Archive

Archive for février 2022

Artmarket.com beats its 4Q target with a 39% jump in turnover, and reaches 61% for the year 2021; Art NFTs and Web3 are at the heart of Artprice’s growth plan for 2022.

2022/02/22 Commentaires fermés

For the period 2022-2025, Artprice by Artmarket intends to be at the heart of the Web3, NFT, cryptocurrency and the Metaverse revolution.

To understand the notion of Web3, a simple phrase: “Before, the world was on the Internet. With Web3, the world is in the Internet”.

Artprice Metaverse

© ‘Alchemical Fractal 1’ (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.

IMG-1976

Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

artprice-nft.com

artprice-nft.com

Regrettably the COVID-19 pandemic is entering its third year. But it has accelerated the movement towards dependence on the Internet. Nowadays a very significant portion of global GDP is generated via the Internet.

According to the French economics newspaper, Les Echos, global sales on the Internet represented $26.7 trillion in 2019, with an expected increase for 2021 of +44% according to UNCTAD, to around $38.45 trillion. For Artprice by Artmarket, world leader in art market information, this level of growth represents a guarantee of at least double-digit growth.

To achieve four-digit growth, Artmarket.com must take responsibility for the standardization and certification of Art NFT marketplaces.

As indicated in its previous press releases, during the second half of 2021, Artmarket.com decided to use its history and its deep knowledge of the world of encryption, cryptocurrencies and NFTs to meet and scrutinize most of the credible players on Art NFTs market.

Meanwhile, Artprice by Artmarket’s constant monitoring of legislation, mainly in the USA, but also in Europe, India and Asia, has revealed that most legal frameworks have indeed already made provisions for the existence of cryptocurrencies.

Two main lines emerge. On the one hand, the entry and exit doors will be the Exchange Platforms (Binance, Coin Base Exchange, FTX, Kraken etc.), some of which are already listed on the stock exchange. These exchange platforms will identify incoming and outgoing flows of scriptural currencies converted into cryptocurrencies and vice versa. On the other hand, a 30% tax now seems to be the subject of a global consensus among the major economic powers.

Claire Balva, co-founder of Blockchain Partner and Director of Blockchain & Cryptos at KPMG summarized the rapidly emerging reality well when she said on BFM Business in January 2022: ‘Today it is becoming more risky [for groups] not to go into crypto than to get into it’. For information, Feb 07, 2022, KPMG in Canada adds Bitcoin and Ethereum to its corporate treasury. (Source CISION: https://www.newswire.ca/news-releases/kpmg-in-canada-adds-bitcoin-and-ethereum-to-its-corporate-treasury-851778842.html)

As world leader in art market information, Artprice by Artmarket understood the necessity of scrutinizing the major players in the Art NFT market. It has concluded that all the major players, whether primary (galleries) or secondary operators (Christie’s, Sotheby’s, Phillips, Bonhams, etc.), as well as museums and cultural bodies consider that there will be an extremely rapid extension of the art market to NFTs.

The first major problem is a lack of classification of Art NFTs on marketplaces. In response to this problem, Artprice plans the rapid deployment of a standardized classification linked to its databases, which are authoritative throughout the art world.

thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: ‘The disruptive NFT technology escapes the standard segmentation of the a rt m arket, organized by period, by medium, by movement, etc. Extremely inventive, the NFT sphere has fragmented into numerous intermingling paths ; but Artprice is working on how to better inform players in this market about what is exchanged and what creates value: a clear and objective way of presenting information relating to NFTs (origin, edition, supply, demand, use, etc.), necessary to reassure the market’.

As a result of its analyses and discussions, Artprice by Artmarket very quickly isolated a second major problem, which affects all the major Art NFT platforms like OpenSea, Rarible, LooksRare, Nifty Gateway, Superare, etc.

Take for example the global leader OpenSea, which handled 90% of the exchanges of NFTs traded in January 2022, posting a turnover of $5.517 billion on a global NFT market for the month of January 2022 at an all-time high of $6.13 billion (according to The Block Data Dashboard). The company recently declared that 80% of the Art NFTs minted on its platform were likely to undermine the intellectual property rights of certain third parties. OpenSea has therefore announced that it is studying solutions to stop this type of activity in order to provide better protection for buyers and sellers.

Artprice by Artmarket, however, because it is the world leader in art market information with proprietary databases constructed over 25 years, and because it has global authority with the largest documentary collection in the world (notes, manuscripts and sales catalogs since 1700) guaranteeing the authenticity and historical veracity of its databases, believes it is precisely in the arena of primary issue Art NFTs that it can make a genuine contribution to the continuity and growth of this market and achieve an extremely substantial turnover and profit at the same time. Indeed, taking into account all the underlying market parameters and data, Artprice by Artmarket is the only player on the global market genuinely able to manage the certification of primary issue Art NFTs.

Through its reliability and its undisputed reputation within the art market, Artprice has the full capacity to become the ‘Oracle’ (source of reliable information that allows variables from the real world to be integrated into smart contracts) in Artmarket.com’s blockchain.

The core of Artprice’s legitimacy as an Oracle is based on its centralisation of key auction data from 6,300 auction houses around the world.

In Web3 communities, the Oracle must be based on hundreds of different sources, which is exactly the status of Artprice, with its 6,300 public sources.

As an Oracle, Artprice will allow key data from its databases to be added to smart contracts. This data would include auction results, historical data, indices and econometric data regarding the artist and his/her works, regarding the traceability of works, standardized technical data, prices in updated currencies, original language used, etc..

As an Oracle input, Artprice’s data will serve as the market’s primary reference and authority. In other words, the ‘smart contract’ will be triggered, or not, depending on information provided by Artprice.

As Artprice has played a key role in the art market providing reliable and indispensable information for 25 years, there is no doubt that OpenSea, Rarible, LooksRare, Nifty Gateway and Superare, to name but a few, are among the NFT platforms that would immediately and fully benefit from an industrial collaboration with Artmarket.com.

Regarding its own capacity to issue Art NFTs, Artmarket.com has identified several companies in the world that could accelerate and secure its legitimacy in the primary issuance of Art NFTs.

In this context, Artprice by Artmarket is notably in discussion with the company Logion.network https://logion.network/ whose legal protection offers a global public blockchain, operated by a decentralized network of lawyers, offering legal protection for all digital assets and digital transactions. The Logion Blockchain offers digital asset escrow, the issuance of certificates, the protection and confidentiality of critical data and, of course, evidence that is time-stamped by a Ministerial Officer.

At the meeting with Elie Auvray, co-President and co-Founder of Logion, thierry Ehrmann, CEO of Artmarket.com and Founder of Artprice, reminded Logion’s co-President that in the 1990s Server Group and Artprice created the European Judicial Server (now a 100% subsidiary of Artmarket.com) which developed a similar decentralized legal network on a European scale (but not worldwide) using the X25 computer protocol.

In addition, Artprice by Artmarket plans to create two subsidiaries, one with a European leader in digitization, providing quality advice and appropriate tools such as GIS (geographic information systems), design software, photogrammetry, cartography, drone, LIDAR, etc.

Artprice by Artmarket’s R&D has also been working on non-intrusive interfaces in order to enhance its mastery of augmented and virtual realities (AR and VR). Artprice has of course once again attended the annual Consumer Electronics Show (CES) where it took a long look at Samsung’s QLED 4K digital frames (The Fram e) allowing the display of works of art like real paintings and which are already present in certain major museums. Artprice is considering a deal with Samsung because The Frame is the perfect embodiment of digital Art NFTs for collectors, with a very affordable end-user price.

The enthusiasm for Art NFTs is so strong that the first museum entirely devoted to them will be opening its doors in early February, the Seattle NFT Museum (SNFTM). In 2022/2023, we are expecting to see around 30 museums and contemporary art centers dedicated exclusively to NFTs on all 5 continents.

The second planned subsidiary, which will be created by Artprice Inc. USA with governance tokens and a specific DAO, is described in the paragraphs below: “New risks identified for 2022, in accordance with the recommendations of the AMF (France ‘s Financial Markets Authority)

Artmarket.com is therefore studying each proposal (joint venture, capital investment, merger/acquisition, etc.) and will only give its approval if these proposals make good economic sense and perpetuate its ethics, namely, to enhance the information available on the art market as well as its overall transparency.

As regards the various legislative frameworks in force in France and Europe, Artmarket.com is studying the possibility of registering with the AMF as a digital asset service provider (DASP) with a view to its future quality as a FinTech company. At the same time, careful and constant monitoring of American and European legislation will allow Artmarket.com and its American subsidiary to make the best choices as a future FinTech.

Lastly, the ultimate democratization of Art NFTs for the general public involves cryptocurrencies, which are now being linked to major credit card issuers such as Visa (source: CNBC).

Visa’s CFO, Vasant Prabhu, expressed his optimism about the development in an interview with CNBC. ‘To us, this (the fact that customers made $2.5 billion in payments with its crypto-linked cards in its fiscal first quarter of 2022) signals that consumers see utility in having a Visa card linked to an account at a crypto platform. There’s value in being able to access that liquidity, to fund purchases and manage expenses, and to do so instantly and seamlessly…’.

Crypto-linked cards allow customers to spend cryptocurrencies (aka cry) anywhere Visa is accepted, without merchants having to familiarize themselves with the asset class. They receive real money transactions like typical Visa transactions, while the payment processor handles the conversions in the background.

New risks identified for 2022, in accordance with the recommendations of the AMF (France’s Financial Markets Authority)

In accordance with the recommendations of the AMF (France’s Financial Markets Authority), and, specifically, with regard to the universal registration document (EU regulation 2017/1129), the issuing company must declare and continually update the potential risk factors.

The presentation of risks is the fruit of regular and proactive analyses within the framework of a formal and concerted risk management policy.

The future of Artmarket.com is in the Web3 sphere (NFTs, cryptocurrencies, the metaverse).

Given its strategy, Artmarket.com is therefore obliged to warn the market and its shareholders of the risk associated with the value fluctuations of cryptocurrencies, notably Ethereum (ETH), the most widely used cryptocurrency in the field of Art NFTs (with its dedicated smart contracts), and, to a lesser extent, Bitcoin (BTC).

Artmarket.com and its Artprice department will channel most of its R&D, operations and marketing of its NFT Standardized Marketplace through a subsidiary 100% owned by Artmarket.com, and probably through its 100%-owned American subsidiary: Artprice Inc. As such, Artmarket.com informs its shareholders and the financial markets that there is an identified risk that the Artmarket.com share, in the eyes of fund managers, mostly Anglo-American will be closely indexed to the value of the Ethereum (ETH) and secondarily to that of the Bitcoin (BTC).

A technical analysis over the last three months (from 9 November 2021 to 9 February 2022) using a moving average confirms a constantly strong correlation between the stock market prices of Artmarket.com and that of Ethereum, and to a lesser extent, those of Bitcoin and other major cryptocurrencies. The « Triple Halving » effect of Ethereum in particular can strongly influence the price (accretive effect).


Indeed, most of the development of Artprice by Artmarket’s Standardized NFT Marketplace provides for a proprietary smart contract within the Ethereum blockchain, and notably through its future version, Serenity, that will allow all or part of the current mining process to be switched from Proof-of-Work to Proof-of-Stake mining in order to limit energy consumption, or stay with traditional carbon-free mining.

Artmarket.com wishes to point out that, to date, there is not yet a specific cryptocurrency for the group, but that its work groups, after intense reflection, projected different scenarios where French and/or European legislators and/or American legislators would start building workable legislative frameworks for a crypto-culture which already has a relatively long history and is currently practised by more than a billion people around the world.

The development and implementation of these frameworks (i.e. the legal adjustment to an existing reality) is a process seen repeatedly throughout history, particularly in the fields of economics and science during the 20th century.

