (42 %).

Les toiles comptent 82 % des résultats millionnaires, contre 6 % pour le dessin et 6 % pour la sculpture.

Les NFT cumulent déjà neuf résultats millionnaires, soit trois fois plus que les photographies.

L’indice des prix de l’Art Contemporain a grimpé de +400 % depuis 2000 et +2700 % en volume.

Le prix de la peinture In This Case (1983) de Basquiat était de 1m$ en 2002, contre 93m$ en 2021.

Avec 40 % du produit de ventes, la Chine devient la 1ère plaque tournante d’Art Contemporain.

Sans surprise, les USA (32 %) et le Royaume-Uni (16 %) complètent le podium.

Hong Kong réalise une croissance exceptionnelle de +277 % et dépasse Londres.

Pékin s’affirme elle-aussi sur le Marché de l’Art Contemporain avec 305m$ (+161 %).

Paris est la 5ème place de marché, avec 55 m$, de plus en plus loin de ses concurrentes.

Grâce à la vente du 1er NFT pour 69m$, Beeple pèse 3 % du Marché de l’Art Contemporain à lui seul.

Banksy entre dans le top 5 toutes périodes confondues, derrière Picasso, Basquiat, Warhol et Monet.

À 34 ans, la peintre américaine Avery Singer voit une de ses toiles dépasser les 4m$ aux enchères.

FRIEZE VS FIAC :

Londres accueillera la Frieze où les musées, galeries et Maisons de Ventes montrent la force de la place de marché londonienne deux semaines avant que Paris n’attire le Marché de l’Art international avec la FIAC.

Si la capitale anglaise n’a pas grand chose à craindre de la capitale française (deux fois moins performante sur le marché des enchères), elle doit toutefois s’inquiéter de la montée en puissance de Hong Kong. L’ancienne colonie britannique est ultra attractive sur le marché haut de gamme pour l’Art Contemporain et cumule 962 m$ sur le seul S1 2021, tandis que le Royaume-Uni totalise 1,2 Mrd$.

Londres reste néanmoins incontournable sur le Marché de l’Art Moderne (avec la vente cette année d’un très beau tableau de Kandinsky) et continue de voir la cote de Banksy s’envoler, grâce à un nouveau record à 23,3 m$. Le street artiste anonyme, originaire de Bristol, est désormais l’artiste vivant le plus performant du monde aux enchères.

Ce rapport analyse le Marché de l’Art Contemporain (artistes nés après 1945) sur la base des résultats de ventes aux enchères publiques de Fine Art enregistrés dans le monde entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021.

Il concerne uniquement les peintures, sculptures, installations, dessins, photographies, estampes, vidéos et NFTs, à l’exclusion des biens culturels anonymes et du mobilier. Toute mention $ fait référence au prix d’adjudication avec frais acheteurs, converti en dollar américain au jour de la vente.

Méthodologie :

2021, un cru d’exception :

Le segment des artistes nés après 1945 réalise une performance historique au S2 2021, en hausse de +50% par rapport au S1 2019 (5 fois plus qu’au S1 2020, endigué par l’arrivée de la crise sanitaire).

La performance historique du S1 2021 (1,58Mrd$) a été rendue possible par l’adaptation du Marché de l’Art Contemporain dès le S2 2020. Elle reflète une transformation réussie grâce au développement des ventes digitales et aux nouveaux acheteurs récemment conquis par l’Art Contemporain.

L’accélération est particulièrement bénéfique aux États-Unis (592m$ au S1 2021), à Hong Kong (435m$), mais aussi en Allemagne (21,7m$). Les trois pays n’avaient jusqu’alors jamais réalisé de semestre aussi fructueux sur le segment contemporain.

Le Marché de l’Art Moderne (-8%) et celui de l’Après-Guerre (-4%) n’ont pas encore retrouvé pour leur part les niveaux d’intensité qui prévalaient avant la crise sanitaire. Cette différence profite à l’Art Contemporain, qui pèse désormais 23% du produit de ventes de Fine Art, contre 3% il y a 20 ans. Jean-Michel Basquiat, avec plus de 300m$ engrangés en six mois (deux fois plus qu’Andy Warhol), tient à lui seul 4,3% du Marché de l’Art mondial aux enchères, toutes périodes de création confondues.

Produit de ventes semestriel aux enchères d’Art Contemporain dans le monde

Asie, le Marché pivote vers l’Est :

Après une année 2020 extrêmement contrainte, la Chine, Hong Kong et Taïwan, surperforme : le milliard d’œuvres contemporaines vendues en 12 mois représente 40% du volume d’affaires mondial.

Le marché asiatique devient donc la première plaque tournante de l’Art Contemporain, pour les artistes asiatiques certes, mais aussi pour un grand nombre d’Occidentaux. Ce phénomène nouveau témoigne d’un marché toujours plus solide et actif à l’Est du planisphère.

Distribution géographique du produit des ventes d’Art Contemporain (2020/21)

Tendances : 4 artistes représentatifs

Banksy (1971) – Le Street Art reconnu comme une discipline majeure et mondialisée

À 47 ans, le Street artiste anonyme fait partie des cinq signatures les plus performantes du monde en salles de ventes, toutes périodes de création confondues.

Sur le segment spécifiquement contemporain, il se classe en deuxième position derrière Basquiat, fort d’un volume d’affaires de 181m$, représentant 7% du résultat mondial. C’est un record absolu pour l’un des trois artistes les plus demandés du marché.

Depuis cinq ans, le chiffre d’affaires de Banksy croît de façon exponentielle : 3m$ en 2016, 7m$ en 2017, 16m$ en 2018, 29m$ en 2019, 67m$ en 2020 et 123m$ au S1 2021.

Amy Sherald (1973) – Woman Power

L’un des coups de marteau les plus retentissants de l’année revient à Amy Sherald, l’artiste à qui l’on doit le portrait officiel de Michelle Obama en 2018, représentée depuis par la galerie Hauser & Wirth.

Sa toile The Bathers (2015) a été enlevée pour un impressionnant coup de marteau à 4,26m$ le 7 décembre chez Phillips, soit 21 fois son estimation haute. La toile représente deux femmes noires en maillots de bain colorés sur un fond bleu. Six mois après cette vente, Phillips a constaté une nouvelle envolée de prix depuis New York avec It Made SenseMostly In Her Mind (2011) attendue entre 500.000$ et 700.000$, mais disputée à plus de 3,5m$.

Ces deux résultats pulvérisent l’ancien record de l’artiste, fixé à 350.000$ en 2019.

Beeple (1981) – La folie virale des NFT

Inconnu aux enchères publiques l’an dernier, Beeple figure cette année parmi les trois artistes les plus chers de leur vivant, après David Hockney et Jeff Koons.

En un coup de marteau aussi virtuel que retentissant, il remporte la deuxième meilleure adjudication de l’année pour l’Art Contemporain. La vente du premier NFT aux enchères publiques (Everydays: The first 5000 Days) se solde par un record de 69,3m$, alors que son prix de départ était de 100$ et que l’artiste échappait à tous les radars: pas de galerie, pas d’exposition, pas de ventes aux enchères…

“Seulement” plusieurs millions de followers sur Instagram et le soutien de Christie’s, l’une des plus vieilles et des plus honorables Maisons de Ventes de la planète.

Amoako Boafo (1984) – Le Marché de l’Art vit aussi son Black Live Matters

Autre signature désormais incontournable du marché international, Amoako Boafo a fait une entrée fracassante dans les ventes hongkongaises, remportant son record personnel : 1,14m$ pour la toile Baba Diop vendue 10 fois son estimation basse, le 2 décembre 2020 chez Christie’s.

Peu étonnant dans ces circonstances que son dessin Untitled (Two Hands) ait encore décuplé son estimation optimiste le lendemain, toujours chez Christie’s Hong Kong.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image1-price-index-all-vs-contemporary-artprice-artmarket.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image2-world-contemporary-semestrial-auction-turnover-artprice-artmarket.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image3-geographical-breakdown-of-contemporary-art-auction-turnover-artprice-artmarket.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artprice by Artmarket publishes its 2020/21 Contemporary Art Market Report. With Frieze and FIAC soon re-opening, the Contemporary art market has grown 2,700% in volume over the last 21 years and 117% within the last 12 months, essentially driven by NFTs

2021/10/06 Commentaires fermés

According to thierry Ehrmann, CEO of Artmarket.com and Founder of Artprice:

Sales strategies offering a large number of works at relatively affordable prices and growing demand from multi-generational collectors allowed the Contemporary art segment to resist the negative impacts of the health crisis a lot better than any other segment.

In fact, the 2020/21 period marks the Contemporary segment’s best year in auction history, both in terms of lots sold and in terms of global auction turnover, and it saw the Contemporary art segment move into a new space vis-à-vis the rest of the art market.

Part of this movement was driven by the sensational arrival of NFTs and the staggering prices obtained for works by very young artists, both of which appear to have profoundly transformed the art market’s overall landscape. The NFTs very likely mark a substantial acceleration of the Hegelian power struggle that will release artists from their condition of slavery and make them masters of their own markets… and reconfigure the entire global art market in the process.

The 2020/21 period also saw a very marked opening of the Eastern art market to Western art, a trend that has allowed Hong Kong to establishing itself as the world’s second hub for buying and selling Contemporary art after New York.

In the past 21 years, the Contemporary art market has posted a volume increase of +2,700% and it rose sharply by +117% last year. It is now a fully-fledged global market, active on five continents.

“As an artist/sculptor for over 35 years and creator of the Organe Contemporary Art Museum (dubbed “Museum of the Future” by L’Obs. https://youtu.be/29LXBPJrs-o) which manages the Abode of Chaos, I believe that in 2021 – in a society that is rapidly destroying all forms of singularity – Contemporary art remains the last singular domain of activity that can affirm our humanity. And I believe this explains the growing passion for art which now attracts 120 million collectors, professionals and art enthusiasts.”

As announced exclusively on AFP on 4 October 2021 (along with key figures), Artprice’s 2020/21 Contemporary Art Market Report is now (5 October 2021) online in full. This Report represents an essential tool as we head into the major autumn art fairs (notably the Frieze and the Fiac) and is now available free of charge at the following address:

https://www.artprice.com/artprice-reports/the-contemporary-art-market-report-2021

All-segment price index v s. Contemporary segment price index

Key figures

This performance sets Contemporary Art apart from all other periods of creation.

102,000 C ontemporary works sold at auction over 12 months generating a total of $2.7 billion,

up 117% compared with the 2019/20 period (which shrank 34% vs. 2018/2019).

Contemporary Art accounted for 23% of the entire art market in 2020/21, vs. 3% in 2000/01;

that’s eight times more lots sold and 26 times more value than 20 years ago.

The offer of Contemporary artworks has never been so diversified and so well in tune with demand, with 70% of the works offered finding buyers.

It covered works by 34,600 artists, including 1,300 auction debuts (i.e. new to the auction market) and it generated 5,000 new auction records.

The works were sold through 770 auction houses in 59 different countries.

In terms of turnover, Christie’s (32%), Sotheby’s (26%) and Phillips (10%) accounted for two-thirds of the global total.

In terms of location, New York and Hong Kong hammered 60% of total global turnover from Contemporary art.

Painting was the top category, both in terms of value (73%) and in terms of lots sold (42%).

Painting accounted for 82% of the 7-digit results versus 6% for drawing and 6% for sculpture.

The NFT medium already generated nine 7-digit results, i.e. three times more than the photography medium in the same period.

Our Contemporary Art Price Index has climbed 400% since 2000.

Jean-Michel Basquiat’s painting In This Case (1983) was worth $1million in 2002. In 2021 it fetched $93 million!

China became the world’s leading hub for Contemporary art, accounting for 40% of the segment’s global turnover.

Unsurprisingly, the USA (32%) and the UK (16%) were in second and third place.

Hong Kong posted exceptional turnover growth of +277% overtaking London.

Beijing also posted respectable turnover on the Contemporary segment with $305 million (up 161%).

Paris was in 5th place with $55 million, lagging even further behind its primary global competitors.

Marking the first-ever sale of an NFT in a public sale, Beeple’s Everydays alone accounted for 3% ($69 million) of the Contemporary art segment’s total turnover.

Banksy joined the Top 5 best-selling artists on the entire art market, behind Picasso, Basquiat, Warhol and Monet.

At just 34 years old, the American artist Avery Singer saw one of her paintings fetch over $4 million at auction.

FRIEZE versus FIAC:

London will soon be hosting the Frieze art fair and its museums, galleries and auction houses will no doubt once again demonstrate the strength of its art market, just two weeks before Paris draws the international art community towards the FIAC.

While the UK capital has little to fear from the French capital (which generates only half of London’s fine art auction turnover), it must nevertheless be concerned by the rise of Hong Kong. The former British colony has become ultra-attractive, especially for the high-end Contemporary art market. In H1 2021 alone Hong Kong generated $962 million compared with $1.2 billion in the UK.

London nevertheless remains unavoidable for Modern art (with the sale this year of a superb painting by Kandinsky) and it is still contributing to Banksy’s extraordinary market ascent with a new record at $23.3 million. In terms of annual auction turnover, the anonymous street artist, originally from Bristol, is now the world’s most popular living artist on the secondary market.

Methodology

This report analyzes the Contemporary art market (artists born after 1945) based on public auction results for works of Fine Art hammered around the world between 1 July 2020 and 30 June 2021.

It concerns only results for paintings, sculptures, installations, drawings, photographs, prints, videos and NFTs, and excludes anonymous cultural artefacts and furniture.

All sums quoted in US dollars ($) refer to hammer prices, including buyer premiums, converted to US dollars on the day of the sale.

2021, an exceptional vintage

The Contemporary art segment (artists born after 1945) posted a historic auction turnover performance in H1 2021, up 50% versus H1 2019 (and five times the total hammered in H1 2020, impacted by the early days of the covid pandemic).

At the root of this historic performance ($1.58 billion in H1 2021) there was a rapid adaptation of the Contemporary art market during the second half of 2020 in response to the health crisis and involving a successful transition to online sales and an equally successful orientation of the market towards a new and emerging population of Contemporary art buyers. The resulting growth was particularly visible in the United States ($592 million in H1 2021) and Hong Kong ($435 million), but also in Germany ($21.7 million) all of which posted unprecedented turnover totals for a first semester on the Contemporary segment.

The Modern (-8%) and Post-War (-4%) segments did not quite regain the levels of activity that prevailed before the health crisis, making the Contemporary segment’s performance look even more pronounced. Twenty years ago, Contemporary art accounted for just 3% of the entire art market. In H1 2021, it represented 23%. With a total of over $300 million in just six months (twice Andy Warhol’s total in the same semester) Jean-Michel Basquiat alone generated 4.3% of the entire art market’s auction turnover (all periods combined).

Semestrial auction turnover from Contemporary a rt around the world

Asia … the m arket pivots towards the East

After an extremely difficult 2020, China, Hong Kong and Taiwan posted exceptional performances in H1 2021) taking their total turnover from sales of Contemporary art for the 2020/21 period to USD 1 billion, i.e. 40% of the segment’s global turnover.

The Asian market has therefore become the primary global hub for sales of Contemporary art and these sales concerned Asian artists of course, but also a growing number of Western artists. This new phenomenon reflects an increasingly solid and active market in Asia and the Pacific rim.

Geographical breakdown of Contemporary a rt a uction turnover (2020/21)

Four artists representing four major trends:

Banksy (1971) – Street Art recognized as a major global discipline

At 47 years old, the anonymous Street artist is one of the world’s top-five most successful signatures on the secondary market, all creative periods combined.

In the specifically Contemporary segment, he ranked second behind Basquiat with a turnover total volume of $181 million, representing 7% of the segment’s total income. This represents a new record for one of the three most sough-after artists on the Contemporary art market.

Over the last five years, Banksy’s annual turnover total has been growing exponentially: $3 million in 2016, $7 million in 2017, $16 million in 2018, $29 million in 2019, $67 million in 2020 and $123 million in H1 2021…

Amy Sherald ( 1973) – Woman Power

One of the strongest results in the 2020/21 period was for a work by Amy Sherald, the artist who painted Michelle Obama’s official portrait in 2018 and who has since been represented by Hauser & Wirth.

On 7 December 2020 Phillips sold her painting The Bathers (2015) for an impressive $4.26 million, 21 times its high estimate. The canvas depicts two black women in colorful swimsuits against a blue background. Six months later Phillips hammered another mega-result for her canvas It Made Sense… Mostly In Her Mind (2011), again in New York. Estimated between $500,000 and $700,000, the work fetched over $3.5 million.

These two results dwarfed the artist’s previous auction record of $350,000 in 2019.

Beeple (1981) – The viral madness of NFTs

Completely unknown to the traditional art auction market last year, Beeple is today one of the three most expensive living artists in the world – all media combined – after David Hockney and Jeff Koons.

With a single result that was not only colossal but was also online and for a non-fungible token and paid in Ethers, Beeple attracted the second best Contemporary art auction bid of the 2020/21 period. The first NFT ever offered in a public auction, Beeple’s Everydays: The first 5000 Days (2021) fetched an eye-watering $69.3 million against a starting price of $100… and for an artist who had no gallery, no exhibitions and no previous auction sales!

But he did have several million followers on Instagram and the support of Christie’s, one of the oldest and most reputable auction houses on the planet.

Amoako Boafo (1984) – The art market is also integrating Black Lives Matter

Another young artist now selling internationally is Amoako Boafo. On 2 December 2020 he made a sensational auction debut in Hong Kong (Christie’s) with a canvas titled Baba Diop that fetched a new personal record at $1.14 million, 10 times its low estimate.

It was therefore not that surprising when the following day his drawing Untitled (Two Hands) multiplied its high estimate by ten, also at Christie’s Hong Kong.

Images:
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image1-price-index-all-vs-contemporary-artprice-artmarket-EN.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image2-world-contemporary-semestrial-auction-turnover-artprice-artmarket-EN.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image3-geographical-breakdown-of-contemporary-art-auction-turnover-artprice-artmarket-EN.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com: Artprice registers a record number of Fine Art auction transaction in H1 2021

2021/09/30 Commentaires fermés

Throughout the first half of 2021, still seriously inhibited by the health crisis, the Fine Art auction market secured the continued circulation of artworks. In fact, the auction majors managed to project a substantially more attractive image of their activities by a savvy mix of online sales, thematic and charitable sales and a daring collaboration with what would traditionally be called the ‘primary’ market. In addition, the auctioneers have at last opened their doors to dematerialized artworks and have been surfing on a wave of ultra-Contemporary art that has also caught the attention of the mainstream media.

Weekly evolution of global Fine Art auction turnover

Comparison between the last five years

Weekly evolution of global Fine Art auction turnover – Comparison between the last five years

thierry Ehrmann, CEO and f ounder of Artmarket.com and of its Artprice department:

Artprice has registered the highest -ever number of successful Fine Art adjudications in the world , up +10.5% compared with H1 2019, which already set a historic record.

The absence of international fairs has clearly redirected some collectors to the auction houses (live or online), but the growth in the volume of transactions predates the health crisis and is basically just re-starting again . ”

High-end market vs. affordable market

After a chaotic year 2020, the art market’s auction agenda essentially returned to normal, notably with the resumption of New York’s spring sales. The sessions organized during week 19 (from 10 to 16 May 2021) totaled $1.5 billion in New York, equivalent to 21% of global art auction turnover in H1 2021.

However, our data for the H1 period suggests the art market is still relatively affordable: of the 302,100 lots auctioned around the world, 51% were acquired for less than $1,000, including buyers’ fees. And, unlike the ultra high-end market, these affordable works have been offered and sold very evenly throughout the year. Online sales now even ensure a low level of art market activity during the months of July and August, which are usually marked by a complete standstill.

Fine Art lots sold at auction filtered by price range (H1 2021)

Fine Art lots sold at auction filtered by price range (H1 2021)

Hong Kong bucks the trend…

The former British colony is now playing a vital role in the international strategies of the auction majors like Christie’s, Sotheby’s, Phillips and Bonhams, but also of China Guardian and Poly Auction, and together they have made Hong Kong the most luxurious art marketplace on the planet.

Only 3,200 Fine Art works were sold in Hong Kong in H1 2021, but they totaled nearly $1 billion ($962 million). In fact, the average price of an artwork in Hong Kong auctions during H1 2021 was $300,000! A price that sets Hong Kong apart from New York (average price $41,000), London ($32,000) and Paris ($10,600), and from the rest of China ($94,000).

In just six months, 18 lots fetched over $10 million in Hong Kong although none reached $50 million. Today, Hong Kong’s ultra high-end market is as intense as London’s, and nine times bigger than the Paris market (where two lots crossed the $10 million threshold in the same period). In mainland China, only eight lots sold for more than $10 million over the same period, but the $50 million threshold was once again breached (for an 18th century work by Xu Yang).

First “unlimited” sale

Sotheby’s sale entitled “The Fungible Collection” was a perfect example of the creativity shown by the major auction houses in H1 2021. The international auction company acquired by Patrick Drahi in 2019 worked directly with the anonymous artist Pak and the web platform Nifty Gateway (without going through a gallery) to sell an unlimited series of NFTs.

Core to the collection was the Open Editions, which allowed collectors to purchase as many fungible cubes as they wished during the sale period for fixed prices. The duration of the sale was three times 15 minutes, spread over three days, and the price rose each day. It resulted in the sale of 23,598 digital cubes: 19,737 cubes at $500 on Day 1; 3,268 cubes at $1,000 on Day 2 and 593 cubes at $1,500 on Day 3. In addition to these small works, there were two unique lots (The Switch for $1.44 million, and The Pixel for $1.35 million) as well as several ‘awards’. Some NFTs (potentially worth several million dollars) were awarded to the best buyers, as well as to anyone who managed to solve a puzzle invented by Pak.

This extraordinary session questioned not only the notion of a digital artwork and its ‘ownership’, but also the notion of value creation in the ‘Art Market 2.0′, in which the offer can be multiplied at a lower cost.

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image1-weekly-evolution-global-fine-art-auction-turnover-5-years-comparison.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image2-fine-art-lots-at-auction-by-price-range-h1-2021.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Nombre d’enchères record enregistré par Artprice au S1 2021

2021/09/30 Commentaires fermés

Les Maisons de Ventes ont assuré la circulation des œuvres d’art pendant tout le premier semestre 2021, encore entravé par la crise sanitaire. Des ventes en ligne, des sessions thématiques et caritatives ainsi qu’un rapprochement audacieux avec le premier marché ont donné aux salles de ventes une image beaucoup plus séduisante.
Les commissaires-priseurs ont enfin ouvert leurs portes aux oeuvres dématérialisées et surfent sur une vague d’art contemporain, portée par l’actualité.

Evolution hebdomadaire du produit de ventes aux enchères de Fine Art dans le monde

Comparaison entre les cinq derniers exercices

Evolution hebdomadaire du produit de ventes aux enchères de Fine Art dans le monde – Comparaison entre les cinq derniers exercices

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice :

« Artprice enregistre le plus grand nombre d’adjudications de l’histoire des enchères, en hausse de +10,5 % par rapport au S1 2019, qui avait déjà établi un record historique.

L’absence des foires internationales a certainement redirigé une partie des collectionneurs vers les salles de ventes (live ou en ligne), mais l’accélération des échanges est antérieure à la crise sanitaire et ne fait au fond que repartir de plus belle ».

Marché haut de gamme vs. Marché abordable

Après une année 2020 chaotique, l’agenda du Marché de l’Art retrouve un rythme normal en salles de ventes, en particulier grâce au retour des ventes new-yorkaises de printemps. Les sessions organisées pendant la semaine n°19 (du 10 au 16 mai 2021) ont totalisé 1,5 Mrd$ à New York, soit 21 % du produit de ventes mondial au S1 2021.

Le Marché de l’Art se montre pourtant toujours très abordable : parmi les 302 100 lots vendus aux enchères dans le monde, 51 % ont été achetés à moins de 1 000$, frais acheteurs inclus. Ces œuvres abordables sont, à la différence du Marché très haut-de-gamme, réparties de façon très homogène tout au long de l’année. Les ventes en ligne assurent désormais même une faible activité sur le Marché de l’Art durant les mois de juillet et d’août, habituellement marqués par la trêve estivale.

Distribution des lots Fine Art aux enchères par gamme de prix (S1 2021)

Distribution des lots Fine Art aux enchères par gamme de prix (S1 2021)

Hong Kong à contre-courant

L’ancienne colonie britannique joue un rôle essentiel dans la stratégie internationale des grandes Maisons de Ventes comme Christie’s, Sotheby’s, Phillips et Bonhams, mais aussi China Guardian et Poly Auction, qui en ont fait la place de marché la plus luxueuse de la planète.

Seulement 3 200 œuvres Fine Art ont été vendues à Hong Kong au S1 2021, alors qu’elles totalisent près d’un milliard de dollars (962 m$). Cette antinomie fait grimper le prix moyen d’une œuvre à 300 000$ ! Une situation exceptionnelle qui distingue Hong Kong de New York (prix moyen 41 000$), Londres (32 000$) ou Paris (10 600$) ainsi que du reste de la Chine (94 000$).

En six mois, 18 lots ont dépassé les 10m$ à Hong Kong, sans jamais toutefois atteindre les 50m$. Le Marché très haut de gamme y est aujourd’hui aussi intense qu’à Londres et neuf fois plus important qu’à Paris (où deux lots ont passé les 10m$). En Chine continentale, huit lots seulement ont été vendus plus de 10 m$ sur la même période, mais le seuil des 50 m$ y a été de nouveau dépassé, par une oeuvre de Xu Yang (XVIIIème).

Première vente illimitée

La session « The Fungible Collection » organisée par Sotheby’s démontre à elle seule toute la créativité des grandes Maisons de Ventes au S1 2021. La société acquise par Patrick Drahi en 2019 a directement collaboré avec l’artiste anonyme Pak et la plateforme Nifty Gateway (sans passer par une galerie) pour mettre en vente une série illimitée de NFT.

Au centre de cette vaste opération, l’Open Editions n’avait de limite que la durée de la vente : trois fois 15 minutes, réparties sur trois jours avec un prix progressif. Elle s’est soldée par la vente de 23 598 cubes digitaux : 19 737 unités à 500$ au J1 ; 3 268 unités à 1 000$ le J2 ; 593 unités à 1 500$ le J3. À ces petites œuvres s’ajoutent deux lots uniques (The Switch, 1,44 m$ et The Pixel, 1,35 m$) ainsi que plusieurs récompenses. Certains NFT (d’une valeur potentielle de plusieurs millions de dollars) ont en effet été offerts aux meilleurs acheteurs ainsi qu’à celui qui parviendrait à résoudre un puzzle inventé par Pak.

Cette session extraordinaire interroge non seulement la notion d’œuvre d’art digitale et son acquisition, mais aussi jusqu’à la notion de création de valeur sur le Marché de l’Art 2.0, où l’offre peut être démultipliée à moindre coût.

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image1-weekly-evolution-global-fine-art-auction-turnover-5-years-comparison.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/09/image2-fine-art-lots-at-auction-by-price-range-h1-2021.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com : Rapport financier S1 2021, les capitaux propres bondissent de +49% passant de 19,8 millions d’euros à 29,5 millions d’euros, RN à +78,50 %

2021/09/29 Commentaires fermés

Comme annoncé lors de la publication détaillée du 09 Août 2021 : https://www.actusnews.com/fr/artmarket/cp/2021/08/09/artmarket_com-2t-2021-en-croissance-a-double-chiffre-reevaluation-du-fonds-documentaire-d_artprice-augmentation-tarifaire-des

Artmarket.com indique ce jour au marché un bond de 48,81% de ses fonds propres qui passent de 19 819 000 € à 29 493 000 €, sous l’effet de la réévaluation du fonds documentaire d’Artprice by Artmarket, dans les conditions légales des articles 123-18 du Code de Commerce, de la norme IAS 16 et de l’article 31 (V) de la loi 20201721 du 29 décembre 2020 codifié à l’article 238 bis JB du Code Général des Impôts, avec une demande de rescrit fiscal déposée à Bercy.

Artmarket.com précise par ailleurs à ses actionnaires que cette augmentation de 49 % de ses capitaux propres n’entraîne pas d’émission de nouvelles actions et constitue un renforcement de ses capitaux propres.

Le rapport financier semestriel 2021 d’Artmarket.com est disponible sur les sites d’Actusnews et d’Artprice by Artmarket aux adresses suivantes :

https://www.actusnews.com/fr/soc/artmarket/documentshttp://serveur.serveur.com/Press_Release/2021_communication_financiere.html

Le résultat net du premier semestre clos au 30 juin 2021 se solde par un bénéfice de 523 K€ contre un bénéfice de 293 K€ au 30 juin 2020. Le résultat d’Artmarket.com est donc très nettement bénéficiaire avec une progression de 78,50 %.

Malgré la crise mondiale du Covid-19, Artmarket.com atteint au premier semestre 2021 son record de chiffre d’affaires Internet depuis sa création en 1997 avec 3 823 K€, soit une progression de +10% par rapport au 1S2020 (3 489 K€), pour la partie abonnements aux banques de données Artprice, et ce en dépit de la crise sanitaire mondiale qui a éprouvé un grand nombre de business models et de secteurs économiques.

Cela se confirme par les connexions Internet gratuites ou payantes d’Artprice by Artmarket qui ont progressé au 1S2021 de 270 %, aidé en cela par l’Internet mobile pour la même période qui constitue plus de 92% des requêtes d’Artmarket.

Pour information, à compter du 1er janvier 2018, la norme IFRS15, remplaçant les anciennes normes de constatation et de rattachement du chiffre d’affaires lié à la clientèle des sociétés cotées sur le marché réglementé, est entrée en vigueur. À cette occasion, des questions se sont posées sur le fait de savoir si cette entrée en vigueur concernait l’enregistrement annuel du chiffre d’affaires de la société Artmarket.com.

Eu égard à la complexité de la norme, après plusieurs mois de réflexions et d’études, la société a été amenée à mettre en œuvre cette évolution réglementaire et en tirer les conséquences sur les présentations des comptes de la société. Cette mise en œuvre vise pour la première fois les comptes du premier semestre 2021.

Il est précisé que cette évolution réglementaire qui s’impose désormais à la société ne change strictement en rien les conditions juridiques et techniques des contrats liant la société à sa clientèle.

En particulier, restent inchangées les caractéristiques des produits et services, les obligations en résultant et le cadre juridique global que sont les garanties, les conditions générales de ventes et d’utilisation, les périodes couvertes par les contrats, les modes de règlement des produits et services, etc. De même, la trésorerie de l’entreprise et son modèle économique basés sur un BFR négatif demeurent exactement les mêmes, avec la nouvelle norme IFRS15.

La très saine gestion d’Artmarket.com permet désormais d’abaisser le point mort à un niveau remarquable. Artmarket, au fil des années, a mis en place l’ensemble des process industriels permettant de limiter l’effectif à une moyenne de 49 personnes pour un groupe où l’intégralité des charges en 2021, avec Artprice Images®, demeure inchangée jusqu’à désormais 90 M€ de C.A.

Artmarket n’a aucun emprunt obligataire et une absence de dette bancaire. Elle n’a jamais fait l’objet d’augmentation de capital, à la stricte exception des opérations antérieures de levées d’options réservées à ses salariés. Ceci résulte d’une volonté affichée du Conseil d’administration d’Artmarket.com et de son PDG Fondateur thierry Ehrmann de ne pas diluer ses actionnaires, ni d’affaiblir le cours de l’action.

Artprice by Artmarket possède de plus, le label étatique « Entreprise Innovante » décerné par la B.P.I. Par conséquent, Artmarket consacre chaque année 80 % de ses ressources à sa R&D et à la création de valeur par ses nouvelles banques de données. Son fondateur et PDG thierry Ehrmann, à travers le Groupe Serveur, reste bien sûr de très loin le premier actionnaire, un critère fondamental selon Warren Buffet et de nombreux fonds de gestion européens.

Depuis l’origine en 1997, Artprice by Artmarket anticipe la dématérialisation du Marché de l’Art. Cette dématérialisation est désormais la seule issue pour les acteurs influents du Marché de l’Art que sont les Maisons de Ventes, galeries, Experts, musées, foires et salons, etc. Il n’y aura pas de retour en arrière.

En témoigne notamment l’article de FranceTvInfo.fr au titre explicite : « Coronavirus : les ventes aux enchères en ligne explosent ». Ce changement de paradigme, accéléré par la crise du Covid-19, fait exploser les ventes de biens matériels et immatériels sur Internet. De plus, selon Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad : « La crise a fait gagner 4 ans au développement de l’e-commerce » dans Les Echos.

Les grandes Maisons de Ventes, notamment Sotheby’s, affirment qu’elles vont atteindre, au cours de l’année 2021, leur objectif de 2025 en matière de dématérialisation sur Internet.

Le passage des enchères via Internet et le temps passé à domicile en très nette augmentation font que les internautes ont besoin de données fiables et indépendantes, celles d’Artprice by Artmarket, pour participer aux enchères en toute sécurité, que ce soit en tant que vendeur ou acheteur, et s’informer sur le Marché de l’Art. La fréquentation des banques de données d’Artprice by Artmarket, en très nette hausse, est un bon marqueur.

Artprice by Artmarket enregistre le plus grand nombre d’adjudications de l’histoire des enchères, en hausse de +10,5 % par rapport au S1 2019, qui avait déjà établi un record historique.

Au 1er semestre 2021, le Marché de l’Art a donc retrouvé toute son intensité en salles de ventes. Les foires, qui reprendront en octobre, devront toutefois composer avec un nouveau Marché. L’arrivée fracassante des NFT et des prix étourdissants pour les œuvres de très jeunes artistes en vogue attestent d’un profond désir de bousculer l’ordre établi. Les collectionneurs se montrent pressés d’investir sur un Marché de l’Art 2.0. De nombreux artistes ont eux-mêmes le désir de tirer parti de la transformation numérique du Marché de l’Art. Enfin, les Maisons de Ventes veulent désormais jouer le jeu de la disruption.

Les ventes en ligne font désormais pleinement partie de la stratégie des Maisons de Ventes. En ce début d’année, les géantes anglo-saxonnes Christie’s, Sotheby’s et Phillips ont dématérialisé un peu plus de la moitié de leurs opérations. Il en est de même sur l’ensemble des Maisons de Ventes mondiales avec 41 % de ventes en ligne pour 2021.

À ce titre, Artprice by Artmarket a publié ses indicateurs témoignant de la bonne santé du Marché de l’Art (S1 2000 – S1 2021) : produit de ventes, adjudications, taux d’invendus et prix record (au 1er semestre).

Activités et événements importants survenus au cours du 1S2021 :

Pour rappel, Artmarket.com précise ce jour au marché un bond de +48,81% de ses fonds propres qui passent de 19 819 000 € à 29 493 000 €, sous l’effet de la réévaluation du fonds documentaire d’Artprice by Artmarket.

En effet, suite au communiqué du 22 février 2021 intitulé « Artmarket.com : Le fonds documentaire d’Artprice est l’alternative mondiale à la fermeture des archives de Christie’s Londres pour les professionnels de l’art », à celui du T1 2021 diffusé au mois de mai 2021 ainsi que celui du T2 2021 le 09 août 2021, Artprice by Artmarket a régulièrement informé le marché sur sa prise de conscience relative à l’importance d’exploiter son fonds physique de catalogues papier de ventes aux enchères d’œuvres d’art.

« Les catalogues de ventes, dont les premiers remontent à 1766, sont une ressource inestimable pour les spécialistes. Face à cette décision de fermeture, ils ont exprimé leur colère et leur incompréhension. » lisait-on le 22 Févier 2021 dans Le Figaro et comme rapporté par The Art Newspaper.

Avec cette somme d’archives uniques au monde appelée « la Collection Artprice », remontant au plus tôt jusqu’en 1766, Artprice by Artmarket confirme et consolide sa place de Leader mondial de l’Information sur le Marché de l’Art. Cet avantage concurrentiel décisif se traduira par le rajout de nouveaux services payants basés sur le fonds de catalogues de ventes et manuscrits physiques depuis 1700 à nos jours détenus par Artprice by Artmarket.

L’incapacité désormais pour un concurrent de reconstituer une collection identique confère à Artmarket.com un avantage définitif et une barrière d’entrée quasiment infranchissable.

Plus que jamais en 2021, l’original papier, reste désormais, face aux cyberattaques, la seule preuve juridique, judiciaire et historique, incontestable et opposable aux tiers. Ce n’est pas pour rien que les grands groupes mondiaux investissent des sommes colossales pour leurs fonds documentaires qui représentent leur cœur de métier.

Artmarket.com fournira un service exclusif générant de nouveaux revenus consistant à procéder à des recherches certifiées sur la traçabilité des œuvres d’Art, à travers les centaines de milliers de catalogues de ventes et notes manuscrites depuis 1700.

Artprice répond ainsi à des besoins croissants venant des études notariales pour les successions, pour les collectionneurs, les musées, les professionnels, les marchands d’Art, les assureurs, les avocats (pour la recherche des biens spoliés par exemple pendant la Seconde Guerre mondiale), qui désireront valoriser au mieux les œuvres détenues en connaissant très exactement leur parcours et leurs origines dans les méandres des ventes aux enchères.

Seuls les experts, professionnels et institutionnels accrédités par Artmarket.com seront autorisés à entreprendre physiquement des recherches au sein même des multiples salles d’archives sécurisées bâties au fil des décennies sur plusieurs plateformes sécurisées et bâtiments.

Ce service unique au monde va permettre de faire émerger, au sein du groupe Artmarket, une nouvelle source d’activité s’appuyant sur un fonds documentaire corporel d’une très haute valeur financière révélant par ailleurs de nouvelles ressources incorporelles de dimension historique à exploiter.

Il s’agit effectivement du plus grand fonds mondial de catalogues de ventes papier et manuscrits, avec en plus le document ou manuscrit original de la Maison de Ventes ou étude certifiant le résultat de la vente.

Le catalogue de vente (papier) est une source fondamentale pour l’histoire de l’art. Les renseignements qu’il délivre sont essentiels pour retracer l’histoire des œuvres et des collections mais aussi pour comprendre et étudier la structure du Marché de l’Art, ou encore pour appréhender le goût d’une époque.

La valeur documentaire des catalogues de vente (papier) est incontestable et ils sont devenus des instruments de recherche indispensables.

Le catalogue de vente (papier) présente toute information utile sur les biens vendus et les conditions de leur vente. Il engage la responsabilité de l’opérateur (Maison de Ventes, commissaire-priseur judiciaire, maître d’enchères, auctioneer, expert, plateforme d’enchères numériques agréée …). Voir la définition officielle et juridique des catalogues de vente par l’institut National d’Histoire de l’Art (INHA) :

https://www.inha.fr/fr/bibliotheque/collections/le-catalogue-de-vente.html

La description des objets est sincère et précise. Elle informe sur l’état réel et visible du bien. Lorsque la valeur de l’objet le justifie, il est recommandé d’établir un rapport d’état («condition report») qui signale tout défaut visible, manque, altération, accident, ajout, restauration et modification apportés aux biens.

Il faut préciser que le catalogue de vente papier a une singularité unique en son genre qui n’existe pas dans l’édition. Son tirage mondial, pour les plus grandes Maisons de Ventes n’excède pas les 5 000 à 10 000 exemplaires au maximum. Le catalogue de vente papier, pour des raisons juridiques, contractuelles et coutumières, ne peut pas être réédité, ce qui explique sa forte valeur marchande.

De plus, Artprice by Artmarket possède pour la plupart des catalogues de ventes papier originaux la lettre officielle de la Maison de Ventes avec les résultats d’adjudications. Ce document est une pièce juridique, historique et économique extrêmement rare, comportant une multitude de mentions, au-delà de celle du prix d’adjudication. Figurent au premier rang : les œuvres invendues, suivies des droits de préemption, des droits de repentir et droits de retrait, interventions des ayants droit, avis à tiers détenteurs, interdiction de sortie du territoire etc …) et, pour les plus anciens, le nom de l’acheteur et du vendeur.

Dans le passé, avant 1960, le tirage mondial du catalogue de vente papier n’excédait jamais ou que rarement quelques centaines d’exemplaires.

De 1840 à 1930, pour séduire les grands collectionneurs, les catalogues anciens étaient constitués de lithographies originales parfois signées par la main de l’artiste.

Autres Perspectives 2021 / 2022 :

– Nouveauté : Artprice prépare sa plateforme NFT, artprice-nft.com, artmarket-nft.com, qui pourra répondre à la demande des 763 000 artistes référencés dans les banques de données Artprice by Artmarket et de l’ensemble des professionnels du Marché de l’Art. Les NFT sont la preuve de la dématérialisation du Marché de l’Art que certains voulaient ne pas croire possible.

– La Place de Marché Normalisée ® aux enchères et à prix fixe d’Artprice by Artmarket est appelée à sortir de la législation européenne.

Les grandes Maisons de Ventes, notamment Sotheby’s, affirment qu’elles vont atteindre, au cours de l’année 2021, leur objectif de 2025 en matière de dématérialisation sur Internet.

Artprice by Artmarket est à la base de la normalisation du Marché de l’Art et donc de sa dématérialisation à travers sa Place de Marché Normalisée® aux enchères et à prix fixe.

Cette normalisation, initiée depuis 2001 par le rachat de Xylogic Suisse (SSII spécialisée dans la transformation numérique, forte d’un portefeuille de grandes Maisons de Ventes internationales), fait l’objet d’une protection intellectuelle sur l’ensemble des pays où le Marché de l’Art opère.

Le nombre d’annonces en ligne de la Place de Marché Normalisée® d’Artprice by Artmarket est en forte croissance. Plus de 72 000 œuvres (avec un prix moyen de 8000 euros) sont en ligne : https://www.artprice.com/marketplace?p=1&sort=price_sorted_eur-desc

La Place de Marché Normalisée® bénéficie notamment des DNS génériques « Artmarket.com, Artmarket.net, Artmarket.org » qui captent naturellement les recherches sur le Marché de l’Art, la langue anglaise étant la langue du Marché de l’Art. Sur la requête « art market », il apparaît que les 12 premiers résultats naturels non sponsorisés sur 3,33 milliards de résultats sur Google.com pointent sur les banques de données d’Artprice by Artmarket.

Plus que jamais, en 2021, dans un Marché de l’Art dématérialisé, la règle d’or pour le commerce en ligne est la confiance. Dans le cadre du Marché de l’Art, Artprice by Artmarket.com est l’unique référent mondial depuis plus de 23 ans.

Pour information, l’Art présente une alternative de placement de plus en plus recherchée, notamment par les taux nuls ou proches de zéro qui laminent l’épargne.

Copyright 1987-2021 www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: Banksy is the top living artist in Artprice’s turnover ranking for H1 2021. The Art Market recognizes Street Art as a major and globalized discipline

2021/09/29 Commentaires fermés

Will future generations consider Banksy the most important artist of the early 21st century? In any case, that’s what the $123 million hammered in the first half of 2021 suggests, giving Banksy 5th position in Artprice’s general ranking (all periods combined) just behind the giants Picasso, Basquiat, Warhol and Monet.
Whether we like it or not, a page in Art History is being written and it can no longer be seen as ‘just a fad’. After 25 years tackling universal issues (that are far from being resolved) by taking them into the streets and inviting them into our daily lives, Banksy’s highly topical works are today driving the growth of his market more than ever before.

Evolution of Banksy’s auction sales – Turnover vs. Lots sold

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image1-artmarket-artprice-banksy-auction-sales-turnover-vs-lots.jpg]

Left: Turnover from Banksy’s work by year of creation (2003 – S1 2021)

Right: Banksy © thierry Ehrmann – Courtesy of The Abode of Chaos

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image2-artmarket-artprice-banksy-turnover-by-year-of-creation.jpg]

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department : D emand for Banksy’s works has been growing exponentially for five years . I t is already too late for museums to hope to acquire original works at reasonable prices. But who could predict that this anonymous street artist, turning his back on the system, would become the most successful living artist on the Art Market? A few years ago, the Tate Modern apparently refused a donation from the artist … Since then, Banksy has become a genuine symbol, made stronger by each crisis (financial, health, etc.) that our world encounters . ”

Game Changer

Banksy’s work has pursued a tradition that began with Ernest Pignon-Ernest and Blek le Rat, but he brought the art of stenciling into the 21st century. Each new work discovered in the streets of Bristol or the ruins of Gaza or on the back door of the Bataclan in Paris or in the New York subway has been photographed, publicized, liked, shared, even appropriated … before being removed, as is still too often the case, by the city’s cleaning service, or, in some cases stolen.
A brilliant drawer and very clever with his locational choices and the diffusion of his works, Banksy has brought to life an oeuvre that is spectacular and rhizomatous in nature. Each new piece carries a message for everyone, regardless of our age, language or knowledge of art history.

Taken together, Banksy’s works have, for a quarter of a century, formed a gigantic fresco that depicts the sorrows and challenges of our society, both present and future: climate change, war, inequality, terrorism, etc. His work increasingly stands out as a political weapon via projects with an audacity unprecedented in art history: his ‘bemusement’ park Dismaland (2015), the Walled Off Hotel in Bethlehem (2017) and his migrant boat Rescue (2020), to name but a few.

While Banksy remains first and foremost a committed street artist who seeks a sort of perfect equilibrium in both space and time, his work has subsequently been made available practically ad infinitum. By reusing his stencils for several years on canvas or cardboard, by printing limited editions, by uploading photos to his Instagram account and by having his works reproduced on cups, magnets and key rings, Banksy has made his work omnipresent in our daily lives.

John Russo, Group CEO of Maddox Gallery: When you consider the widespread and global acclaim that Banksy has achieved as an anonymous living artist, whose practice is an art form that for centuries has been considered vandalism, he’s single-handedly changed the face of contemporary art as we know it. This, combined with his engagement with current affairs and witty immortalization of public opinion has not only allowed him to capture the zeitgeist of our time, but also to open the gates of the contemporary art world to a new era of creatives.”

Compared with Beeple, whose digital works are followed daily by 2.2 million followers on Instagram and whose NFT Everdays fetched $69.3 million in March 2021, Banksy’s work actually responds to an extremely pressing demand for art that looks straight into the eyes of our present and sounds alarm bells for the future. Paradoxically, his work criticizes the very society that acclaims him. Highly cynical (Laugh now), his work nevertheless gives a preponderant place to tenderness (Flower thrower), humour (Che Guevara on Skates), hope (Girl with balloon) and it always seeks to surprise.

Happy Shopper

Banksy’s pieces are rarely sold on the primary market, except as a happening (in New York, Venice or on shop.grossdomesticproduct.com), but they circulate abundantly on the secondary market, whether in galleries, on the internet or in public auctions. More than 1,200 of his works were offered in auctions during the first semester of 2021, three-quarters of which found buyers (only 23% unsold).

Entire sessions are devoted to him at Sotheby’s, Christie’s, or Forum Auctions, covering all price ranges from original works at several million dollars and highly sought-after artist’s proofs to prints and sculptures in more or less limited editions, signed or unsigned. This intense transaction level is overseen by an authentication system set up by the artist himself, the ‘Pest Control Office’.

John Russo, Group CEO of Maddox Gallery:“The magic behind the story of Banksy is that he has achieved what every artist wants to achieve: success on the secondary market. With Banksy last releasing an edition in 2010, purchasing a Banksy on the primary market has been impossible for most collectors.

With Pest Control at hand, however, to authenticate works in circulation on the secondary marketplace, Banksy has engaged his followers in a simple game of economics. By drastically limiting the supply of his work, he’s driven up the value of the pieces in circulation, allowing his early followers the opportunity to realize an incredible return on their purchase.

For those that have purchased from a reputable gallery with a close working relationship with Pest Control, as we are proud to say that we have at Maddox, Banksy investors will have achieved a considerable profit in the past decade, with our own clients realizing an average profit of 42.6% in 2020 alone.”

I Can’t Believe You Morons Actually Buy This Shit

When Banksy has tried to undermine the very market that has elevated him to stardom (albeit anonymous), it has had the opposite effect: when his Girl with balloon (2006) partially self-destructed just after being hammered down for $1.4 million in 2018, its value is said to have risen substantially. This spectacular turn of events was so well orchestrated that some suspected collaboration between the artist and Sotheby’s: how could the shredder have escaped the prestigious auction house’s attention? Clearly Banksy doesn’t suffer too much from bad luck.

And yet… he is also capable of playing the market’s game when it is for ‘a good cause’. Earlier this year, he sold his canvas Game Changer (2020) in order to refinance Southampton hospital in the midst of the health crisis. The work fetched a record $21.9 million, i.e. 17% of his total auction turnover in the first semester of 2021.

In H1 2021, Banksy’s market was mainly split between the United Kingdom (64% of his auction turnover), the United States (15%) and Hong Kong (13%). This triangular market, more and more evenly distributed between the three major capitals of the global art market, fully contributes to the rise in the value of his works. This is perfectly illustrated by the three auctions of his small canvas Laugh Now But One Day We’ll Be in Charge (2000):

– on 15 October 2007 at Sotheby’s London for $342,000

– on 29 June 2017 at Bonhams London for $380,000

– on 18 June 2021 at Sotheby’s Hong Kong for $2,283,000

At 47 (his assumed age) Banksy is an international superstar, adored by the street art community and art market professionals alike, with 11 million followers on Instagram. But unlike many influencers, Banksy cares less about his personal image than about his art, which questions the future of our planet and Humanity as we know it.

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image1-artmarket-artprice-banksy-auction-sales-turnover-vs-lots.jpg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image2-artmarket-artprice-banksy-turnover-by-year-of-creation.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Will future generations consider Banksy the most important artist of the early 21st century? In any case, that’s what the $123 million hammered in the first half of 2021 suggests, giving Banksy 5th position in Artprice’s general ranking (all periods combined) just behind the giants Picasso, Basquiat, Warhol and Monet.
Whether we like it or not, a page in Art History is being written and it can no longer be seen as ‘just a fad’. After 25 years tackling universal issues (that are far from being resolved) by taking them into the streets and inviting them into our daily lives, Banksy’s highly topical works are today driving the growth of his market more than ever before.

Evolution of Banksy’s auction sales – Turnover vs. Lots sold

Evolution of Banksy’s auction sales – Turnover vs. Lots sold

Left: Turnover from Banksy’s work by year of creation (2003 – S1 2021)Right: Banksy © thierry Ehrmann – Courtesy of The Abode of Chaos

Left: Turnover from Banksy’s work by year of creation (2003 – S1 2021) – Right: Banksy © thierry Ehrmann – Courtesy of The Abode of Chaos

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department : D emand for Banksy’s works has been growing exponentially for five years . I t is already too late for museums to hope to acquire original works at reasonable prices. But who could predict that this anonymous street artist, turning his back on the system, would become the most successful living artist on the Art Market? A few years ago, the Tate Modern apparently refused a donation from the artist … Since then, Banksy has become a genuine symbol, made stronger by each crisis (financial, health, etc.) that our world encounters . ”

Game Changer

Banksy’s work has pursued a tradition that began with Ernest Pignon-Ernest and Blek le Rat, but he brought the art of stenciling into the 21st century. Each new work discovered in the streets of Bristol or the ruins of Gaza or on the back door of the Bataclan in Paris or in the New York subway has been photographed, publicized, liked, shared, even appropriated … before being removed, as is still too often the case, by the city’s cleaning service, or, in some cases stolen.
A brilliant drawer and very clever with his locational choices and the diffusion of his works, Banksy has brought to life an oeuvre that is spectacular and rhizomatous in nature. Each new piece carries a message for everyone, regardless of our age, language or knowledge of art history.

Taken together, Banksy’s works have, for a quarter of a century, formed a gigantic fresco that depicts the sorrows and challenges of our society, both present and future: climate change, war, inequality, terrorism, etc. His work increasingly stands out as a political weapon via projects with an audacity unprecedented in art history: his ‘bemusement’ park Dismaland (2015), the Walled Off Hotel in Bethlehem (2017) and his migrant boat Rescue (2020), to name but a few.

While Banksy remains first and foremost a committed street artist who seeks a sort of perfect equilibrium in both space and time, his work has subsequently been made available practically ad infinitum. By reusing his stencils for several years on canvas or cardboard, by printing limited editions, by uploading photos to his Instagram account and by having his works reproduced on cups, magnets and key rings, Banksy has made his work omnipresent in our daily lives.

John Russo, Group CEO of Maddox Gallery: When you consider the widespread and global acclaim that Banksy has achieved as an anonymous living artist, whose practice is an art form that for centuries has been considered vandalism, he’s single-handedly changed the face of contemporary art as we know it. This, combined with his engagement with current affairs and witty immortalization of public opinion has not only allowed him to capture the zeitgeist of our time, but also to open the gates of the contemporary art world to a new era of creatives.”

Compared with Beeple, whose digital works are followed daily by 2.2 million followers on Instagram and whose NFT Everdays fetched $69.3 million in March 2021, Banksy’s work actually responds to an extremely pressing demand for art that looks straight into the eyes of our present and sounds alarm bells for the future. Paradoxically, his work criticizes the very society that acclaims him. Highly cynical (Laugh now), his work nevertheless gives a preponderant place to tenderness (Flower thrower), humour (Che Guevara on Skates), hope (Girl with balloon) and it always seeks to surprise.

Happy Shopper

Banksy’s pieces are rarely sold on the primary market, except as a happening (in New York, Venice or on shop.grossdomesticproduct.com), but they circulate abundantly on the secondary market, whether in galleries, on the internet or in public auctions. More than 1,200 of his works were offered in auctions during the first semester of 2021, three-quarters of which found buyers (only 23% unsold).

Entire sessions are devoted to him at Sotheby’s, Christie’s, or Forum Auctions, covering all price ranges from original works at several million dollars and highly sought-after artist’s proofs to prints and sculptures in more or less limited editions, signed or unsigned. This intense transaction level is overseen by an authentication system set up by the artist himself, the ‘Pest Control Office’.

John Russo, Group CEO of Maddox Gallery:“The magic behind the story of Banksy is that he has achieved what every artist wants to achieve: success on the secondary market. With Banksy last releasing an edition in 2010, purchasing a Banksy on the primary market has been impossible for most collectors.

With Pest Control at hand, however, to authenticate works in circulation on the secondary marketplace, Banksy has engaged his followers in a simple game of economics. By drastically limiting the supply of his work, he’s driven up the value of the pieces in circulation, allowing his early followers the opportunity to realize an incredible return on their purchase.

For those that have purchased from a reputable gallery with a close working relationship with Pest Control, as we are proud to say that we have at Maddox, Banksy investors will have achieved a considerable profit in the past decade, with our own clients realizing an average profit of 42.6% in 2020 alone.”

I Can’t Believe You Morons Actually Buy This Shit

When Banksy has tried to undermine the very market that has elevated him to stardom (albeit anonymous), it has had the opposite effect: when his Girl with balloon (2006) partially self-destructed just after being hammered down for $1.4 million in 2018, its value is said to have risen substantially. This spectacular turn of events was so well orchestrated that some suspected collaboration between the artist and Sotheby’s: how could the shredder have escaped the prestigious auction house’s attention? Clearly Banksy doesn’t suffer too much from bad luck.

And yet… he is also capable of playing the market’s game when it is for ‘a good cause’. Earlier this year, he sold his canvas Game Changer (2020) in order to refinance Southampton hospital in the midst of the health crisis. The work fetched a record $21.9 million, i.e. 17% of his total auction turnover in the first semester of 2021.

In H1 2021, Banksy’s market was mainly split between the United Kingdom (64% of his auction turnover), the United States (15%) and Hong Kong (13%). This triangular market, more and more evenly distributed between the three major capitals of the global art market, fully contributes to the rise in the value of his works. This is perfectly illustrated by the three auctions of his small canvas Laugh Now But One Day We’ll Be in Charge (2000):

– on 15 October 2007 at Sotheby’s London for $342,000

– on 29 June 2017 at Bonhams London for $380,000

– on 18 June 2021 at Sotheby’s Hong Kong for $2,283,000

At 47 (his assumed age) Banksy is an international superstar, adored by the street art community and art market professionals alike, with 11 million followers on Instagram. But unlike many influencers, Banksy cares less about his personal image than about his art, which questions the future of our planet and Humanity as we know it.

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image1-artmarket-artprice-banksy-auction-sales-turnover-vs-lots.jpg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image2-artmarket-artprice-banksy-turnover-by-year-of-creation.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Banksy est le 1er artiste vivant dans le classement Artprice au S1 2021. Le Marché de l’Art reconnaît le Street Art comme discipline majeure et mondialisée

2021/09/29 Commentaires fermés

Les générations à venir considéreront-elles Banksy comme l’artiste-clé du début du 21ème siècle ? C’est ce que présagent les 123 millions $ engrangés aux enchères au premier semestre 2021, qui placent Banksy en 5ème position dans le classement général Artprice, juste derrière les géants Picasso, Basquiat, Warhol et Monet. Qu’on le veuille ou non, une page de l’Histoire de l’Art est en train de s’écrire… car il ne peut plus s’agir d’un simple effet de mode. Ses œuvres liées à l’actualité enflamment toujours un peu plus le Marché, mais son travail aborde depuis 25 ans des problématiques universelles, bien loin d’être résolues, en les sortant dans la rue et en les invitant dans notre quotidien.

Evolution des ventes aux enchères de Banksy – produit de ventes Vs. lots vendus

Evolution des ventes aux enchères de Banksy – produit de ventes Vs. lots vendus

Produit de ventes de Banksy par année de création (2003- S1 2021) – ( gauche )
Banksy ©thierry Ehrmann – Courtesy La Demeure du Chaos – ( droite)

Produit de ventes de Banksy par année de création (2003- S1 2021) – ( gauche )
Banksy ©thierry Ehrmann – Courtesy La Demeure du Chaos – ( droite)

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice :« La demande pour les oeuvres de Banksy est en croissance exponentielle depuis cinq ans, à tel point qu’il est déjà trop tard pour les musées d’espérer acquérir des œuvres originales à prix raisonnables. Mais qui pouvait prévoir que ce street artiste anonyme, tournant le dos au système, deviendrait l’artiste vivant le plus performant du Marché de l’Art ? Il y a quelques années encore, la Tate Modern aurait paraît-il refusé une donation de l’artiste… Depuis lors, Banksy est devenu un véritable symbole, rendu plus fort par chaque crise (financière, sanitaire, etc.) que traverse notre monde ».

Game Changer

Banksy s’inscrit dans la tradition d’Ernest Pignon Ernest et de Blek le Rat, mais fait entrer l’art du pochoir dans le 21ème siècle. Chaque nouvelle œuvre, découverte dans les rues de Bristol ou les ruines de Gaza, sur une porte-arrière du Bataclan ou dans le métro new-yorkais, est photographiée, médiatisée, likée, partagée, détournée… avant d’être trop souvent encore nettoyée par le service propreté de la ville. Génie du dessin, de sa mise en situation et de sa diffusion, Banksy a donné vie à une œuvre aussi spectaculaire que tentaculaire. Chaque pièce porte un message qui s’adresse à tous, peu importe notre âge, notre langue ou nos connaissances en histoire de l’art.

La somme de ses performances forme depuis un quart de siècle une gigantesque fresque qui dépeint les chagrins et les défis de notre société, présents et à venir : climatiques, sécuritaires, inégalitaires, terroristes, etc. Son oeuvre s’érige de plus en plus comme une arme politique, à travers des projets d’une audace jamais atteinte dans l’Histoire de l’Art : son parc d’attraction Dismaland (2015), le Walled Off Hotel de Bethléem (2017), ou le bateau pour migrant Rescue (2020).

S’il reste d’abord un street artiste engagé, qui recherche la justesse dans l’espace et dans le temps, son travail se décline ensuite pratiquement à l’infini. En réutilisant ses pochoirs pendant plusieurs années sur toile ou sur carton, en tirant des éditions limitées, en abreuvant son compte Instagram et en déclinant ses travaux sous forme de tasses, de magnets ou de porte-clefs, Banksy a rendu son œuvre omniprésente dans notre quotidien.

John Russo, Group CEO of Maddox Gallery: « Au regard de la renommée internationale que Banksy a acquise en tant qu’artiste vivant et anonyme, pratiquant un art considéré pendant des siècles comme du vandalisme, il faut reconnaître qu’il a changé le visage de l’art contemporain tel que nous le connaissions. Son engagement politique et sa manière à la fois drôle et intelligente d’immortaliser l’opinion publique lui ont permis de capturer le zeitgeist de notre temps, mais également d’ouvrir le monde de l’art contemporain à une nouvelle ère de création. »

When you consider the widespread and global acclaim that Banksy has achieved as an anonymous living artist, whose practice is an art form that for centuries has been considered vandalism, he’s single-handedly changed the face of contemporary art as we know it. This, combined with his engagement with current affairs and witty immortalisation of public opinion has not only allowed him to capture the zeitgeist of our time, but also to open the gates of the contemporary art world to a new era of creatives”.

Mieux encore que Beeple, dont les œuvres digitales sont suivies jour après jour par 2,2 millions de followers sur Instagram et dont le NFT a été vendu pour 69m$ en mars 2021, Banksy répond à une demande extrêmement puissante pour un art qui regarde droit dans les yeux notre présent et tire la sonnette d’alarme pour l’avenir. Paradoxalement, son oeuvre critique cette société-même qui l’acclame. Plein de cynisme (Laugh now), son travail accorde cependant une place prépondérante à la tendresse (Flower thrower), à l’humour (Che Guevara on Skates), à l’espoir (Girl with balloon), et recherche toujours la surprise.

Happy Shopper

Les pièces de Banksy se vendent rarement sur le premier marché, sinon sous forme d’ happening (à New York, Venise ou sur shop.grossdomesticproduct.com) mais elles circulent abondamment sur le second marché, à la fois en galerie, sur internet et aux enchères publiques. Plus de 1200 de ses œuvres ont été proposées en salles de vente sur les six premiers mois de l’année 2021, dont les trois-quart ont trouvé acquéreur (seulement 23 % d’invendus).