Artmarket.com’s global strategy has long included the creation of a specific cryptocurrency for the art market after regulatory approvals, as demonstrated by the filing date of the DNS artpricecoin.com (.net .org, etc. and its corresponding names).

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/11/image1-artprice-metaverse-thierry-ehrmann-organ-museum-800.jpg]
[https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/50015697223]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/11/image2-artprice-NFT-bill.jpg]

Copyright 1987-2022 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com pulvérise son objectif au 4T avec un bond de 39% de son CA et de 61% sur 2021, les NFTs d’art et le Web3 au coeur du développement d’Artprice pour 2022.

2022/02/16 Commentaires fermés
Chiffre d’affaires en K€*4T20214T2020Variation en %
Internet 2 726 2 535 +8 %
Indices et prestations7275 -4 %
Total CA 4ème trimestre 2021 2 798 2 610 +7 %
Variation des produits constatés d’avance du trimestre*838  
Total CA 4ème trimestre 2021 3 636 2 610+39 %
Chiffre d’affaires en K€*2021*2020Variation en %
Internet 7 879 7 540 +4 %
Indices et prestations474257+84 %
Total CA annuel 2021 8 353 7 797 +7 %
Variation des produits constatés d’avance de l’exercice* 4 173  
Total CA 2021 consolidé12 5267 797+61 %

*Passage aux nouvelles normes comptables IFRS, pour l’enregistrement du chiffre d’affaires Internet depuis le 30/06/2021. Voir : « Artmarket.com : Rapport financier S1 2021, les capitaux propres bondissent de +49% passant de 19,8 millions d’euros à 29,5 millions d’euros, RN à +78,50 % ».

Comme annoncé précédemment, Artmarket.com est confortée par son chiffre d’affaires T4 2021 de +39 % et un record de CA pour l’année 2021, avec +61%, suite au passage aux nouvelles normes IFRS. Voir « Artmarket.com : Rapport financier S1 2021, les capitaux propres bondissent de +49% passant de 19,8 millions d’euros à 29,5 millions d’euros, RN à +78,50 % ».

Dans ses événements futurs, pour 2022-2025, Artprice by Artmarket est au cœur de la révolution du Web3, des NFTs, des cryptomonnaies et du Métavers.

Pour comprendre le Web3, une phrase simple résume tout :
« Le monde était sur Internet. Avec le Web3, le monde est dans Internet ».

Artprice Metaverse
© ‘Alchemical Fractal 1’ (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos
https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/albums/72157714573284962

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos
Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

artprice-nft.com

artprice-nft.com

Pour autant, la pandémie de COVID-19, qui attaque sa troisième année, a accéléré un changement de paradigme où désormais une grande part du PIB mondial est dématérialisé sur Internet.

Au niveau mondial, les ventes sur Internet représentent 26 700 milliards$ en 2019, selon les Echos, avec une progression attendue pour 2021 de +44 % selon la CNUCED soit 38 448 milliards$, ce qui représente une garantie de croissance à double chiffre pour Artprice by Artmarket en tant que Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art.

Pour arriver à une croissance à quatre chiffres, il faut impérativement qu’Artmarket.com s’empare de la normalisation et la certification des places de marché NFTs d’art.

Comme ses précédents communiqués l’indiquent, Artmarket.com, de par son historique et sa parfaite connaissance du monde du chiffrements, des cryptos et des NFTs, a, durant le second semestre 2021 audité et rencontré la majeure partie des acteurs crédibles sur le marché des NFTs d’art. Une surveillance constante des législations aux USA principalement mais aussi en Europe, en Inde, en Asie, montre que le législateur a déjà absorbé la révolution des cryptomonnaies dans son quotidien.

Deux grandes lignes se dégagent. D’une part, les portes d’entrée et de sorties seront les plateformes d’Exchanges (Binance, Coin Base Exchange, FTX, Kraken etc.), dont certaines sont déjà cotées en bourse. Ces plateformes d’Exchanges permettront d’identifier les flux entrants et sortants de monnaies scripturales converties en cryptomonnaies et vice versa. D’autre part, une taxation de 30 % semble être désormais l’objet d’un consensus mondial des grandes puissances économiques.

L’intervention de Claire Balva, co-fondatrice Blockchain Partner et Directrice Blockchain & Cryptos chez KPMG résume bien la situation. En effet, elle déclarait sur BFM Business en Janvier 2022 : « Aujourd’hui cela devient plus risqué [pour les groupes] de ne pas aller dans la crypto que de s’y lancer ». Pour information, le 7 février 2022 KPMG Canada ajoute Bitcoin et Ethereum à sa trésorerie d’entreprise (Source CISION : https://www.newswire.ca/fr/news-releases/kpmg-au-canada-dote-sa-tresorerie-de-cryptodevises-bitcoin-et-ethereum-805992470.html)

Cette démarche d’audit et d’échanges a été nécessaire pour Artprice by Artmarket, en tant que Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art. Elle constate que tous les acteurs majeurs du Marché de l’Art, primaire (galeries) ou secondaire (Christie’s, Sotheby’s, Phillips, Bonhams, …) ainsi que les institutionnels, considèrent comme inéluctable la migration foudroyante du Marché de l’Art vers les NFTs.

Un premier problème majeur a été identifié par l’absence de classification des NFTs d’art sur les marketplaces. À ce problème, Artprice prévoit un déploiement rapide pour une classification normalisée reliée à ses bases de données qui font autorité dans le monde de l’Art.

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « La technologie disruptive NFT échappe à la segmentation habituelle du Marché de l’Art, organisée par période, par médium, par mouvement, etc. Extrêmement inventif, le marché des NFTs s’engouffre dans de nombreuses voies qui se mélangent mais Artprice travaille sur la façon d’informer au mieux les acteurs de ce marché, à la fois sur ce qui s’échange et ce qui crée de la valeur : une façon claire et objective de présenter l’information relative aux NFTs (origine, édition, offre, demande, utilisation, etc.), nécessaire pour rassurer le marché ».

Artprice by Artmarket, au terme de toutes ses auditions et rencontres, a très vite isolé le deuxième problème majeur qui frappe toutes les grandes plateformes NFTs d’art comme par exemple OpenSea, Rarible, LooksRare, Nifty Gateway, Superare …

En effet, en partant sur l’exemple du Leader mondial OpenSea, qui réalise 90 % des échanges de jetons non fongibles (NFT) en janvier 2022, il affiche un chiffre d’affaires de 5,517 milliards$ sur un marché global des NFTs pour le seul mois de janvier 2022 à un niveau record de 6,13 milliards de dollars, selon The Block Data Dashboard. Cependant, OpenSea déclare lui-même que 80 % des émissions primaires de NFTs d’art sont susceptibles d’affecter des droits de propriété intellectuelle de tiers. Face à ce constat, Opensea a annoncé réfléchir à des solutions pour contrer ce fléau, et protéger les vendeurs et acheteurs.

C’est précisément dans l’émission primaire de NFTs d’art qu’Artprice by Artmarket peut réaliser un chiffre d’affaires et un bénéfice extrêmement conséquents car elle est la seule sur le marché mondial, en prenant compte de tous les paramètres et données sous-jacents, à pouvoir véritablement répondre à la certification des émissions primaires des NFTs d’art, en tant que Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art et auteur depuis 25 ans de ses banques de données, qui font autorité dans le monde entier avec le plus grand fonds documentaire au monde de notes, manuscrits et catalogues de ventes depuis 1700, qui cautionne l’authenticité et la preuve historique de ses banques de données.

Par sa fiabilité et sa réputation incontestée dans le Marché de l’Art, Artprice a la pleine capacité à devenir ainsi « l’Oracle » (source d’informations fiables qui permet d’intégrer des variables issues du monde réel, dans des contrats intelligents) dans la Blockchain d’Artmarket.com.

La légitimité d’Artprice en tant qu’Oracle se fonde sur la collecte auprès de 6300 Maisons de Ventes dans le monde, qui lui transmettent les données des résultats d’adjudications de ventes publiques.

Pour rappel, dans les communautés du web 3.0, il est indispensable que l’Oracle fasse appel à des centaines de sources publiques, ce qui est exactement le statut d’ Artprice et de ses 6300 sources publiques.

Artprice, en tant qu’Oracle, permettra d’ajouter les data de ses banques de données : résultats d’adjudications de ventes publiques ; données historiques, indicielles et économétriques de l’artiste et de ses œuvres ; traçabilité des œuvres, données normalisées, prix en devises réactualisées, utilisation linguistique d’origine, etc.

Les data d’Artprice, en tant qu’Oracle entrant, font office d’autorité et de vérité. En fonction des informations fournies par Artprice, le « smart contract » se déclenchera ou non.

Nul doute qu’Opensea, Rarible, LooksRare, Nifty Gateway ou SuperRare, pour ne citer qu’elles, sont parmi les plateformes NFTs qui peuvent bénéficier immédiatement et pleinement d’une collaboration industrielle avec Artmarket.com, cette dernière apportant une caution incontestable et incontournable dans le monde depuis 25 ans sur le Marché de l’Art.

Artmarket.com a notamment identifié quelques sociétés dans le monde susceptibles d’accélérer et de sécuriser son imprimatur dans l’émission primaire des NFTs d’art.

Dans ce cadre, elle est notamment en discussion avec la société Logion.network https://logion.network/ , dont la protection juridique offre une Blockchain publique mondiale opérée par un réseau décentralisé de juristes qui offre une protection juridique pour tous les actifs numériques et transactions numériques. La Blockchain Logion propose les séquestres des actifs numériques, l’émission de certificats, la protection et la confidentialité des données critiques et bien évidemment la preuve horodatée par Officier Ministériel.

Une rencontre entre Elie Auvray, co-Président et co-Fondateur de Logion, et thierry Ehrmann, Président d’Artmarket.com et Fondateur d’Artprice, a libéré une parole qui a résonné en écho dans le Groupe Serveur et Artprice by Artmarket, dont le Serveur Judiciaire Européen, filiale désormais à 100 % d’Artmarket.com, a bâti un réseau similaire, à échelle européenne (et non mondiale), dans le protocole informatique X25 dans les années 90.

Par ailleurs, Artprice by Artmarket prévoit la création de deux filiales dont l’une avec un leader européen de la numérisation, apportant un conseil de qualité et des outils adaptés tels que SIG (systèmes d’informations géographiques), logiciels de conception, photogrammétrie, cartographie, drone, lidar…

La R&D d’Artprice by Artmarket travaille sur des interfaces non intrusives, pour pénétrer dans l’AR et le VR. Artprice a bien sûr retrouvé son rendez-vous annuel avec le Consumer Electronics Show (CES) où elle s’est longuement intéressée à The Frame de Samsung, dont les cadres numériques QLED 4K affichent les œuvres d’art comme de véritables tableaux, qui sont déjà présents dans de grandes structures muséales. Artprice étudie un accord avec Samsung car The Frame est l’incarnation parfaite des NFTs d’art numériques pour les collectionneurs, avec un prix end-user très abordable.

L’engouement pour les NFTs d’art est tel qu’un premier musée entièrement consacré aux NFTs d’art ouvre ses portes début février à Seattle : The Seattle NFT Museum (SNFTM). En 2022/2023, une trentaine de musées et centres d’art contemporain dédiés exclusivement aux NFTs sont attendus sur les 5 continents.

La seconde filiale envisagée, qui sera créée à partir d’Artprice Inc. USA, avec des token de gouvernance et un DAO spécifique est décrite dans le paragraphe « Nouveaux risques identifiés pour 2022, conformément aux recommandations de l’Autorité des Marchés Financiers ».

Artmarket.com étudie donc chaque proposition, joint venture, entrée dans le capital, fusion/acquisition et donnera son aval si ces propositions ont du sens et perpétuent son éthique, à savoir l’information et la transparence du Marché de l’Art.

Au regard des différentes législations en vigueur en France comme en Europe, Artmarket.com, en vue de sa prochaine qualité de FinTech, étudie la possibilité d’un enregistrement auprès de l’AMF en tant que prestataire de services sur actifs numériques (PSAN). En parallèle, un regard attentif et constant sur la législation américaine et européenne permettra à Artmarket.com et à sa filiale américaine de faire le meilleur choix, en tant que future FinTech.

Enfin, la démocratisation ultime des NFTs d’art pour le grand public passe par les cryptomonnaies, rentrées désormais chez les grands émetteurs de cartes de crédit comme VISA (source CNBC).

Le directeur financier de Visa, Vasant Prabhu, a exprimé son optimisme quant au développement dans une interview avec CNBC . « Pour nous, cela indique que les consommateurs voient l’utilité d’avoir une carte Visa liée à un compte sur une plate-forme cryptographique », a-t-il déclaré, citant une capacité instantanée et transparente à gérer les achats et à financer les paiements.

Les cartes liées à la cryptographie permettent aux clients de dépenser de la crypto partout où Visa est acceptée, sans que les commerçants aient à se familiariser avec la classe d’actifs. Ils reçoivent les transactions en fiat comme les transactions Visa typiques, tandis que le processeur de paiement gère les conversions en arrière-plan.

Nouveaux risques identifiés pour 2022, conformément aux recommandations de l’Autorité des Marchés Financiers

Conformément aux recommandations de l’Autorité des Marchés Financiers, notamment pour le document d’enregistrement universel (règlement UE 2017/1129), la société émettrice doit énumérer et mettre à jour les facteurs risques potentiels.

La présentation des risques est le résultat d’une analyse régulière et réactive dans le cadre de la politique de gestion des risques.

Le futur d’Artmarket.com s’inscrit dans la sphère Web3 (NFT, cryptomonnaies, métavers).

Artmarket.com, compte tenu de sa stratégie, prévient le marché et ses actionnaires du risque désormais inhérent aux fluctuations des cryptomonnaies, en particulier de celle de l’Ethereum (ETH) qui est la cryptomonnaie la plus utilisée dans le domaine des NFTs d’art, avec son smart contract, et dans une moindre mesure celles du Bitcoin (BTC).

La société Artmarket.com et son département Artprice vont consacrer la majeure partie de leur Recherche & Développement, exploitation et commercialisation de leur Place de Marché Normalisée NFT à travers une filiale détenue à 100 % par Artmarket.com, vraisemblablement par l’intermédiaire de sa filiale américaine détenue à 100 % : Artprice Inc. À ce titre, Artmarket.com fait savoir à ses actionnaires et aux marchés qu’il existe un risque identifié que l’action Artmarket.com, au regard des gestionnaires de fonds, en majorité anglo-saxons, soit indicée principalement sur l’Ethereum (ETH) et subsidiairement sur le Bitcoin (BTC).

Une analyse technique sur les trois derniers mois (du 09 novembre 2021 au 09 février 2022), en moyenne mobile, confirme une forte corrélation constante entre les variations de cours de bourse d’Artmarket.com et d’Ethereum, du Bitcoin subsidiairement et des principales cryptomonnaies. L’effet « Triple Halving » de l’Ethereum notamment peut influencer fortement le cours (effet relutif).

En effet, la majeure partie du développement de la Place de Marché Normalisée NFT d’Artprice by Artmarket prévoit son smart contract propriétaire au cœur de la Blockchain Ethereum, notamment par sa version future Serenity, permettant de changer tout ou partie du procédé de minage actuellement de type Proof-of-Work en un minage de type Proof-of-Stake afin de limiter la consommation d’énergie, ou de rester avec un minage traditionnel décarbonné.

Images :

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/11/image1-artprice-metaverse-thierry-ehrmann-organ-museum-800.jpg]
[https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/50015697223]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/11/image2-artprice-NFT-bill.jpg]

Copyright 1987-2022 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite : https://fr.artprice.com/demo

Nos services : https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: For a classification of NFTs on marketplaces and in Artprice databases

2022/02/15 Commentaires fermés

An urgent need for greater clarity is emerging in the world of NFT platforms, which are already offering a very large number of diverse and varied products. To enhance the navigation experience, OpenSea has already organized their offer into ten categories: New, Art, Collectibles, Domain names, Music, Photography, Sports, Trading cards, Utility and Virtual Worlds, but even this organization has lots of overlaps and gray areas, and we believe these marketplaces need greater clarity, stability and transparency in order to attract new collectors.

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos
Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “The disruptive NFT technology escapes the ‘standard’ segmentation of the art market, traditionally organized into periods, mediums, movements, etc. Coving a multitude of extremely innovative initiatives, the NFT phenomenon is spreading into numerous intermingling areas. But, looking ahead, Artprice is working on a framework that will inform players in this market about what is exchanged and about what creates value; in short, a clear and objective way of presenting the information relating to NFTs (origin, edition, supply, demand, use, etc.), information that is necessary to reassure the market”.

The best… and the not so good

For its Natively Digital: A Curated NFT Sale, which closed on 10 June 2021, Sotheby’s brought together items as diverse as creations by the collective Art Blocks, a reinterpretation of Claude Monet’s Meules painting by the artist digital Matt Kane, and a conceptual work by Rhea Myers aptly titled Secret Artwork (Content), about which the artist said “there is nothing rarer than something that doesn’t actually exist”.

Today, it is clear that NFTs represent a market that is open to all forms of hybridization, that of art and gaming, design and sport, etc.. Even if certain distinctions seem to have become obsolete, Sotheby’s still chose to sell CryptoPunk #7523 separately (it fetched $11,754,000) which suggests that some NFTs still deserve specific treatment. Such a separation, based solely on demand, would obviously benefit from an accentuation of the homogeneity of the sessions.

This does not necessarily imply excluding CryptoPunks from digital art sales just because they are profile pictures (PFPs) rather than actual works. But it should be recognized that CryptoPunks, generated by random combinations, fall better into the category of Collectibles, however unattractive this rubric may sound.

Confusion, paradoxes and limits

The confusion between the Collectibles and Art categories is partly based on price… because a profile photo purchased for several million dollars is perhaps an artwork as well. Similarly, when Sina Estavi acquired Jake Dorsay’s first tweet for $2.9 million in March 2021, he compared this piece of code to the world’s most famous work of art, da Vinci’s Mona Lisa.

The NFT market is therefore still peppered with ambiguity and paradox. Clearly on the side of decentralisation and transparency, the NFT market still harbours numerous anomalies, which Financial Times journalists Hannah Murphy and Joshua Oliver have listed in a somewhat alarmist article entitled “How NFTs became a $40 bn market in 2021”:

The unregulated space is also plagued by fraud, scams and market manipulation, especially because the real-world identities of buyers and sellers is difficult, if not impossible, to discover. Analysis by Nansen found $2 million of suspicious activity across the CryptoPunk and Bored Ape collections in the 30 days to mid-December. Some NFTs, for example, were sold at a 95 per cent discount to the average sale price, either because of mistakes by buyers and sellers, tax write-offs or some other scam exploiting unskilled users. Researchers have also warned that the market is likely being inflated by wash trading — when a trader takes both sides of a trade in order to give the false impression of demand.

Towards greater transparency

So far, there are not enough clear and transparent results to placate such suspicions. In 2021, Artprice databases listed just under 300 NFT lots sold at public auction for a total of $228 million, representing just 1.5% of the global secondary art market. Among the 100 best auction results of the year 2021 for NFTS, Artprice counted 65 digital artworks, 32 ‘collectibles’, 2 ‘digital zones’ and 1 film sequence.

But this is only the emerging part of a market that is growing at an exponential rate. The sooner the NFT marketplaces allow users to navigate with confidence by providing objective and useful information, the sooner they will reassure collectors and art professionals, and open the world of NFTs to new players.

According to thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “All in all, NFTs have successfully triggered a genuine art market revolution in just a few months by flooding it with new works and providing a new sales channel. Initially by attracting young collectors and tech and cryptocurrency enthusiasts, but subsequently by attracting traditional collectors. Because, today, everyone wants to try the NFT experience. Like any revolution, this one is jerky with a lot of volatility that will attenuate over time. It is indeed perfectly natural for a new virgin space to experience a form of ‘Gold Rush’, with ingenuity and excesses at the same time. But as a Leader in Art Market Information, Artmarket.com will provide pragmatic solutions for NFT Marketplaces in order to establish the trust that is the driving force behind any exchange on the Internet, especially during this new phase of ‘art market dematerialization’. Indeed, this has always been Artmarket.com’s principal added-value: making the art market an efficient market over the years thanks to its compilation and exploitation of the most comprehensive art-focused databases in the world, providing sellers and buyers with the essential data they need for engaging in transactions with complete confidence”.

Sotheby’s has clearly understood that the Art Market is entering a new phase of very strong growth with NFTs and the metaverse. That’s why Goldman Sachs and Morgan Stanley are preparing Sotheby’s return to the Stock Exchange via an IPO. Sotheby’s has already taken the plunge by opening the Sotheby’s Metaverse https://metaverse.sothebys.com/ .
Furthermore – and this is indeed irrefutable confirmation of the paradigm shift that is occuring – Sotheby’s has just announced it will accept bids in Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), and USD Coin (USADC) cryptocurrencies with Coinbase Commerce for the 555-carat black diamond!

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2022/01/image1-alchemical-fractal-NFT.jpg]

Copyright 1987-2022 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : pour une classification des NFTs sur les marketplaces et dans les bases de données Artprice

2022/02/15 Commentaires fermés

Il devient urgent de pouvoir naviguer avec plus d’aisance sur les plateformes NFT, qui rassemblent déjà un très grand nombre de choses diverses et variées. Pour y voir plus clair, OpenSea propose dix entrées : New, Art, Collectibles, Domain names, Music, Photography, Sports, Trading cards, Utility et Virtual Worlds. Toutefois, cette organisation est encore pleine d’entrecroisements et de zones d’ombre. Les marketplaces ont besoin de gagner en clarté, en stabilité et en transparence, afin de séduire de nouveaux collectionneurs.

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann. Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos
Alchemical Fractal 1 (collection of 999 works), raw steel, NFT sculpture and algorithm by thierry Ehrmann.
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « La technologie disruptive NFT échappe à la segmentation habituelle du Marché de l’Art, organisée par période, par médium, par mouvement, etc. Extrêmement inventif, le marché des NFTs s’engouffre dans de nombreuses voies qui se mélangent mais Artprice réfléchit à la façon d’informer les acteurs de ce marché, à la fois sur ce qui s’échange et ce qui crée de la valeur : une façon claire et objective de présenter l’information relative aux NFTs (origine, édition, offre, demande, utilisation, etc.), nécessaire pour rassurer le marché ».

Le meilleur et le moins bon

Pour sa vente Natively Digital: A Curated NFT Sale, clôturée le 10 juin 2021, Sotheby’s a rassemblé des choses aussi diverses que des créations du collectif Art Blocks, une réinterprétation du tableau Meules de Claude Monet par l’artiste digital Matt Kane, ou encore une œuvre conceptuelle de Rhea Myers, intitulée à juste titre Secret Artwork (Content), à propos de laquelle l’artiste a dit « il n’y a rien de plus rare que quelque chose qui n’existe pas réellement ».

Les NFTs forment aujourd’hui un terrain d’expérimentation qui s’ouvre à toutes les formes d’hybridation, comme part exemple celle de l’art et du gaming, du design et du sport et plus encore. Même si les distinctions semblent devenues obsolètes, Sotheby’s a tout de même choisi de vendre séparément le CryptoPunk #7523, adjugé 11 754 000 $, prouvant que certains NFTs méritent tout de même un traitement spécifique. Une telle séparation, basée uniquement sur la demande, gagnerait de toute évidence à accentuer l’homogénéité des sessions.