Des sessions entières lui sont consacrées chez Sotheby’s, Christie’s ou chez Forum Auctions, couvrant toutes les gammes de prix, depuis les œuvres originales à plusieurs millions de dollars, en passant par des épreuves d’artistes très recherchées, jusqu’aux estampes et aux sculptures en éditions plus ou moins importantes, signées ou non. Cette circulation d’une extrême intensité est chapeautée par un système d’authentification mis en place par l’artiste lui-même, le Pest Control Office.

John Russo, Group CEO of Maddox Gallery: «  La magie de Banksy est d’avoir réalisé ce que tout artiste souhaite : le succès sur le second marché. Avec sa dernière édition sortie en 2010, l’achat d’une estampe de Banksy a d’ailleurs été impossible sur le premier marché pour la plupart des collectionneurs.

Mais grâce au Pest Control, authentifiant les œuvres en circulation, Banksy a engagé les collectionneurs dans un simple jeu économique. En limitant drastiquement l’offre, il augmente la valeur des pièces en circulation, permettant à ses premiers adeptes de réaliser des retours sur investissements époustouflants.

Pour ceux qui ont acheté auprès d’une galerie réputée, travaillant en relation étroite avec le Pest Control Office, comme nous en sommes très fiers à la Maddox Gallery, les investisseurs de Banksy ont réalisé des bénéfices considérables au cours de la dernière décennie. Nos propres clients ont en moyenne enregistré un bénéfice de +42,6% sur le seul exercice 2020  »

The magic behind the story of Banksy is that he has achieved what every artist wants to achieve: success on the secondary market. With Banksy last releasing an edition in 2010, purchasing a Banksy on the primary market has been impossible for most collectors.

With Pest Control at hand, however, to authenticate works in circulation on the secondary marketplace, Banksy has engaged his followers in a simple game of economics. By drastically limiting the supply of his work, he’s driven up the value of the pieces in circulation, allowing his early followers the opportunity to realise an incredible return on their purchase.

For those that have purchased from a reputable gallery with a close working relationship with Pest Control, as we are proud to say that we have at Maddox, Banksy investors will have achieved a considerable profit in the past decade, with our own clients realising an average profit of 42.6% in 2020 alone ».

I Can’t Believe You Morons Actually Buy This Shit

Lorsqu’il veut se soustraire au Marché, Banksy n’en devient que plus attractif encore. En témoigne la vente de Girl with balloon (2006), dont la valeur aurait bondi après sa destruction partielle à l’automne 2018, en pleine session de vente. Ce coup de théâtre a été si bien orchestré que certains ont suspecté une connivence entre l’artiste et Sotheby’s : comment le mécanisme d’auto-destruction a-t-il pu en effet passer à travers les mailles de la prestigieuse maison de ventes ? Mais décidément la malchance ne sourit pas à Banksy.

Seulement lui aussi est capable de jouer le jeu du Marché quand c’est pour ‘la bonne cause’. En 2021, il a décroché sa toile Game Changer (2020), offerte à l’hôpital de Southampton, afin de refinancer l’institution en pleine crise sanitaire. L’oeuvre a récolté un record de 21,9m$, soit 17 % de son produit de ventes aux enchères en ce début année.

Au S1 2021, le marché Banksy se répartit essentiellement entre Royaume-Uni (64%), les Etats-Unis (15%) et Hong Kong (13 % de son produit de ventes aux enchères). Ce marché triangulaire, de mieux en mieux distribué entre les trois grandes capitales du Marché de l’Art, contribue pleinement à l’augmentation du prix de ses œuvres, comme le révèle les trois passages de la petite toile Laugh Now But One Day We’ll Be in Charge (2000) en salles de ventes :

– le 15/10/2007 chez Sotheby’s Londres pour 342 000$

– le 29/06/2017 chez Bonhams Londres pour 380 000$

– le 18/06/2021 chez Sotheby’s Hong Kong pour 2 283 000$

A 47 ans (âge présumé), Banksy est une superstar internationale, adulée par la communauté street art autant que par les professionnels du Marché de l’Art, ainsi que par de 11 millions de followers sur Instagram. Mais contrairement à nombre d’influenceurs, Banksy se soucie moins de son image personnelle que de son art, qui questionne le futur de notre planète et de l’Humanité telle que nous la connaissons.

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image1-artmarket-artprice-banksy-auction-sales-turnover-vs-lots.jpg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image2-artmarket-artprice-banksy-turnover-by-year-of-creation.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com

Artmarket.com : 2T 2021 en croissance à double chiffre, réévaluation du fonds documentaire d’Artprice, augmentation tarifaire des abonnements, NFT

2021/08/09 Commentaires fermés
Chiffre d’affaires en K€2T20212T2020Variation en %
Internet13051124+16
Indices et prestations1181190
Total 2T 202114231243+14

Chiffre d’affaires en K€ : 1S2021 / 1S2020 / variation en %

Internet : 3535 (2021) / 3310 (2020) / +7%

Indices et autres prestations : 192 / 180 / +7%

Total 1er semestre 2021 : 3727 / 3490 (2020) / +7%

Artmarket.com enregistre une progression de +14% de son CA au T2 2021.

En dépit de la crise sanitaire sans précédent qui frappe le monde en 2021, le chiffre d’affaires d’Artmarket.com s’affiche bien au-delà des objectifs dans une année 2021 où les salons, foires et expositions des clients d’Artprice by Artmarket ont connu de très nombreux reports sur le second semestre. Artmarket.com est considérée comme une valeur résiliente face à la pandémie mondiale.

Au 1er semestre 2021, le Marché de l’Art a retrouvé toute son intensité en salles de ventes, en dépassant les niveaux de 2019 grâce à la dématérialisation et à l’explosion des ventes numériques (voir le Rapport Semestriel sur le Marché de l’Art mondial d’Artprice by Artmarket publié le 04 août 2021 : https://www.prnewswire.com/news-releases/artmarket-com-analyse-du-s1-2021-par-artprice-le-marche-de-l-art-sort-avec-brio-de-la-crise-sanitaire-renforce-par-sa-mutation-numerique-819583608.html)

Réévaluation du fonds documentaire d’Artprice by Artmarket, dans les conditions légales des articles 123-18 du Code de Commerce, de la norme IAS 16 et de l’article 31 (V) de la loi 2020-1721 du 29 décembre 2020, impactant positivement les fonds propres et augmentation tarifaire des abonnements :

Suite au communiqué du 22 février 2021 intitulé « Artmarket.com : Le fonds documentaire d’Artprice est l’alternative mondiale à la fermeture des archives de Christie’s Londres pour les professionnels de l’art » ainsi que celui du T1 2021 diffusé au mois de mai, Artprice by Artmarket a régulièrement informé le marché sur sa prise de conscience relative à l’importance d’exploiter son fonds physique de catalogues papier de ventes aux enchères d’œuvres d’art.

Cette somme d’archives unique au monde appelée « la Collection Artprice », remontant au plus tôt jusqu’en 1766, se devait donc d’apparaître à sa valeur réelle dans les comptes d’Artmarket.com qui a décidé librement de sa réévaluation, dans les conditions légales des articles 123-18 du Code de Commerce, de la norme IAS 16 et de l’article 31 (V) de la loi 2020-1721 du 29 décembre 2020 codifié à l’article 238 bis JB du Code Général des Impôts, avec une demande de rescrit fiscal.

Le montant exact de cette réévaluation sera communiqué au marché en septembre 2021, dans le rapport financier du premier semestre 2021.

Cette réévaluation porte sur les comptes semestriels arrêtés au 30 juin 2021. Cette décision a pour effet d’impacter, par une augmentation très conséquente, les capitaux propres sociaux et consolidés de la société Artmarket.com.

Cette évolution, confirmée par la réévaluation du fonds documentaire d’Artprice by Artmarket, permettra également d’augmenter très significativement les tarifs d’abonnements et d’impacter le CA d’Artmarket.com.

Cette augmentation tarifaire des abonnements va se construire avec le rajout de nouveaux services payants basés sur le fonds de catalogues de ventes et manuscrits physiques depuis 1700 à nos jours détenus, par Artprice by Artmarket.com.

Artmarket.com fournira un service exclusif générant de nouveaux revenus consistant à procéder à des recherches certifiées sur la traçabilité des œuvres d’Art, à travers les centaines de milliers de catalogues de ventes et notes manuscrites depuis 1700.

Artprice répond ainsi à des besoins croissants venant des études notariales pour les successions, pour les collectionneurs, les musées, les professionnels, les marchands d’Art, les assureurs, les avocats (pour la recherche des biens spoliés par exemple pendant la Seconde Guerre mondiale), qui désireront valoriser au mieux les œuvres détenues en connaissant très exactement leur parcours et leurs origines dans les méandres des ventes aux enchères.

Seuls les experts, professionnels et institutionnels accrédités par Artmarket.com seront autorisés à entreprendre physiquement des recherches au sein même des multiples salles d’archives sécurisées bâties au fil des décennies sur plusieurs plateformes sécurisées et bâtiments.

Ce service unique au monde va permettre de faire émerger, au sein du groupe Artmarket, une nouvelle source d’activité s’appuyant sur un fonds documentaire corporel d’une très haute valeur financière révélant par ailleurs de nouvelles ressources incorporelles de dimension historique à exploiter.

Artprice by Artmarket possède effectivement plusieurs centaines de milliers de catalogues de ventes et notes manuscrites depuis 1700 venant de plus de 6 300 Maisons de Ventes disparues ou encore en activité. Ce fonds exceptionnel et unique au monde s’enrichit d’année en année, au fil des nouvelles sessions de ventes publiques à l’échelle internationale.

Il s’agit en effet du plus grand fonds mondial de catalogues de ventes papier et manuscrits, avec en plus le document ou manuscrit original de la Maison de Ventes certifiant le résultat de la vente.

Le catalogue de vente papier original est une pièce juridique, historique et économique extrêmement rare, comportant une multitude de mentions, au-delà de celle du prix d’adjudication. Figurent au premier rang : les œuvres invendues, suivies des droits de préemption, des droits de repentir et droits de retrait, interventions des ayants droit, avis à tiers détenteurs, interdiction de sortie du territoire etc …) et, pour les plus anciens, le nom de l’acheteur et du vendeur.

Le catalogue de vente (papier) est une source fondamentale pour l’histoire de l’art. Les renseignements qu’il délivre sont essentiels pour retracer l’histoire des œuvres et des collections mais aussi pour comprendre et étudier la structure du Marché de l’Art, ou encore pour appréhender le goût d’une époque.

La valeur documentaire des catalogues de vente (papier) est incontestable et ils sont devenus des instruments de recherche indispensables.

Le catalogue de vente (papier) présente toute information utile sur les biens vendus et les conditions de leur vente. Il engage la responsabilité de l’opérateur (Maison de Ventes, commissaire-priseur judiciaire, maître d’enchères, auctioneer, expert, plateforme d’enchères numériques agréée …).

La description des objets est sincère et précise. Elle informe sur l’état réel et visible du bien. Lorsque la valeur de l’objet le justifie, il est recommandé d’établir un rapport d’état («condition report») qui signale tout défaut visible, manque, altération, accident, ajout, restauration et modification apportés aux biens.

https://www.inha.fr/fr/bibliotheque/collections/le-catalogue-de-vente.html

En effet, le catalogue de vente papier a une singularité unique en son genre qui n’existe pas dans l’édition. Son tirage mondial, pour les plus grandes Maisons de Ventes n’excède pas les 5 000 à 10 000 exemplaires au maximum. Le catalogue de vente papier, pour des raisons juridiques, contractuelles et coutumières, ne peut pas être réédité, ce qui explique sa forte valeur marchande.

Dans le passé, avant 1960, le tirage mondial du catalogue de vente papier n’excédait jamais ou que rarement quelques centaines d’exemplaires.

De 1840 à 1930, pour séduire les grands collectionneurs, les catalogues anciens étaient constitués de lithographies originales parfois signées par la main de l’artiste.

Dernièrement Christie’s a annoncé, à la surprise générale, la fermeture de ses archives pour les professionnels de l’art, faisant immédiatement du fonds documentaire d’Artprice la seule alternative mondiale en 2021 à leurs besoins vitaux.

« Les catalogues de ventes, dont les premiers remontent à 1766, sont une ressource inestimable pour les spécialistes. Face à cette décision de fermeture, ils ont exprimé leur colère et leur incompréhension. » lisait-on le 22 Févier 2021 dans Le Figaro et comme rapporté par The Art Newspaper.

Autres Perspectives 2021 / 2022 :

– Nouveauté : Artprice prépare sa plateforme NFT, artprice-nft.com, artmarket-nft.com, qui pourra répondre à la demande des 760 000 artistes référencés dans les banques de données Artprice by Artmarket et de l’ensemble des professionnels du Marché de l’Art. Les NFT sont la preuve de la dématérialisation du Marché de l’Art que certains voulaient ne pas croire possible.

– La Place de Marché Normalisée ® aux enchères et à prix fixe d’Artprice by Artmarket est appelée à sortir de la législation européenne.

– Depuis l’origine en 1997, Artprice by Artmarket anticipe la dématérialisation du Marché de l’Art. Cette dématérialisation est désormais la seule issue pour les acteurs influents du Marché de l’Art, Maisons de Ventes, galeries, musées, foires et salons, etc.. Il n’y aura pas de retour en arrière.

En témoigne tout récemment l’article de FranceTvInfo.fr au titre explicite : « Coronavirus : les ventes aux enchères en ligne explosent ». Ce changement de paradigme, accéléré par la crise du Covid-19, fait exploser les ventes de biens matériels et immatériels sur Internet ; selon Marc Lolivier, délégué général de la Fevad : « La crise a fait gagner 4 ans au développement de l’e-commerce » dans Les Echos.

Les grandes Maisons de Ventes, notamment Sotheby’s, affirment qu’elles vont atteindre, au cours de l’année 2021, leur objectif de 2025 en matière de dématérialisation sur Internet.

– Le passage des enchères via Internet et le temps passé à domicile en très nette augmentation font que les internautes ont besoin de données fiables et indépendantes, celles d’Artprice by Artmarket, pour participer aux enchères en toute sécurité, que ce soit en tant que vendeur ou acheteur, et s’informer sur le Marché de l’Art. La fréquentation des banques de données d’Artprice by Artmarket, en très nette hausse, est un bon marqueur.

Artmarket.com est à la base de la normalisation du Marché de l’Art et donc de sa dématérialisation à travers sa Place de Marché Normalisée® aux enchères et à prix fixe.

Cette normalisation, initiée depuis 2001 par le rachat de Xylogic Suisse, fait l’objet d’une protection intellectuelle sur l’ensemble des pays où le Marché de l’Art opère.

Le nombre d’annonces en ligne de la Place de Marché Normalisée® d’Artprice by Artmarket est en forte croissance. Plus de 72 000 œuvres (avec un prix moyen de 8000 euros) sont en ligne : https://www.artprice.com/marketplace?p=1&sort=price_sorted_eur-desc

La Place de Marché Normalisée® bénéficie notamment des DNS génériques « Artmarket.com, Artmarket.net, Artmarket.org » qui captent naturellement les recherches sur le Marché de l’Art, la langue anglaise étant la langue du Marché de l’Art. Sur la requête « art market », il apparaît que les 12 premiers résultats naturels non sponsorisés sur 3,33 milliards de résultats sur Google.com pointent sur les banques de données d’Artprice by Artmarket.

Plus que jamais, en 2021, dans un marché de l’art dématérialisé, la règle d’or pour le commerce en ligne est la confiance. Dans le cadre du Marché de l’Art, Artprice by Artmarket.com est l’unique référent mondial depuis plus de 20 ans.

Pour information, l’Art présente une alternative de placement de plus en plus recherchée, notamment par les taux nuls ou proches de zéro qui laminent l’épargne.

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com : Analyse du S1 2021 par Artprice, le Marché de l’Art sort avec brio de la crise sanitaire, renforcé par sa mutation numérique

2021/08/06 Commentaires fermés

Au 1er semestre 2021, le Marché de l’Art a retrouvé toute son intensité en salles de ventes. Les foires qui reprendront en septembre, si tout va bien, devront toutefois composer avec un nouveau Marché. L’arrivée fracassante des NFT et des prix étourdissants pour les œuvres de très jeunes artistes en vogue attestent d’un profond désir de bousculer l’ordre établi. Les collectionneurs se montrent pressés d’investir sur un Marché de l’Art 2.0, quitte à court-circuiter les galeries ; de nombreux artistes ont eux-mêmes le désir de tirer parti de la transformation numérique du Marché de l’Art ; enfin, les Maisons de Ventes semblent vouloir jouer le jeu de la disruption.

Les indicateurs Artprice de la santé du Marché de l’Art (S1 2000 – S1 2021)
Produit de ventes, adjudications, taux d’invendus et prix record (au 1er semestre)

Les indicateurs Artprice de la santé du Marché de l’Art (S1 2000 – S1 2021)

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « Deux Marchés de l’Art coexistent à présent : l’un organique, l’autre disruptif . Le premier se place dans la tradition, celle de l’Histoire de l’Art, avec ses codes, ses musées, ses galeries, ses foires, ses biennales, etc. Le second embrasse un monde en pleine recomposition, qui conteste l’Histoire officielle à travers les mouvements #metoo ou #blacklivesmatter, et tourné vers les nombreux défis qui l’attendent, à la fois politiques, climatiques, sanitaires et technologiques ».

La présente analyse fournit une vue globale des transformations entreprises au S1 2021. La distinction entre un « nouveau » et un « ancien » Marché de l’Art est purement théorique mais permet de prendre conscience des mécanismes qui sous-tendent désormais toute une partie des échanges. Cette approche permet en particulier de comprendre pour quelles raisons l’œuvre The first 500 days (2021) de Beeple a pu être achetée 69m$, alors que son prix de départ était de 100$ et que l’artiste échappait à tous les radars : pas de galerie, pas d’exposition, pas de ventes aux enchères… « Seulement » plusieurs millions de followers sur Instagram et le soutien de Christie’s, l’une des plus vieilles et des plus honorables Maisons de Ventes de la planète.

Evolution des ventes aux enchères de Fine Art ( S1 2000 – S1 2021)
Répartition par période de création

Evolution des ventes aux enchères de Fine Art ( S1 2000 – S1 2021)

Les œuvres abordables au cœur de la reconstruction

Les ventes aux enchères de fine art totalisent 6,9 Mrd$ au S1 2021, en hausse de +3 % par rapport au S1 2019. Cette performance est extrêmement rassurante au regard de la crise sanitaire, qui paralyse encore toute une partie de la scène culturelle et laisse planer de nombreuses incertitudes sur son évolution à court terme. Les salles de ventes sont néanmoins parvenues à retrouver un chiffre d’affaires équivalent à une moyenne sur les dix exercices précédant la crise sanitaire (S1 2010 – S1 2019), soit depuis l’essor de la Chine sur le Marché de l’Art international.

La reprise se révèle d’autant plus robuste qu’elle repose sur un nombre record de transactions : 288 500 œuvres ont été adjugées en six mois, +5 % par rapport au S1 2019. L’augmentation concerne en particulier les œuvres abordables, couvrant les gammes de prix entre 1 000$ et 20 000$, pour lesquelles le nombre de ventes a bondi de +13 %. Le marché haut de gamme a pour sa part légèrement ralenti en ce début d’année : les lots adjugés entre 1m$ et 50m$ enregistrent une diminution de -1,4%, passant de 855 lots (au S1 2019) à 843 lots.

L’intensité de la demande se confirme par un taux d’invendus sensiblement inférieur aux valeurs habituelles. Cet indicateur, qui garantit l’équilibre entre l’offre et la demande, oscillait depuis dix ans entre 32 % et 36 %. Il redescend à 28 % en ce début d’année et devra donc être soigneusement observé au cours des prochains mois.

Beeple pèse 1 % du Marché de l’Art

Les ventes en ligne font désormais pleinement partie de la stratégie des Maisons de Ventes. En ce début d’année, les géantes anglo-saxonnes Christie’s, Sotheby’s et Phillips ont dématérialisé un peu plus de la moitié de leurs opérations : 133 sessions fine art sur 258 se sont déroulées exclusivement en ligne. Ces transactions ne génèrent encore qu’un dixième (9,3 %) des revenus de ces trois maisons, qui utilisent principalement ce canal de ventes pour les lots d’entrée de gamme et moyen de gamme.

Les plateformes mises en place pour automatiser les ventes en ligne se prêtent cependant parfaitement, par nature, aux NFT qui offrent de très belles perspectives sur le marché haut de gamme. Les NFT représentent déjà un tiers de la valeur des ventes en ligne, soit 2 % du Marché de l’Art global. Beeple avec sa toute première vente chez Christie’s, pour 69 m$, représente très exactement 1 % du Marché de l’Art aux enchères à lui-seul.

Ce nouveau marché est au cœur du phénomène disruptif identifié par Artprice. En témoigne la volonté de chaque Maison de Ventes d’innover. Ainsi, un mois après la vente de l’œuvre de Beeple chez Christie’s, Sotheby’s a imaginé à son tour une vente de NFT (Non-Fungible Token) intitulée The Fungible Collection by Pak. Quinze jours plus tard, Phillips a mis en vente le premier NFT deuxième génération, Replicator de Mad Dog Jones, conçu pour générer des répliques de lui-même, avec un système de sélection aléatoire.

L’Art Contemporain dépasse l’Après-Guerre

Le segment des artistes nés après 1945 réalise ainsi une performance historique au S1 2021, en hausse de +50 % par rapport au S1 2019. Le marché de l’Art Moderne (-8%) et celui de l’Après-Guerre (-4%) n’ont pour leur part pas encore retrouvé les niveaux d’intensité qui prévalaient avant la crise sanitaire.

Cette situation profite à la visibilité de l’Art Contemporain qui pèse maintenant 23 % du produit de ventes de fine art aux enchères. Artprice rappelle que cette période de création ne comptait que 3 % du Marché de l’Art il y a seulement 20 ans. Il est vrai que Jean-Michel Basquiat, avec plus de 300m$ engrangés en six mois (deux fois plus que Andy Warhol), pèse à lui seul 4,3 % du Marché de l’Art mondial aux enchères.

Top 10 des artistes les plus performants en salles de ventes au S1 2021

© artprice.com

1. Pablo PICASSO (Art Moderne) : $352,169,000

2. Jean-Michel BASQUIAT (Art Contemporain) : $303,537,000

3. Andy WARHOL (Après-Guerre) : $149,982,000

4. Claude MONET (19ème siècle) : $131,638,000

5. BANKSY (Art Contemporain) : $123,328,000

6. ZAO Wou-Ki (Art Moderne) : $114,518,000

7. Gerhard RICHTER (Après-Guerre) : $97,920,000

8. Sandro BOTTICELLI (Maître Ancien) : $94,206,000

9. Yoshitomo NARA (Art Contemporain) : $85,937,000

10. ZHANG Daqian (Art Moderne) : $82,295,000

Banksy, témoin de son temps

À 47 ans, le street artiste anonyme Banksy fait partie des cinq signatures les plus performantes du monde en salles de ventes, toutes périodes de création confondues ! Il est même l’artiste vivant le plus lucratif de la planète, qui n’a besoin ni du soutien de Larry Gagosian, ni de David Zwirner. Universellement adulé pour son incursion dans l’espace public, plein de cynisme, mais aussi de poésie, Banksy révolutionne le Marché de l’Art avec son système de Pest Control, qui permet d’authentifier et de contrôler des centaines de milliers d’œuvres en circulation, uniques ou en éditions limitées.

Depuis cinq ans, le chiffre d’affaires de Banksy croît de façon exponentielle : 3m$ en 2016, 7m$ en 2017, 16m$ en 2018, 29m$ en 2019, 67m$ en 2020 et 123 m$ au S1 2021. Avec 913 lots vendus aux enchères en l’espace de seulement six mois, Banksy couvre désormais toutes les gammes de prix ; avec 11 millions de followers sur Instagram, il touche déjà les futures générations de collectionneurs.

Sa toile Game Changer (2020) a balayé les estimations de Christie’s le 23 mars 2021, lors d’une vente caritative, et a établi un nouveau record personnel pour Banksy à 23,2 m$. L’engouement suscité par cette œuvre révèle les préférences d’un Marché de l’Art à la recherche d’œuvres choc, en phase avec l’actualité. On y voit un jeune garçon, délaissant son Batman et son Superman, pour jouer avec une figurine de super-infirmière.

L’accélérateur hongkongais

Stoppé net dans sa croissance en 2020, le Marché de l’Art hongkongais a connu deux semestres consécutifs plus forts que jamais. Le prix moyen d’une œuvre y est aujourd’hui le plus élevé de la planète : avec seulement 3 200 lots fine art vendus en six mois aux enchères pour 962m$, le prix d’une œuvre tourne autour de 300 000$ cette année à Hong Kong. Ce résultat distingue cette ville asiatique des autres grandes capitales du Marché de l’Art puisque le prix moyen d’un lot atteint tout juste 32 000$ en salles de ventes à Londres et 41 000$ à New York.

Hong Kong est même parvenue à attirer trois toiles remarquables de Jean-Michel Basquiat qui ont chacune dépassé les 35m$. Christie’s et Sotheby’s semblent désormais toutes deux convaincues que ces chefs-d’oeuvre de l’Art Contemporain américain (que le MoMA de New York regrette de ne pas avoir pu acquérir à temps) ont de bonnes raisons de transiter par l’Asie plutôt que par Londres.

Hong Kong pourrait même, à moyen terme, devenir la deuxième place de marché mondiale en doublant le Royaume-Uni. Celui-ci totalise 1,2 Mrd$ au S1 2021, soit seulement 21 % de plus que Hong Kong (962m$). Il y a dix ans, le Royaume-Uni était encore presque cinq fois plus important que son ancienne colonie (+380%). L’île britannique conserve toutefois un marché beaucoup mieux diversifié : 36 000 œuvres ont été adjugées au S1 2021 dans le Royaume-Uni ; c’est 10 fois plus qu’à Hong Kong.

Aujourd’hui, l’ancienne colonie britannique joue surtout un rôle d’accélérateur sur le Marché de l’Art ultra-contemporain. Les acheteurs y sont davantage disposés à enchérir bien au-delà des estimations, forçant les Maisons de Ventes à s’aligner sur Londres ou New York, au risque de voir les œuvres des futures superstars du marché transiter de manière systématique par l’Asie.

Millionnaires à moins de 40 ans

Depuis son décès il y a moins de deux ans, 62 œuvres de Matthew Wong (1984-2019) ont été présentées aux enchères, où elles ont toutes trouvé acquéreurs, aussi bien à New York, qu’à Londres ou à Hong Kong.

La mécanique internationale du succès de cet artiste se retrouve chez les autres superstars de sa génération, nées après 1980. Le succès de Salman Toor, Avery Singer et Amoako Boafo détonne par une incroyable rapidité : en quelques mois à peine, leurs œuvres sont devenues incontournables sur le Marché de l’Art international. À la fois artistes prodiges et symboles de leur temps, ils font l’objet d’une compétition féroce de la part des collectionneurs tout à la fois américains, européens et asiatiques.

Top 5 des artistes nés après 1980 (S1 2021) : répartition géographique

1. Matthew Wong, 30m$ : Hong Kong (41%), New York (37%), Londres (19%)

2. Avery Singer, 10,5m$ : Hong Kong (53%), New York (38%), Londres (8%)

3. Salman Toor, 7,9m$ : New York (45%), Londres (28%), Hong Kong (27%)

4. Ayako Rokkaku, 7,2m$ : Hong Kong (40%), Tokyo (35%), Taïpei (11%)

5. Amoako Boafo, 5m$ : Londres (35%), New York (33%), Hong Kong (32%)

L’artiste japonaise Ayako Rokkaku (1982) échappe cependant à ce modèle. Ses acryliques sur toile hautes en couleurs circulent avec beaucoup d’intensité en Asie du Sud-Est, où 44 peintures ont été vendues aux enchères, au S1 2021, pour un prix moyen de 170 000$. Ses plus belles pièces, initialement mise en circulation par la galerie Delaive basée à Amsterdam, retrouvent ainsi presque toujours le chemin de l’Asie.

Les artistes blue-chips rassurent

À New York, Femme assise près de la fenêtre (1932) de Pablo Picasso a franchi le seuil des 100m$ pour la première fois en 24 mois. Ce résultat confirme la confiance retrouvée du côté des acheteurs mais aussi des vendeurs. La prise de valeur exponentielle des œuvres de Picasso sur le dernier quart de siècle se concrétise, en dépit des crises financières et sanitaires. Le prix de ce tableau est passé de 7,5m$ en 1997 à 45m$ en 2013, pour finalement atteindre 103,4m$ cette année.

2021 avait d’ailleurs très bien commencé sur le marché haut de gamme à New York, avec la vente très attendue à la fin du mois de janvier d’un portrait attribué à Sandro Botticelli. Vendu un peu plus de 92m$, il s’agit de la seconde meilleure adjudication de tous les temps pour un Maître Ancien, juste après le Salvatore Mundi de Léonard de Vinci. Or, les 450 m$ déboursés en novembre 2017 pour acquérir le portrait du Christ posent plus que jamais questions, plus de trois ans et demi après sa vente.

Plusieurs chefs-d’oeuvre impressionnistes (Monet, Van Gogh, Cézanne,) ainsi que de nombreuses œuvres maîtresses de l’abstraction américaine et de l’abstraction lyrique (Twombly, Rothko, Chu Teh-Chun, etc.), quelques des portraits très célèbres (Double Elvis d’Andy Warhol ou David Hockney par son ami Lucien Freud) ont abreuvé le Marché de l’Art au S1 2021. Mais cette période restera surtout marquée par les premières ventes de NFT et des records de prix extraordinaires pour de très jeunes artistes qu’Artprice analysera en détail dans son prochain Rapport du Marché de l’Art Contemporain, publié à l’occasion de la Frieze et de la FIAC en octobre.

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image1-artprice-indicators-art-market-health-H1-2000-H1-2021.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image2-artprice-fine-art-auction-turnover-H1-2000-H1-2021.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: Artprice analyses the art market’s dazzling recovery from the health crisis in H1 2021, fortified by its digital transformation

2021/08/05 Commentaires fermés

In the first semester of 2021 the art auction market managed to recover all of its dynamism. If all goes well, the art fairs will resume in September. They will, however, have to contend with a substantially modified market characterised by the sensational arrival of NFTs and sky-high prices for works by very young and popular artists, both phenomena which suggest a strong urge to shake up the established order. While collectors seem to be in a hurry to invest in what might be called the “Art Market 2.0”, even if it means by-passing galleries, lots of artists also want to take advantage of the art market’s digital transformation, and… the auction houses appear keen to join in the ‘disruptive’ process.