Cela n’implique pas nécessairement d’exclure les CryptoPunks des ventes d’art digital, au seul titre qu’ils sont des photos de profils (PFP) plutôt que des œuvres à proprement parler. Mais il faut reconnaître que les CryptoPunks, générés par combinaisons aléatoires, entrent mieux dans la catégorie de Collectibles, aussi peu séduisant ce nom soit-il.

Confusion, paradoxes et limites

La confusion entre les catégories Collectibles et Art repose en partie sur le prix, car une photo de profil achetée plusieurs millions de dollars peut aussi être une œuvre d’art. De même, quand en mars 2021, Sina Estavi a acquis pour 2,9 million $ le premier tweet de Jack Dorsey, il a comparé ce bout de code à l’œuvre la plus célèbre du monde… la Joconde de Léonard de Vinci.

Le marché des NFTs est ainsi encore plein de confusions et de paradoxes. Lui qui prône la décentralisation et la transparence est sujet à de nombreuses anomalies, dont les journalistes du Financial Times Hannah Murphy et Joshua Oliver dressent une liste effrayante dans « How NFTs became a $40bn market in 2021 » :

« L’espace non réglementé est parfois en proie à la fraude et à la manipulation de marché, en particulier parce que l’identité réelle des acheteurs et des vendeurs est difficile, voire impossible, à découvrir. L’analyse de Nansen a révélé 2 millions de dollars d’activité suspecte dans les collections CryptoPunk et Bored Ape au cours des derniers 30 jours jusqu’à la mi-décembre. Certains NFTs, par exemple, ont été vendus avec une remise de 95 % par rapport au prix de vente moyen, soit à cause d’erreurs commises par les acheteurs et les vendeurs, soit de déductions fiscales, soit encore des manipulations exploitant des utilisateurs non qualifiés. Les chercheurs ont également averti que le marché était probablement gonflé par le wash trading – lorsqu’un trader se place des deux côtés d’une transaction afin de donner une fausse impression de demande. »

Vers plus de transparence

Il n’y a pour l’instant pas encore assez de résultats clairs et transparents pour couper court à de tels soupçons. En 2021, les banques de données Artprice by Artmarket recensent un peu moins de 300 lots NFT vendus aux enchères publiques pour 228 m$, soit seulement 1,5 % du Marché de l’Art mondial. Parmi les 100 plus belles adjudications de l’année 2021 aux enchères publiques, Artprice dénombre 65 œuvres d’art digitales, 32 collectibles, 2 zones digitales, 1 séquence de film.

Mais ce n’est que la partie émergente de ce marché qui croît à une vitesse exponentielle. Au plus vite les places de marché NFTs permettront de s’orienter efficacement et fourniront des informations objectives et utiles, au mieux elles rassureront les collectionneurs et les professionnels de l’art, ouvrant ainsi le monde des NFTs à de nouveaux acteurs.

thierry Ehrmann,Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « T out compte fait, les NFTs ont réussi en quelques mois une véritable révolution sur le Marché de l’Art, en l’abreuvant de nouvelles œuvres et en le dotant d’un nouveau canal de vente, réussissant d’ abord à séduire de jeunes collectionneurs, adeptes des technologies et des cryptomonnaies puis ensuite les collectionneurs traditionnels. En effet, aujourd’hui tout le monde veut essayer l’expérience NFT. Comme toute révolution, celle-ci est marquée par des secousses et beaucoup de volatilité, qui se résorberont avec le temps. Il est en effectivement fort logique, pour un nouvel espace vierge, d’assister à une forme de « ruée vers l’Or », avec son ingéniosité et ses excès. En tant que Leader de l’Information du Marché de l’Art, Artmarket.com apportera des solutions pragmatiques aux Marketplaces NFTs afin d’établir la confiance qui est le moteur de tout échange sur Internet, qui plus est dans cette nouvelle phase de la dématérialisation du Marché de l’Art. Cela a toujours été la valeur ajoutée d’Artmarket.com, qui a fait du Marché de l’Art un marché efficient au fil des années grâce à sa banque de données la plus exhaustive au monde, fournissant au vendeur et à l’acheteur les données indispensables pour une transaction en toute confiance ».

Sotheby’s a bien compris que le Marché de l’Art entre dans une nouvelle phase de très forte croissance avec les NFTs et le Métavers. C’est pour cette raison que Goldman Sachs et Morgan Stanley préparent le retour en Bourse de Sotheby’s, à travers une IPO. Sotheby’s a déjà franchi le cap, avec l’ouverture de Sotheby’s Metaverse :

https://metaverse.sothebys.com/

Par ailleurs – et c’est réellement une preuve incontestable de ce changement de paradigme – Sotheby’s vient d’annoncer utiliser les crypto-monnaies Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) et USD Coin (USADC) avec Coinbase Commerce pour les enchères sur le diamant noir de 555 carats.

Image : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2022/01/image1-alchemical-fractal-NFT.jpg]

Copyright 1987-2022 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite : https://fr.artprice.com/demo

Nos services : https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: Artprice looks back over 2021 auction highlights and the NFT phenomenon

2022/02/11 Commentaires fermés

The term ‘NFT’ has been elected word of the year 2021 (all languages combined) by the Collins English Dictionary. The blockchain technology supporting the existence of NFTs was officially born in 2017, but it is only in the last ten months that it has attracted the general public’s attention by inviting itself into the art auction sphere. Today, it seems everyone is talking about NFTs…
This new digital market could merge completely with the physical art market; it already represents 8% of global secondary art market auction turnover. However, the two universes might also develop in parallel, with brief forays into each other’s territory, the physical world on one side and the metaverse on the other… like Ying and Yang.


Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on 1 January 2000


Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on 1 January 2000

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, 28 January 2021

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, 28 January 2021

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “The appearance of NFTs in the auction sphere represents a genuine revolution, the intensity of which can be explained both by long bottled-up demand and a particularly favorable economic context. Beeple’s initial record ($69.3 million) back in March perfectly illustrates this pent-up demand, the scale of which Christie’s itself had not predicted. NFTs question the art market’s traditional modus operandi, since artists without any market history (but with a huge community on social networks) can, in a few hours, reach prices usually reserved for the likes of René Magritte and Willem de Kooning”.

Artprice by Artmarket.com explains the NFTs for 2022

Artprice looks back at the key developments of the year 2021, quarter by quarter.

Q1: Boticelli vs. Beeple

Unveiled in September 2020, just before a second global wave of the Covid pandemic, Portrait of a Young Man Holding a Roundel (attributed to the Florentine painter Sandro Botticelli) was put up for sale by Sotheby’s in New York on 28 January 2021. Despite doubts surrounding the attribution of the world’s most expensive artwork (Salvator Mundi) to Leonardo da Vinci, and despite a still uncontrollable pandemic, this rare Botticelli masterpiece sold for $92 million, the second highest auction result of all time for a work by an Old Master.

However the biggest surprise of the year came on 11 March 2021 when Christie’s online auction platform sold what looked at first glance like a simple jpeg… for $69.4 million. The artist behind the work, Beeple, was totally unknown to the art market, but he had millions of followers on Instagram who know the 5,000 digital works offered by Christie’s in the form of an NFT. Faced with the unexpected enthusiasm of new bidders, François Pinault’s prestigious auction house accepted payment in a cryptocurrency for the first time in its history.

Q2: A flurry of records in the spring

It took a few months for the art market to fully appreciate the nature and implications of non-fungible tokens. During April 2021, two other major auction houses are also launched the sale of NFTs: Sotheby’s with The Fungible Collection by Pak, and Phillips with the work Replicator by Mad Dog Jones. The prices obtained for these works continued to disconcert collectors and analysts.

Fortunately in May 2021, New York’s traditional major art sales resumed, and a very physical artwork crossed the $100 million threshold for the first time in two years. Woman Seated Near a Window (Marie-Thérèse) (1932) by Pablo Picasso was acquired for $103 million at Christie’s on 13 May 2021. In its wake, almost all of the art market’s major signatures fetched very reassuring prices: Basquiat, Monet, Van Gogh, Warhol,… with lots of artists revising their personal auction records.

Top 5 new artist records recorded in May 2021 in New York

  1. Richard Diebenkorn: Ocean Park # 40 (1971) – $27,265,500 – 12/05/2021, Sotheby’s
  2. Larva Labs: 9 Cryptopunks – $16,962,500 – 11/05/2021, Christie’s
  3. Robert Colescott: George Washington […] (1975) – $15,315,900 – 12/05/2021, Sotheby’s
  4. Childe Hassam: Flags on 57th Street, Winter (1918) – $12,328,500 – 12/05/2021, Sotheby’s
  5. Barbara Hepworth: Parent II (1970) – $7,110,000 – 13/05/2021, Christie’s

Q3: Online sales didn’t stop during the summer

Traditionally, the major auction houses have always taken a break from sales during the months of July and August, in conjunction with the closure of art galleries and art fairs. But in 2020, the postponements caused by the covid pandemic and the establishment of new online sales platforms encouraged auction houses to continue part of their activities throughout the summer period, an exercise that was repeated in 2021, with online sales ensuring the circulation of works to all four corners of the globe.

A total of 121,000 fine art lots were auctioned in the third quarter of 2021. This historic transaction intensity for the summer period was largely driven by the Asian market; not just by sessions in Hong Kong, but also in mainland China, South Korea and Japan.

Top 3 Fine Art results in Asia during July and August 2021

  1. Yayoi Kusama (1929): Pumpkin (1981) – $4,290,000 – 31/07/2021, Mainichi Tokyo
  2. Fu Baoshi (1904-1965): Spring (1963) – $4,400,000 – 25/07/2021, Xiling Yinshe Hangzhou
  3. Whan-Ki Kim (1913-1974): 1 -VII 71 # 207 (1971) – $4,152,720 – 24/08/2021, Seoul Auction

Q4: All indicators turn green…

The months of October and November saw countless new records for all creative periods: Jackson Pollock, Gustave Caillebotte, Peter Doig, Frida Kahlo, Banksy, Pierre Soulages, Agnes Martin, etc. The sales of two very prestigious American collections – the Impressionist Cox Collection at Christie’s, and the Post-War Macklowe Collection at Sotheby’s – made the last quarter of 2021 the most prosperous Q4 in American art market history.

Expected to rebound after a 2020 marked by the Covid-19 pandemic, Artprice will be looking more closely at this highly positive turn of events in its upcoming Annual Art Market Report.

Aside from the NFT phenomenon, one of the year’s key trends was the emergence of the Hong Kong market which proved to be absolutely decisive for the global art market as a whole. Not only did it host sales, for the first time, of major works by Jean-Michel Basquiat in Asia, it also hammered new records for major signatures, both Western (Richard Prince) and Asian (Yayoi Kusama). But, above all, Hong Kong emerged as the new hub for red chip artists – i.e. young signatures who trigger passionate bidding – like the American artist Avery Singer and the Ghanaian artist Amaoko Boafo. Last, but not least… Hong Kong is also emerging as one of the major new capitals for NFT sales.

Images:
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-artprice-index.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-boticelli.jpeg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Après 23 ans de combat l’ONU et le Haut Comité des Droits de l’Homme (1999-2022)

2022/02/10 Commentaires fermés

Artmarket.com : Les temps forts de l’année 2021 aux enchères et les NFTs décryptés par Artprice

2022/02/10 Commentaires fermés

« NFT » a été élu par le Collins English Dictionnary mot (toutes langues confondues) de l’année 2021. Cette technologie blockchain est officiellement née en 2017 mais c’est au cours des dix derniers mois qu’elle a attiré l’attention du grand public en s’invitant dans les salles de ventes aux enchères. Aujourd’hui, les NFTs sont sur toutes les lèvres…
Bientôt ce nouveau marché fusionnera pleinement avec le Marché de l’Art, au sein duquel il représente déjà 8 % du produit des ventes mondiales. A moins que ces deux univers ne se développent parallèlement, avec de brèves incursions l’un dans l’autre comme le Ying et le Yang : le monde physique d’un côté et le Metaverse de l’autre.

Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on January 1, 2000

Artprice’s Contemporary Art Price Index – Base 100 on January 1, 2000

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, January 28, 2021

Botticelli, Portrait of a young man holding a roundel, $92,184,000 at Sotheby’s New York, January 28, 2021

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « L’arrivée des NFTs dans les salles de ventes est une véritable révolution, dont l’intensité s’explique à la fois par une demande trop longtemps contenue et une conjoncture particulièrement favorable. Le record originel de Beeple symbolise ce phénomène dont Christie’s n’avait elle-même pas prévu l’envergure. Les NFTs remettent en question le fonctionnement traditionnel du Marché de l’Art, puisque des artistes sans cote (mais avec une immense communauté sur les réseaux sociaux) peuvent en quelques heures se hisser entre René Magritte et Willem de Kooning ».

Artprice by Artmarket.com vous explique les NFTs pour 2022

Artprice revient sur les moments clefs de l’année 2021, trimestre par trimestre.

T1 : Boticelli contre Beeple

Dévoilée en septembre 2020, juste avant une seconde vague planétaire de Covid, Portrait of a young man holding a roundel, attribué au peintre florentin Sandro Botticelli, a été mis en vente par Sotheby’s à New York le 28 janvier 2021. Malgré des doutes quant à l’attribution de l’œuvre la plus chère du monde, le Salvator Mundi de Léonard de Vinci, et malgré une pandémie toujours incontrôlable, ce rare portrait a récolté 92 m$, soit la deuxième meilleure enchère de tous les temps pour un Maître Ancien.

Mais la plus grande surprise de l’année est arrivée le 11 mars 2021, lorsque Christie’s a adjugé en ligne ce qui ressemblait, à première vue, à un simple jpeg, pour 69,4 m$. L’artiste Beeple est absolument inconnu sur le Marché de l’Art mais possède des millions de followers sur Instagram qui connaissent les 5 000 œuvres digitales vendues par Christie’s sous forme de NFT. Pour la première fois de son histoire, face à l’enthousiasme inattendu de nouveaux enchérisseurs, la prestigieuse maison de ventes de François Pinault accepte un paiement en crypto-monnaie.

T2 : Pluie de records au printemps

Il faudra quelque temps pour que le Marché de l’Art prenne pleinement conscience de ce que sont ces jetons non-fongibles et les implications qu’ils peuvent avoir. Au cours du mois d’avril 2021, deux autres grandes maisons de ventes se lancent à leur tour dans la vente des NFTs : Sotheby’s avec The Fungible Collection by Pak et Phillips avec l’œuvre Replicator de Mad Dog Jones. Les prix de ces œuvres continuent d’interloquer les collectionneurs et les analystes.

Heureusement en mai 2021, les traditionnelles grandes ventes new-yorkaises sont de retour et une œuvre bien physique repasse pour la première fois depuis deux ans le seuil des 100 m$. Femme assise près d’une fenêtre (Marie-Thérèse) (1932) de Pablo Picasso est achetée 103 m$ chez Christie’s le 13 mai 2021. Dans son sillage, à peu près toutes les signatures phares du Marché de l’Art enregistrent des enchères très rassurantes : Basquiat, Monet, Van Gogh, Warhol,… De nombreux artistes voient leur record personnel s’envoler.

Top 5 nouveaux records artistes enregistrés en mai 2021 à New York

  1. Richard Diebenkorn : Ocean Park #40 (1971) – 27,265,500 $ – 12/05/2021, Sotheby’s
  2. Larva Labs : 9 Cryptopunks – 16,962,500 $ – 11/05/2021, Christie’s
  3. Robert Colescott : George Washington […] (1975) – 15,315,900 $ – 12/05/2021, Sotheby’s
  4. Childe Hassam : Flags on 57th Street, Winter (1918) – 12,328,500 $ -12/05/2021,Sotheby’s
  5. Barbara Hepworth : Parent II (1970) – 7,110,000 $ – 13/05/2021, Christie’s

T3 : Les ventes en ligne ne s’arrêtent plus durant l’été

Habituellement, les salles de ventes observaient une trêve durant les mois de juillet et d’août, en même temps que les galeries et les foires. Mais en 2020, le retard causé par la pandémie et la mise en place de nouvelles plateformes en ligne ont encouragé les maisons de ventes aux enchères à poursuivre une partie de leurs activités au cœur même de l’été. L’opération à été renouvelée en 2021 avec des ventes en ligne qui ont assuré la circulation des œuvres aux quatre coins du monde.

Au total, 121 000 lots fine art ont été adjugés sur le troisième trimestre 2021. Cette intensité de transactions historique pour la période estivale a été en grande partie portée par le marché asiatique, non seulement avec des sessions à Hong Kong, mais aussi en Chine continentale, en Corée du Sud et au Japon.

Top 3 ventes aux enchères Fine Art en Asie en juillet et août 2021

  1. Yayoi Kusama (1929) : Pumpkin (1981) – 4 290 000 $ – 31/07/2021, Mainichi Tokyo
  2. Fu Baoshi (1904-1965) : Spring (1963) – 4 400 000 $ – 25/07/2021, Xiling Yinshe Hangzhou
  3. Whan-Ki Kim (1913-1974) : 1 -VII 71 #207 (1971) – 4 152 720 $ – 24/08/2021, Seoul Auction

T4 : Tous les voyants au vert

Les mois d’octobre et de novembre ont été le théâtre d’innombrables nouveaux records pour toutes les périodes : Jackson Pollock, Gustave Caillebotte, Peter Doig, Frida Kahlo, Banksy, Pierre Soulages, Agnes Martin, etc. Les ventes de deux très prestigieuses collections américaines – la collection impressionniste Cox chez Christie’s et la collection d’après-guerre Macklowe chez Sotheby’s – ont fait de la fin de l’année 2021 la plus faste de l’histoire du Marché de l’Art aux USA.

Artprice étudie ce retournement de situation attendu, après une année 2020 marquée par la pandémie de Covid-19, dans son prochain rapport du Marché de l’Art.

Dans ce contexte, l’importance de la place de marché hongkongaise s’est révélée décisive, non seulement avec l’arrivée pour la première fois d’oeuvres majeures de Jean-Michel Basquiat en Asie, mais aussi avec des nouveaux records pour des superstars tout à la fois occidentales (Richard Prince) et asiatiques (Yayoi Kusama). Mais Hong Kong est enfin et surtout la plaque tournante pour les red chips : ces jeunes signatures qui affolent les enchères, dont l’américaine Avery Singer et le ghanéen Amaoko Boafo ; Hong Kong est aussi l’une des nouvelles grandes capitales pour les ventes de NFTs.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image1-artprice-index.png]
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/image2-boticelli.jpeg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite : https://fr.artprice.com/demo

Nos services : https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Victoire judiciaire intégrale du 07 février 2022 des sociétés de thierry Ehrmann, auteur de la Demeure du Chaos, contre une nouvelle plainte en 2021 de la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or

2022/02/07 Commentaires fermés

Pour mémoire, la Cour d’appel de GRENOBLE par arrêt du 16 décembre 2008 a ordonné, sous astreinte, à Monsieur thierry Ehrmann la mise en conformité avec le POS/PLU de parties extérieures de façades et mur d’enceinte d’une partie de l’immeuble situé Domaine de la Source (La Demeure du Chaos / Abode of Chaos, corpus de 6 300 œuvres d’art depuis 1999) qui doivent être rétablies dans leur état antérieur aux travaux réalisés jusqu’au 4 décembre 2004.

Il est à noter que le dossier judiciaire dans sa globalité comporte 39 procédures distinctes sur différents degrés de juridiction : civil, pénal, CEDH, Haut Comité des Droits de l’Homme de l’ONU. Le conflit judiciaire a démarré en 2004, soit 5 ans après la création de la Demeure du Chaos.

Il faut préciser que Monsieur thierry Ehrmann, qui considère avoir depuis longue date exécuté cet arrêt, a été contraint de saisir différentes juridictions civiles et pénales (plaintes pour concussions …) pour préserver ses droits et pour qu’elles constatent l’illégalité et l’absence de bien-fondé des actes de recouvrements des astreintes émis sur le fondement de cet arrêt de la Cour d’Appel de Grenoble et l’impossible exécution de ce dernier.

De même, thierry Ehrmann est en attente de la décision définitive du Haut Comité des Droits de l’Homme auprès de l’ONU pour le dossier T. Ehrmann c/ la France dont les conclusions entre les parties ont été clôturées et sont en attente de plaidoirie.

La Commune de Saint Romain au Mont d’Or a crû devoir assigner – 23 ans après le dépôt en Mairie du postulat artistique de thierry Ehrmann – en référé par devant le Président du Tribunal judiciaire de Lyon, les sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, le Musée l’Organe, Artmarket et Groupe Serveur, sociétés dirigées par Monsieur thierry Ehrmann ou dans lesquelles il détient des participations.

Dans cette nouvelle procédure de fin 2021, la Commune demandait une expertise in futurum au titre de l’article 145 du CPC, aux fins d’évaluer les droits patrimoniaux d’auteur de thierry Ehrmann sur les 6 300 œuvres composant le Corpus dénommé la Demeure du Chaos situé au sein du Domaine de la Source.

Il est à noter l’acte fatal pour la Commune qui, après 23 ans de procédures pour de soit-disant infractions au Code l’urbanisme en niant toute forme artistique, se met subitement à reconnaître, par sa demande d’expertise des droits patrimoniaux d’auteur de thierry Ehrmann, argumentant par elle-même que la Demeure du Chaos est mondialement connue et qu’elle est bien constituée de 6 300 œuvres (sculptures, peintures, installations monumentales, land art, street art).

L’adage « Nemo auditur propriam turpitudinem allegans », signifiant « Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude », est la parfaite illustration de l’acte suicidaire de la Commune.

Elle demandait également l’interdiction aux sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, le Musée l’Organe, Artmarket et Groupe Serveur d’exploiter les images du mur de clôture et les façades des bâtiments du Domaine de la Source, l’interdiction de louer les bureaux situés à l’intérieur de ce Domaine et, pour la SCI VHI à remettre les murs et façades en l’état antérieur. De surcroît, la Commune a demandé auxdites sociétés, qui n’ont jamais été parties au conflit d’urbanisme depuis 18 ans, la somme cumulée de 43 000€/jour/infraction d’œuvre d’art. Cette démarche juridique et cette somme outrancière est un des éléments intentionnels qui caractérise la plainte pénale déposée par thierry Ehrmann contre la Commune pour escroquerie au jugement.

Le Président du Tribunal judiciaire, par ordonnance du 7 février 2022, a rejeté toutes les demandes de la Commune y compris celle portant sur la demande d’expertise. Il a également rappelé l’autorité de la chose jugée de l’arrêt de la Cour d’Appel de Grenoble du 16 décembre 2008 à l’égard de la SCI VHI, partie à la procédure où la Cour d’Appel de Grenoble l’a exclue de toute condamnation de remise en état.

Dans ce même jugement, la Commune de Saint-Romain-Au-Mont-d’Or a été condamnée aux dépens et « à payer à chacune des sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, l’Organe, Artmarket.com et Groupe Serveur la somme de 800 euros en application des dispositions de l’article 700 du Code de Procédure Civile, soit la somme totale de 4 000 euros ».

De même, le Président a rappelé que la mesure de remise en état prononcée par la Cour d’Appel de Grenoble sur la base du code de l’urbanisme a un but uniquement architectural lequel est étranger à la location des lieux ou à l’exploitation et à « la reproduction d’images des lieux représentant les œuvres de Monsieur thierry Ehrmann lesquelles ne causent aucunement un trouble manifestement illicite ».

L’accumulation harcelante, abusive, quérulente et profondément malhonnête de cette dernière procédure intentée par la Commune à l’égard de ces 5 sociétés a fait l’objet d’une plainte pénale déposée par Monsieur Ehrmann auprès de Monsieur Le Procureur de la République pour « pour escroquerie au jugement, délit prévu et réprimé par l’article 313-1 du Code Pénal, harcèlement moral, délit prévu et réprimé par l’article 222-33-2-2 du Code Pénal et abus de faiblesse délit prévu et réprimé par l’article 223-15-2 du Code Pénal ». Cette plainte sera, conformément au délai prévu par le Code de Procédure Pénale, portée devant Monsieur le Doyen des Juges d’Instruction.

Il est important de préciser que cette nouvelle plainte est indépendante de la plainte principale pour concussion, diligentée contre la Commune. La concussion est punie par l’article 432-10 du Code pénal qui réprime « le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, de recevoir, exiger ou ordonner de percevoir à titre de droits ou contributions, impôts ou taxes publics, une somme qu’elle sait ne pas être due, ou excéder ce qui est dû ».

En parallèle des actions pénales, détaillées ci dessus, la société Artmarket SA et son enseigne Artprice, leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, société cotée en continu sur le marché réglementé SRD, forte de ses 18 000 actionnaires attaque en justice la commune de Saint Romain au Mont d’or au Tribunal Administratif de Lyon, par un recours de pleine juridiction pour obtenir la réparation du préjudice moral et financier qu’elle subit.

D’autre part, Artmarket poursuit Mr Jean-Marie Hombert, personne physique, devant le Tribunal Judiciaire de Lyon, en responsabilité civile, afin d’obtenir la réparation de son préjudice qu’elle subit en raison de la faute détachable commise par le Maire, de par ses fonctions, en faisant faire un procès par la commune de Saint Romain au Mont d’or à Artmarket SA, procès totalement infondé qui est une pure folie procédurale et une faute détachable qu’il commet dans sa fonction de Maire de la commune de Saint Romain au Mont d’or.

Mise à jour du lundi 21 février 2022 :

La Commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or a déposé une déclaration d’appel portée devant la Cour d’Appel de Lyon, valant demande d’inscription au rôle à l’encontre d’une ordonnance n° 21/00936 rendue par le Juge des Référés du Tribunal Judiciaire de Lyon le 07 février 2022. Partie appelante : La Commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Parties intimées : les sociétés VHI, Sanctuarium Spiritus Salamandrae, l’Organe, Artmarket.com et Groupe Serveur.

En clair, la Commune, qui a été déboutée de toutes ses demandes et condamnée aux dépens et à l’article 700 du NCPC pour les 5 sociétés qu’elles a poursuivies, persiste de plus belle avec un calendrier judiciaire de 18 à 24 mois.

Cet acte impensable porte désormais le calendrier judiciaire de la Demeure du Chaos à 25 ans de procédures, soit un quart de siècle.

L’histoire de l’art s’inscrit souvent dans la douleur, la persécution et les décennies.

J’opposerai l’amour de la création artistique que je partage avec tous à travers la Demeure du Chaos face à la haine destructrice de l’art voulue par la Commune.



À propos de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos :

« La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos », créée en 1999 (soit 23 ans d’existence) par thierry Ehrmann, Sculpteur Plasticien depuis 1980 (biographie 2022 certifiée Who’s Who In France), est un Musée d’Art Contemporain : Le Musée L’Organe.

Ce Musée d’Art Contemporain à ciel ouvert est plus connu sous le nom de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos dixit The New York Times.

Il s’étend sur 9 000 m2 et se matérialise par un parcours muséal unique au monde, ouvert gratuitement au public.

Ce Musée d’Art Contemporain est composé de près de 6 300 œuvres d’art distinctes, chacune par son nom original, medium et forme dont principalement 4 500 sculptures en acier brut pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines de tonnes ainsi que des peintures, gravures, installations et land art, conformément aux lois Malraux.

Ce Musée d’Art Contemporain compte 180 000 visiteurs/an, dont 25 % hors de France.

La banque de données images du Musée L’Organe a dépassé les 45 millions de vues sur Flickr (constat d’huissier du 29/10/2019 par Maître PONS) :
https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/albums/

La page Facebook de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos compte 4,3 millions d’abonnés :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Le Musée d’Art Contemporain l’Organe gérant La Demeure du Chaos / Abode of Chaos édite dans le monde entier de nombreux ouvrages dont notamment  l’ouvrage « OpusIX de la Demeure du Chaos », livre Collector bilingue, de 504 pages incluant les 702 sculptures d’acier brut  « in situ » pour l’exposition « Trente ans de sculptures de thierry Ehrmann (1980-2010) ». Cet ouvrage est également consultable gratuitement en ligne en format PDF ainsi que sur le site Internet Issuu où il a été téléchargé 37 millions de fois (constat d’Huissier étude Mamet-Pons) :
https://issuu.com/demeureduchaos/docs/demeureduchaos-abodeofchaos-opus-ix-1999-2013

La Demeure du Chaos est aussi le siège social de :

– Artprice by Artmarket, le Leader mondial de l’information sur l’Art, coté sur le marché réglementé SRD LO de Paris Euronext

– Groupe Serveur (maison-mère d’Artprice) et de ses 9 filiales (depuis 1987).

Ce Musée a reçu gratuitement 2,21 millions de visiteurs en 16 ans, depuis son ouverture au public en février 2006 (création du Musée d’Art Contemporain en 1999).

Pour ses 23 ans, il remercie ses 720 000 signatures de soutiens de sa pétition historique.

Au regard des Historiens d’Art, La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos se définit comme une « Œuvre au noir de tradition hermétique se nourrissant du Chaos alchimique de notre 21ème siècle, tragique et somptueux dont les braises naissent le 11 Septembre ».

De nombreuse planches maçonniques, ouvrages et revues l’attestent depuis 23 ans.

Les différents ouvrages d’art du monde entier situent sa Genèse dans la première planche maçonnique de thierry Ehrmann à la Grande Loge Nationale de France en 1985, portant sur le remarquable ouvrage alchimique « Les Demeures Philosophales » de Fulcanelli.

Par ailleurs, thierry Ehrmann et sa Demeure du Chaos sont comparés depuis 23 ans au Facteur Cheval et à son Palais Idéal à tel point que l’ouvrage de référence « Avec le Facteur Cheval », édité par le Palais Idéal du Facteur Cheval, l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts et le Musée de la Poste, décrivent en 2008, dans le paragraphe « Cheval et ses poulains » : « La Demeure du Chaos de Thierry Ehrmann baptisé Le Facteur Cheval du XXIème siècle », page 18. La filiation par les ayant-droits du Facteur Cheval est claire et sans ambiguïté. De même, il existe depuis plus de 12 ans un circuit culturel commun aux deux musées qui accueillent les mêmes visiteurs.

Le Musée d’Art Contemporain « La Demeure du Chaos » comporte aussi 1 800 portraits géopolitiques couvrant 80% de l’actualité mondiale qui sont régulièrement repris par les journaux et médias de presse écrite et audiovisuelle dans le monde ainsi que des milliers de gravures alchimiques distingues.

La Demeure du Chaos / Abode of Chaos a fait l’objet de près de 3600 reportages de presse écrite et audiovisuelle de 72 pays en près de 23 ans.

Selon la presse internationale, elle est définie comme un corpus d’Œuvres distinctes et une « Factory » incontournable et unique au monde qui s’inscrit dans l’Histoire de l’Art comme l’œuvre majeure du début de notre 21ème siècle (cf revue de presse, notamment le n° spécial du journal « The New York Times » et Artpress).

En octobre 2019, L’Obs l’a titrée comme « Le prototype du musée de demain » dans le cadre de ses conférences « 2049 » :
https://www.nouvelobs.com/2049/20191022.OBS20117/la-demeure-du-chaos-prototype-du-musee-de-demain.html

Avec le reportage vidéo correspondant qui a été vu plus de 1,8 million de fois :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999/videos/1175353539523079/

Un chiffre récent montre la puissance du Musée d’Art Contemporain l’Organe sur Internet avec plus de 31,5 millions de vues (PV d’huissier Maitre PONS) pour la vidéo d’Antoine de Caunes en visite à la Demeure du Chaos dans le cadre de son émission « La Gaule d’Antoine » sur Canal + :

https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999/videos/10156396733800979

Elle est également présente dans le monde des idées. Elle a en effet engendré, depuis 23 ans dans le monde, des expositions, des débats, des dizaines de livres, des longs métrages de réalisateurs célèbres, des thèses, des recherches, des résonances sur les différents continents.

Elle a fait l’objet d’auditions dans le cadre des travaux parlementaires pour modifier la réglementation des œuvres d’art au regard de l’urbanisme, travaux qui ont abouti à l’adoption de la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, dont l’article 1er dispose que « la création artistique est libre ».

Artprice présente le classement n°33 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

2022/02/07 Commentaires fermés

Méthodologie : Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art a souhaité mesurer l’empreinte sur Internet la plus fiable possible des musées d’Art Contemporain en France.

Artprice présente le classement n°33 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

Artprice présente le classement n°33 des Musées d’Art Contemporain en France selon les avis Google

A ce titre, un consensus est né avec les statisticiens et économètres de groupe Serveur et d’Artprice sur le fait que seul l’écosystème Google (moteurs de recherche, Google Maps, Google Street View, Google Earth, Google Photos, et les autres applications Google) est légitimement le support Internet de référence, tant en termes de nombre d’utilisateurs que de visibilité, de fiabilité et en temps réel avec des mesures de sécurité que Google maîtrise pour éviter toute forme de fraude.

La méthodologie retenue est de prendre les Musées d’Art Contemporain français quel que soit le lieu, dès lors où ceux-ci ont recueilli un nombre d’avis supérieur à 1000 afin d’éviter toute manipulation ou manque de fiabilité sur un nombre d’avis trop faible.

Les avis sur Google ne sont pas impactés par des actions commerciales de Google ou de tiers. Ce cas est rare dans l’Internet et plus encore chez les GAFA.

Ce classement qui fait l’objet d’un constat mensuel par Huissier de Justice ne doit en aucun cas être considéré comme un quelconque classement qualitatif ; il restitue seulement une analyse factuelle et économétrique des grands flux d’information en provenance des banques de données de Google.

Notre siège social le Musée d’Art Contemporain l’Organe est n°2 en France, derrière le Centre Pompidou suivi par la Fondation Louis Vuitton et le Palais de Tokyo, selon les données Google et Flickr en nombre de visiteurs uniques virtuels en 360°4K et 8k (4,5 millions) relatif à l’Art Contemporain.

Toutes les marques et dénominations citées dans le présent classement, notamment le descriptif de l’écosystème Google, sont la propriété de leurs auteurs respectifs.

Méthodologie et constat d’Huissier de Justice (2 février 2022 SELARL Estelle PONS – Sarah MERGUI). Intégralité des constats mensuels :

artpressagency.wordpress.com/classementgoogle/

Addendum from Artmarket.com concerning the cryptocurrency Artprice Coin in the NFT market

2022/02/07 Commentaires fermés

Following Artmarket.com’s press release of 7 December 2021:

https://www.actusnews.com/fr/artmarket/cp/2021/12/07/artmarket_com-here_s-why-the-art-market-via-the-nft-revolution-will-enjoy-exponential-growth-with-artprice

Artmarket.com has received requests for further details from shareholders, investors, observers and the cryptocurrency community concerning, notably, the following paragraph in that press release:

The DNS artpricecoin.com, filed in December 2017 (along with all the corresponding names) illustrates Artprice by Artmarket’s early awareness of this paradigm shift to NFTs and cryptocurrencies‘.