Artprice indicators of the art market ‘s health (H1 2000 – H1 2021)
Auction turnover, Sold lots, Unsold rates and Highest price (first semesters)

Artprice indicators of the art market ‘s health (H1 2000 – H1 2021)

According to thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department “Two Art Markets are currently coexisting: one organic, the other disruptive . The first is traditional and takes into account the History of Art, with its codes, its museums, its galleries, its fairs, its biennials, etc. The second reflects a world undergoing a profound reorganization , challeng ing ‘ official history ‘ through movements like #metoo and #blacklivesmatter and clearly oriented towards the numerous political, climatic, health and technological challenges a head ”.

This analysis provides an overview of the transformations undertaken in H1 2021. The distinction between a “new” and an “old” art market is purely theoretical, but it allows us to apprehend the mechanisms now underlying a whole tranche of the market’s transactions. It also allows us to understand how Beeple’s The first 500 days (2021) could be purchased for $69 million against a starting price of just $100… an artist who wasn’t on the radar of any of the market’s key players: no gallery, no exhibitions and no auction results… but who had several million followers on Instagram and the support of Christie’s, one of the oldest and most respectable auction houses on the planet.

Fine Art auction turnover (H1 2000 – H1 2021)
(Broken down by creative periods)

Fine Art auction turnover (H1 2000 – H1 2021)

Affordable works at the core of the newly – configured market

Fine art auctions generated $6.9 billion in H1 2021, up 3% versus H1 2019. This performance is extremely reassuring in view of the health crisis, which is still paralyzing whole segments of the cultural scene and is still the source of substantial near-term uncertainty. The auction operators nevertheless managed to generate a turnover equivalent to the average for the ten years before the health crisis (H1 2010 – H1 2019), i.e. since China’s rise on the international art market.

This latest recovery is all the more robust for being based on a record number of transactions: 288,500 artworks were sold in six months, up 5% versus H1 2019. The increase is particularly visible in the affordable segments covering price ranges between $1,000 and $20,000 where the number of lots sold rose 13%. The high-end market slowed somewhat in the first six months of the year: lots sold between $1 and 50 million contracted 1.4%, from 855 lots (in H1 2019) to 843 lots.

The intensity of demand has been confirmed by a significantly lower-than-usual unsold rate. This indicator, which reflects the balance between supply and demand, has fluctuated between 32% and 36% for the past decade. For the first six months of 2021 it was down to 28% and should therefore be watched carefully over the coming months.

Beeple accounted for 1% of the art market

Online sales are now an integral part of auction house strategies. At the start of the year, the Anglo-Saxon giants Christie ‘ s, Sotheby ‘ s and Phillips dematerialized a little more than half of their operations: out of 258 fine art sessions, 133 were conducted exclusively online. These transactions still only generated a tenth (9.3%) of the operators’ turnover as they mainly use this sales channel for entry-level and mid-range lots.

But the automated online platforms set up by the sales companies are, by nature, perfectly suited to NFTs, which have substantial potential in the high-end market. In fact, NFTs already represent a third of the value of online sales, or 2% of the global secondary art market in H1 2021. With his very first sale at Christie’s generating $69 million, Beeple alone accounted for exactly 1% of it!

This new market is at the heart of the disruptive phenomena identified by Artprice and it is indicative of the drive towards innovation within the auction industry. A month after the sale of Beeple’s work at Christie’s, Sotheby’s organised a sale of NFTs (Non-Fungible Tokens) titled The Fungible Collection by Pak. Ten days later, Phillips offered the first second-generation NFT, a work called Replicator by Mad Dog Jones, which is designed to randomly generate replicas of itself.

Contemporary art out-performs Post-War art

The Contemporary art segment (artists born after 1945) posted a historic performance in H1 2021, up 50% versus H1 2019. The Modern art (-8%) and Post-War (-4%) segments have not yet returned to the levels of intensity that prevailed before the health crisis.

This situation has enhanced the visibility of Contemporary Art, which now accounts for 23% of global fine art auction turnover compared with just 3% twenty years ago. Having generated over $300 million (double Andy Warhol’s total), Jean-Michel Basquiat alone accounted for 4.3% of the global art auction market in H1 2021.

Top 10 artists on the global auction market in H1 2021

© artprice.com

  1. Pablo PICASSO (Modern Art): $352,169,000
  2. Jean-Michel BASQUIAT (Contemporary Art): $303,537,000
  3. Andy WARHOL (Post-War): $ 149,982,000
  4. Claude MONET (19th century): $131,638,000
  5. BANKSY (Contemporary Art): $123,328,000
  6. ZAO Wou-Ki (Modern Art): $114,518,000
  7. Gerhard RICHTER (Post-War): $97,920,000
  8. Sandro BOTTICELLI (Former Master ): $94,206,000
  9. Yoshitomo NARA (Contemporary Art): $85,937,000
  10. ZHANG Daqian (Modern Art): $82,295,000

Banksy, a sign of the times

At 47, the anonymous street artist Banksy is one of the five most successful signatures on the global art auction market, all creative periods combined! He is even the most lucrative living artist on the planet, and, without the support of either Larry Gagosian or David Zwirner! Universally adored for his poetic and cynical incursions into public spaces, Banksy is revolutionizing the art market with his Pest Control system that allows him to authenticate and control the circulation of hundreds of thousands of unique or limited editions works.

For five years, Banksy’s auction turnover has been growing exponentially: $3 million in 2016, $7 million in 2017, $16 million in 2018, $29 million in 2019, $67 million in 2020 and $123 million in H1 2021. With 913 lots sold at auction in just six months, Banksy now covers all price ranges. With 11 million followers on Instagram, he is already reaching future generations of collectors.

On 23 March 2021, his canvas Game Changer (2020) buried Christie’s estimate at a charity sale and set a new auction record at $23.2 million. The enthusiasm surrounding this work reveals the preferences of an art market in search of shocking works, in tune with current events. The work depicts a young boy abandoning his Batman and his Superman to play with a ‘super-nurse’ doll.

The Hong Kong accelerator

Halted in its growth in 2020, the Hong Kong art market has posted two consecutive semesters stronger than ever. The city is now posting the world’s highest average price for artworks sold at auction: with a total of $962 million hammered from only 3,200 fine art lots sold in H1, the average price is around $300,000. This statistic sets Hong Kong apart from the other major art market capitals since the average price is just $32,000 in London and $41,000 in New York.

Hong Kong also managed to attract three remarkable paintings by Jean-Michel Basquiat which each fetched over $35 million. Both Christie’s and Sotheby’s now seem convinced that these masterpieces of American Contemporary Art (which New York’s MoMA regrets not having acquired when they were much more affordable) will sell for better prices in Asia than in London.

In the medium term, Hong Kong could even become the second largest market in the world ahead of the UK, which totaled $1.2 billion in H1 2021 (only 21% more than Hong Kong’s $962 million). Ten years ago, the UK’s secondary art market was nearly five times larger than its former colony (+380%). However, the UK retains a much more diversified art market: in H1 2021, it sold 36,000 works, ten times more than Hong Kong.

Today, the former British colony is essentially playing an accelerator role for the ultra-contemporary art market with Hong Kong buyers showing a greater willingness to bid substantially above estimates, forcing London and New York auctioneers to align their prices with Hong Kong’s results, or risk seeing the works of future art market superstars all sold through Asia.

Artists under 40 generating 7-digit results

Since his death less than two years ago, 62 works by Matthew Wong (1984-2019) have been auctioned in New York, London and Hong Kong.

The ‘international rachet mechanism’ that has affected the prices of this artist’s creations can be seen at work in the prices of other superstars of his generation, born after 1980. The ascensions of artists like Salman Toor, Avery Singer and Amoako Boafo have been incredibly swift. Within a matter of months their works have become simply unavoidable on the international art market. Highly gifted and appearing to be highly emblematic of our era, their works have have been subject to fiercely competitive demand from American, European and Asian collectors at the same time.

Top 5 artists born after 1980 (H1 2021): geographical breakdown of auction turnover

1. Matthew Wong, $30 million: Hong Kong (44%), New York (37%), London (19%)

2. Avery Singer, $10.5 million : Hong Kong (53%), New York (38%), London (8%)

3. Salman Toor, $7.9 million: New York (45%), London (28%), Hong Kong (27%)

4. Ayako Rokkaku, $7.2 million: Hong Kong (40%), Tokyo (35%), Taipei (11%)

5. Amoako Boafo, $5 million: London (35%), New York (33%), Hong Kong (32%)

As we can see above, the sales of works by Japanese artist Ayako Rokkaku (b. 1982) have not followed this schema. Her colorful acrylics on canvas are circulating with substantial intensity in Southeast Asia where 44 of his paintings were auctioned in H1 2021 for an average price of $170,000. Her best works, initially put into circulation by the Amsterdam-based Delaive gallery, almost always end up at auction in Asia.

Blue-chip artists still holding strong

In New York, Pablo Picasso’s Woman Seated by the Window (1932) crossed the $100 million threshold for the first time in 24 months. This result confirms the renewed confidence of both buyers and sellers. The exponential rise in the value of Picasso’s works over the last quarter-century has crystallized, despite the sequence of financial and health crises. The value of this painting evolved from $7.5 million in 1997 to $45 million in 2013, finally reaching $103.4 million this year.

The year 2021 also started very well on New York’s high-end market with the eagerly awaited sale (at the end of January) of a portrait attributed to Sandro Botticelli. Fetching just over $92 million, this was the second best auction result ever recorded for an Old Master behind Leonardo da Vinci’s Salvatore Mundi. However, more than three and a half years after its sale, the $450 million payed in November 2017 for the portrait of Christ holding a crystal orb has become subject to a growing number of questions.

The first six months of 2021 also saw the sale of several Impressionist masterpieces (by Monet, Van Gogh and Cézanne,) as well as a number of masterpieces of American Abstraction and Lyrical Abstraction (by Twombly, Rothko and Chu Teh-Chun, among others). There were also some very famous portraits (Warhol’s Double Elvis and Lucien Freud’s David Hockney). But the period will remain above all marked by the first sales of NFTs and the extraordinary price records for very young artists that Artprice will analyze in detail in its upcoming Contemporary Art Market Report, to be published on the occasion of the Frieze and FIAC art fairs in October.

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image1-artprice-indicators-art-market-health-H1-2000-H1-2021.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/08/image2-artprice-fine-art-auction-turnover-H1-2000-H1-2021.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artprice présente le classement n°26 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2021/07/09 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°26 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

Artprice présente le classement n°26 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (2 juillet 2021 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artprice présente le classement n°25 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2021/06/11 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°25 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (2 juin 2021 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artmarket.com: A Q1 as strong as before the Covid crisis, but Artprice identifies five big changes

2021/06/11 Commentaires fermés

With $1.6 billion hammered around the world in fine art auctions during the 1st quarter of 2021, the art market may look like it has already returned to a “normal” rhythm. True, the Q1 total is exactly the average Q1 total over the ten Q1 periods preceding the health crisis (2010 – 2019). But this impression, based on auction turnover alone, hides a very different situation from that which prevailed two years ago.

Q1 fine art auction turnover since 2000

Q1 fine art auction turnover since 2000

Fine art lots sold and unsold in Q1 auctions since 2000

Fine art lots sold and unsold in Q1 auctions since 2000

thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department, acknowledges that “it is still a little early to disentangle the effects of each of the powerful factors currently shaking the art market: Covid, Brexit, NFTs, etc. But their consequences are already visible”.

Artprice is therefore redoubling its efforts to ensure continuous monitoring of the market’s most sensitive indicators and keep a close eye on its overall health. Artprice wishes to share the conclusions of its econometrics department in order to contribute to the market’s transparency.

1. A record number of transactions

Despite the logistical complications linked to the health crisis, fine art auction transactions have never been as numerous as in Q1 2021. In total, 112,200 lots were sold around the world, i.e. 6% more than in Q1 2019 (105,600 lots sold). The digital transition undertaken by the major auction houses has enabled the emergence of an online market that is particularly suited to the middle market.

2. A declining unsold rate

An key indicator of the balance between supply and demand in the market, the unsold rate varied only very slightly over the period 2010-2019, fluctuating between 31% and 34%. In other words, the art market has become accustomed to seeing a third of the lots offered for auction fail to reach their reserve prices. But in Q1 2021, only one in four sales (25%) failed: demand is therefore increasing a little faster than supply!

3. A gradual geographic rebalancing

Q1 turnover figures are usually dominated by London, which hosts the first prestige sales of the year. In 2021 the agenda had to be postponed by several weeks but nevertheless went ahead. However, the dominance of the UK capital appears weakened: London accounted for 37% of global sales revenue in Q1 2021 versus 48% in Q1 2019. New York, which managed to generate 27% of the global turnover in the first three months of the year, appears to be the main beneficiary.

4. The NFT revolution

The sale of Beeple’s NFT Everydays marked the start of a possible revolution on the art market. The work was purchased for $69 million in a Christie’s online auction using the Ether cryptocurrency. Indeed, this new market appears to have become even more ‘intangible’ since Sotheby’s generated $16.8 million by selling “The Fungible Collection”, a digital work offered online in unlimited quantities and created by the anonymous and mysterious Pak.

5. Red-chips dethrone blue-chips

Since the end of 2020, art auctions around the world have hammered some surprising results for extremely recent works. Journalist Scott Reyburn (in The Art Newspaper) cites, as an example, Christie’s “20th Century: Hong Kong to New York” sale on 2 December 2020 and says he was surprised to see Dana Schutz’s canvas Elevator (2017) fetch $6.5 million and Andy Warhol’s “classic” Campbell’s Soup Can (1962) sell for just $6.1 million (especially as the latter reached $7.4 million in 2014). Reyburn concludes that the arrival of new collectors, in search of the latest novelties (“red-chips”) is overtaking the desire to possess “blue-chip” artworks.

www.theartnewspaper.com/analysis/the-rush-for-red-chip-art

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/Artmarket-Artprice-1-Fine-Art-Turnover-Q1-since-2000.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/Artmarket-Artprice-2-Fine-Art-Lots-Q1-since-2000.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Un T1 aussi performant qu’avant la crise du Covid, mais Artprice identifie cinq bouleversements

2021/06/11 Commentaires fermés

Avec 1,6 Mrd$ totalisés aux enchères pendant le 1er trimestre 2021, le Marché de l’Art donne l’impression d’avoir déjà retrouvé un rythme “normal”. En effet, ce résultat correspond très précisément à la moyenne enregistrée sur les dix exercices qui ont précédé la crise sanitaire (2010 – 2019). Mais cette impression, basée sur le seul produit des ventes, cache une situation bien différente de celle qui prévalait il y a deux ans.

Produit des ventes aux enchères de Fine Art au 1er trimestre, depuis 2000

Lots Fine Art vendus et invendus aux enchères au 1er trimestre, depuis 2000

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice, reconnaît qu’ “il est encore un peu tôt pour démêler les effets de chacun des puissants facteurs qui bouleversent actuellement le Marché de l’Art : Covid, Brexit, NFT, etc. Mais leurs conséquences sont déjà visibles”.

Artprice redouble donc ses efforts pour assurer une observation, en continu, des indicateurs les plus sensibles et ainsi contrôler la santé du Marché de l’Art. La société tient à partager les conclusions de son département d’économétrie, afin de contribuer à sa transparence.

1. Un nombre de transactions record

Malgré les complications toujours liées à la crise sanitaire, les ventes aux enchères de Fine Art n’ont jamais été aussi nombreuses qu’au T1 2021. Au total, 112 200 lots ont été adjugés dans le monde, soit 6 % de plus qu’au T1 2019 (105 600 lots vendus). La transition numérique, opérée par les maisons de ventes, a permis d’activer un marché en ligne particulièrement adapté au milieu de gamme.

2. Un taux d’invendus en baisse

Indicateur essentiel de l’équilibre entre l’offre et la demande, le taux de lots invendus n’a varié que très faiblement sur la période 2010-2019, oscillant entre 31 % et 34 %. En d’autres termes, le Marché de l’Art s’est habitué à voir un tiers des lots proposés aux enchères ne pas atteindre leur prix de réserve. Mais au T1 2021, une vente sur quatre (25 %) seulement n’a pas abouti : la demande augmente donc un peu plus rapidement que l’offre !

3. Une lente redistribution géographique

Le T1 appartient habituellement à Londres, où les premières ventes de prestige sont organisées chaque année. Une tradition à laquelle l’exercice 2021 n’a pas dérogé, bien que l’agenda ait dû être décalé de plusieurs semaines. Toutefois, la suprématie de la capitale anglaise est fragilisée : Londres pèse 37 % du produit de ventes mondial au T1 2021, contre 48 % au T1 2019. Cette perte de puissance profite à New York, qui est parvenue à concentrer 27 % du Marché de l’Art en ce début d’année.

4. La révolution NFT

La vente de l’oeuvre Everydays de Beeple symbolise le début d’une possible révolution sur le Marché de l’Art. Cette NFT a été achetée 69 m$ dans une vente en ligne au moyen de la cryptomonnaie Ether. L’intangibilité de ce nouveau marché a gagné un cran de plus encore, avec la vente de “The Fungible Collection” chez Sotheby’s pour 16,8 m$. Il s’agit d’une œuvre digitale mise en vente en quantité illimitée, créée par l’artiste anonyme et mystérieux, Pak.

5. Les “red chips” détrônent les “blue chips”

Depuis la fin de l’année 2020, les ventes aux enchères sont marquées par des résultats surprenants pour des œuvres extrêmement récentes. Le journaliste du Art Newspaper Scott Reyburn prend comme exemple la vente “20th Century: Hong Kong to New York” organisée par Chirstie’s le 2 décembre 2020.Il s’étonne qu’au cours de cette vente le prix (6,5 m$) de la toile Elevator (2017) de Dana Schutz ait pu dépasser celui (6,1 m$) d’une “classique” Campbell’s Soup Can (1962) d’Andy Warhol (dont la valeur avait d’ailleurs atteint 7,4 m$ en 2014). Scott Reyburn voit dans ce phénomène l’arrivée de nouveaux collectionneurs, à la recherche des dernières nouveautés (les “red chips”) au détriment des “blue chips”.

www.theartnewspaper.com/analysis/the-rush-for-red-chip-art

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/Artmarket-Artprice-1-Fine-Art-Turnover-Q1-since-2000.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/Artmarket-Artprice-2-Fine-Art-Lots-Q1-since-2000.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artprice présente le classement n°24 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2021/05/21 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°24 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

Le classement n°24 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (4 mai 2021 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artmarket.com : rapport financier annuel 2020, RN résistant, résultats records du CA internet Artprice et perspectives 2021 très positives

2021/05/03 Commentaires fermés

Les capitaux propres s’élèvent à 19 819 K€ au 31/12/20 au lieu de 18 978 K€ au 31/12/2019.

Le résultat net de l’exercice clos au 31/12/20 se solde par un bénéfice de 799 K€ contre un bénéfice de 921 K€ au 31/12/19. Artmarket.com est donc très nettement bénéficiaire, une véritable prouesse en 2020.

Malgré la crise mondiale du Covid-19, Artmarket.com bat en 2020 son record de chiffre d’affaires Internet depuis sa création en 1997, pour la partie abonnements aux banques de données Artprice, et ce en dépit de la crise sanitaire mondiale qui a mis à genoux un grand nombre de business models et de secteurs économiques.

Les connexions Internet gratuites ou payantes d’Artprice by Artmarket ont augmenté en 2020 de 280%.

Selon l’AFP de jeudi 29 avril 2021, l’année 2020 aura été l’explosion de l’art sur Internet. Selon un rapport de la société d’assurance Hiscox, publié le jeudi 29 avril 2021, les achats en ligne d’œuvres d’art ont décollé de manière vertigineuse l’année dernière : pas moins de 82 % des nouveaux collectionneurs d’art ont ainsi acheté sur Internet en 2020, contre 36 % en 2019.

En outre, les enchères en ligne des trois premières Maisons de Ventes mondiales, Christie’s, Sotheby’s et Phillips, ont dépassé le milliard de dollars (+524 %).

Par ailleurs, au 31/12/20, le chiffre d’affaires d’Artmarket.com s’est élevé à 7 797 K€ contre 8 354 K€ au 31/12/19, soit -7% de CA provenant des partenariats foires et salons, annulés partout dans le monde en raison de la crise sanitaire. Pour autant, ces -7 % n’ont pas impacté le résultat opérationnel courant qui a connu une amélioration de +189 %.

Le résultat opérationnel courant (ROC) pour l’exercice s’élève à 1 385 K€ contre 731 K€ pour l’exercice précédent (avant impôts et amortissements).

Le résultat opérationnel ressort pour l’exercice à 924 K€ contre 1 065 K€ pour l’exercice précédent.

En comptes sociaux au 31/12/2020, Artmarket.com affiche un résultat net de 1 159 KE contre 1 266 KE au 31/12/19.

Ces résultats 2020 confirment la maîtrise parfaite et l’amélioration des coûts d’exploitation, notamment sur les coûts de R&D qui sont très importants et la résistance du modèle économique d’Artmarket.com à des stress tests extrêmes.

Artprice by Artmarket possède d’ailleurs pour la deuxième fois (fait rare pour les entreprises cotées sur un marché réglementé) le label « Entreprise Innovante » qui est un label étatique, soumis à une stricte éligibilité, décerné par la BPI.

Artprice by Artmarket, en 23 ans, a mis en place l’ensemble des process industriels permettant de limiter l’effectif à une moyenne inférieure à 50 personnes pour un groupe où l’intégralité des charges en 2020, avec Artprice Images®, demeurent inchangées jusqu’à 90 M€ de C.A. en incluant les charges découlant de l’extension de la Place de Marché Normalisée® aux enchères et à prix fixe d’Artprice.

De plus, Artmarket.com n’a aucun emprunt obligataire, ni de dette bancaire.

Pour information et fait très rare, Artmarket.com n’a jamais fait l’objet d’augmentation de capital en 20 ans à la stricte exception des opérations de levées d’options réservées à ses salariés.

Ceci résulte d’une volonté affichée du Conseil d’Administration d’Artmarket.com et de son Président thierry Ehrmann de ne pas diluer les actionnaires, ni d’affaiblir le cours de l’action.

Enfin, Artmarket.com invite ses nouveaux actionnaires qui désirent connaître l’historique de la société à prendre pleinement connaissance de son information réglementée et très détaillée dans son Rapport Financier Annuel 2020, notamment au niveau des paragraphes << Activité et événements importants survenus au cours de l’exercice >> et << Événements importants intervenus depuis la date de clôture, le 31 décembre 2020, et perspectives d’avenir >> <<Analyses des risques>> et << Informations complémentaires>> du rapport du Conseil d’Administration.

Le Rapport Financier Annuel 2020 comprend le rapport sur le gouvernement d’entreprise, il est disponible aux adresses suivantes :

http://serveur.serveur.com/Press_Release/2021_communication_financiere.html

https://www.actusnews.com/fr/

Activité et événements importants survenus au cours de l’exercice

En dépit de la crise économique sans précédent qui frappe le monde en 2020, le chiffre d’affaires Internet d’Artmarket.com s’affiche bien au-delà des objectifs.

Ce n’est pas le fruit du hasard et les raisons sont les suivantes :

– Depuis l’origine en 1997, Artprice by Artmarket anticipe la dématérialisation du Marché de l’Art. Cette dématérialisation est désormais la seule issue pour tous les acteurs du Marché de l’Art, Maisons de Ventes, galeries, musées, foires et salons, institutionnels, mais aussi, amateurs et collectionneurs… Il n’existe pas de retour en arrière possible.

Cette mutation sans pareille est d’autant plus spectaculaire que le Marché de l’Art, selon les différentes études d’Artmarket.com avec son département Artprice depuis des années, accusait un immense retard en matière de culture numérique, comme aucun autre secteur économique.

Selon Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad (Fédération du commerce électronique) dans Les Echos du 5 Février 2021 : « La crise a fait gagner 4 ans au développement de l’e-commerce ».

– Artmarket.com est adaptée à 100% au télétravail depuis 2004 (rapport RSE inclus dans le document de référence AMF), tant au niveau des ressources humaines que des moyens technologiques (firewall, onduleur, Vnc cryptée, intercom phonie et fibre/boxe entreprise) pour chaque salarié(e). Cette adaptation est la clé pour la continuité des services, sans perte de clientèle.

Un leader mondial ne peut réussir dans le télétravail que s’il possède la culture et les process nécessaires qui ne peuvent s’acquérir que sur plusieurs années. Un groupe infime de sociétés possède l’ensemble de ces caractéristiques permettant notamment de rétablir les services et hiérarchies dématérialisées.

– Le passage des enchères sur Internet et le temps passé à domicile en très nette augmentation font que les internautes ont besoin de données fiables et indépendantes, qu’ils retrouvent uniquement dans celles fournies par Artprice by Artmarket, pour participer aux enchères en toute sécurité, que ce soit en tant que vendeur ou acheteur, et s’informer sur le Marché de l’Art. La fréquentation des banques de données en très nette hausse (record absolu sur 23 ans de statistiques) est un excellent marqueur.

Artmarket.com est à la base de la normalisation du Marché de l’Art et donc de sa dématérialisation à travers sa Place de Marché Normalisée® aux enchères et à prix fixe avec les brevets logiciels lui permettant de licencier les acteurs du Marché de l’Art.

Cette normalisation, initiée depuis 2001 par le rachat de Xylogic Suisse, fait l’objet d’une protection intellectuelle sur l’ensemble des pays lui permettant de licencier les acteurs du Marché de l’Art, quel que soit le pays.

Artprice by Artmarket, qui a racheté la SSII historique du Marché de l’Art, a les briques logicielles pour proposer, dans différentes gammes de prix en prévision pour le 1er semestre 2021, des services payants en ligne qui, en quelques heures, permettront notamment aux petites et moyennes structures, aux marchands, galeries, antiquaires, Maisons de Ventes, etc… de basculer intégralement en ligne par la Place de Marché Normalisée® à prix fixe ou aux enchères d’Artprice et de produire leurs catalogues numériques et papier.

Le nombre d’annonces en ligne d’œuvres d’art sur la Place de Marché Normalisée est en augmentation constante. Avec Stripe, infrastructure de paiement pour le commerce en ligne, le client pourra encore plus simplement acheter ses œuvres sur le site Internet d’Artprice by Artmarket.

Le nombre d’annonces en ligne est en croissance. Plus de 70 000 œuvres sont en ligne : https://www.artprice.com/marketplace?p=1&sort=price_sorted_eur-desc (avec un prix moyen de 8 000 euros).

Perspectives 2021 & 2022

Artmarket.com par les nouvelles législations aux USA, en Europe et en Angleterre va pouvoir monétiser sa Place de Marché Normalisée à prix fixe et/ou aux enchères. Sa fiabilité et son impartialité est une référence inégalée par ses 14 ans d’existence sans le moindre incident dans le marché de l’art mondial qui est désormais sur Internet.

Pour 2021, Artmarket.com prévoit un important projet consistant à intégrer, par une participation, un cabinet d’expertise de renommée internationale. La sélection se fera parmi les plus importants partenaires et utilisateurs des banques de données Artprice by Artmarket. Cette participation et/ou acquisition permettra d’acquérir le dernier maillon de la chaîne du Marché de l’Art qui est l’authentification certifiée des œuvres d’art.

La règle d’or pour le commerce en ligne est la confiance. Dans le cadre du Marché de l’Art, Artprice by Artmarket est l’unique référent mondial depuis plus de 20 ans.

– Artmarket.com est un DNS générique qui capte naturellement les recherches sur le Marché de l’Art, la langue anglaise étant la langue du Marché de l’Art et mondiale.

(12 premiers résultats naturels non sponsorisés sur 3,37 milliards de résultats sur Google.com avec la requête art market).

– L’Art présente une alternative de placement de plus en plus recherchée (en moyenne +7% par an sur une moyenne mobile de 20 ans selon l’indice Artprice 100 ®), face aux taux négatifs qui laminent l’épargne.

Les chiffres et résultats Artmarket.com de l’exercice 2020 valident en tous points la stratégie de monnayer désormais tous les services et produits, permettant ainsi d’acquérir durant cet exercice de passer de 4 707 552 à 5 669 979 abonnés soit 962 127 nouveaux abonnés aux réseaux sociaux qualifiés, avec leurs modes comportementaux, dans le respect des textes en vigueur en France, en Europe et aux USA.

Artmarket.com, avec son département d’économétrie Artprice, est donc en ordre de bataille pour affronter 2021 sous les meilleurs auspices.

Pour plus d’informations sur ce chapitre, nous renvoyons le lecteur au rapport financier pour l’intégralité des évènements survenus au cours de l’exercice mais aussi pour les évènements postérieurs à la clôture des comptes de l’exercice.

A propos d’Artmarket.com

Artmarket.com: ultra-contemporary art conquers auctions, making Artprice subscriptions ever more useful

2021/04/23 Commentaires fermés

In the absence of other cultural news, the art world is continuing to discover the joys of online auctions which seem better adapted to dematerialization than other art forums. One consequence has been a very substantial rise in the sale of new creations via auction. Indeed, the number of ultra-contemporary artworks produced less than two years ago and already resold at auction is experiencing phenomenal growth. Several young artists have generated 5- or 6-digit results before their work has even been exhibited by a major museum.

Number of ‘ultra-contemporary’ works sold at auction

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/1-Ultra-Contemporary-Lots-by-year.png]

Auctions are currently at the forefront of the international art scene, concentrating all the trends in the Art Market. That’s why the Artprice Databases and our Decision Support Tools have never been so valuable” concludes thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and of its Artprice department.

Auctions are even attracting a significant section of the primary market; the latest records for Beeple and Banksy were established by works put on sale directly by the artists themselves”. thierry Ehrmann

Artprice Decision Support Tools

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/2-artmarket-artprice-tools.jpg]

Cautious estimates

Deprived of international art fairs, gallery openings and major exhibitions, collectors are paying more attention to works circulating in the auction sphere. This pushes up the prices which in turn encourages the holders of works by these popular artists to resell them. This stimulation of both supply and demand has allowed the emergence of young art market superstars in the space of just a few months.

Artists under the age of 40, who had never before generated auction results, have suddenly reached dizzying price points with extremely recent works (“the paint is still wet” as we used to say a few years ago). These results are all the more disconcerting for having demolished the estimates posted by the major auction houses, proving either that this acceleration has taken contemporary art specialists completely by surprise… or that they wish to remain cautious.

– Amoako Boafo (1984), The Lemon Bathing Suit (2019)

Estimated: $40,000 – $65,000

Price with fees: $881,400

13/02/2020 Phillips London

– Matthew Wong (1984-2019), The Realm of Appearances (2018)

Estimated: $60,000 – $80,000

Price with fees: $1,820,000

29/06/2020 Sotheby’s New York

– Christina Quarles (1985), Tuckt (2016)

Estimated: $70,000 – $100,000

Price with fees: $655,200

08/12/2020 Phillips New York

On the need to remain vigilant

A few years, or even just a few months after their creation, these canvases have already been sold at auction. A situation that shocks the artists themselves, as Amoako Boafo explained in an interview with Bloomberg in February 2020, titled Hot New Artist Laments That His Work Is Being Flipped for Profit.

www.bloomberg.com/news/articles/2020-02-12/hot-new-artist-laments-that-his-work-is-being-flipped-for-profit

So far, the prices of this young Ghanaian artist are holding firm: his 34 paintings put up for sale since 1 January 2020 all found buyers in London, New York and Hong Kong. Artprice nevertheless remains extremely vigilant regarding the development of Amoako Boafo’s market. His next work to come up for sales, a canvas titled Grace (2018) was acquired directly by the seller from the artist and will be offered at Sotheby’s in Hong Kong on 20 April 2021.

www.artprice.com/artist/904704/amoako-boafo/painting/23560098/grace


Images:
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/1-Ultra-Contemporary-Lots-by-year.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/2-artmarket-artprice-tools.jpg]


Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com


Don’t hesitate to contact our Econometrics Department for your requirements regarding statistics and personalized studies: econometrics@artprice.com

Try our services (free demo): https://www.artprice.com/demo

Decision support tools, Artprice Indicators ® – Subscribe to our services: https://www.artprice.com/subscription


About Artmarket:

Artmarket.com : L’Art ultra-contemporain conquiert les enchères, rendant les abonnements Artprice toujours plus précieux

2021/04/22 Commentaires fermés

En l’absence d’une autre actualité culturelle, le monde de l’art continue de se tourner vers les ventes aux enchères qui se prêtent décidément le mieux à la dématérialisation. Résultat : jamais la nouvelle création n’a été aussi présente en salles de ventes. Le nombre d’oeuvres ultra-contemporaines, réalisées il y a moins de deux ans et déjà revendues aux enchères, connaît un essor phénoménal. Certains jeunes artistes enregistrent des résultats à cinq ou six chiffres avant même d’avoir été exposés par un grand musée.

Nombre d’oeuvres « ultra-contemporaines » vendues aux enchères

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/1-Ultra-Contemporary-Lots-by-year.png]

« Les enchères se trouvent actuellement sur le devant de la scène internationale, où elles concentrent toutes les tendances du Marché de l’Art. C’est pourquoi les Bases de Données Artprice et nos Outils d’Aide à la Décision n’ont jamais été aussi précieux » conclut thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice.

« Les ventes aux enchères attirent même toute une partie du premier marché. En effet, les derniers records de Beeple et Banksy ont été établis par des pièces directement mises en vente par les artistes eux-mêmes ».

Les Outils d’Aide à la Décision d’Artprice

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/2-artmarket-artprice-tools.jpg]

Des estimations prudentes

Privés de foires internationales, de vernissages et de grandes expositions, les collectionneurs prêtent davantage attention aux pièces qui circulent actuellement en salles de ventes. Cet intérêt exceptionnel a fait grimper les prix de certains artistes en vogue et a encouragé les détenteurs de leurs œuvres s’en défaire à leur tour. Cette stimulation à la fois de l’offre et de la demande permet de voir émerger de jeunes superstars du Marché de l’Art en l’espace de quelques mois.

Des artistes de moins de 40 ans qui n’avaient encore jamais enregistré de ventes aux enchères ont tout de suite atteint des niveaux de prix étourdissants, avec des œuvres extrêmement récentes (pas encore tout à fait sèches aurait-on dit, il y a quelques années). Ces résultats sont d’autant plus troublants qu’ils décrochent complètement avec les estimations des grandes Maisons de Ventes, prouvant que cette accélération dépasse les spécialistes de l’Art Contemporain, ou bien que ceux-ci veulent rester prudents.

– Amoako Boafo (1984), The Lemon Bathing Suit (2019)

Estimations : 40 000 $ – 65 000 $

Prix avec frais : 881 400 $

13/02/2020 Phillips Londres

– Matthew Wong (1984-2019), The Realm of Appearances (2018)

Estimations : 60 000 $ – 80 000 $

Prix avec frais : 1 820 000 $

29/06/2020 Sotheby’s New York

– Christina Quarles (1985), Tuckt (2016)

Estimations : 70 000 $ – 100 000 $

Prix avec frais : 655 200 $

08/12/2020 Phillips New York

De la nécessité de rester vigilant

Quelques années – ou même quelques mois seulement – après avoir été peintes, ces toiles ont déjà été revendues aux enchères. Une situation qui choque les artistes eux-mêmes, comme l’a expliqué Amoako Boafo dans une interview accordée à Bloomberg en février 2020, intitulée Hot New Artist Laments That His Work Is Being Flipped for Profit.

www.bloomberg.com/news/articles/2020-02-12/hot-new-artist-laments-that-his-work-is-being-flipped-for-profit

Jusqu’à présent, la cote de ce jeune ghanéen tient bon : ses 34 peintures mises en ventes depuis le 1er janvier 2020 ont toutes été vendues aux enchères, entre Londres, New York et Hong Kong. Artprice reste néanmoins extrêmement attentif au développement du marché d’Amoako Boafo. À commencer par sa prochaine vente, celle de la toile Grace (2018), acquise directement par le vendeur auprès de l’artiste et proposée chez Sotheby’s à Hong Kong le 20 avril 2021.

www.artprice.com/artist/904704/amoako-boafo/painting/23560098/grace


Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/1-Ultra-Contemporary-Lots-by-year.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/2-artmarket-artprice-tools.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com


Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur les services Artprice avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Outils d’aide à la décision, Artprice Indicators ® – Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

Lire la suite…

Artmarket.com: Artprice’s valuation department updates the value of 1999’s five top-selling works at auction

2021/04/14 Commentaires fermés

Investing tens of millions of dollars in works by Beeple or Banksy may seem extravagant today, but acquiring the most expensive artworks is statistically a winning strategy. Academic studies1 have shown that a masterpiece effect does indeed exist on the art market: the most expensive works continue to gain more value than the rest of the market. This is corroborated by the analysis conducted by Artprice’s valuation service – Artpricing – on the five top-selling artworks in 1999.

Evolution of the portfolio: 1999 vs. 2021

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-Artmarket-Artprice-Evolution-of-the-portfolio-1999-vs-2021.png]

« By following the five most expensive masterpieces of 1999, Artprice finds that what was considered ‘exorbitantly expensive’ 22 years ago is no longer considered as such today, explains thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department.

Imagine that in the first quarter of 2021, you acquired the Boticelli portrait, Beeple’s NFT and the three paintings by Basquiat, Banksy and Picasso. How much will these works be worth in a quarter of a century? The future will tell us which are the best operations, but experience so far suggests that a strategy of buying the most expensive works pays the highest dividends”.

The 5 most expensive works at auction in 1999 vs. Artpricing’s low estimates in 2021

  1. Paul CÉZANNE (1839-1906) – Curtain, jug and fruit bowl (c.1893-1894)
    1999: $60,502,500 → 2021: $120,000,000
  2. Pablo PICASSO (1881-1973) – Woman seated in a garden (1938)
    1999: $49,502,500 → 2021: $200,000,000
  3. Pablo PICASSO (1881-1973) – Nude in a black armchair (1932)
    1999: $45,102,500 → 2021: $115,000,000
  4. Georges SEURAT (1859- 1891) – Paysage, l’île de la Grande Jatte (1884)
    1999: $35,202,500 → 2021: $35,000,000
  5. Paul CÉZANNE (1839-1906) – Kettle and fruits (c.1888-1890)
    1999: $29,476,000 → 2021: $60,000,000

Cézanne‘s still lifes have doubled in value

Curtain, jug and fruit bowl (c.1893-1894) was purchased for $60.5 million on 10 May 1999 in New York, well above Sotheby’s estimated range ($25 – 35 million). Twenty years later, this is still the record price for Paul Cézanne at auction. But that doesn’t mean its value has contracted.

Paul Cézanne, Curtain, jug and fruit bowl (c.1893-1894), Oil on canvas. 59.5 x 73 cm

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-Paul-Cezanne-Rideau-cruchon-et-compotier.png]

Six months later, a smaller still life, entitled Bouilloire et fruits (Kettle and fruits) (1888-1890), fetched $29.5 million; it was among the top 5 fine art auction results of 1999 and also substantially exceeded its estimated range ($15m – 20 million). Its current value is more or less known, since the work sold on 13 May 2019 at Christie’s New York for $59.3 million.

The price of Paul Cézanne’s still lifes has thus doubled since 1999. This has been confirmed by several other examples, including Still Life (c.1890) purchased for $3.8 million at Sotheby’s in New York on 11 November 1999 and resold for $8.1 million on 14 November 2017 by the same auction house, generating a capital gain of +110%.

Resales within shorter periods suggest that Paul Cézanne’s prices essentially rose at the very beginning of the 21st century. Acquired for $18 million in June 2000 at Christie’s in London, his Nature morte aux fruits et pot de ginger (c. 1895) sold for $37 million at Sotheby’s New York on 7 November 2006.

In view of these results, it is reasonable to estimate that Cézanne’s Curtain, jug and fruit bowl (c.1893-1894) could fetch around $120 to 130 million today, while the value of his Kettle and fruits painting (c.1888-1890) is probably still around $60 million (its sale price in May 2019).

Picasso still more expensive, but Seurat’s values look flat

Woman seated in a garden (1938) is one of Picasso’s best paintings not yet owned by a museum and it could well be worth over $200 million today. By way of comparison, a painting of equal importance, Women of Algiers (Version ‘O’) (1955) was acquired for $32 million in November 1997 and resold for $179 million in 2015.

Nude in a Black Armchair (1932) purchased in 1999 has a twin work on the market: same title, same year of creation, same dimensions, same subject (one could be mistaken for thinking they were the same painting). However, in May 2010, the price of this twin work reached $106.5 million. It therefore seems reasonable to estimate the current value of each of the two works at around $120 – $150 million.

On the other hand, the value of Georges Seurat’s Paysage, Île de la Grande Jatte (1884) has probably not changed much in 22 years. The work still holds the artist’s auction record, but unlike Paul Cézanne’s still lifes, which have doubled in value, recent Seurat results suggest the value of this painting hasn’t evolved that much.

In May 2018, La rade de Grandcamp (1885), a canvas of the same dimensions as Paysage, Île de la Grande Jatte (1984) and of the same quality, reached $34 million at Christie’s in New York. This result suggests that collector demand for Seurat’s works has remained roughly constant over the past 22 years.

In conclusion, the combined purchase value of the five top results of 1999 was $219.8 million, and, according to the analysis conducted by Artprice’s Artpricing service, the current low estimate for the value of this group of works is around $530 million.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-Artmarket-Artprice-Evolution-of-the-portfolio-1999-vs-2021.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-Paul-Cezanne-Rideau-cruchon-et-compotier.png]

1. Renneboog L. & Spaenjers C. (2009). Buying Beauty: On Prices and Returns in the Art Market. Discussion Paper 2009-004, Tilburg University, Tilburg Law and Economic Center.

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com


Artpricing, price estimate reports by Artprice: Fill out the form online and receive an estimate report produced by our specialists within 3 days: https://www.artprice.com/estimate

Try our services (free demo): https://www.artprice.com/demo

Subscribe to our services: https://www.artprice.com/subscription

About Artmarket:

Artprice présente le classement n°23 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2021/04/13 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°23 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

Artprice présente le classement n°23 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google
Artprice présente le classement n°23 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°1 en France, suivi par la Fondation Louis Vuitton et le FRAC Île de de France, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (2 avril 2021 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artmarket.com : Le département d’estimation d’Artprice met à jour la valeur des cinq oeuvres les plus chères de l’année 1999

2021/04/11 Commentaires fermés

Investir des dizaines de millions de dollars dans les œuvres de Beeple ou Banksy peut sembler extravaguant aujourd’hui, mais acquérir les pièces les plus onéreuses correspond statistiquement à une stratégie gagnante. Des études académiques1 ont en effet montré qu’il existait visiblement un effet chef-d’oeuvre sur le Marché de l’Art (masterpiece effect) : les œuvres les plus chères continuent de prendre davantage de valeur que le reste du marché. C’est ce que corrobore l’analyse menée par le département d’estimation d’Artprice, Artpricing, sur les cinq œuvres les plus chères de l’année 1999 aux enchères.

Evolution du portefeuille : 1999 vs. 2021

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-Artmarket-Artprice-Evolution-of-the-portfolio-1999-vs-2021.png]

« En suivant les cinq chefs-d’œuvre les plus chers de l’année 1999, Artprice constate que ce qui était considéré comme ‘‘hors de prix » il y a 22 ans ne l’est plus tout à fait aujourd’hui », explique thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice.

« Imaginez qu’au premier trimestre 2021, vous ayez acquis le portrait de Botticelli, l’œuvre numérique de Beeple et les trois tableaux de Basquiat, Banksy et Picasso. Combien vaudront ces œuvres dans un quart de siècle ? L’avenir nous dira quelles sont les meilleures opérations mais l’expérience donne raison à leurs acheteurs… ».

Les 5 œuvres les plus chères aux enchères en 1999 vs. Estimations basses Artprice en 2021

  1. Paul CÉZANNE (1839-1906) – Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894)
    1999 : 60 502 500$ → 2021 : 120 000 000$
  2. Pablo PICASSO (1881-1973) – Femme assise dans un jardin (1938)
    1999 : 49 502 500$ → 2021 : 200 000 000$
  3. Pablo PICASSO (1881-1973) – Nu au fauteuil noir (1932)
    1999 : 45 102 500$ → 2021 : 115 000 000$
  4. Georges SEURAT (1859-1891) – Paysage, l’île de la Grande Jatte (1884)
    1999 : 35 202 500$ → 2021 : 35 000 000$
  5. Paul CÉZANNE (1839-1906) – Bouilloire et fruits (c.1888-1890)
    1999 : 29 476 000$ → 2021 : 60 000 000$

Les natures mortes de Cézanne ont doublé de valeur

Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894) est acheté 60,5m$ le 10 mai 1999 à New York, bien au-delà des estimations de Sotheby’s (25m$ – 35m$). Vingt ans plus tard, il s’agit toujours du prix record de Paul Cézanne aux enchères. Mais cela ne veut pas dire que sa cote ait baissé.

Paul Cézanne, Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894) , Huile sur toile. 59,5 x 73 cm

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-Paul-Cezanne-Rideau-cruchon-et-compotier.png]

Six mois plus tard, une plus petite nature morte intitulée Bouilloire et fruits (1888-1890) est achetée pour 29,5m$. Elle fait elle aussi partie des cinq plus belles ventes de l’année 1999 et a, elle aussi, largement dépassé ses estimations (15m$ – 20m$). Il se fait que sa valeur actuelle est à peu près connue puisque l’œuvre a été revendue le 13 mai 2019 chez Christie’s à New York pour 59,3m$.

Le prix des natures mortes de Paul Cézanne aurait ainsi doublé depuis 1999. C’est ce qu’attestent plusieurs autres exemples, dont Nature morte (c.1890) : achetée 3,8m$ chez Sotheby’s à New York le 11 novembre 1999, elle est revendue 8,1m$ le 14 novembre 2017 par la même Maison de Ventes, soit avec une plus-value de +110 %.

Des transactions plus rapides précisent que la cote de Paul Cézanne a essentiellement progressé au tout début du 21ème siècle. Acquise pour 18m$ en juin 2000 chez Christie’s à Londres, Nature morte aux fruits et pot de gingembre (c. 1895) a été revendue 37m$ par Sotheby’s New York le 7 novembre 2006.

Au vu de ces résultats, il est raisonnable d’estimer que le prix de Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894) pourrait atteindre 120m$ à 130m$ aujourd’hui, tandis que la valeur de Bouilloire et fruits (c.1888-1890) continue d’avoisiner les 60m$ (son prix de vente en mai 2019).

Picasso toujours plus cher mais Seurat stagne

Femme assise dans un jardin (1938) fait partie des plus belles toiles de Picasso en circulation sur le marché, dont le prix pourrait bien dépasser les 200m$ désormais. À titre de comparaison, une toile de même importance, les Femmes d’Alger (Version ‘O’) (1955) a été acquise pour 32m$ en novembre 1997 et revendue 179m$ en 2015.

Nu au fauteuil noir (1932) achetée en 1999 possède quant à elle une œuvre jumelle sur le marché : même titre, même année de création, même dimensions, même sujet… si bien que l’on pourrait croire que l’une n’est qu’un détail de l’autre. Or, en mai 2010, le prix de cette œuvre jumelle a atteint 106,5m$. Il paraît donc raisonnable d’estimer que le prix de chacune des deux œuvres approche désormais 120m$ – 150m$.

En revanche, la valeur de Paysage, l’île de la Grande Jatte (1884) de Georges Seurat, n’a vraisemblablement pas beaucoup changé en 22 ans. L’oeuvre détient aujourd’hui encore le prix record pour une oeuvre du peintre aux enchères. Contrairement aux natures mortes de Paul Cézanne, qui ont doublé de valeur, les récents résultats de Seurat suggèrent que le prix de cette toile n’a pas tellement bougé.

En mai 2018, La rade de Grandcamp (1885), une toile de même dimensions que Paysage, l’île de la Grande Jatte (1984) et de même facture, a atteint 34m$ chez Christie’s à New York. Cette vente suggère que l’intérêt des collectionneurs est resté à peu près constant pour les œuvres de Seurat au cours des 22 dernières années.

En résumé, le prix d’achat des cinq plus belles œuvres de l’année 1999 a été de 219,8m$ mais l’estimation basse actuelle de cette collection atteint 530m$, selon l’étude menée par le département Artpricing d’Artprice.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-Artmarket-Artprice-Evolution-of-the-portfolio-1999-vs-2021.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-Paul-Cezanne-Rideau-cruchon-et-compotier.png]

1. Renneboog L. & Spaenjers C. (2009). Buying Beauty: On Prices and Returns in the Art Market. Discussion Paper 2009-004, Tilburg University, Tilburg Law and Economic Center.

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Artpricing, l’estimation par Artprice : Remplissez le formulaire en ligne et recevez un dossier d’estimation réalisé par notre équipe de spécialistes sous 72h :

https://fr.artprice.com/estimate

En savoir plus sur les services Artprice avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

1999 – 2021 le combat judiciaire pour la liberté d’expression

2021/03/24 Commentaires fermés

POLITIQUE > Saint-Romain-au-mont d’Or

Par Fabrice ROUSSEL avec Stéphanie GALL / Le progrès

Saint-Romain-au-mont d’Or Demeure du Chaos : le maire veut faire payer Thierry Ehrmann

Coup de semonce au conseil municipal de Saint-Romain-au-mont d’Or. Le nouveau maire Jean-Marie Hombert a décidé de faire figurer le montant hypothétique de l’astreinte à laquelle Thierry Erhmann a été condamné sur le budget primitif 2021. Illégal ! répond le créateur de la Demeure du Chaos qui attaque la décision en justice.

Peut-on aimer la Demeure du Chaos et vouloir sa perte ? Oui semble dire le nouveau maire de Saint-Romain-au-Mont-d’Or qui reconnaît lui-même avoir visité les lieux à plusieurs reprises avec notamment des universitaires américains mais qui veut, dans la lignée de ces prédécesseurs continuer un combat judiciaire qui semble sans fin.

« En tant que citoyen je peux aimer ou pas ce musée. Je n’ai rien contre ce musée. Mais en tant que maire je me dois de faire respecter le droit et de récupérer l’argent qui nous est dû ».

Voilà près de 20 ans que la mairie se bat pour faire entrer l’œuvre d’art d’un entrepreneur-artiste iconoclaste et provocateur dans les cases de son plan d’urbanisme. Le musée d’art contemporain affiche une réussite insolente. 2,21 millions de visiteurs depuis son ouverture en 2006. Une communauté Facebook de 4,5 millions d’abonnés et 770 000 signataires de sa pétition.

La commune, elle-même, a dû se résoudre à organiser ce succès en donnant un avis favorable en 2019 à l’augmentation de l’ERP (jauge) afin que le site puisse accueillir 300 personnes en toute légalité.

On aurait même pu penser que la dernière campagne des élections municipales apporte une sorte de paix concertée entre le politique et l’artiste.

Thierry Ehrmann ayant fait la proposition au maire sortant de réaliser des travaux sur toute la rue de la République afin de proposer un visage plus consensuel et plus conforme à l’urbanisme local de la Demeure du chaos. Pierre Curtelin ayant finalement reculé 48h avant le second tour des élections municipales.

Coup pour coup

Plutôt que les travaux, le nouveau maire Jean-Marie Hombert a préféré déterrer la hache de guerre. Objectif : faire respecter une décision judiciaire de la cour d’appel de Chambéry d’avril 2015 qui enjoint Thierry Ehrmann à payer une astreinte de 750 € par jour tant que les travaux de mise en conformité ne sont pas réalisés.

Son conseil a donc inscrit au chapitre « débits et pénalité » du budget 2021 les 119 520 € qui seraient dus pour l’année par Thierry Ehrmann.

Mais cet argent sera-t-il un jour recouvré ? Seul le juge pénal de la liquidation peut statuer sur ce recouvrement assène Thierry Erhrmann qui conteste ces astreintes devant les juridictions pénales et administratives.

Selon lui cet argent ne peut être considéré comme une créance fiscale. « Le maire agit en violation des règles de comptabilité publique ». Pire selon lui, elle vient entériner un délit de concussion (abus caractérisés par la perception de sommes indues NDLR).

Le matin même du conseil municipal, les conseillers municipaux ont reçu la visite d’un huissier. Le chef d’entreprise, avec la célérité qu’on lui connaît, a porté l’affaire en justice en déposant deux nouvelles plaintes distinctes.

Pour le maire en revanche : « Il est important que cette somme apparaisse dans le budget municipal. Les administrés savent que Thierry Erhmann doit de l’argent à la commune mais cela n’apparaît nulle part. Aujourd’hui c’est chose faite ».

Une œuvre d’art juridique

Thierry Erhmann n’est jamais là où on l’attend. En 20 ans, ce spécialiste de la chose judiciaire semble avoir fait de ce combat pour la survie de son musée une œuvre d’art juridique.

Faut-il rappeler ici que le groupe Serveur dont fait partie la société « artprice.com », est aussi un acteur majeur des banques de données juridiques via sa filiale « Juris Serveur » ? Il existe actuellement 39 procédures distinctes, en cours, sur le contentieux avec la mairie, résultant du conflit initial de 2004.

Thierry Ehrmann a même saisi le Haut Comité des Droits de l’Homme de l’ONU.

Jean-Marie Hombert veut marquer sa nouvelle mandature du sceau de l’offensive. Quant à la validité de son initiative retentissante : les services de la préfecture qui ont la charge d’évaluer la conformité des délibérations prises par un conseil pourraient apporter une première réponse dans quelques jours.

Par Fabrice ROUSSEL avec Stéphanie GALL / Le progrès

https://www.leprogres.fr/politique/2021/03/23/demeure-du-chaos-le-maire-veut-faire-payer-thierry-ehrmann

Artmarket.com publishes Artprice 2020 Art Market Report highlighting a veritable paradigm shift: the pandemic imposed an unprecedented digitization of the market… that saved auction turnovers.

2021/03/15 Commentaires fermés

Our 23rd Annual Art Market Report offers a global analysis of public sales of Fine Art – painting, sculpture, drawing, photographs, prints, installations – between 1 January and 31 December 2020.

What was, at one point, anticipated as a ‘blank year’ for the Art Market, turned out to be much more positive than expected. The cancellation of fairs, exhibitions and all sales in March 2020 prompted fears of a complete shutdown of the art industry. But unlike museums, which have suffered the full impact of covid-related restrictions, the auction houses quickly found ways to preserve the core of their activities thanks to the dematerialization via digital technology: versus 2019, they maintained 79% of their turnover and sold a volume of lots equivalent to 91% of the previous year’s total.

Artprice’s Art Market Confidence Index in 2020 * AMCI: Art Market Confidence Index

Our 2020 Art Market Report is available free of charge, in full, and in three languages, both online and as a PDF file:

thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department, is pleased to announce the free publication of the 23rd Annual Art Market Report (2020):

The pandemic which took the world by surprise has forced Art Market professionals to accelerate a digitization process that they had been procrastinating for too long. Twelve months ago, this industry still showed a certain resistance to anything related to digital culture, which resulted in a reluctance to implement effective IT tools. In contrast to this delay, which has left much of the art sector almost thirty years behind the rest of the economy, Artprice has never stopped innovating and preparing the ground for the inevitable future.

So it is with much enthusiasm – despite the situation – that our group has supported all the key actors of the Art Market to take on a historic challenge… to repair in just a few months (sometimes even just a few weeks) three decades of obstinacy”.

Art Market 2.0

The Art Market has adopted a new economic model and reached a new equilibrium that the most optimistic projections were not expecting to see before 2025. It is now much better equipped to work with contemporary ways of living and collecting, i.e. those of the 21st century.

With this 23rd Annual Report, Artprice and its editorial partner Artron are proud to provide a global analysis of this paradigm through a focus on the following questions:

  • How has the pandemic impacted the art market?
  • How has digital technology affected the market and what will tomorrow’s market look like?
  • Why has China’s market resisted so well?
  • How have collectors reacted?
  • What types of works are most in-demand?
  • Which artists have reached records despite the crisis?
  • How have social-cultural upheavals – from #MeToo to Black Lives Matter – impacted the Art Market?

The report also contains Artprice’s famous Top-500 ranking of the world’s most sought-after artists and a month-by-month breakdown of the highlights of the art market in 2020 as it struggled to meet the unprecedented challenges prompted by the health crisis.

China in pole position

The report underscores the place China now holds on the global Art Market: that of the most serious competitor to the United States. Although the Chinese art market has its own codes, it is more interesting for that reason and it makes for a particularly substantial and fascinating editorial partnership between Artprice and Artron.

Top 10 countries by Fine Art auction turnover (change vs 2019)

1. China (Artron): $4,163,871,200 (+2%)

2. United States: $2,804,272,300 (-39%)

3. United Kingdom: $1,552,937,500 (-30%)

4. France: $578,347,600 (-31%)

5. Germany: $298,834,000 (+11%)

6. Italy: $142,404,000 (-32%)

7. Switzerland: $110,967,500 (+5%)

8. Japan: $95,366,400 (-14%)

9. Austria: $91,117,515 (-8%)

10. Poland: $89,672,059 (+1%)

Geographical breakdown of Fine Art auction turnover in 2020

Looking at our other key market indicators, the Artprice100© benchmark index has increased by +405% since 1 January 2000. In 2020, this blue-chip artists index posted an increase of +1.8%.

Contemporary Art, both in the West and in Asia, is still the locomotive of the Art Market, despite the pandemic context.

In sum, despite a global tragedy that is unique in social and modern economic history, the Art Market has rebounded via digital technology, which it has massively adopted within a record time and which has allowed the market’s turnover contraction to be limited to just -21%, which in itself – given the circumstances – is a superb performance.

Images:
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-EN-AMCI-Art-Market-Confidence-Index.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-EN-FINEART2020.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com publie le Rapport du Marché de l’Art Artprice en 2020, changement de paradigme : la pandémie a imposé une digitalisation sans précédent du marché qui sauve le CA des ventes publiques

2021/03/15 Commentaires fermés

Ce 23ème Rapport Annuel du Marché de l’Art offre une lecture mondiale des ventes publiques de fine art – peinture, sculpture, dessin, photographie, estampe, installation – entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2020.

Ce qui avait d’abord été anticipé comme une année blanche sur le Marché de l’Art s’est révélé bien plus positif que prévu. L’annulation des foires, des expositions et de toutes les ventes, en mars 2020, avait fait craindre un arrêt complet de cette industrie. Mais contrairement aux Musées, entièrement soumis aux restrictions sanitaires, les Maisons de Ventes ont rapidement trouvé le moyen de préserver le cœur de leurs activités grâce la dématérialisation par le numérique : 79 % du produit de ventes et 91 % des lots vendus ont été maintenus aux enchères.

Indice de Confiance du Marché de l’Art Artprice sur l’année 2020AMCI : Art Market Confidence Index

Le Rapport du Marché de l’Art en 2020 est disponible gratuitement, en intégralité et en trois langues, en ligne ainsi qu’en version PDF :

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice, est heureux d’annoncer la publication gratuite du 23ème Rapport du Marché de l’Art en 2020 :

« La pandémie qui s’est abattue de façon inattendue sur le monde a obligé les acteurs du Marché de l’Art à accélérer un processus de digitalisation qu’ils repoussaient depuis trop longtemps. Il y a douze mois encore, cette industrie montrait une certaine réserve pour tout ce qui touchait à la culture du numérique qui se traduisait par une réticence à mettre en place des outils informatiques efficaces. Face à ce retard de près de 30 ans, Artprice n’a eu de cesse d’innover et de préparer le terrain.

Aussi c’est avec grand enthousiasme, malgré la situation, que notre groupe a accompagné l’ensemble des acteurs du Marché de l’Art pour relever un défi historique et rattraper en quelques mois (parfois même en quelques semaines) trois décennies d’obstination. »

Le Marché de l’Art 2.0

Le Marché de l’Art a échafaudé un nouveau modèle économique et atteint un nouvel équilibre que les projections les plus optimistes prévoyaient en 2025. Il est désormais beaucoup mieux adapté pour faire face à cette autre manière de vivre et de collectionner, qui est celle du 21ème siècle.

Artprice et son partenaire éditorial exclusif Artron sont fiers de fournir une grille de lecture globale de cette transformation, avec ce 23ème Rapport Annuel :

  • Comment la pandémie a-t-elle impacté le Marché de l’Art mondial ?
  • Quelles sont les évolutions numériques et comment se dessine le marché de demain ?
  • Pourquoi les performances ont augmenté malgré la crise en Chine ?
  • Comment ont réagi les collectionneurs ?
  • Quels types d’œuvres sont les plus demandées ?
  • Quels artistes ont atteint des records malgré la crise ?
  • Comment les bouleversements sociaux-culturels – de #MeToo à Black Lives Matter – ont impacté le Marché de l’Art ?

Ce rapport contient également le célèbre classement Artprice des 500 artistes les plus performants au monde mais aussi un nouveau calendrier pour revenir, mois par mois, sur les grands moments du Marché de l’Art face aux défis inédits liés à la crise sanitaire en 2020.

La Chine en première position

Ce Rapport tient à donner à la Chine la place qui est désormais la sienne sur le Marché de l’Art : celle de la plus sérieuse concurrente des États-Unis. Si son marché possède ses propres codes, il n’en est que plus intéressant et c’est la raison pour laquelle le partenariat éditorial entre Artprice et Artron est conséquent et passionnant.

Top 10 pays par produit de ventes fine art aux enchères (Evolution vs 2019)

  • 1. Chine (Artron) : 4 163 871 200 $ (+2%)
  • 2. États-Unis : 2 804 272 300 $ (-39%)
  • 3. Royaume-Uni : 1 552 937 500 $ (-30%)
  • 4. France : 578 347 600 $ (-31%)
  • 5. Allemagne : 298 834 000 $ (+11%)
  • 6. Italie : 142 404 000 $ (-32%)
  • 7. Suisse : 110 967 500 $ (+5%)
  • 8. Japon : 95 366 400 $ (-14%)
  • 9. Autriche : 91,117,515 $ (-8%)
  • 10. Pologne : 89,672,059 $ (+1%)

Répartition géographique du produit des ventes aux enchères de Fine Art en 2020

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-FR-FINEART2020.png]

D’autre part, l’indice de référence Artprice100© a progressé de +405% depuis le 1er janvier 2000. Cet indice Artprice100© des artistes Blue-chips du marché de l’art a progressé de +1,8% sur l’année 2020.