Philip Zimmermann
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chao

Artmarket.com wishes to point out that, to date, there is not yet a specific cryptocurrency for the group, but that its work groups, after intense reflection, projected different scenarios where French and/or European legislators and/or American legislators would start building workable legislative frameworks for a crypto-culture which already has a relatively long history and is currently practised by more than a billion people around the world.

The development and implementation of these frameworks (i.e. the legal adjustment to an existing reality) is a process seen repeatedly throughout history, particularly in the fields of economics and science during the 20th century.

Artmarket.com’s global strategy has long included the creation of a specific cryptocurrency for the art market, as demonstrated by the filing date of the DNS artpricecoin.com (.net .org, etc. and its corresponding names).

Artprice has been studying the historical and economic realities of the art market for many years, both at its core and on its periphery, and it wishes to remind today’s emerging cryptocurrency community of the real starting point of crypto culture: the mythical crypto anarchist Manifesto by Timothy C. May at the CypherPunk Meeting in 1992.

Groupe Serveur, an Internet pioneer in Europe since 1987 and Artprice by Artmarket’s reference shareholder, has always been sensitive to the CypherPunk community, itself a regular user of PGP (Pretty Good Privacy) since 1991.

For thierry Ehrmann, founder of the Server Group: ‘Computer scientist Philip Zimmermann is a visionary who very quickly understood the imperative need to protect personal data.’

Groupe Serveur’s culture is deeply rooted in cryptology and is very close to the Electronic Frontier Foundation. Simon Singh’s book The Code Book (1999) as a perfect illustration of the history of cryptology as experienced by Groupe Serveur.

With favourable legislation in Europe and/or USA, the issuance of this cryptocurrency by its American subsidiary Artprice Inc. (SoundView Press since 1992) will pursue one primary objective: to restore artists to the central place they should be occupying within the art market.

For thierry Ehrmann: ‘In historical terms, the nearest thing to the impact of NFTs on the art world was the paradigm shift we now call the ‘Renaissance’. Not since then – when Johannes Gutenberg’s printing press allowed artists to print editions of their work – has there been such a massive transfer of power into the hands of artists.

The Renaissance allowed artists to generate incomes and to control their production independently in their workshops and factories. Today with cryptocurrencies being essential to the exponentially growing NFT market, we are experiencing a similar paradigm shift.’

thierry Ehrmann, CEO of Artmarket.com and founder of Artprice, is a sculptor and visual artist, registered for over 36 years with copyright companies, and creator of the famous Abode of Chaos, a vast CyberPunk and dystopian metaverse of 6,300 works on a 9,000m² site in Lyon France.

Acutely aware of the conditions and responsibilities facing artists today, thierry Ehrmann has been communicating daily with other creators in various artistic disciplines and organising lively debates with artist-in-residence at the Abode of Chaos for three decades.

Artmarket.com wants to liberate artists from the cogs of an unforgiving system that slows their emergence. Formerly dependent on orders from ecclesiastical hierarchies, then from royal families and aristocrats, artists today are very often confronted with insurmountable economic obstacles preventing them from making themselves known and from being fairly compensated for their work.

An authorized creation of the Artprice Coin cryptocurrency by Artmarket.com will ultimately make it possible to restore the balance between artists and other players in the art market – a balance that is often weighted against the artist – via a more equitable distribution of wealth between the parties.

Artists will then be able to watch their income and notoriety grow without damaging their reputations or their relationships with the art market’s key players.

In 2022, entire communities, whether street, land or performance artists – often economically isolated from the art market due to the particular nature of their works – will finally have the opportunity to trade directly with their audiences using exchanges of Artprice Coin by Artmarket.com.

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/Philip-Zimmermann-IMG-7720.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Addendum d’Artmarket.com sur la cryptomonnaie Artprice Coin dans le marché des NFTs

2022/02/04 Commentaires fermés

Suite au communiqué du 07 décembre 2021 d’Artmarket.com :

https://www.actusnews.com/fr/artmarket/cp/2021/12/07/artmarket_com-le-marche-de-l_art-par-la-revolution-des-nfts-va-connaitre-une-croissance-exponentielle-avec-artprice-pour-les

Artmarket.com a reçu de très nombreuses demandes de précisions venant d’actionnaires, investisseurs et observateurs, mais aussi de la communauté des cryptomonnaies concernant le paragraphe :

« Le DNS artpricecoin.com, déposé en Décembre 2017 ainsi que les marques correspondantes, démontrent la sensibilisation précoce d’Artprice by Artmarket à ce changement de paradigme, aux NFTs et cryptomonnaies. »

Philip Zimmermann
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

Artmarket.com tient à préciser qu’à ce jour, il n’existe pas encore de cryptomonnaie spécifique au groupe, mais que ses groupes de travail, au terme d’une intense réflexion, ont projeté différents scénarios où le législateur français et/ou européen et/ou américain s’emparerait de cette longue culture désormais pratiquée par plus d’un milliard de personnes dans le monde pour légiférer avec sagesse au regard du monde numérique.

Ce ne serait que l’évolution naturelle de l’Histoire comme l’économie et la science nous l’ont appris au cours du XXe siècle.

En effet, comme le démontre la date de dépôt du DNS artpricecoin.com (.net .org…) et de ses marques, la stratégie globale d’Artmarket.com passe par la création d’une cryptomonnaie spécifique après approbations réglementaires.

Il faut savoir qu’Artprice, avec ses historiens et économistes, a replacé le contexte des cryptomonnaies de 2022 avec comme point de départ la version mythique du « cryptoanarchiste Manifesto »de Timothy C. May au CypherPunk Meeting de 1992.

Le Groupe Serveur, pionnier de l’Internet en Europe depuis 1987 et actionnaire de référence d’Artprice by Artmarket a toujours été sensible à la communauté CypherPunk, lui-même utilisateur régulier de PGP (Pretty Good Privacy) depuis 1991.

Pour thierry Ehrmann, fondateur du Groupe Serveur et d’Artprice : « Philip Zimmermann est indiscutablement un des grands visionnaires qui avait compris la nécessité impérative de protéger les données personnelles. »

La culture du Groupe Serveur est très ancrée dans la cryptologie et elle est très proche de l’Electronic Frontier Foundation. L’ouvrage de Simon Singh « The Code Book » (1999) est la parfaite illustration de l’histoire de la crypto selon groupe Serveur.

La mise en circulation de cette cryptomonnaie avec une législation favorable en Europe et /ou aux USA par sa filiale américaine Artprice Inc. (SoundView Press since 1992) poursuivra un objectif principal : redonner à l’artiste la place centrale qu’il doit occuper dans le Marché de l’Art.

Selon thierry Ehrmann : « Pour bien comprendre l’impact historique des NFTs indissociables des cryptomonnaies dans le monde de l’Art en 2021, il faut remonter à la Renaissance, pour accéder à un tel niveau de changement de paradigme. Nous n’avions jamais atteint un tel transfert de pouvoir entre les mains des artistes, car c’est bien grâce à l’imprimerie de Johannes Gutenberg que les artistes ont pu imprimer leurs premières éditions.

Ce changement de paradigme a permis aux artistes, pour la première fois de leur histoire, de générer des revenus et de pouvoir contrôler eux-mêmes leur production dans leurs ateliers et fabriques. Nous vivons à nouveau un changement de paradigme du même niveau historique, aujourd’hui avec les cryptomonnaies indispensables au marché des NFTs en croissance exponentielle ».

thierry Ehrmann, PDG d’Artmarket.com et fondateur d’Artprice, est également sculpteur plasticien, inscrit depuis plus de 36 ans aux sociétés de Droits d’Auteur, et auteur de la célèbre Demeure du Chaos / Abode of Chaos, vaste métavers CyberPunk et dystopique de 6300 œuvres sur 9 000m² :

thierry Ehrmann, très sensibilisé à la condition de l’artiste, échange quotidiennement et organise des débats animés avec d’autres créateurs de disciplines artistiques diverses en résidence à La Demeure du Chaos / Abode of Chaos depuis 30 ans.

Artmarket.com a la volonté de contribuer à affranchir l’artiste des rouages d’un système implacable qui ralentissent son émergence. Autrefois tributaire des commandes des Princes de l’Église, puis des Princes de sang, l’artiste est bien souvent confronté aujourd’hui à des obstacles économiques infranchissables qui l’empêchent de se faire connaître et d’être justement rétribué pour son travail.

La création autorisée de la cryptomonnaie Artprice Coin par Artmarket.com permettrait à terme de rétablir enfin les équilibres entre l’artiste et les autres acteurs du Marché de l’Art, souvent rompus au détriment de l’artiste, avec une redistribution des richesses plus équitables entre les parties.

L’artiste pourra alors voir croître ses revenus, sa notoriété, sans pour autant écorner son image et sa relation avec les acteurs du Marché de l’Art.

En 2022, des communautés entières, comme les artistes du Street Art, de Land Art et les performeurs en particulier, souvent à l’écart économiquement du Marché de l’Art étant donné la spécificité de leurs œuvres, auront enfin l’opportunité de rencontrer directement leur public grâce aux échanges en Artprice Coin d’Artmarket.com.

Image : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/Philip-Zimmermann-IMG-7720.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Addendum from Artmarket.com concerning the cryptocurrency Artprice Coin in the NFT market

2022/02/03 Commentaires fermés

Following Artmarket.com’s press release of 7 December 2021:

https://www.actusnews.com/fr/artmarket/cp/2021/12/07/artmarket_com-here_s-why-the-art-market-via-the-nft-revolution-will-enjoy-exponential-growth-with-artprice

Artmarket.com has received requests for further details from shareholders, investors, observers and the cryptocurrency community concerning, notably, the following paragraph in that press release:

The DNS artpricecoin.com, filed in December 2017 (along with all the corresponding names) illustrates Artprice by Artmarket’s early awareness of this paradigm shift to NFTs and cryptocurrencies‘.

Philip Zimmermann
Courtesy of Organe Museum / Abode of Chaos / La Demeure du Chaos

Artmarket.com wishes to point out that, to date, there is not yet a specific cryptocurrency for the group, but that its work groups, after intense reflection, projected different scenarios where French and/or European legislators and/or American legislators would start building workable legislative frameworks for a crypto-culture which already has a relatively long history and is currently practised by more than a billion people around the world.

The development and implementation of these frameworks (i.e. the legal adjustment to an existing reality) is a process seen repeatedly throughout history, particularly in the fields of economics and science during the 20th century.

Artmarket.com’s global strategy has long included the creation of a specific cryptocurrency for the art market, as demonstrated by the filing date of the DNS artpricecoin.com (.net .org, etc. and its corresponding names).

Artprice has been studying the historical and economic realities of the art market for many years, both at its core and on its periphery, and it wishes to remind today’s emerging cryptocurrency community of the real starting point of crypto culture: the mythical crypto anarchist Manifesto by Timothy C. May at the CypherPunk Meeting in 1992.

Groupe Serveur, an Internet pioneer in Europe since 1987 and Artprice by Artmarket’s reference shareholder, has always been sensitive to the CypherPunk community, itself a regular user of PGP (Pretty Good Privacy) since 1991.

For thierry Ehrmann, founder of the Server Group: ‘Computer scientist Philip Zimmermann is a visionary who very quickly understood the imperative need to protect personal data.’