L’Art Contemporain, tant en Occident qu’en Asie, est toujours la locomotive du Marché de l’Art, malgré le contexte de la pandémie.

Enfin, le Marché de l’Art, malgré une tragédie mondiale unique dans l’histoire de l’économie moderne, a su rebondir par le numérique qu’il a totalement investi en un temps record, ce qui a permis de limiter la chute du chiffre d’affaires à -21 %, ce qui en soi-même, compte tenu des circonstances, est une véritable performance.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-FR-AMCI-Art-Market-Confidence-Index.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-FR-FINEART2020.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

.

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

.

A propos d’Artmarket.com :

Artprice présente le classement n°22 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2021/03/11 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°22 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (1er mars 2021 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artmarket.com: the Artprice100© index is continuing to grow… +405% since 2000

2021/03/09 Commentaires fermés

Artprice’s blue-chip artists index, the Artprice100©, actually grew by 1.8% over the past year… a year marked by the almost complete absence of international fairs, but also by the forced transition of galleries and auction houses to a digital modus operandi. And yet… the price of the Art Market’s top one hundred artists (by auction turnover) continued to climb, taking its total growth since 2000 to +405%.

Annual change in the Artprice100 © vs. S&P 500 – Base 100 in January 2000

thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and of its Artprice Department: “The resilience of the Art Market in times of crisis is perfectly illustrated by the evolution of our Top-100 benchmark index. The positive performance of the Artprice100 © in 2020, although modest, is extremely reassuring. True… it doesn’t compare well with the US stock markets (the S&P 500 posted a sensational growth of +16% last year, rising from 3,234 pts to 3,756 pts in twelve months”.

While the construction of the Artprice100© is inspired by that of the S&P 500, the two indices nevertheless remain profoundly different and should be compared with caution.

Artprice100© versus S&P 500: warning!

The Artprice100© is designed as a portfolio of artworks representing the one hundred most important artists on the art market (see the composition below). It’s a purely theoretical exercise. It is clearly not possible to acquire a share in all the works by an artist that will be auctioned in the coming year. In fact, no-one can even predict which works will hit the secondary market over the next twelve months. But the results as a whole provide an excellent appreciation of the general price evolution for each of these artists.

The composition of the Artprice100© index is based on purely objective criteria. It is established on 1 January of each year on the basis of two criteria, both resolutely independent of any personal preference: a performance criterion and a liquidity criterion. The initial investment is thus made in proportion to the auction performances of the artists over the last five calendar years (2015-2019), on condition, however, that their works are exchanged regularly: at least seven auction appearances per year over a ten-year period (excluding prints).

Analysis of the composition

There are two good reasons for calculating a specific price index for a set of top-selling artists: firstly it allows the analysis of the performance of a well-diversified portfolio, constructed objectively on the basis of the auction results for well-established artists. Secondly, it allows observation of the evolution of the 100 artists who constitute the veritable hardcore of the global Art Market.

Pablo Picasso remains the portfolio’s dominant artist with a weight of 8.8% in the initial investment. On the basis of all original works by Picasso sold at auction in 2020, Artprice calculates that his price index increased overall by +2.2% in the twelve months of 2020. This result is perfectly consistent with the overall evolution of the Artprice100©.

Picasso is one of 45 Modern artists included in the composition of the 2020 index. This period of creation is by far the most solid segment of the art market and it represents approximately half of the initial investment.

Distribution of the Artprice100 © in January 2020 by period of creation

As in 2019, only four female artists have qualified for inclusion in the composition of the Artprice100© in 2020: Yayoi Kusama, Joan Mitchell, Louise Bourgeois and Barbara Hepworth. They account for just 3.3% of the portfolio’s total value. On the other hand, the number of living artists has increased significantly, thanks to the ‘entry’ of seven active painters, with only three ‘departures’ from the composition.

Entries (living artists) ; Lee Ufan, Zhou Chunya, Rudolf Stingel, Zhang Xiaogong, Yoshitomo Nara, Takashi Murakami, Zeng Fanzhi

Departures (living artists) ; Günther Uecker, Frank Auerbach, Michelangelo Pistoletto

Composition of Artprice100© on 1 January 2020 (Rank, Initial weight, Period)

1 – Pablo PICASSO (1881-1973) ; 8.8% – Modern

2 – Andy WARHOL (1928-1987) ; 5.0% – Post-War

3 – Claude MONET (1840-1926) ; 4.7 % – 19th Century

4 – Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) ; 3.6% – Contemporary

5 – QI Baishi (1864-1957) ; 3.5% – Modern

6 – ZAO Wou-Ki (1921-2013) ; 3.3% – Post -War

7 – Gerhard RICHTER (1932-) ; 2.8% – Post-War

8 – WU Guanzhong (1919-2010) ; 2.4% – Modern

9 – FU Baoshi (1904-1965) ; 2.4% – Modern

10 – Amedeo MODIGLIANI ( 1884-1920) ; 2.2% – Modern

11 – Roy LICHTENSTEIN (1923-1997) ; 2.0% – Post-War

12 – Cy TWOMBLY (1928-2011) ; 1.9% – Post-War

13 – Alberto GIACOMETTI (1901-1966) ; 1.9% – Modern

14 – Lucio FONTANA (1899-1968) ; 1.8% – Modern

15 – Marc CHAGALL (1887-1985) ; 1. 7% – Modern

16 – Alexander CALDER (1898-1976) ; 1.7% – Modern

17 – Joan MIRO (1893-1983) ; 1.6% – Modern

18 – Willem DE KOONING (1904-1997) ; 1.6% – Modern

19 – David HOCKNEY (1937-) ; 1.5% – Post-War

20 – Yayoi KUSAMA (1929-) ; 1.5% – Post-War

21 – Jean DUBUFFET (1901-1985) ; 1.4% – Modern

22 – René MAGRITTE (1898-1967) ; 1.4% – Modern

23 – Henri MATISSE (1869-1954) ; 1.4% – Modern

24 – Fernand LÉGER (1881-1955) ; 1.2% – Modern

25 – Christopher WOOL (1955-) ; 1.2% – Contemporary

26 – Wassily KANDINSKY (1866-1944) ; 1.1% – Modern

27 – SAN Yu (1901-1966) ; 1.1% – Modern

28 – Jeff KOONS (1955-) ; 1.0% – Contemporary

29 – Henry MOORE (1898-1986) ; 1.0% – Modern

30 – Peter DOIG (1959-) ; 0.9% – Contemporary

31 – Paul GAUGUIN (1848-1903) ; 0.9% – 19th Century

32 – Joan MITCHELL (1926-1992) ; 0.9% – Post-War

33 – LIN Fengmian ( 1900-1991) ; 0.8% – Modern

34 – Ed RUSCHA (1937-) ; 0.8% – Post-War

35 – Yoshitomo NARA (1959-) ; 0.8% – Contemporary

36 – Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919) ; 0.8 % – 19th Century

37 – CHU Teh-Chun (1920-2014) ; 0.8% – Post-War

38 – Edgar DEGAS (1834-1917) ; 0.7% – 19th Century

39 – Auguste RODIN (1840-1917) ; 0.7% – 19th Century

40 – PU Ru (1896-1963) ; 0.7% – Modern

41 – Robert RAUSCHENBERG (1925-2008) ; 0.7% – Post-War

42 – Richard PRINCE (1949-) ; 0.6% – Contemporary

43 – Rudolf STINGEL (1956- ) ; 0.6% – Contemporary

44 – Frank STELLA (1936-) ; 0.6% – Post-War

45 – Sigmar POLKE (1941-2010) ; 0.6% – Post-War

46 – Camille PISSARRO (1830-1903) ; 0.6% – 19th Century

47 – Louise BOURGEOIS (1911-2010) ; 0.6% – Modern

48 – Whan-Ki KIM (1913-1974) ; 0.6% – Modern

49 – Paul SIGNAC (1863-1935) ; 0.6% – Modern

50 – Yves KLEIN (1928-1962) ; 0.6% – Post-War

51 – Keith HARING (1958-1990) ; 0.5% – Contemporary

52 – Richard DIEBENKORN (1922-1993) ; 0.5% – Post-War

53 – Pierre SOULAGES (1919-) ; 0.5% – Modern

54 – George CONDO (1957-) ; 0.5% – Contemporary

55 – Norman Perceval ROCKWELL (1894-1978) ; 0.5% – Modern

56 – WU Hufan (1894-1968) ; 0.5% – Modern

57 – Alb erto BURRI (1915-1995) ; 0.4% – Modern

58 – Gustav KLIMT (1862-1918) ; 0.4% – Modern

59 – ZENG Fanzhi (1964-) ; 0.4% – Contemporary

60 – Egon SCHIELE (1890-1918) ; 0.4 % – Modern

61 – Damien HIRST (1965-) ; 0.4% – Contemporary

62 – Ernst Ludwig KIRCHNER (1880-1938) ; 0.4% – Modern

63 – Chaïm SOUTINE (1894-1943) ; 0.4% – Modern

64 – Fernando BOTERO ( 1932-) ; 0.4% – Post-War

65 – Edvard MUNCH (1863-1944) ; 0.4% – Modern

66 – Pierre BONNARD (1867-1947) ; 0.4% – Modern

67 – Kazuo SHIRAGA (1924-2008) ; 0.4% – Post-War

68 – WEN Zhengming (1470-1559) ; 0.4% – Old Master

69 – ZHOU Chunya (1955-) ; 0.4% – Contemporary

70 – Morton Wayne THIEBAUD (1920-) ; 0.4% – Post-War

71 – Georg BASELITZ (1938-) ; 0.4% – Post-War

72 – Salvador DALI (1904-1989) ; 0.4% – Modern

73 – Tsuguharu FOUJITA (1886-1968) ; 0.4% – Modern

74 – François-Xavier LALANNE (1927- 2008) ; 0.4% – Post-War

75 – SHI Tao (1642-c.1707) ; 0.4% – Old Master

76 – DONG Qichang (1555-1636) ; 0.4% – Old Master

77 – Max ERNST (1891-1976) ; 0.4 % – Modern

78 – Sam FRANCIS (1923-1994) ; 0.4% – Post-War

79 – Georges BRAQUE (1882-1963) ; 0.4% – Modern

80 – Maurice DE VLAMINCK (1876-1958) ; 0.4% – Modern

81 – Bernard BUFFET (1928-1999) ; 0.4% – Post-War

82 – Peter Paul RUBENS (1577-1640) ; 0.4% – Old Master

83 – Ufan LEE (1936-) ; 0.4% – Post-War

84 – Francis PICABIA ( 1879-1953) ; 0.3% – Modern

85 – Barbara HEPWORTH (1903-1975) ; 0.3% – Modern

86 – Albert OEHLEN (1954-) ; 0.3% – Contemporary

87 – Anselm KIEFER (1945-) ; 0.3% – Contemporary

88 – Giorgio MORANDI (1890-1964) ; 0.3% – Modern

89 – Alighiero BOETTI (1940-1994) ; 0.3% – Post-War

90 – Robert MOTHERWELL (1915-1991) ; 0.3% – Modern

91 – TANG Yin (1470- 1523) ; 0.3% – Old Master

92 – GUAN Liang (1900-1986) ; 0.3% – Modern

93 – Martin KIPPENBERGER (1953-1997) ; 0.3% – Contemporary

94 – Takashi MURAKAMI (1962-) ; 0.3% – Contemporary

95 – Donald JUDD (1928-1994) ; 0.3% – Post-War

96 – CHEN Yifei (1946-2005) ; 0.3% – Contemporary

97 – ZHANG Xiaogang (1958-) ; 0.3% – Contemporary

98 – Tom WESSELMANN (1931-2004) ; 0.3% – Post-War

99 – David SMITH (1906-1965) ; 0.3% – Modern

100 – Josef ALBERS (1888-1976) ; 0.3% – Modern

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/Artprice100-vs-SP500-1.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/Artprice100-periods-2.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : L’indice Artprice100© continue sa croissance, +405 % depuis 2000

2021/03/09 Commentaires fermés

L’indice des artistes blue-chips du Marché de l’Art, l’Artprice100©, a progressé de +1,8% au cours de l’année 2020. Cet exercice a été marqué par l’absence quasi complète de foires internationales mais aussi par la transition forcée des galeries et des maisons de ventes vers le numérique. Pourtant, la cote des cent artistes clefs du Marché de l’Art a continué de grimper, portant à +405 % depuis 2000.

Evolution annuelle de l’indice Artprice100© vs. S&P 500 – Base 100 en janvier 2000

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « La résilience dont fait preuve le Marché de l’Art en période de crise est mise en lumière par l’évolution de notre indice de référence. La performance positive de l’Artprice100© en 2020, aussi timide soit-elle, est extrêmement rassurante. Elle n’est toutefois pas comparable avec celle des marchés boursiers, puisque le S&P 500 a enregistré une croissance sensationnelle de +16% l’année dernière, passant de 3 234 pts à 3 756 pts en douze mois ».

Si la construction de l’Artprice100© s’inspire de celle du S&P 500, les deux indices restent néanmoins profondément différents et doivent être comparés avec prudence.

Artprice100© vs. S&P 500 : mise en garde

L’Artprice100© est conçu comme un portefeuille d’œuvres représentatives des cent artistes les plus importants du Marché (voir la composition ci-dessous). Il s’agit bien évidemment d’un exercice purement théorique. Il n’est en effet pas possible d’acquérir une part de toutes les œuvres d’un artiste qui passeront en salles de ventes dans l’année à venir. À vrai dire, personne ne peut même prévoir quelles œuvres passeront en salles de ventes pendant les douze prochains mois ; mais l’ensemble des résultats fournit une excellente appréciation de l’évolution générale des prix pour chacun de ces artistes.

La composition de l’indice Artprice100© se veut par ailleurs absolument objective. Elle est fixée au premier janvier de chaque année sur la base de deux critères, résolument indépendants de toute préférence personnelle : un critère de performance et un critère de liquidité. L’investissement initial est ainsi réalisé proportionnellement aux performances des artistes en salles de ventes sur les cinq derniers exercices (2015-2019), sous réserve toutefois que les œuvres de ceux-ci s’échangent régulièrement : au moins sept ventes aux enchères annuelles sur dix ans (hors estampes).

Analyse de la composition

L’intérêt de calculer un indice des prix spécifique pour les artistes de premier ordre est double. Il permet d’abord d’analyser les performances d’un portefeuille bien diversifié, construit de manière objective sur la base de résultats de ventes publiques pour des artistes établis de longue date. En outre, il permet de discuter sur la manière dont évolue la liste des cent artistes qui constituent la base la plus solide du Marché de l’Art.

Pablo Picasso reste l’artiste le plus présent dans le portefeuille avec un poids 8,8 % dans l’investissement initial. Sur la base de toutes les œuvres originales de Picasso vendues aux enchères en 2020, Artprice calcule que sa cote a globalement augmenté de +2,2 % en douze mois. Ce résultat est parfaitement cohérent avec l’évolution générale de l’Artprice100©.

Picasso fait partie des 45 artistes modernes présents dans la composition de cet indice en 2020. Cette période de création est de loin la mieux établie, qui représente jusqu’à la moitié de l’investissement initial.

Distribution de l’Artprice100© en janvier 2020 par période de création

Quatre artistes femmes seulement entrent dans la composition de l’Artprice100© cette année, comme en 2019 : Yayoi Kusama, Joan Mitchell, Louise Bourgeois et Barbara Hepworth. Celles-ci totalisent tout juste 3,3 % de la valeur totale du portefeuille. En revanche, le nombre d’artistes vivants augmente sensiblement, grâce à l’entrée de sept peintres en activité, pour seulement trois sorties.

Entrées (artistes vivants) / Lee Ufan, Zhou Chunya, Rudolf Stingel, Zhang Xiaogong, Yoshitomo Nara, Takashi Murakami, Zeng Fanzhi

Sorties (artistes vivants) / Günther Uecker, Frank Auerbach, Michelangelo Pistoletto

Composition de l’Artprice100© au 1 er janvier 2020 (Rang, Poids initial, Période)

1 – Pablo PICASSO(1881-1973) / 8.8 % / Modern

2 – Andy WARHOL(1928-1987) / 5.0 % / Post-War

3 – Claude MONET(1840-1926) / 4.7 % / 19th Century

4 – Jean-Michel BASQUIAT(1960-1988) / 3.6 % / Contemporary

5 – QI Baishi(1864-1957) / 3.5 % / Modern

6 – ZAO Wou-Ki(1921-2013) / 3.3 % / Post-War

7 – Gerhard RICHTER(1932-) / 2.8 % / Post-War

8 – WU Guanzhong(1919-2010) / 2.4 % / Modern

9 – FU Baoshi(1904-1965) / 2.4 % / Modern

10 – Amedeo MODIGLIANI(1884-1920) / 2.2 % / Modern

11 – Roy LICHTENSTEIN(1923-1997) / 2.0 % / Post-War

12 – Cy TWOMBLY(1928-2011) / 1.9 % / Post-War

13 – Alberto GIACOMETTI(1901-1966) / 1.9 % / Modern

14 – Lucio FONTANA(1899-1968) / 1.8 % / Modern

15 – Marc CHAGALL(1887-1985) / 1.7 % / Modern

16 – Alexander CALDER(1898-1976) / 1.7 % / Modern

17 – Joan MIRO(1893-1983) / 1.6 % / Modern

18 – Willem DE KOONING(1904-1997) / 1.6 % / Modern

19 – David HOCKNEY(1937-) / 1.5 % / Post-War

20 – Yayoi KUSAMA(1929-) / 1.5 % / Post-War

21 – Jean DUBUFFET(1901-1985) / 1.4 % / Modern

22 – René MAGRITTE(1898-1967) / 1.4 % / Modern

23 – Henri MATISSE(1869-1954) / 1.4 % / Modern

24 – Fernand LÉGER(1881-1955) / 1.2 % / Modern

25 – Christopher WOOL(1955-) / 1.2 % / Contemporary

26 – Wassily KANDINSKY(1866-1944) / 1.1 % / Modern

27 – SAN Yu(1901-1966) / 1.1 % / Modern

28 – Jeff KOONS(1955-) / 1.0 % / Contemporary

29 – Henry MOORE(1898-1986) / 1.0 % / Modern

30 – Peter DOIG(1959-) / 0.9 % / Contemporary

31 – Paul GAUGUIN(1848-1903) / 0.9 % /19th Century

32 – Joan MITCHELL(1926-1992) / 0.9 % / Post-War

33 – LIN Fengmian(1900-1991) / 0.8 % / Modern

34 – Ed RUSCHA(1937-) / 0.8 % / Post-War

35 – Yoshitomo NARA(1959-) / 0.8 % / Contemporary

36 – Pierre-Auguste RENOIR(1841-1919) / 0.8 % / 19th Century

37 – CHU Teh-Chun(1920-2014) / 0.8 % / Post-War

38 – Edgar DEGAS(1834-1917) / 0.7 % / 19th Century

39 – Auguste RODIN(1840-1917) / 0.7 % / 19th Century

40 – PU Ru(1896-1963) / 0.7 % / Modern

41 – Robert RAUSCHENBERG(1925-2008) / 0.7 % / Post-War

42 – Richard PRINCE(1949-) / 0.6 % / Contemporary

43 – Rudolf STINGEL(1956-) / 0.6 % / Contemporary

44 – Frank STELLA(1936-) / 0.6 % / Post-War

45 – Sigmar POLKE(1941-2010) / 0.6 % / Post-War

46 – Camille PISSARRO(1830-1903) / 0.6 % / 19th Century

47 – Louise BOURGEOIS(1911-2010) / 0.6 % / Modern

48 – Whan-Ki KIM(1913-1974) / 0.6 % / Modern

49 – Paul SIGNAC(1863-1935) / 0.6 % / Modern

50 – Yves KLEIN(1928-1962) / 0.6 % / Post-War

51 – Keith HARING(1958-1990) / 0.5 % / Contemporary

52 – Richard DIEBENKORN(1922-1993) / 0.5 % / Post-War

53 – Pierre SOULAGES(1919-) / 0.5 % / Modern

54 – George CONDO(1957-) / 0.5 % / Contemporary

55 – Norman Perceval ROCKWELL(1894-1978) / 0.5 % / Modern

56 – WU Hufan(1894-1968) / 0.5 % / Modern

57 – Alberto BURRI(1915-1995) / 0.4 % / Modern

58 – Gustav KLIMT(1862-1918) / 0.4 % / Modern

59 – ZENG Fanzhi(1964-) / 0.4 % / Contemporary

60 – Egon SCHIELE(1890-1918) / 0.4 % / Modern

61 – Damien HIRST(1965-) / 0.4 % / Contemporary

62 – Ernst Ludwig KIRCHNER(1880-1938) / 0.4 % / Modern

63 – Chaïm SOUTINE(1894-1943) / 0.4 % / Modern

64 – Fernando BOTERO(1932-) / 0.4 % / Post-War

65 – Edvard MUNCH(1863-1944) / 0.4 % / Modern

66 – Pierre BONNARD(1867-1947) / 0.4 % / Modern

67 – Kazuo SHIRAGA(1924-2008) / 0.4 % / Post-War

68 – WEN Zhengming(1470-1559) / 0.4 % / Old Master

69 – ZHOU Chunya(1955-) / 0.4 % / Contemporary

70 – Morton Wayne THIEBAUD(1920-) / 0.4 % / Post-War

71 – Georg BASELITZ(1938-) / 0.4 % / Post-War

72 – Salvador DALI(1904-1989) / 0.4 % / Modern

73 – Tsuguharu FOUJITA(1886-1968) / 0.4 % / Modern

74 – François-Xavier LALANNE(1927-2008) / 0.4 % / Post-War

75 – SHI Tao(1642-c.1707) / 0.4 % / Old Master

76 – DONG Qichang(1555-1636) / 0.4 % / Old Master

77 – Max ERNST(1891-1976) / 0.4 % / Modern

78 – Sam FRANCIS(1923-1994) / 0.4 % / Post-War

79 – Georges BRAQUE(1882-1963) / 0.4 % / Modern

80 – Maurice DE VLAMINCK(1876-1958) / 0.4 % / Modern

81 – Bernard BUFFET(1928-1999) / 0.4 % / Post-War

82 – Peter Paul RUBENS(1577-1640) / 0.4 % / Old Master

83 – Ufan LEE(1936-) – 0.4 % – Post/War

84 – Francis PICABIA(1879-1953) / 0.3 % / Modern

85 – Barbara HEPWORTH(1903-1975) / 0.3 % / Modern

86 – Albert OEHLEN(1954-) / 0.3 % / Contemporary

87 – Anselm KIEFER(1945-) / 0.3 % / Contemporary

88 – Giorgio MORANDI(1890-1964) / 0.3 % / Modern

89 – Alighiero BOETTI(1940-1994) / 0.3 % / Post-War

90 – Robert MOTHERWELL(1915-1991) / 0.3 % / Modern

91 – TANG Yin(1470-1523) / 0.3 % / Old Master

92 – GUAN Liang(1900-1986) / 0.3 % / Modern

93 – Martin KIPPENBERGER(1953-1997) / 0.3 % / Contemporary

94 – Takashi MURAKAMI(1962-) / 0.3 % / Contemporary

95 – Donald JUDD(1928-1994) / 0.3 % / Post-War

96 – CHEN Yifei(1946-2005) / 0.3 % / Contemporary

97 – ZHANG Xiaogang(1958-) / 0.3 % / Contemporary

98 – Tom WESSELMANN(1931-2004) / 0.3 % / Post-War

99 – David SMITH(1906-1965) / 0.3 % / Modern

100 – Josef ALBERS(1888-1976) / 0.3 % / Modern

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/Artprice100-vs-SP500-1.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/Artprice100-periods-2.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com fosters art market transparency via Artprice subscriptions

2021/02/25 Commentaires fermés

Somewhat counter-intuitively, the dematerialization of auctions has not greatly improved the transparency of the secondary art market. For sure, it has never been easier to bid for a work of art, but the information required to appreciate the full quality of a piece and to accurately gauge its value is no more precise in the sales catalogs than it was before.
In some cases, it is also no longer possible to have any real contact with a given lot before it goes under the hammer. Artprice is therefore redoubling its efforts to offer a complete range of tools that allow its members to follow all the works put up for auction and fully understand the evolution of their prices.

Price Index for Christopher Wool – Base 100 in January 2000
Artprice: the world leader in Art Market information

“Online sales have not yet completely proven their credentials” says thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice Department. “There are still some traces of mistrust regarding the quality of the lots included in online-only sessions. Notably, there are rumours that estimates are not exceeded as often as in live sales. In any case, the results for 2020 show all the market’s indicators positive territory. Even the most sensitive of them, the unsold rate, has remained perfectly stable”.

Still too early to draw conclusions…

The high-end market has been particularly slow over the past twelve months. For example, Jeff Koons’ annual turnover dropped 97% in 2020. Very few of his major pieces were consigned for sale during the year, and the two that were (with the highest estimates) failed to sell during live (“normal”) sessions. Clearly, owners of Jeff Koons’ works believe it is better to wait.

As William Baumol discussed in his 1986 article Unnatural Value, a sort of monopoly exists for each and every work of art. Owning a single work, or one produced in very few copies, necessarily introduces a form of information asymmetry. Fortunately, this asymmetry can be reduced by having an objective and reliable source of information, such as the one offered by Artmarket.com via its Artprice subscriptions. Its databases systematically list (i.e without any bias or preference) all public auctions of works of art and this enhances clarity regarding the price construction process.

Two types of essential information

Auctions constitute the sector of the art market that is considered the most transparent since lot descriptions as well as the results must be made public. However, not all relevant information is always presented in a catalog, such as, for example, the identity of the former owners of a work. Moreover, the websites of auction operators – even those of the major houses – make it very difficult to search for information on past sales of similar works.

The notion of market “transparency” suggests primarily two types of additional information which must be easily accessible: the characteristics of all the products, but also, for each product, the quantities offered and sought after.

The advantage of the services offered by Artprice subscriptions is that they are based on an exhaustive and structured collection of all the results of public auctions around the world. Our standardization of the main characteristics of artworks – dimensions, year of creation, auction estimates, references to catalogues raisonnés, etc. – makes it easy to identify those that match your precise search criteria.

Because the number of results can be very high, Artprice makes available to its subscribers (Advanced and Professional) a complete set of interactive statistics for each artist. These provide a global and essential overview of past sales that includes chronological price evolution, geographical distribution and breakdowns by price range and category (medium).

Better fluidity… but not better transparency

The digitization of sales catalogs and the proliferation of auction platforms have certainly improved the fluidity of the art market. But transaction costs have not fallen… they have actually risen. Moreover, the information disclosed by Auction Houses is not more detailed. Artprice has however noticed one exception: certain operators have taken to indicating number of bids recorded on each lot during an online sale, thereby providing an additional measure of the market’s appetite.

In order to remain independent, Artprice has decided not to allow bidding directly on its platform, preferring to provide direct links to the websites of partner Auction Houses. Artmarket.com and Artprice are therefore more than ever putting everything in place to provide additional services to those offered by the Auction Houses, by providing all players in the art market with a reliable and impartial information platform.

Artprice wants to ensure that all its subscribers get unlimited consultation of all past sales results (including those catalogued in the Enrique Mayer publications since 1962 and those in Hippolyte Mireur’s famous Dictionary of Art Sales (1700-1900)) and to all future sales, and to all available decision-making tools.

Images:
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/02/1-artmarket-artprice-christopher-wool-price-index.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/02/2-artmarket-artprice-transparency.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com prône la transparence du Marché de l’Art grâce aux abonnements Artprice

2021/02/25 Commentaires fermés

Contrairement à ce qu’il peut sembler, la dématérialisation des ventes aux enchères n’a pas tellement amélioré sa transparence. Sans doute n’a-t-il jamais été aussi simple d’enchérir sur une oeuvre d’art, mais les informations nécessaires pour apprécier toute la qualité d’une pièce et en estimer la valeur ne sont pas plus précises qu’avant dans les catalogues de ventes.

Dans certains cas, il n’est par ailleurs plus possible d’avoir un contact réel avec un lot, avant qu’il ne passe aux enchères. Artprice redouble donc ses efforts pour offrir à tous ses membres une gamme complète d’outils, permettant de suivre la totalité des œuvres mises en ventes aux enchères et comprendre l’évolution de leur prix.

Price Index for Christopher Wool – Base 100 in January 2000
Artprice : the world leader in Art Market information

« Les ventes en ligne n’ont pas encore complètement montré patte blanche », insiste thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice. « Il reste encore quelques traces de méfiance par rapport à la qualité des lots inclus dans les sessions online only : on entend notamment que les estimations ne seraient pas dépassées aussi souvent que dans les ventes live. Pourtant les résultats de l’année 2020 attestent que tous les indicateurs sont bien au vert. Le plus sensible d’entre eux, le taux d’invendus, est d’ailleurs resté parfaitement stable ».

Trop tôt encore pour tirer des conclusions

Le marché haut de gamme a été particulièrement ralenti au cours des douze derniers mois. Les ventes aux enchères de Jeff Koons, par exemple, ont chuté de -97 % en 2020. Très peu de belles pièces sont passées en salle des ventes et les deux lots phares – ayant les estimations les plus élevées – n’ont pas trouvé acquéreur au cours de sessions live, « normales ». De toute évidence, les détenteurs des œuvres de Jeff Koons estiment qu’il est préférable d’attendre.

Rappelons qu’il existe pour chaque œuvre d’art une sorte de monopole, déjà mis en évidence par William Baumol en 1986 dans son article Unatural Value. La détention d’une œuvre unique, ou produite en un très peu d’exemplaires, introduit nécessairement une forme d’asymétrie d’information. Heureusement, celle-ci peut-être réduite en disposant d’une source d’informations objective et fiable, comme celle qu’offre Artmarket.com avec les abonnements Artprice. Ses banques de données recensent, en effet, sans différence aucune, l’ensemble des ventes aux enchères publiques d’œuvres d’art et permettent d’observer la construction des prix.

Deux types d’informations indispensables

Les ventes aux enchères forment la partie du Marché de l’Art considérée comme la plus transparente puisque la description des lots ainsi que les résultats de ventes doivent être rendus publics. Cependant, toutes les informations pertinentes ne sont pas nécessairement présentées dans un catalogue, comme par exemple l’identité des anciens détenteurs d’une pièce. Par ailleurs, les sites de ventes – même ceux des plus grandes maisons – rendent très difficiles les recherches sur des ventes passées pour des oeuvres similaires.

Or, la notion de « transparence » d’un marché fait référence à deux types d’informations complémentaires qui doivent être facilement accessibles : tout d’abord les caractéristiques de tous les produits, mais aussi pour chacun d’entre eux les quantités offertes et demandées.

La pertinence des services offerts par les abonnements Artprice tient à une collecte exhaustive et structurée de tous les résultats de ventes aux enchères publiques de la planète. La standardisation des principales caractéristiques des œuvres – dimensions, année de création, estimations, références aux catalogues raisonnés, etc. – permet d’identifier facilement celles qui correspondent aux critères précis de recherche.

Parce que le nombre de résultats peut être extrêmement abondant, Artprice met à disposition de ses abonnés – advanced et professional – un ensemble complet de statistiques interactives pour chaque artiste. Celles-ci fournissent une vue globale et essentielle des ventes : évolution chronologique, distribution géographique, répartition par gamme de prix, par catégorie, etc.

Amélioration de la fluidité mais pas de la transparence

La digitalisation des catalogues de ventes et la prolifération des plateformes d’enchérissement ont certainement amélioré la fluidité du Marché de l’Art. Mais les frais de transaction n’ont pas diminué, au contraire, et l’information divulguée par les Maisons de Ventes n’est pas plus précise. Artprice relève toutefois une exception, à savoir l’indication du nombre d’enchères enregistrées sur chaque lot lors d’une vente en ligne, qui fournit une mesure supplémentaire de l’appétit du Marché.

Afin de rester indépendante, Artprice a pris la décision de ne pas permettre d’enchérir directement sur sa plateforme, préférant fournir un lien direct vers les sites des Maisons de Ventes partenaires. Artmarket.com et Artprice mettent ainsi plus que jamais tout en place pour fournir des services complémentaires à ceux offerts par les Maisons de Ventes, en mettant à disposition de tous les acteurs du Marché de l’Art une plateforme d’information fidèle et impartiale.

La société Artprice tient à ce que chacun de ses abonnements permette une consultation illimitée de toutes les ventes passées – incluant les éditions Enrique Mayer depuis 1962 ainsi que le célèbre Dictionnaire des Ventes d’Art Hippolyte Mireur 1700-1900 – de toutes les ventes futures et de tous les outils d’aide à la décision.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/02/1-artmarket-artprice-christopher-wool-price-index.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/02/2-artmarket-artprice-transparency.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: Is it better to sell a masterpiece in the provinces? Artprice looks at the Top 5 sales outside the art market’s capital cities

2021/02/23 Commentaires fermés

Masters Week in New York is the art market’s first major event of the year 2021. Sotheby’s evening session on 28 January will be offering masterpieces by Botticelli (estimated $80 million), Rembrandt ($20-30 million), Hugo Van der Goes ($3-5 million) and Guido Reni ($1.2 – 1.8 million). By coincidence, another painting by Guido Reni (Cleopatra) will be offered the same day in Toulouse under Marc Labarbe’s hammer and under the watchful eye of Eric Turquin. The latter’s team of experts conducted the examination and appraisal of the Cleopatra and have estimated the work between $95,000 and $145,000. However the quality of the painting could well raise the price and it seems likely that the upside will be just as potent in Toulouse as it would be in New York.

Guido Reni’s Ecce homo (left) is being offered in New York by Sotheby’s, and his Cleopatra (right) is being offered in Toulouse by Marc Labarbe, both on 28 June 2021

Eric Turquin and Marc Labarbe are repeating the operation attempted a year and a half ago with the ‘Caravage de Toulouse’, even if the circumstances are quite different” says thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department. “Of course, Guido Reni and Caravaggio are not at all on the same market footing. However, since the Caravaggio sale, much has evolved: first, Turquin and his team have had several opportunities to demonstrate that their strategy of selling works before restoration and as close as possible to the place they were found can be very effective, and secondly the pandemic has pushed a large section of the global art market into the online environment, a significant advantage for this kind of strategy.

Attracting international demand

Like the Toulouse Caravaggio, Guido Reni’s Cleopatra was found by chance in Toulouse, where it will be sold by Marc Labarbe on 28 January 2021 and is unlikely to stay there very long. And indeed (we ask) what exactly would be the logic of trying to sell it in New York, London or even Paris when the painting obviously interests numerous collectors and museums all over the world?

In recent months, American buyers have been the best clients for Eric Turquin’s findings: the Toulouse Caravaggio appears to have joined Tomilson Hill’s collection; the Cimabue from Senlis has gone to the Alana collection and the Master of Vyssi Brod from Dijon now belongs to the Metropolitan Museum of New York.

Sending an artwork across the Atlantic and engaging the services of a major auction house entails massive costs which cannot always be justified today. The lockdowns have accelerated the switch to online of a whole section of the auction market and this trend is somewhat undermining the logic of maintaining large sales structures in the centres of the art market’s major capitals.

Are artworks just as beautiful wherever they are?

The prestige of a major auction house and a large city undoubtedly helps to attract international demand. But is all this “staging” really necessary? This question is to a certain extent a question about the ‘efficiency’ of the art market: put another way, does the price of a work depend on the circumstances of its sale? Whatever the answer, it seems fair to say that a certain degree of correlation exists between the two.

Although scheduled to appear in a sale of Old and Modern Paintings in the south of France, Guido Reni’s Cleopatra has been the subject of a very specific examination, the details of which have been presented in a dedicated catalog. Marc Labarbe (the auctioneer) and Eric Turquin (the appraiser and valuer) are clearly confident that having conducted all the necessary research and having publicized the sale around the entire planet, the work no longer needs the support of prestigious Anglo-Saxon houses to attract the most likely international buyers.

Top 5 auctions outside the art market’s major capitals*

© Artprice.com

1. Cimabue (XIII), Christ Mocked – $26.8 million 10/27/2019 – Hotel des Ventes de Senlis.

2. Francesco Guardi (1712-1793), View of the Giudecca and the Zattere in Venice – $14.9 million, 12/01/1989 – Sotheby’s, Monte Carlo.

3. Raden Saleh (1814-1880), La Chasse au taureau sauvage (1855) – $11.1 million, 01/27/2018 – Jack-Philippe Ruellan, Vannes.

4. Marc Chagall (1887-1985), Le village en fête (1978) – $10.8 million, 06/21/2002 – Kornfeld Galerie & Cie, Berne.

5. Frans Francken II (1581-1642), Der Mensch […] (1635) – $9.5 million, 04/21/2010 – Dorotheum, Vienna.

* New York, London, Paris and China

Image: [ https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/01/Guido-Reni.png ]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Vaut-il mieux vendre un chef-d’oeuvre en province ? Le top 5 des ventes hors capitales du Marché de l’Art par Artprice

2021/02/23 Commentaires fermés

La Masters Week de New York est le premier grand rendez-vous de l’année 2021 du Marché de l’Art. La session du 28 janvier au soir, chez Sotheby’s, rassemble des chefs-d’œuvre de Botticelli (estimé 80 m$), Rembrandt (20-30 m$), Hugo Van der Goes (3-5 m$) ou bien encore Guido Reni (1,2 – 1,8m$). Le hasard veut qu’un autre tableau de Guido Reni sera mis en vente le même jour à Toulouse par le commissaire-priseur Marc Labarbe, sous l’oeil avisé d’Eric Turquin. Son cabinet a en effet réalisé l’expertise de l’œuvre, estimée entre 95 000$ et 145 000$. Mais la qualité du tableau pourrait faire grimper son prix, à Toulouse comme à New York.

Guido Reni, Ecce homo (gauche) vendu à New York par Sotheby’s et Cléopatre (droite) vendu à Toulouse par Marc Labarbe, tous deux le 28 juin 2021

« Eric Turquin et Marc Labarbe réitèrent l’opération tentée il y a un an et demi avec le « Caravage de Toulouse », même si les cartes ne sont plus exactement les mêmes » commente thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice. « D’abord le Caravage et Guido Reni n’ont pas du tout la même popularité ; ensuite la pandémie de Covid-19 a entre temps forcé la dématérialisation d’une bonne partie du Marché de l’Art ; enfin le cabinet Turquin a eu plusieurs nouvelles occasions de démontrer que sa stratégie – vendre un tableau dans son jus : avant restauration et au plus près de l’endroit où il a été retrouvé – peut être très efficace ».

Attirer la demande internationale

La Cléopatre de Guido Reni retrouvée par hasard à Toulouse, où elle sera vendue par Marc Labarbe ce 28 janvier 2021, ne restera probablement plus très longtemps dans la Ville Rose. Mais pourquoi faudrait-il la faire transiter par New York, Londres ou même Paris, alors que le tableau intéresse de toute évidence nombre de collectionneurs et de musées un peu partout dans le monde ?

Il est vrai qu’au cours des derniers mois, les Américains se sont montrés les plus friands des découvertes du Cabinet Turquin. Il semble que le Caravage de Toulouse ait rejoint la collection de Tomilson Hill, le Cimabue de Senlis la collection Alana et le Maître de Vyssi Brod de Dijon le Metropolitan Museum de New York.

La traversée de l’Atlantique et les services d’une grande Maison de Ventes induisent cependant des frais colossaux qui ne se justifient peut-être plus toujours à l’heure actuelle. Le confinement a accéléré la digitalisation de toute une partie des enchères et a reposé la question de maintenir toutes les grandes structures de ventes au centre des capitales du Marché de l’Art.

Ce qui est beau l’est-il partout de la même manière ?

Le prestige d’une grande maison et d’une grande ville contribuent sans doute à attirer la demande internationale. Mais cette mise en scène est-elle absolument nécessaire ? Cette question est un peu celle de l’efficience du Marché de l’Art : le prix d’une œuvre dépend-il des circonstances de la vente ? Il semble en tout cas qu’il ne peut pas en être complètement indépendant.

La Cléopatre de Guido Reni, bien que glissée dans une vente de « Tableaux anciens et modernes » de province, a fait l’objet de recherches très spécifiques, détaillées dans un catalogue à part entière. Mais marc Labarbe et Eric Turquin estiment visiblement que, une fois l’expertise dûment menée à son terme et la publicité de la vente assurée aux quatre coins du monde, l’oeuvre n’a plus tellement besoin des prestigieuses maisons anglo-saxonnes.

Top 5 des ventes aux enchères en dehors des capitales du Marché de l’Art*

©Artprice.com

1. Cimabue (XIII), Le Christ moqué – 26,8 m $

27/10/2019 – Hotel des Ventes de Senlis

2. Francesco Guardi (1712-1793), Vue de la Giudecca et du Zattere à Venise – 14,9 m$
01/12/1989 – Sotheby’s, Monte Carlo

3. Raden Saleh (1814-1880), La Chasse au taureau sauvage (1855) – 11,1 m$

27/01/2018 – Jack-Philippe Ruellan, Vannes

4. Marc Chagall (1887-1985), Le village en fête (1978) – 10,8 m$
21/06/2002 – Kornfeld Galerie & Cie, Berne

5. Frans Francken II (1581-1642), Der Mensch […] (1635) – 9,5 m$

21/04/2010 – Dorotheum, Vienne

* New York, Londres, Paris et Chine

Image : [ https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/01/Guido-Reni.png ]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artprice présente le classement n°21 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2021/02/22 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice Leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°21 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google
Artprice présente le classement n°21 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (1 février 2021 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Artmarket.com: Artprice Global Indices show the strength of Contemporary Art and Drawing in 2020: both segments adapted particularly well to rapid digitization

2021/02/18 Commentaires fermés

As at 1 January 2021, the Artprice Global Indices are stronger actually stronger than twelve months earlier when the health crisis was still (almost) unthinkable. Six months ago no-one would have predicted such an outcome! In reality, the art market reacted quickly to the lockdown measures with auction houses slowing their high-end activities; but the overall intensity of trading remained extremely high and the unsold rate remained perfectly stable. The Contemporary Art price index even shows an extraordinary 48% increase.

Artprice Global Indices (in USD)

thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “the works that were resold at auction in 2020 generally fetched better prices. Two segments in particular stood out: works on paper (+55%) and Contemporary Art (+48%). However, you have to take into account the method used to calculate our indices and anticipate the fact that they tend to flatten naturally over time”.

Auctions and repeat sales

Auction sales correspond to the visible segment of the Art Market and it’s probably the segment that has best adapted to the consequences of the pandemic by accelerating its switch to an online modus operandi. Artprice’s 2020 of the Art Market Report will soon reveal all the details of this transformation (the publication of our free report is expected in March 2021).

Artprice’s Global Indices are calculated on the basis of a very specific pool of works: lots which have already been sold at public auction. This method of calculation (the repeat-sales method) is considered particularly robust, but it excludes all lots that appear in an auction sale for the first time.

Extraordinary resales

Among the highest value increases recorded in 2020, Artprice was particularly interested in Banksy’s the performance. His acrylic on canvas Weston Super Mare (1999) was acquired for $16,700 in 2006 at Sotheby’s in London and was resold for $978,000 in October 2020 at Bonhams in London. The gain corresponds to an annual return on investment of 34% over 14 years.

Inversely, a small canvas by Raqib Shaw – Untitled (2004) – was acquired for $91,000 in 2008 at Sotheby’s New York, but sold for just $8,750 in 2020 at Wright in Chicago.

Between its last two appearances at auction, Joan Mitchell’s diptych La Grande Vallée VII (1983) multiplied in value 44 times, from $330,000 in 1989 to $14.5 million in 2020. Joan Mitchell was in fact the most successful female artist at auction in 2020, but her prices didn’t just soar last year. Taking into account all of her works sold and resold at auction over the years, Artprice estimates that her prices rose 15% over the last twelve months. This increase is added to the over 2000% value accretion calculated by Artprice using the same method between 2000 and 2019 for all of Mitchell’s work.

Image : [ https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/01/Artprice-Global-Indexes-Update-2020.png ]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Les Indices Globaux Artprice révèlent la vigueur de l’Art Contemporain et du Dessin en 2020, grands gagnants de la digitalisation

2021/02/18 Commentaires fermés

Au 1er janvier 2021, les Indices Globaux Artprice sont plus forts que douze mois auparavant, lorsque la crise sanitaire était encore (presque) impensable. Qui aurait cru à un tel dénouement, il y a six mois ? Pourtant le Marché de l’Art a rapidement réagi aux mesures de confinement : les Maisons de Ventes ont ralenti leurs activités sur le marché haut de gamme mais l’intensité globale des échanges est restée extrêmement élevée et le taux d’invendus parfaitement stable. L’indice des prix de l’Art Contemporain enregistre même un extraordinaire +48 %.

Indices Globaux Artprice (en USD)

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « Ce qui est repassé en salle des ventes en 2020 a généralement pris de la valeur. Deux segments se sont particulièrement distingués : les œuvres sur papier (+55%) et l’Art Contemporain (+48%). Il faut cependant bien tenir compte de la méthode utilisée pour le calcul de nos indices et anticiper le fait que ceux-ci se lissent naturellement avec le temps ».

Ventes aux enchères et ventes répétées

Les ventes aux enchères correspondent à la partie visible du Marché de l’Art. C’est vraisemblablement le canal de vente qui s’est le mieux adapté à la crise sanitaire, en accélérant sa digitalisation. Le Rapport Artprice du Marché de l’Art en 2020 fournira bientôt tous les détails de cette transformation (la publication gratuite de ce rapport est annoncée en mars 2021).

Les Indices Globaux Artprice sont calculés sur la base d’un échantillon très spécifique : les lots qui ont déjà été précédemment vendus aux enchères publiques. Cette méthode de calcul (Repeat-sales method) est considérée comme particulièrement robuste mais elle exclut tous les lots qui passent pour la première fois aux enchères.

Reventes extraordinaires

Parmi les plus belles plus-values enregistrées en 2020, Artprice s’est particulièrement intéressée aux performances de Banksy. L’acrylique sur toile Weston Super Mare (1999), achetée 16.700$ en 2006 (Sotheby’s Londres), a été revendue 978.000$ en octobre 2020 (Bonhams Londres). Cette opération correspond à un retour sur investissement annuel de +34 %, pendant 14 années.

A l’inverse, une petite toile Untitled (2004) de Raqib Shaw, achetée 91.000$ en 2008 (Sotheby’s New York) a été revendue 8.750$ seulement en 2020 (Wright Chicago).

La valeur du diptyque La Grande Vallée VII (1983) de Joan Mitchell (artiste femme la plus performante aux enchères en 2020) a été multipliée par 44, entre ses deux dernières adjudications : achetée 330.000$ en 1989, son prix atteint 14,5 m$ en 2020. Le prix des oeuvres de Joan Mitchell ne s’est bien sûr pas uniquement envolé l’année dernière. En tenant compte de toutes ses œuvres vendues et revendues aux enchères, Artprice estime que la progression des prix des œuvres de Joan Mitchell atteint +15 % sur les douze derniers mois. Cette prise de valeur s’ajoute au +2 000 %, calculés selon la même méthode par Artprice, entre 2000 et 2019 pour l’ensemble de son oeuvre.

Image : [ https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/01/Artprice-Global-Indexes-Update-2020.png ]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com (Artprice) pulvérise son objectif au 4T 2020 avec un bond de 17% de son chiffre d’affaires

2021/02/11 Commentaires fermés
Chiffre d’affaires en K€*4T20204T2019Variation en %
Internet25812202+ 18 %
Indices et prestations104108 
Total 4ème trimestre 202026852310 
+ 17 %
 
Chiffre d’affaires en K€*20202019Variation en %
Internet73497140+ 3 %
Indices et prestations257241+7 %
Total annuel76067381+ 3 %

* Le chiffre d’affaires T4 2020 / 2019 est retraité en neutralisant les échanges valeurs marchandises spécifiques aux salons, foires et expositions afin de donner une image précise du chiffre d’affaires encaissé.

Artmarket.com se félicite d’une très forte hausse de 17% de ses revenus au 4T 2020.

En dépit de la crise économique sans précédent qui frappe le monde en 2020, le chiffre d’affaires d’Artmarket.com s’affiche bien au-delà des objectifs dans une année 2020 extrêmement difficile et ce, à l’échelle mondiale.

Ce n’est pas le fruit du hasard et les raisons sont les suivantes :

– Depuis l’origine en 1997, Artprice by Artmarket anticipe la dématérialisation du Marché de l’Art. Cette dématérialisation est désormais la seule issue pour tous les acteurs du Marché de l’Art, Maisons de Ventes, galeries, musées, foire et salons, institutionnels, mais aussi, amateurs et collectionneurs… Il n’existe pas de retour en arrière possible.

En témoigne tout récemment l’article du 28 Décembre 2020 de FranceTvInfo.fr au titre explicite : « Coronavirus : les ventes aux enchères en ligne explosent ». Ce changement de paradigme, accéléré par la crise du Covid-19 et ses variants, fait exploser les ventes de biens immatériels et matériels sur Internet, comme en témoigne le doublement des bénéfices d’Amazon sur le trimestre.

Cette mutation sans pareille est d’autant plus spectaculaire que le Marché de l’Art, selon les différentes études d’Artmarket.com avec son département Artprice depuis des années, accusait un immense retard en matière de culture numérique, comme aucun autre secteur économique.

Selon Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad (Fédération du commerce électronique) : « La crise a fait gagner 4 ans au développement de l’e-commerce » dans Les Echos du 5 Février 2021.

– Artmarket.com est adaptée à 100% au télétravail depuis 2004 (rapport RSE inclus dans le document de référence AMF), tant au niveau des ressources humaines que des moyens technologiques (firewall, onduleur, Vnc cryptée, intercom phonie et fibre/boxe entreprise) pour chaque salarié(e). Cette adaptation est la clé pour la continuité des services, sans perte de clientèle.

Un leader mondial ne peut réussir dans le télétravail que s’il possède la culture et les process nécessaires qui ne peuvent s’acquérir que sur plusieurs années. Un groupe infime de sociétés possède l’ensemble de ces caractéristiques permettant notamment de rétablir les services et hiérarchies dématérialisées.

– Le passage des enchères sur Internet et le temps passé à domicile en très nette augmentation font que les internautes ont besoin de données fiables et indépendantes, qu’ils retrouvent uniquement dans celles fournies par Artprice by Artmarket, pour participer aux enchères en toute sécurité, que ce soit en tant que vendeur ou acheteur, et s’informer sur le Marché de l’Art. La fréquentation des banques de données en très nette hausse (record absolu sur 23 ans de statistiques) est un excellent marqueur.

Artmarket.com est à la base de la normalisation du Marché de l’Art et donc de sa dématérialisation à travers sa Place de Marché Normalisée® aux enchères et à prix fixe avec les brevets logiciels lui permettant de licencier les acteurs du Marche de l’Art.

Cette normalisation, initiée depuis 2001 par le rachat de Xylogic Suisse, fait l’objet d’une protection intellectuelle sur l’ensemble des pays lui permettant de licencier les acteurs du Marche de l’Art quel que soit le pays.

Artprice by Artmarket, qui a racheté la SSII historique du Marché de l’Art, a les briques logicielles pour proposer, dans différentes gammes de prix en prévision pour le 1er semestre 2021, des services payants en ligne qui, en quelques heures, permettront notamment aux petites et moyennes structures, aux marchands, galeries, antiquaires, Maisons de Ventes, etc… de basculer intégralement en ligne par la Place de Marché Normalisée® à prix fixe ou aux enchères d’Artprice et de produire leurs catalogues numériques et papier .

Le nombre d’annonces en ligne d’œuvres d’art sur la Place de Marché Normalisée est en augmentation constante. Avec Stripe, infrastructure de paiement pour le commerce en ligne le client pourra directement acheter ses œuvres en ligne.

Le nombre d’annonces en ligne est en croissance. Plus de 70 000 œuvres sont en ligne : https://www.artprice.com/marketplace?p=1&sort=price_sorted_eur-desc (avec un prix moyen de 8000 euros)

La règle d’or pour le commerce en ligne est la confiance. Dans le cadre du Marché de l’Art, Artprice by Artmarket.com est l’unique référent mondial depuis plus de 20 ans.

– Artmarket.com est un DNS générique qui capte naturellement les recherches sur le Marché de l’Art, la langue anglaise étant la langue du Marché de l’Art.

(12 premiers résultats naturels non sponsorisés sur 3,37 milliards de résultats sur Google.com avec la requête art market).

– L’Art présente une alternative de placement de plus en plus recherchée (en moyenne +7% par an sur une moyenne mobile de 20 ans Artprice 100 ®), face aux taux négatifs qui laminent l’épargne.

Artmarket.com, avec son département d’économétrie Artprice, est donc en ordre de bataille pour affronter 2021 sous les meilleurs auspices.

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket >>>

Artprice: New York posts a 41% drop in auction revenue in 2020, but confidence has returned in January 2021

2021/01/19 Commentaires fermés

In 2020, the world’s leading Fine Art marketplace was at the epicentre of damage caused by the covid pandemic, and the city’s carefully structured auction agenda was completely upset. After the revenue shortfall resulting from the cancelled May sales, the major auction houses managed to switch over to online sales, but the high-end market struggled to catch up throughout the second part of the year.

Monthly Fine Art auction turnover in New York (2019 vs 2020)

thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “The boom in 100% online sales has somewhat undermined the logic of maintaining auction rooms and offices in the centres of expensive cities like New York. Manhattan’s power of attraction remains strong and certainly contributes to the success of the prestige sales, as we saw in 2020. But what about the rest of the Art Market? Will it be able to afford city-centre venues?”.

-98% in May

In May 2019, the Big Apple hammered $2.2 billion at Fine Art auctions, thanks notably to eight works selling above the $50 million threshold between 13 and 16 May: Monet ($110 million), Koons ($91 million), Rauschenberg ($88 million), Cézanne ($59 million), Picasso ($55 million), Warhol ($53 million), Bacon ($50 million), Rothko ($50 million). The diversity of these masterpieces, created between the end of the 19th century and the Post-War period, illustrates the attractiveness of New York as a Fine Art marketplace.

In May 2020, however, auctions (functioning online only) totaled just $39 million in Manhattan, i.e. just 2% of the total for the previous May. According to Artprice data, this total was generated by 1,400 Fine Art lots which sold for an average price of $28,000.

All summer to relaunch

It wasn’t until the very end of June 2020 that the high-end market finally appeared to unblock. The New York market immediately recorded the only result of the year above $50 million in the West, with Francis Bacon’s Inspired by the Oresteia of Aeschylus (1981).

Compared with the year-earlier period, the first semester of 2020 New York art sales ended down -54%. This significant shortfall was partially offset when the major houses decided to hold a number of prestige sessions in October, but it was made by moving forward part of the prestigious November sales.

Confidence returning

Fortunately the outlook is positive: confidence has gradually returned to the art market at the international level. Artprice’s AMCI (Art Market Confidence Index) rose throughout November and December. So much so that by the start of 2021, two thirds of Art Market professionals declared a ‘strong intention’ to acquire new works.

There can be no doubt that the Botticelli masterpiece that will be offered by Sotheby’s on 28 January 2021 in New York has captured the attention of major art buyers and enthusiasts all over the planet.

Image: [ https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/01/Artprice-Monthly-Auction-Turnover-in-New-York-2019vs2020.png ]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artprice : -41 % pour les ventes aux enchères à New York en 2020, mais la confiance est de retour en janvier 2021

2021/01/19 Commentaires fermés

La 1ère place de marché mondiale de Fine Art se trouve aux premières loges pour assister aux dégâts de la crise sanitaire. Son agenda, parfaitement réglé, a été secoué de fond en comble en 2020. Même si les grandes maisons ont trouvé une parade avec les ventes dématérialisées, le marché haut de gamme a couru toute la deuxième partie de l’année après son rendez-vous manqué de mai.

Produit de ventes mensuel aux enchères de Fine Art à New York (2019 vs 2020)

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « Avec l’essor des ventes 100 % en ligne, la question se pose de conserver des salles et des bureaux au centre d’une ville aussi coûteuse que New York. L’aura de Manhattan reste puissante et porte les sessions de prestiges, comme cela a été démontré en 2020. Mais qu’en est-il du cœur du Marché de l’Art ? ».

-98 % en mai

La Big Apple avait engrangé 2,2 Mrd$ aux enchères en mai 2019, grâce notamment à huit œuvres vendues plus de 50 millions de dollars entre le 13 et le 16 mai 2019 : Monet (110 m$), Koons (91 m$), Rauschenberg (88 m$), Cézanne (59 m$), Picasso (55 m$), Warhol (53 m$), Bacon (50 m$), Rothko (50 m$). La diversité de ces chefs-d’oeuvre, réalisés entre la fin du 19ème et l’Après-Guerre, souligne toute l’attractivité de New York.

En mai 2020 cependant, les ventes aux enchères (opérées en ligne uniquement) n’ont totalisé que 39 m$ à Manhattan, soit 2 % de l’exercice précédent. Artprice récence néanmoins 1 400 lots Fine Art vendus pour un prix moyen de 28 000$.

Tout l’été pour se relancer

C’est à la toute fin du mois de juin 2020 que la situation s’est enfin débloquée pour le marché haut de gamme. La place new-yorkaise a immédiatement enregistré l’unique vente supérieure à 50 m$ de l’année en Occident : Inspired by the Oresteia of Aeschylus (1981) de Francis Bacon.

La première partie de l’année 2020 s’est finalement achevée avec une perte de -54 % de chiffre d’affaires Fine Art à New York. Cet important retard a été partiellement réduit au mois d’octobre, au cours duquel les grandes maisons ont, contrairement à leurs habitudes, organisé de très belles sessions. Seulement elles ont été faites aux dépens des prestigieuses ventes de novembre.

La confiance remonte

Un point positif heureusement : la confiance s’est progressivement réinstallée sur le Marché de l’Art à l’échelle internationale. L’AMCI, l’indice de confiance du Marché de l’Art calculé par Artprice, est remonté tout au long des mois de novembre et de décembre. Si bien qu’en ce début d’année 2021, deux acteurs sur trois du Marché de l’Art annoncent une forte intention d’acquérir de nouvelles œuvres.

Nulle doute que le chef-d’œuvre de Botticelli, mis en vente par Sotheby’s le 28 janvier 2021 à New York, fait rêver tous les amateurs d’art de la planète.

Image : [ https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/01/Artprice-Monthly-Auction-Turnover-in-New-York-2019vs2020.png ]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artprice présente le classement n°20 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2021/01/08 Commentaires fermés
Méthodologie : Artprice Leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (5 janvier 2021 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Malgré la crise mondiale du Covid-19, Artmarket.com bat en 2020 son record de Chiffre d’Affaires Annuel depuis sa création

2020/12/30 Commentaires fermés

En 2020, Artmarket.com a battu son record de chiffre d’affaires annuel depuis 1997, tout cela en dépit de la crise sanitaire mondiale qui a mis à genoux un grand nombre de business models et de secteurs économiques. Cette crise économique sans précédent qui frappe le monde en 2020 n’a pas impacté les revenus d’Artmarket.com.

thierry Ehrmann : « C’est la démonstration absolue de la résilience d’Artmarket.com. »

Ce n’est pas le fruit du hasard et les raisons sont les suivantes :

– Depuis l’origine en 1997, Artmarket.com anticipe la dématérialisation du Marché de l’Art. Cette dématérialisation est désormais la seule issue pour les acteurs influents du Marché de l’Art, Maisons de Ventes, galeries, musées, foires et salons, etc.. Il n’y aura pas de retour en arrière. En témoigne tout récemment l’article du 28 Décembre 2020 de FranceTvInfo.fr au titre explicite: « Coronavirus : les ventes aux enchères en ligne explosent »

– Artmarket.com est adapté à 100% au télétravail depuis 2004 (rapport RSE inclus dans le document de référence AMF) tant au niveau des ressources humaines que des moyens technologiques. Cette adaptation est la clé pour la continuité des services, sans perte de clientèle.

Un groupe ne peut réussir dans le télétravail que s’il possède la culture et les process nécessaires qui ne peuvent s’acquérir que sur plusieurs années. Un groupe infime de sociétés possèdent ces caractéristiques.

– Le passage des enchères via Internet et le temps passé à domicile en très nette augmentation font que les internautes ont besoin de données fiables et indépendantes, celles d’Artprice by Artmarket, pour participer aux enchères en toute sécurité, que ce soit en tant que vendeur ou acheteur, et s’informer sur le Marché de l’Art.

Artmarket.com est à la base de la normalisation du Marché de l’Art et donc de sa dématérialisation à travers de sa Place de Marché Normalisée® aux enchères et à prix fixe. Cette normalisation, initiée depuis 2001 par le rachat de Xylogic Suisse, fait l’objet d’une protection intellectuelle sur l’ensemble des pays où le Marché de l’Art opère.

La règle d’or pour le commerce en ligne est la confiance, dans le cadre du Marché de l’Art, Artprice by Artmarket.com est l’unique référent mondial depuis plus de 20 ans.

– Artmarket.com est un DNS générique qui capte naturellement les recherches sur le Marché de l’Art, la langue anglaise étant la langue du Marché de l’Art.

– L’Art présente une alternative de placement de plus en plus recherchée, face aux taux négatifs qui laminent l’épargne.

Artmarket.com, avec son département d’économétrie Artprice, est donc en ordre de bataille pour affronter 2021 sous les meilleurs auspices.

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com

Artprice traces the Art Market’s recent history via Sotheby’s

2020/12/29 Commentaires fermés

Between its second IPO in 1988 and its delisting in October 2019, the prestigious American auction house often reoriented its global strategy and made numerous operational adjustments involving cost management, offering more guarantees, structural reorganizations, new managerial team, etc. But Sotheby’s has arguably made the biggest change in its history this year, by completely dematerializing its catalogs and asserting itself as the leading platform for online Fine Art auctions.

The history of Sotheby’s over the past thirty years is a marvelous illustration of the recent history of the Art Market » says Thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and of its Artprice department. Artprice traces this history through the three main periods preceding Sotheby’s acquisition by Patrick Drahi and its digital transformation in 2020.

Evolution of Sotheby’s Fine Art auctions (Jan. 1990 – Nov. 2020)

Artprice Global Index vs. Sotheby’s (BID) share price – Base 100 in January 2000*

1988 – 2000: two successive bubbles

At the end of the 1980s globalization took Art prices to new heights. The $78 million hammered in 1990 for Pierre-Auguste Renoir’s Au Moulin de la Galette (1876) set a historic record at Sotheby’s which lasted 14 years. But the financial disequilibrium resulting from the arrival of Japanese collectors supported by their fast growing economy led to a price crisis often referred to as the “Impressionist bubble”.

After a couple of difficult years in 1991-1992 (that dealers and galleries still remember), the Art Market rapidly stabilized. Sotheby’s intensified its operations taking advantage of technological innovations linked to the development of Internet. In 1999, Sotheby’s recorded 27,550 Fine Art transactions, the highest annual number in its history. But the “Internet bubble” ended with a stock market meltdown.

2001 – 2008: up to the last moment…

For three years, from 2001 to 2003, Sotheby’s gradually reduced the intensity of its operations. This allowed the firm to return to a more solid base which underpinned the following four years (2004-2007) and a quadrupling of its Fine Art auction turnover (3.8x). The Art Market was entering a new era and Sotheby’s wanted to be at the helm. On 5 May 2004, an artwork crossed the symbolic $100 million threshold for the first time when Sotheby’s sold Picasso’s Le Garçon à la Pipe Pablo (1905) for $104.6 million in New York.

In 2007 Sotheby’s posted a 50% increase in its turnover and its growth was steaming ahead as 2008 unfolded. However, the collapse of Lehmann Brothers on 15 September heralded the start of a major financial crisis. Ironically, on the same day, Sotheby’s went ahead with its famous Damien Hirst sale Beautiful Inside My Head Forever in London generating $73 million.

2009 – 2019: major restructuring

Although the 2009 art market was impacted by the financial crisis (-60%), Sotheby’s Fine Art turnover remained higher than its pre-2004 figures. However, it clearly decided to reduce its volume to a relatively stable 11,000 to 15,000 lots sold per year. This strategy quickly paid off and Sotheby’s recorded the best two years in its history in 2013 and 2014, with each year boasting a result above the $100 million threshold.

Between 2016 and 2019, Sotheby’s started to seek a new equilibrium, notably via the development of online sales. In 2017, the company attempted to boost its online sales channel by waiving buyer fees… only to reintroduce them the following year. Works by Basquiat, Modigliani and Monet – which marked these four years – were all sold in traditional auction rooms.

This is no longer the case in 2020: on 29 June Sotheby’s managed to sell its star lot, Francis Bacon’s triptych Inspired by the Oresteia of Aeschylus (1981), for $88.55 million (incl. fees) during a online sale broadcast on Internet. Sotheby’s clearly sees the future of Fine Art auctions in this new format…

*Don’t hesitate to contact our Econometrics Department for your requirements regarding statistics and personalized studies: econometrics@artprice.com

Images:
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/11/fine-art-sothebys.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/11/artprice-global-index-vs-sothebys-bid.png]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Try our services (free demo): https://www.artprice.com/demo

Subscribe to our services: https://www.artprice.com/subscription

About Artmarket:

Artprice retrace l’histoire récente du Marché de l’Art en suivant les performances de Sotheby’s

2020/12/29 Commentaires fermés

Entre sa deuxième introduction en bourse en 1988 et sa sortie en octobre 2019, la prestigieuse Maison de Ventes aux enchères américaine a réorienté à plusieurs reprises sa stratégie globale et procédé à de nombreux ajustements : gestion des frais, multiplication des garanties, réorganisation structurelle, nouvelle équipe managériale, etc… Mais Sotheby’s a sans doute réalisé le plus grand changement de son histoire cette année, en dématérialisant complètement ses catalogues pour s’affirmer comme la première plateforme de ventes aux enchères en ligne de Fine Art.

« L’histoire de Sotheby’s sur les trente dernières années illustre à merveille l’histoire récente du Marché de l’Art » affirme thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice. Une histoire qu’Artprice retrace à travers les trois grandes périodes qui ont précédé l’acquisition de Sotheby’s par Patrick Drahi et sa transformation digitale en 2020.

Evolution des ventes aux enchères de Fine Art par Sotheby’s (jan. 1990 – nov. 2020)

Artprice Global Index Vs. Action Sotheby’s (BID) – Base 100 en janvier 2000*

1988-2000 : deux bulles successives

À la fin des années 1980, la mondialisation porte les prix de l’Art vers de nouveaux sommets. Les 78m$ atteints en 1990 par Au Moulin de la Galette (1876) de Pierre-Auguste Renoir établissent un record de ventes historique chez Sotheby’s qui tiendra pendant 14 ans. Mais le déséquilibre financier introduit par l’arrivée des collectionneurs japonnais, forts d’une économie en hausse, conduit à une crise des prix appelée la « bulle impressionniste ».

Après des années 1991-1992 difficiles, dont les marchands se souviennent encore, le Marché de l’Art se stabilise rapidement. Sotheby’s va intensifier les échanges, en bénéficiant du développement de l’économie technologique liée à Internet. En 1999, Sotheby’s enregistre 27 550 ventes aux enchères de Fine Art : le plus grand nombre de transactions de son histoire. Mais la « bulle Internet » se termine en krach boursier.

2001-2008 : jusqu’au dernier moment

Trois exercices durant, de 2001 à 2003, Sotheby’s va progressivement ralentir l’intensité de ses opérations. Elle va ainsi retrouver une base plus solide qui prépare les quatre années suivantes, 2004-2007, pendant lesquelles le chiffre d’affaires va être pratiquement multiplié par quatre (x3,8). Le Marché de l’Art entre dans une nouvelle ère et Sotheby’s veut être aux commandes. Le 5 mai 2004, une œuvre d’art franchit pour la toute première fois le seuil symbolique des 100 m$ : Sotheby’s vend Le Garçon à la Pipe (1905) de Pablo Picasso pour 104,6 m$ à New York.

Lors de l’exercice 2007, Sotheby’s enregistre une hausse de +50 % de son chiffre d’affaires. L’année 2008 démarre elle-aussi sur les chapeaux de roues mais la faillite de Lehmann Brothers, le 15 septembre 2008, sonne le début d’une crise financière majeure. Cela n’empêche pas Sotheby’s de maintenir, le soir même de ce jour redoutable, la vente Damien Hirst à Londres qui génère 73m$.

2009- 2019 : la grande réorganisation

Bien que l’année 2009 soit marquée par la crise (-60 %), le produit de ventes de Sotheby’s reste supérieur à tout ce qui a précédé 2004. Les transactions sont pourtant moins intenses car Sotheby’s maintient désormais un nombre de transactions relativement stable, entre 11 000 et 15 000 lots Fine Art vendus par an. Cette stratégie va rapidement payer. Sotheby’s enregistre les deux meilleurs exercices de son histoire en 2013 et 2014, avec pour chacun d’entre eux une vente supérieure à 100m$.

Entre 2016 et 2019, Sotheby’s cherche un nouvel équilibre, notamment à travers le développement des ventes en ligne. En 2017, la société veut encourager ce canal de ventes en abolissant les frais acheteurs. Mais la société fait machine arrière l’année suivante. Les œuvres de Basquiat, de Modigliani et de Monet qui marquent ces quatre années sont adjugées lors de ventes traditionnelles.

Ce n’est plus le cas en 2020, où le lot phare, le triptyque Inspired by the Oresteia of Aeschylus (1981) de Francis Bacon, est vendu 88,55m$ lors d’une vente à huis clos retransmise sur Internet. Sotheby’s voit elle-même dans ce nouveau format le futur des ventes aux enchères.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/11/fine-art-sothebys.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/11/artprice-global-index-vs-sothebys-bid.png]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

*Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com : >>>

Artprice Indices: art values are holding up…

2020/12/22 Commentaires fermés

Artprice’s quarterly Global Art Market Index normally shows seasonal fluctuations and, in the longer run, has shown a slight contraction since 2016. In 2020, despite the health crisis, the trend has continued unperturbed without any visible drop.

The Artprice Global Index

Artprice’s latest updated global art price indices (segmented by category, period and country) are available free of charge at: https://imgpublic.artprice.com/pdf/agi.xls?ts=2020-11-17 10:19:15

Don’t hesitate to contact our Econometrics Department for your requirements regarding statistics and personalized studies: econometrics@artprice.com

We would expect to see some sort of latent price correction, but it will probably not become visible until after a return to ‘normal’ trading. In times of crisis, the Art Market slows down its supply by raising the qualitative selectivity of lots offered to avoid disappointments and maintain price levels. This year, the lockdowns took effect before auction houses had time to react, forcing an abrupt halt to transactions and then subsequently slowing their recovery.

The Art Market has its own defense mechanisms”, says thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department. “The real price impact of the health crisis will not be fully visible until the auction market returns to a normal volume of trade (500,000 lots sold at auctions per year) and, above all, until private sales have successfully established enough new channels to offset the absence of major fairs and the closure of so many galleries. For the time being, we are pleased to note that the secondary a rt m arket is finding the necessary resources in terms of the numbers of lots offered, technical solutions and financial liquidity to ensure a decent level of activity.”

Artprice calculates its Global Art Market Indices on the basis of the results obtained at public sales exclusively. However, this segment of the market appears to have adapted more quicky and successfully to lockdown measures: from the beginning of the year to the end of October, global art auction turnover contracted by only -25% versus FY 2019 with the number of lots sold falling only -16%. Auction houses have therefore managed to continue with the bulk of their operations, which is not the case for lots of galleries and art fairs.

Several auction records have also proved that art market prices have by no means been systematically undermined. On the contrary, they have remained relatively robust this year. The sale of Giorgio de Chirico’s painting Il pomeriggio di Arianna (1913) for $15.9 million at Sotheby’s in New York on 29 October 2020 illustrates a market still keen to acquire masterpieces. The sale of Boticelli’s Young Man Holding a Roundel has been postponed until January. Auction houses may be delaying some sales, but they are ensuring the continuity of transactions.

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/11/ARTMARKET-artprice-global-index-Indices-2020-nov.png]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Try our services (free demo): https://www.artprice.com/demo

Subscribe to our services: https://www.artprice.com/subscription

About Artmarket: >>>

Indices Artprice : Les prix de l’Art se maintiennent aux enchères

2020/12/22 Commentaires fermés

Les Indices Globaux du Marché de l’Art (Artprice Global Indexes®), calculés trimestriellement par Artprice, oscillent en fonction des saisons et se tassent lentement depuis 2016. Cette tendance se poursuit en 2020 malgré la crise sanitaire, sans décrochage.

The Artprice Global Index

La dernière mise à jour des indices globaux Artprice est disponible gratuitement (segmentation par catégories, périodes et pays) sur https://imgpublic.artprice.com/pdf/agi.xls?ts=2020-11-17 10:19:15

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

On peut s’attendre à un ajustement des prix latent, mais celui-ci ne pourra être observé qu’après un retour à la normale des échanges. En temps de crise, le Marché de l’Art ralentit l’offre en augmentant la sélectivité des lots pour éviter les déconvenues et maintenir les niveaux de prix. Cette année, le confinement dû à la COVID-19 a devancé la réaction des Maisons de Ventes, en forçant l’arrêt des échanges puis en ralentissant leur reprise.

« Le Marché de l’Art possède ses propres mécanismes de défense », analyse thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice. « Quand il retrouvera un volume d’échanges normal (500 000 lots vendus aux enchères par année mais surtout de nouveaux canaux en ventes privées pour pallier l’absence de grandes foires et la fermeture de trop nombreuses galeries) alors l’impact de la crise sanitaire sera pleinement visible à travers les nouveaux prix. Pour le moment, il est agréable de constater que le Marché de l’Art trouve les ressources nécessaires – en termes de lots proposés, de solutions techniques et de liquidités financières – pour assurer un rythme soutenu en salles de ventes ».

Les Indices Globaux du Marché de l’Art sont en effet calculés par Artprice sur la base des résultats de ventes aux enchères publiques exclusivement. Or, cette partie du Marché est celle qui s’est le mieux adaptée aux mesures de confinement : sur la période 01/01/2020 – 31/10/2020, les ventes aux enchères mondiales enregistrent une baisse de -25 % seulement en termes de produit de ventes par rapport à l’exercice précédent et de -16 % du nombre de lots vendus. Les Maisons de Ventes ont donc trouvé une façon de poursuivre l’essentiel de leurs opérations, ce qui n’est pas le cas de nombreuses galeries et foires.

Plusieurs records ont par ailleurs prouvé que les prix du Marché de l’Art n’étaient pas remis en question de manière systématique mais qu’ils restaient au contraire robustes cette année. La vente à 15,9m$ du tableau Il pomeriggio di Arianna (1913) de Giorgio de Chirico, chez Sotheby’s à New York le 29 octobre 2020, met en lumière un marché toujours à l’affût de chefs-d’oeuvre. Celui de Boticelli, Young Man Holding a Roundel, a été mis à l’écart du marché jusqu’en janvier. Ainsi, les Maisons de Ventes temporisent mais assurent la continuité des échanges.

Image : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/11/ARTMARKET-artprice-global-index-Indices-2020-nov.png]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com >>>

Artprice looks at five ‘positive anomalies’ on the Art Market in 2020

2020/12/15 Commentaires fermés

Thanks to online sales, the major auction houses have found a way to continue to operate and countervail the Covid-19 health crisis. Lockdown forced them to activate the sudden and complete dematerialization of their most prestigious sales and their corresponding catalogs. This development – one that has been a long time coming in the art market – has allowed the bulk of secondary market fine art transactions to go ahead ‘as normal’, which in turn has substantially contributed to bolstering the confidence sellers need to consider consigning their works, and, a number of several quite remarkable performances have already been recorded.

Paolo UCCELLO (1397-1475) – Battle on the banks of a river, probably the battle of the metaurus (207 BCE)

thierry Ehrmann, President and Founder of Artprice:Our econometrics department has identified five types of sales which illustrate the resilience of the art auction market. Each of these ‘positive anomalies’ must be placed in context in order to understand the indefatigable interest of buyers for these works and these artists in such difficult times”.

Contact Artprice’s Econometrics Department for all your questions relating to our statistics and our personalized studies: econometrics@artprice.com

Record turnover figures…

Banksy’s market is showing extraordinary resilience in the face of the crisis: his works have already generated a record annual auction turnover totalling $42.8 million so far this year. Six of his 10 best-ever auction results have been hammered in the past 10 months; and some 550 other works have changed hands in auction rooms around the world.

With the successful sale of his masterpiece Complements (2004-2007), Brice Marden has also posted a record performance at auction despite the health crisis. At 82, he is one of the top 10 most successful living artists by auction turnover.

The sudden infatuation of collectors (that began in 2019) for the work of 43-year-old American painter Eddie Martinez has continued unabated this year with 53 works already sold at auction, including five at over half a million dollars. Demand for his work has clearly been resistant to the health crisis in the USA and to the political and economic crises that have come in its wake.

The strongest price rise…

The name of Matthew Wong burst onto the international art scene on 30 June 2020 when Sotheby’s chose to start its first major New York session of the year, 100% online, with a canvas by this relatively little-known Canadian artist.

Matthew Wong’s career began in Asia in 2014, a few months after graduating from the Hong Kong School of Creative Media. His notoriety culminated in 2019 with a solo show at Massimo de Carlo in Hong Kong (January – March 2019) and then at the Karma gallery in New York (November 2019 – January 2020). Unfortunately the artist committed suicide a few weeks before his American exhibition.

The Realm of Appearance (2018) – an oil on canvas estimated by Sotheby’s at $60,000 – $80,000 – fetched a stunning result of $1,820,000 on 30 June 2020. This remarkable record was confirmed on 7 October when Christie’s sold Matthew Wong’s Shangri-La (2017) for $4,470,000.

The most constant gain (% wise)…

Acquired at Sotheby’s in New York in 2011 for $10,000, Yayoi Kusama’s acrylic on canvas Season Cherry (1978) resold on 16 July 2020 for $106,250 (in the same auction room). The initial investment therefore generated +30% per year on average, over nine years…

The sharp rise in value of this painting perfectly illustrates the evolution of Yayoi Kusama’s prices. According to Artprice auction market data, $100 invested in January 2011 in paintings by the Japanese artist is worth an average of $926 today. Note that the value of Yayoi Kusama’s paintings has grown faster than that of the rest of her work over the past decade.

The rarest work…

Works by the Florentine painter Paolo Uccello are extremely rare at auction. But one of the best works still in private hands was nevertheless consigned this summer after spending 62 years in the same family.

Sotheby’s included the piece in the ultra-prestigious sale Rembrandt to Richter on 28 July 2020 in London. Made in the fifteenth century in Tuscany, the painting was placed between a work on paper by Jean-Michel Basquiat and acrylic on muslin by Keith Haring, both dated from the early 1980s.

The three million dollars fetched by Uccello’s Battle on the Banks of a River far exceeded the expectations of the owner, who had decided to part with this masterpiece at a particularly delicate moment on the art market.

The fastest flip…

In the space of one year, Genieve Figgis’s painting Ladies in the Grass (2015) has been auctioned twice. Acquired for $18,750 in July 2019 at Christie’s in New York, the work was sold for $242,000 on 11 July 2020 at Christie’s in Hong Kong.

French gallery owner Almine Rech discovered Genieve Figgis through Richard Prince, who says he spotted her on Twitter. This new form of Bad Painting, supported by two of the biggest players in the Art Market, has found equal success in Hong Kong, London and New York. The three major capitals of the Contemporary Art Market are in direct competition for paintings by the Irish painter and rapidly escalating her prices.

Image : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/10/Paolo-UCCELLO-Battle-on-the-banks-of-a-river.jpg]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Try our services (free demo): https://www.artprice.com/artist/15079/wassily-kandinsky

Subscribe to our services: https://www.artprice.com/subscription

About Artmarket >>>

Artprice analyse cinq ‘ anomalies positives ‘ sur le Marché de l’Art en 2020

2020/12/15 Commentaires fermés

Grâce aux ventes en ligne, les Maisons de Ventes ont trouvé le moyen de traverser la crise sanitaire en poursuivant leurs activités. Le confinement les a forcées à opérer la dématérialisation soudaine et complète de leurs catalogues et de leurs plus belles sessions. Cette évolution, longtemps attendue sur le Marché de l’Art, a permis d’assurer l’essentiel des échanges et de préserver la confiance des vendeurs. Plusieurs performances tout à fait remarquables ont même pu être enregistrées.

Paolo UCCELLO (1397-1475) – Battle on the banks of a river, probably the battle of the metaurus (207 BCE)

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artprice : « Notre département d’économétrie a identifié cinq types de ventes qui attestent de la résistance du Marché de l’Art aux enchères. Il faut replacer chacune de ces « anomalies positives » dans son contexte pour comprendre l’intérêt inaltérable des acheteurs pour ces pièces et ces artistes, en des temps aussi compliqués ».

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

Produits de ventes records

Le marché de Banksy affiche une résilience extraordinaire face à la crise : ses œuvres totalisent déjà le montant record de 42,8m$ cette année aux enchères. Six de ses 10 plus belles adjudications ont été frappées au cours des 10 derniers mois ; et quelques 550 autres œuvres ont été échangées en salles des ventes.

Avec la vente réussie de son chef-d’oeuvre Complements (2004-2007), Brice Marden enregistre également une performance record aux enchères malgré la crise sanitaire. À 82 ans, il entre parmi les 10 artistes vivants les plus performants du Marché de l’Art.

Eddie Martinez compte pour sa part 53 œuvres vendues aux enchères en 2020, dont cinq supérieures à un demi-million de dollars. Le brusque engouement des collectionneurs commencé en 2019 pour ce peintre américain de 43 ans n’a pas été stoppé ou même ralenti par la crise sanitaire, politique et économique. Tout au contraire.

La plus belle envolée de prix

Le nom de Matthew Wong a fait irruption sur la scène internationale le 30 juin 2020, quand Sotheby’s a choisi d’entamer sa première grande session new-yorkaise de l’année, 100 % en ligne, avec une toile de cet artiste canadien relativement peu connu.

La carrière de Matthew Wong a commencé en Asie en 2014, quelques mois après avoir été diplômé de la Hong Kong School of Creative Media. Sa notoriété a culminé en 2019, avec un solo show chez Massimo de Carlo à Hong Kong (janvier – mars 2019) puis à la galerie Karma à New York (novembre 2019 – janvier 2020). Malheureusement l’artiste a mis fin à ses jours, quelques semaines avant son exposition américaine.

The Realm of Appearance (2018), une huile sur toile estimée entre 60 000$ et 80 000$ par Sotheby’s, a finalement atteint 1 820 000$ le 30 juin 2020. Ce record fracassant a été confirmé le 7 octobre chez Christie’s par la vente de Shangri-La (2017) de Matthew Wong, pour 4 470 000$.

L’opération financière la plus solide

Acquise chez Sotheby’s à New York en 2011 pour 10 000$, l’acrylique sur toile Season Cherry (1978) de Yayoi Kusama a été revendue ce 16 juillet 2020 pour 106 250$ (dans la même salle de ventes). Cet investissement a ainsi rapporté +30 % par an de moyenne pendant neuf ans.

La formidable prise de valeur de cette toile est représentative de l’évolution des prix de Yayoi Kusama, comme le révèle l’indice Artprice : 100$ investis en janvier 2011 dans les peintures de l’artiste japonnaise valent en moyenne 926$ aujourd’hui. À noter que la valeur des peintures de Yayoi Kusama a progressé plus vite que celle du reste de son œuvre au cours de la dernière décennie.

L’œuvre la plus rare

L’œuvre du peintre florentin Ucello est rarissime aux enchères. Mais l’une des plus belles pièces encore entre des mains privées a pourtant été relâchée cet été, après avoir passé 62 ans dans la même famille.

Sotheby’s avait inclus cette pièce dans le catalogue ultra prestigieux Rembrandt to Richter, du 28 juillet 2020 à Londres. Réalisé au XVème siècle en Toscane, le tableau a été placé par Sotheby’s entre une œuvre sur papier de Jean-Michel Basquiat et une acrylique sur mousseline de Keith Haring, toutes deux datées du début des années 1980.

Les trois millions de dollars atteints par Battle on the banks of a river ont largement dépassé les attentes du propriétaire qui avait décidé de se séparer de ce chef-d’oeuvre à un moment très délicat sur le Marché de l’Art.

Le retour en salle des ventes le plus rapide

En l’espace d’un an, la toile Laddies in the grass (2015) de Geneviève Figgis a été vendue deux fois aux enchères. Acquise pour 18 750$ en juillet 2019 chez Christie’s à New York, l’oeuvre a été revendue pour 242 000$ ce 11 juillet 2020, chez Christie’s toujours, mais à Hong Kong.

La galeriste française Almine Rech a découvert Geneviève Figgis par l’intermédiaire de Richard Prince qui dit l’avoir lui même repérée sur Twitter. Cette nouvelle forme de Bad Painting, soutenue par deux des plus grands acteurs du Marché de l’Art, trouve un même succès à Hong Kong, Londres et New York. Les trois grandes capitales du Marché de l’Art Contemporain se trouvent en compétition directe pour les toiles de Geneviève Figgis et font grimper ses prix.

Image : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/10/Paolo-UCCELLO-Battle-on-the-banks-of-a-river.jpg]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste gratuit :
https://fr.artprice.com/artiste/15079/wassily-kandinsky

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket >>>

Artprice: Sotheby’s has its largest lead over Christie’s in 15 years

2020/12/09 Commentaires fermés

The world’s two leading auction houses have historically moved neck and neck, but online sales have allowed Sotheby’s to gain a substantial advance over its rival. For the first 11 months of 2020, Sotheby’s, now headed by Patrick Drahi, has a turnover lead of +40%. Such a wide gap hasn’t been seen since 2004.

Global turnover from fine art – Sotheby’s vs. Christie’s
[1 January 2000 – 30 November 2020]

The global supremacy of Sotheby’s and Christie’s on the international art market should not make us forget that the two houses only handle 6% of the fine art lots offered at auction” recalls thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department. “The two houses have however acquired a virtual monopoly on results above $20 million in the West. Their rivalry is historic and has been reflected in the closely correlated development of their respective revenues over the past 30 years ”.

A correlation that raised eyebrows…

The year 2000 was marked by the end of an ‘agreement’ between the two companies, accused by their customers of having engaged in “unfair commercial practices” by illicitly harmonising their buyers’ fees. They both agreed to pay $256 million each to avoid a damaging trial and Sotheby’s separated from its CEO at the time, Alfred Taubman.

Despite this ‘agreement not to agree’, the operating incomes of the two companies continued to progress along very similar curves – although completely independently due to the ‘warning’ in 2000 – for another three years.

Sotheby’s turnover rose 56% in 2004

Sotheby’s 2004 turnover was not only boosted by fetching the very first fine art result above the $100 million threshold (for Pablo Picasso’s Garçon à la pipe (1905)), but also by hammering 9 of the 10 best fine art results of the year. This resulted in a global turnover figure 1.5 times higher than Christie’s, despite a slightly lower number of sales.

  • Sotheby’s in 2004: $1.86 billion with 19,950 fine art lots sold in 11 countries
  • Christie’s in 2004: $ 1.19 billion with 21,570 fine art lots sold in 9 countries

Christie’s regained the lead for six years…

Between 2013 and 2018 François Pinault’s firm managed to beat Sotheby’s annual total for six consecutive years. Sotheby’s reacted with a series of strategic shifts including stepping up its price guarantee policy and dropping buyer fees on online sales. However, the NYSE-listed company seemed to be gradually falling behind.

Then, as rumours circulated about a possible takeover by the Chinese insurer Taikang (its largest shareholder and owner of Poly Auction), Sotheby’s was acquired by Patrick Drahi, a Franco-Israeli telecoms tycoon. The Covid-19 pandemic was bad news for business for everyone, but Sotheby’s was the quickest to react by intensifying its Online Only sales and by setting up exceptional closed-door sessions.

The editorial in Le Monde of Friday 4 December 2020 summed it up perfectly: “Like a time-machine, the health crisis seems resembles a medieval phenomenon, but in many respects it has projected us into the future. Expert predictions about the development of a ‘dematerialized society’ […] often gave 2025 as their horizon, but a lot of these predictions have come to pass in less than a year”.

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/12/Sothebys-vs-Christies.png]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket: >>>

Artprice : Sotheby’s possède sa plus large avance sur Christie’s depuis 15 ans

2020/12/09 Commentaires fermés

Les deux premières Maisons de Ventes de la planète évoluent historiquement au coude-à-coude, mais les ventes en ligne ont permis à Sotheby’s de se démarquer de sa rivale. Sur les 11 premiers mois de l’année 2020, la Maison de Ventes de Patrick Drahi compte une avance de +40 % en termes de produit de ventes. Une telle démarcation n’a plus été enregistrée depuis 2004.

Produit des ventes de Fine Art dans le monde – Sotheby’s vs. Christie’s
[1 janvier 2000 – 30 novembre 2020]

« La suprématie de Sotheby’s et de Christie’s à l’échelle internationale ne doit pas faire oublier que les deux maisons ne distillent que 6 % des lots fine art aux enchères », rappelle thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice. « Les deux maisons ont cependant acquis un quasi monopole des ventes à plus de 20 millions de dollars en Occident. Leur rivalité est historique et transparaît dans l’évolution, étroitement corrélée, de leur chiffre d’affaires sur les 30 dernières années ».

Une corrélation un peu trop forte

L’année 2000 est marquée par la fin de l’entente entre les deux grandes maisons, accusées par leurs clients d’avoir exercé « des pratiques commerciales illégales » en fixant ensemble leurs frais acheteurs. Les deux maisons acceptent de payer 256 m$ chacune pour éviter un mauvais procès et Sotheby’s se sépare de son Président Alfred Taubman.

Malgré cette séparation, les opérations des deux sociétés continuent de progresser de manière très proche, bien que tout à fait indépendante eu égard à l’avertissement de 2000, pendant encore trois ans.

+56 % de CA pour Sotheby’s en 2004

Sotheby’s réalise un exercice 2004 exceptionnel, non seulement en adjugeant la toute première œuvre au-delà de 100 m$ (Garçon à la pipe (1905) de Pablo Picasso) mais aussi en cumulant 9 des 10 plus belles ventes de l’année. Son produit de ventes est alors 1,5 fois plus important que celui de Christie’s, malgré un nombre de ventes un peu moins intense.

  • Sotheby’s en 2004 : 1,86 Mrd$ avec 19 950 lots fine art vendus dans 11 pays
  • Christie’s en 2004 : 1,19 Mrd$ avec 21 570 lots fine art vendus dans 9 pays

Avantage Christie’s entre 2013 et 2018

La Maison de Ventes détenue par François Pinault réalise six exercices consécutifs supérieurs à sa rivale. Sotheby’s multiplie les réorganisations stratégiques, à l’instar de sa politique de garanties de ventes ou de frais acheteurs sur les ventes en ligne. La société cotée au New York Stock Exchange semble se laisser peu à peu distancer.

Mais alors que les rumeurs évoquent une possible prise de contrôle par l’assureur chinois Taikang (son principal actionnaire et propriétaire de la Maison de Ventes Poly Auction), Sotheby’s est acquise par Patrick Drahi, le magnat des télécoms franco-israélien. La pandémie de Covid-19 n’a fait les affaires de personne mais Sotheby’s été la plus prompte à réagir, en multipliant les ventes Online Only et en imaginant des sessions exceptionnelles à huis clos.

L’édito du journal Le Monde du vendredi 04 décembre 2020 donne le mot de la fin : « Comme une machine à voyager dans le temps, la crise sanitaire, venue du fond des âges, nous a, à bien des égards, projetés dans le futur. Les projections des experts sur le développement de la société dématérialisée […] qui prenaient l’année 2025 comme horizon, se sont concrétisées en moins d’un an. »

Image : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2020/12/Sothebys-vs-Christies.png]

Copyright 1987-2020 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com : >>>

Artprice présente le classement n°19 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2020/12/04 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice Leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°19 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (1er décembre 2020 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/