Groupe Serveur’s culture is deeply rooted in cryptology and is very close to the Electronic Frontier Foundation. Simon Singh’s book The Code Book (1999) as a perfect illustration of the history of cryptology as experienced by Groupe Serveur.

With favourable legislation in Europe and/or USA, the issuance of this cryptocurrency by its American subsidiary Artprice Inc. (SoundView Press since 1992) will pursue one primary objective: to restore artists to the central place they should be occupying within the art market.

For thierry Ehrmann: ‘In historical terms, the nearest thing to the impact of NFTs on the art world was the paradigm shift we now call the ‘Renaissance’. Not since then – when Johannes Gutenberg’s printing press allowed artists to print editions of their work – has there been such a massive transfer of power into the hands of artists.

The Renaissance allowed artists to generate incomes and to control their production independently in their workshops and factories. Today with cryptocurrencies being essential to the exponentially growing NFT market, we are experiencing a similar paradigm shift.’

thierry Ehrmann, CEO of Artmarket.com and founder of Artprice, is a sculptor and visual artist, registered for over 36 years with copyright companies, and creator of the famous Abode of Chaos, a vast CyberPunk and dystopian metaverse of 6,300 works on a 9,000m² site in Lyon France.

Acutely aware of the conditions and responsibilities facing artists today, thierry Ehrmann has been communicating daily with other creators in various artistic disciplines and organising lively debates with artist-in-residence at the Abode of Chaos for three decades.

Artmarket.com wants to liberate artists from the cogs of an unforgiving system that slows their emergence. Formerly dependent on orders from ecclesiastical hierarchies, then from royal families and aristocrats, artists today are very often confronted with insurmountable economic obstacles preventing them from making themselves known and from being fairly compensated for their work.

An authorized creation of the Artprice Coin cryptocurrency by Artmarket.com will ultimately make it possible to restore the balance between artists and other players in the art market – a balance that is often weighted against the artist – via a more equitable distribution of wealth between the parties.

Artists will then be able to watch their income and notoriety grow without damaging their reputations or their relationships with the art market’s key players.

In 2022, entire communities, whether street, land or performance artists – often economically isolated from the art market due to the particular nature of their works – will finally have the opportunity to trade directly with their audiences using exchanges of Artprice Coin by Artmarket.com.

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/Philip-Zimmermann-IMG-7720.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com: Pak allows thousands of collectors to buy part of a work whose total price reaches USD 91.8 million

2022/02/02 Commentaires fermés

The idea of buying an artwork collectively goes back a long way and has been entertained in various schemes and formats. But the problem of how to resell your ‘shares’ was always a complicated obstacle.

However, according to Artprice, this problem has finally found a solution with NFTs. Anonymous artist Pak put « mass units » up for sale on Nifty Gateway for 48 hours. The final work, titled The Merge, is made up of 266,445 “units” that can be sold separately and instantly on the blockchain. 

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), sold for $520,000 by Artcurial on February 23, 2020

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), sold for $520,000 by Artcurial on February 23, 2020

thierry Ehrmann, CEO and Founder of Artmarket.com and its Artprice department: “Blockchain and NFTs have at last made it possible to design properly effective forms of securitization on the art market. Non-fungible tokens open up endless possibilities for the acquisition of shares in a work, as Pak has demonstrated with this extraordinary sale. This represents a veritable paradigm shift for the art market”.

28,000 collectors

From now on, the unknown factor is no longer the sale price (fixed in advance) but rather the number of units purchased. Moreover, Pak and Nifty Gateway developed a whole strategy to boost demand during the 48 hours that the sale lasted:

– initial price of $299 for loyal collectors of Pak and $400 for new entrants

– increasing price by $25 every six hours

– for 10 units purchased an eleventh is free; for 1,000 units purchased 300 more are free

– a continuous real-time ranking of the best buyers (under pseudonyms)

– the work Alpha Mass offered to the largest buyer

In total, 266,445 “mass units” were purchased for $91.8 million by 29,000 different buyers. This makes an average price of $316 per unit and an average of 9 units acquired per buyer. According to Artprice by Artmarket, the result is a genuine ‘community’ that the artist has brought together to create a gigantic and dematerialized work, in which everyone is free to resell their shares at any time.

Typically, works of art are auctioned off as one-offs rather than as a series. Jeff Koons’ Rabbit sculpture (1986) made Koons the most expensive living artist in 2019 when it sold for $91.12 million.

One or more works?

In April 2021, Pak organized a sale with Sotheby’s called The Fungible Collection. For three days, for only 15 minutes each day, anyone could acquire “cubes” at a fixed price:

– 1st day: 19,737 cubes sold at $500 = $9,868,500

– 2nd day: 3,268 cubes sold at $1,000 = $3,268,000

– 3rd day: 593 cubes sold at $1,500 = $718,500

While the cubes in each buyer’s wallet were linked, the 23,598 cubes did not make a total work per se: each purchaser acquired his own set of cubes with an average purchase price of $587. Similarly, Beeple’s The first 5,000 days (sold at Christie’s in March 2021 for $ 69.4 million), is theoretically made up of 5,000 full works, the average price of which is therefore around $14,000.

By way of comparison, the sale of the Macklowe Collection on 15 November 2021 at Sotheby’s New York raised $676 million from 35 works; that’s an average value of $19.3 million per lot. The comparison doesn’t make a lot of sense except from the point of view of the homogeneity of the works and their securitization. Imagine you’d been given the opportunity of acquiring a share in Mark Rothko’s No. 7 (which entered the Macklowe Collection in 1987) for $500. After its sale for $82.5 million, you would own a 165,000th part of the painting.

However, Pak’s approach is the opposite since the work, The Merge, did not yet exist at the time of the sale. No-one knew what it was going to look like. By buying a part of this unknown work, each collector contributes to it. Encouraged by a low starting price but also encouraged to acquire the largest number of units in order to receive a reward, The Merge is a game that brings together technology buffs, cryptocurrency and NFT devotees and art enthusiasts increasingly fascinated by this universe. 

Artists have now moved into the primary position around which the art market revolves.

According to Artmarket.com, NFTs represent a genuine grassroots movement that has created its own ecosystem, with a virtuous economy and exponential growth potential.

Indeed, the turnover generated by NFTs so far this year (to 9 December 2021) – as measured by ERC 721 and ERC 1155 Ethereum smart contracts relating to the art market and collections – is 26.9 billion dollars (source Chainalysis).

Image: [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/Invader-Joconde.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com : Pak permet à des milliers de collectionneurs d’acheter une partie d’une oeuvre NFT dont le prix global atteint 91,8m USD

2022/02/02 Commentaires fermés

Acheter une œuvre à plusieurs est un très vieux rêve sur le Marché de l’Art. Mais comment pouvoir revendre ses parts quand on le souhaite ? Ce problème trouve enfin une solution avec les NFTs, selon Artprice.

L’artiste anonyme Pak a mis pendant 48 heures des « unités de masse » en vente sur Nifty Gateway. L’oeuvre finale, intitulée The Merge, est constituée de 266 445 « unités » qui peuvent être revendues séparément et instantanément sur la blockchain.

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), vendue 520 000$ par Artcurial le 23 février 2020

Invader – Rubik Mona Lisa (2005), vendue 520 000$ par Artcurial le 23 février 2020

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « La Blockchain et les NFTs permettent de concevoir des formes de titrisation enfin efficaces sur le Marché de l’Art. Les tokens non fongibles ouvrent une infinité de façons d’acquérir une partie d’oeuvre, comme l’a démontré Pak avec cette vente extraordinaire. Le Marché de l’Art est en train de vivre une révolution par ce changement de paradigme. »

28 000 collectionneurs

Désormais, l’inconnue n’est plus le prix de vente (fixé à l’avance) mais le nombre d’unités achetées. Aussi Pak et Nifty Gateway avaient-ils mis au point toute une stratégie pour dynamiser la demande pendant les 48h de la vente :

– prix initial de 299$ pour les fidèles collectionneurs de Pak et 400$ pour les nouveaux entrants

– prix incrémenté de 25$ toutes les six heures

– pour 10 unités achetées, une onzième est offerte ; pour 1 000 unités achetées, 300 sont offertes

– un classement continu des meilleurs acheteurs (sous pseudo)

– l’œuvre Alpha Mass offerte au plus grand acheteur

Au total, 266 445 « unités de masse » ont été achetées pour 91,8 m$ par 29 000 acheteurs différents. Cela fait un prix moyen de 316$ par unité et une moyenne de 9 unités acquises par acheteur. C’est, selon Artprice by Artmarket, une véritable communauté que l’artiste fédère ici pour créer une œuvre gigantesque et dématérialisée, dont chacun est libre de revendre ses parts à tout moment.

En règle générale, les œuvres d’art sont vendues aux enchères en tant que pièces uniques plutôt qu’en séries. La sculpture Rabbit, de 1986, a fait de Jeff Koons l’artiste vivant le plus cher en 2019 lorsqu’elle s’est vendue à 91,12 millions de dollars.

Une ou plusieurs œuvres ?

En avril 2021, Pak avait organisé avec Sotheby’s une vente intitulée « The Fungible Collection ». Trois jours durant, pendant 15 minutes seulement à chaque fois, n’importe qui pouvait acquérir des « cubes » a prix fixe :

– 1er jour : 19 737 cubes vendus à 500$ = 9 868 500$

– 2ème jour : 3 268 cubes vendus à 1 000$ = 3 268 000$

– 3ème jour : 593 cubes vendus à 1 500$ = 718 500$

Si les cubes se combinaient dans le portefeuille de chaque acheteur, les 23 598 cubes ne faisaient pas une œuvre totale : chacun possède son propre ensemble de cubes dont le prix d’achat moyen atteint 587$. De même, l’œuvre de Beeple The first 5,000 days, vendue chez Christie’s en mars 2021 pour 69,4m$, est théoriquement constituée de 5 000 œuvres à part entière, dont le prix moyen avoisine donc les 14 000$.

À titre de comparaison, la vente de la Maclowe Collection le 15 novembre 2021 chez Sotheby’s New York a récolté 676 m$ avec 35 œuvres, soit une valeur moyenne de 19,3 m$ par lot. La comparaison n’a pas beaucoup de sens, sinon de questionner l’homogénéité des œuvres et leur titrisation. Imaginez que vous ayez la possibilité d’acquérir pour 500$ une part de l’œuvre No. 7 de Mark Rothko, entrée dans la Macklowe Collection en 1987. Vous posséderiez un 165 000ème de la toile (vendue 82,5 m$).

Seulement la démarche de Pak est inverse, dans la mesure où l’œuvre The Merge n’existait pas encore à l’heure de la vente. Personne ne savait à quoi elle allait ressembler. C’est en achetant une part de cette inconnue que chaque collectionneur y contribue. Encouragé par un faible prix de départ mais aussi à acquérir le plus grand nombre d’unités pour recevoir une œuvre de récompense, The Merge est un jeu qui rassemble les passionnés de technologies, les adeptes de cryptomonnaies et de NFTs ainsi que les amateurs d’art de plus en plus fascinés par cet univers.

L’artiste se réjouit de redevenir le noyau central sur lequel s’articule l’ensemble Marché de l’Art.

Il peut ainsi faire entrer ses collectionneurs dans son univers/métavers, en créant une interactivité avec eux.

Selon Artmarket.com, les NFTs sont une véritable lame de fond qui a créé son écosystème, avec une économie vertueuse et une croissance exponentielle.

En effet, le chiffre d’affaires des NFTs d’art de cette année, arrêté au 09/12/2021, est de 26,9 milliards de dollars, associés au contrat ERC 721 et ERC 1155, qui sont des contrats intelligents Ethereum, associés au Marché de l’Art et aux collections (source Chainalysis).

Images : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/12/Invader-Joconde.jpg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :