Archive

Posts Tagged ‘USA’

Artprice: H1 2018 Global Art Market Report – all indicators are positive.

2018/08/06 Commentaires fermés

First Half 2018: the Art Market posted a general recovery of +18%

1 Global auction turnover on Fine Art* rose 18%, totalling $8.45 billion

2 Transaction numbers remained stable with 262,000 lots sold, up 2.5% vs. H1 2017

3 The USA posted a massive 48% increase, with total turnover of $3.3 billion

4 China*, with $2 billion in turnover, reduced its unsold rate before a decisive H2

5 The UK, with auction turnover up 18% to $1.9 billion, is just behind China

6 The EU is contributing to growth: France +8%, Germany +17%, Italy +22%

7 Modern Art, the mainstay of the market’s high-end, accounted for 46% of total turnover

8 Modigliani and Picasso both scored results above $100 million threshold

9 Zao Wou-Ki was China’s best-performer in H1 2018 with total sales of $155 million

10 Contemporary Art’s global price index rose 27%, a serious competitor of the S&P 500

* Public sales of Fine Art (Painting, Sculpture, Drawing, Photography, Prints, Installations)

**In collaboration with Art Market Monitor of Artron (AMMA)

General conclusion…

Worldwide, the Art Market grew by +18% in H1 2018, pursuing the growth we saw in H1 2017 (+9%) and confirmed in H2 2017 (+32%).
Global figures

At a global level, more than 262,000 Fine Art lots were auctioned in the first six months of 2018, generating a total product of $8.45 billion (including fees). Artprice, the world leader in Art Market information since 1987, has systematically analysed and digested the results of more than 3,532 auction sales around the world. This half-year report covers public sales of Fine Art (painting, sculpture, drawing, photography, prints and installations).

Read Artprice.com’s H1 2018 Global Art Market Report online at: https://www.artprice.com/artprice-reports/global-art-market-in-h1-2018-by-artprice-com

According to thierry Ehrmann, Artprice founder and CEO, “Since the turn of the century, the Art Market has demonstrated an exceptionally high degree of maturity, resisting the NASDAQ crisis, the consequences of nine-eleven, of the second Iraq war and of course the unprecedented financial and economic crises that started in 2007. Since then, it has been operating against a backdrop of negative interest rates that undermine the value of savings and, more recently, in a global context of heightening geopolitical tensions. During these past 18 years, the Art Market has managed to adapt to reality, not only avoiding its own collapse in the face of financial crises, but actually creating a genuine investment safe-haven without forming a speculative bubble.

The attractive returns on art over the last few years have outperformed many other investments and the Art Market has become an independent, liquid and efficient market on all continents.

Top 10 Countries by Auction Turnover H1 2018

Country – Turnover – (Market Share)

1 United States – $3,341,746,766 – (39.6%)

2 China – $1,997,226,110 – (23.6%)

3 United Kingdom – $1,873,284,804 – (22.2%)

4 France – $372,461,596 – (4.4%)

5 Germany – $122,765,010 – (1.5%)

6 Italy – $118,907,954 – (1.4%)

7 Switzerland – $76,847,823 – (1.3%)

8 Japan – $66,901,157 – (0.9%)

9 Austria – $53,562,620 – (0.8%)

10 India – $38,351,733 – (0.6%)

Other: – $383,793,555 – (5.0%)

The Top 500 artists by sales product indicates China has acquired, over he years, a significant position in the Art Market and now boasts 128 of the world’s 500 most-rated artists, far ahead of the United States (82) and Great Britain (27).

The data pertaining to the Chinese Art market is the fruit of Artprice’s 7-year collaboration with its Chinese institutional partner, Artron Group and AMMA (Art Market Monitor by Artron), directed by Wan Jie.

Despite a relatively unfavourable economic context, the global art market has shown signs of buoyancy, driven by a powerful combination of investment logic, speculative buying, passion collecting and insatiable demand for major signatures from new museums around the world.

These growth drivers rely heavily on easy access to reliable Art Market information such as provided by Artprice (pioneer and global leader in the field) and have been boosted by a whole series of underlying phenomena. These include a rapidly spreading awareness that every aspect of participation in the art market, including online sales, can be conducted via the Internet (98% of participants are connected to Internet); a financialisation of the art market’s high-end fostered by its stability and transparency; a rapid increase in the art-buying population from roughly 500,000 after 1945 to approximately 90 million in 2018; a significant reduction in the average age of market players and a major geographical expansion of the market to nearly all of Asia, the Pacific Rim, India, South Africa, the Middle-East and South America

Another massive Art Market driver is the new-era museum industry (700 new museums per year) that has become a significant economic reality in the 21st century. More museums opened between 2000 and 2014 than in the previous two centuries.

Hungry for museum quality works, this sector is one of the primary drivers of the Art Market’s spectacular growth. The Art Market is now both mature and liquid, offering yields of 10% to 15% per year on works valued over $100,000.

Considering these macro- and micro-economic data, the past 18 years have confirmed the Art Market’s potential as a safe haven against economic and financial turbulence, generating substantial and recurring yields.

With central banks effectively working in a negative interest rate environment, the Art Market looks very healthy by comparison having posted a 2,108% growth in the annual auction turnover of its Contemporary segment over the past 18 years. The global Art Market has also posted linear growth

In the average value of an artwork (Old, Modern and Contemporary) of +25% over the same period. If we look at the Contemporary segment alone, the progression is +88%.

These returns are not just reserved for “star” artists. We find a substantial average annual yield of +9% on works sold above the €20,000 threshold.

The Artprice100® shows a progression of +360% since 2000. About Artprice100® :

https://www.actusnews.com/fr/ARTPRICE/cp/2018/01/31/artprice-launches-its-blue-chip-art-market-index-artprice100-reg-designed-for-financiers-and-investors

The Art Market is an efficient, historical and global market whose capacity to resist economic and geopolitical crises requires is now beyond doubt.
TOP 20 artists – H1 2018 © Artprice com

Artist — Turnover (USD) — Number of works sold — Best result (USD)

1 Pablo PICASSO (1881-1973) – $602,865,747 – 1,841 – $115,000,000

2 Claude MONET (1840-1926) – $267,055,149 – 22 – $84,687,500

3 Andy WARHOL (1928-1987) – $175,393,487 – 778 – $37,000,000

4 Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) – $162,756,656 – 64 – $45,315,000

5 Amedeo MODIGLIANI (1884-1920) – $160,869,523 – 22 – $157,159,000

6 ZAO Wou-Ki (1921-2013) – $154,558,288 – 268 – $23,305,301

7 Henri MATISSE ( 1869-1954) – $144,675,227 – 227 – $80,750,000

8 ZHANG Daqian (1899-1983) – $107,478,086 – 283 – $13,129,521

9 Kasimir MALEVICH (1878-1935) – $96,248,783 – 6 – $85,812,500

10 Joan MIRO (1893-1983) – $87,818,817 – 696 – $21,687,500

11 Gerhard RICHTER (1932-) – $80,720,365 – 177 – $16,563,000

12 David HOCKNEY (1937-) –$77,358,842 – 214 – $28,453,000

13 Alberto GIACOMETTI (1901-1966) – $73,528,071 $ – 74 – $16,647,567

14 Francis BACON (1909-1992) –$73,156,871 – 58 – $49,812,500

15 Constantin BRANCUSI (1876-1957) –$71,921,220 – 3 – $71,000,000

16 QI Baishi (1864-1957) – $64,402,510 – 169 – $8,753,015

17 Paul GAUGUIN (1848-1903) – $63,511,735 – 34 – $35,187,500

18 Fernand LÉGER (1881-1955) – $ 62,655,125 – 122 – $19,437,500

19 Richard DIEBENKORN (1922-1993) – $62,311,216 – 54 – $23,937,500

20 Yayoi KUSAMA (1929-) – $61,861,631 – 344 – $4,534,985

Top 10 auction results in H1 2018 © Artprice com

Artist Work Price (USD) Date Auctioneer

1 Amedeo MODIGLIANI (1884-1920) – Nu couché (sur le côté gauche) (1917) – $157,159,000 – 14/05/2018 – Sotheby’s New York

2 Pablo PICASSO (1881-1973) – Fillette à la corbeille fleurie (1905 ) – $115,000,000 – 08/05/2018 – Christie’s New York

3 Kasimir MALEVICH (1878-1935) – Suprematist Composition (1916) – $85,812,500 – 15/05/2018 – Christie’s New York

4 Claude MONET (1840-1926) – Nymphéas en fleur (c.1914-1917) – $84,687,500 – 08/05/2018 – Christie’s New York

5 Henri MATISSE (1869-1954) – Odalisque couchée aux magnolias (1923) – $80,750,000 – 08/05/2018 – Christie’s New York

6 Constantin BRANCUSI (1876-1957) – La jeune fille sophistiquée (1928) – $71,000,000 – 15/05/2018 – Christie’s New York

7 Pablo PICASSO (1881-1973) – Femme au béret et à la robe quadrillée (1937) – $68,702,214 – 28/02/2018 – Sotheby’s London

8 Pablo PICASSO (1881-1973) – La Dormeuse (1932) – $57,829,046 – 08/03/2018 – Phillips London

9 Francis BACON (1909-1992) – Study for Portrait (1977) – $49,812,500 – 17/05/2018 – Christie’s New York

10 Jean-Michel BASQUIAT (1960-1988) – Flexible (1984) – $45,315,000 – 17/05/2018 – Phillips New York

Copyright www.artprice.com thierry Ehrmann 1987/2018

About Artprice:

Artprice is listed on the Eurolist by Euronext Paris, SRD long only and Euroclear: 7478 – Bloomberg: PRC – Reuters: ARTF.

Dicover Artprice in video: https://www.artprice.com/video

Artprice is the global leader in art price and art index databanks. It has over 30 million indices and auction results covering more than 700,000 artists. Artprice Images(R) gives unlimited access to the largest Art Market resource in the world: a library of 126 million images or prints of artworks from the year 1700 to the present day, along with comments by Artprice’s art historians.

Artprice permanently enriches its databanks with information from 6,300 auctioneers and it publishes a constant flow of art market trends for the world’s principal news agencies and approximately 7,200 international press publications. For its 4,500,000 members, Artprice gives access to the world’s leading Standardised Marketplace for buying and selling art. Artprice is preparing its blockchain for the Art Market. It is BPI-labelled (scientific national French label)Artprice’s Global Art Market Annual Report for 2017 published last March 2018: https://www.artprice.com/artprice-reports/the-art-market-in-2017

Artprice’s Contemporary Art Market Annual Report for 2017 – free access at: https://www.artprice.com/artprice-reports/the-contemporary-art-market-report-2017
Artprice’s press releases:

http://serveur.serveur.com/Press_Release/pressreleaseen.htm

https://twitter.com/artpricedotcom

Artmarket News:

https://twitter.com/artpricedotcom & https://twitter.com/artmarketdotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom & https://plus.google.com/+Artpricedotcom/post

http://artmarketinsight.wordpress.com/

Discover the Alchemy and the universe of Artprice http://web.artprice.com/video, which headquarters are the famous Museum of Contemporary Art, the Abode of Chaos:

http://goo.gl/zJssd

https://vimeo.com/124643720

The Contemporary Art Museum The Abode of Chaos on Facebook: https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Contact: ir@artprice.com

Publicités

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l’Art mondial 2017 : un véritable marché alternatif aux marchés financiers, dominé par la Chine

2018/02/28 Commentaires fermés

Fruit d’une alliance entre Artprice, le Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, présidé et fondé par thierry Ehrmann, et son puissant partenaire institutionnel Chinois Artron, présidé par Wan Jie, le 20ème Rapport Annuel* du Marché de l’Art mondial offre enfin une parfaite lecture du marché pour l’Orient et l’Occident. Les deux entités fusionnent l’intégralité de leurs ressources pour analyser le Marché de l’Art global avec une exhaustivité jamais atteinte jusqu’alors, permettant ainsi de dévoiler les enjeux d’une compétition d’une rare férocité. Personne dans le monde à ce jour ne peut produire de telles métadonnées issues du Big Data tant sur le plan macro-économique que micro-économique.

Ce rapport contient le célèbre classement Artprice des 500 artistes les plus puissants au monde, le top 100 des enchères, l’indice Artprice100® qui s’impose en salles des marchés, l’analyse par pays et par capitales, l’analyse par périodes et par médiums, les différents indices d’Artprice et 18 chapitres clés pour décrypter implacablement le Marché de l’Art. Accessible gratuitement sur Artprice.com

https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2017

Le Marché de l’Art, en très forte croissance, entre dans une nouvelle ère

*Ventes publiques de Fine Art : peinture, sculpture, dessin, photographie, estampe, installation. Période analysée : 1er janvier 2017 – 31 décembre 2017

Bilan général

Les ventes aux enchères de Fine Art atteignent 14,9Mrd$ sur douze mois

Le CA augmente de +20% par rapport à l’exercice précédent

La croissance, amorcée au S1 (+9%), s’envole au S2 (+32%)

502 900 oeuvres ont été vendues en 2017 (+3%)

Le taux d’invendus est à 34% (contre 36% en 2016)

L’indice des prix est parfaitement stable sur 12 mois

La vente du « Salvator Mundi » de Leonardo Da Vinci pour 450m$, fait entrer le Marché de l’Art dans une nouvelle ère où le prochain palier est 1Mrd$. En 2018, le Marché de l’Art comblera de manière certaine le gap entre 179m$ et 450m$.

Soft Power

La Chine reste la 1ère puissance mondiale avec 5,1Mrd$, soit 34,2% du CA mondial

Les États-Unis se placent juste derrière avec 4,9Mrd$

Les 5 premières puissances sont toutes en progression en termes de CA :

Chine +7%, USA +42%, Royaume-Uni +18%, France +35%, Allemagne +12%

La France #4 pèse 5,3% du CA mondial avec 784m$, devant l’Allemagne 256m$, mais reste terriblement distancée par les trois premières puissances. La croissance française est tributaire des géantes anglo-saxonnes. Les ventes aux enchères de Fine Art sont certes en hausse de +35%, mais ce résultat est imputable pour l’essentiel aux deux puissantes Maisons de Ventes anglo-saxonnes Christie’s et Sotheby’s, qui affichent respectivement une croissance de +58% et de +35% à Paris.

La domination de Christie’s et Sotheby’s sur le territoire français ne cesse de croître : ces deux enseignes concentrent aujourd’hui plus de la moitié du produit des Ventes aux enchères Fine Art en France: 54% en 2017 contre 47% en 2016.

Concrètement, Christie’s et Sotheby’s sont à présent plus performantes à elles deux que les 214 autres Maisons de Ventes françaises.

Christie’s est n°1 des Maisons de Ventes de la planète avec 4,4Mrd$ devant Sotheby’s 3,4Mrd$

En Chine, Poly Auction (1Mrd$) surpasse China Guardian (815m$)

Phillips se place en 5ème position avec 471m$

En Europe, l’Allemande Dorotheum (78m$) et la Française Artcurial (76m$) se distinguent

Tendances

231 artistes européens se classent dans le Top 500, 162 asiatiques, 82 nord-américains

Le top 10 des artistes est très varié: 4 chinois, 3 européens, 3 américains

De nombreux records pour des figures phares: Leonardo Da Vinci, Basquiat, Qi Baishi, Zao-Wou-Ki, Marc Chagall, Fernand Léger, Constantin Brancusi

Performances financières

Les ventes répétées** ont un rendement annuel moyen variant entre +5,5% et +8,3%

Les oeuvres achetées entre 200 000$ et 1 m$ ont le rendement annuel le plus fort : +8,3%

** La même oeuvre achetée aux enchères et revendue aux enchères en 2017

Artprice100© « Les Loups de Wall Street sont aux portes du Marché de l’Art »

L’Artprice100® affiche une progression de +360% depuis 2000

Soit un rendement annuel moyen de +8,9%

4 artistes sont remplacés entre l’exercice 2016 et 2017

En 2000, 1 artiste chinois figure dans la composition (Zhang Daqian) contre 18 en 2017

France

Vers une refonte de la régulation des ventes volontaires en France

Dans le cadre de nombreux documents publics, il ressort des prises de position des acteurs du Marché de l’Art français, notamment le Syndicat des Maisons de Ventes (SYMEV), les faits suivants : alors que le marché de l’art s’est mondialisé, en particulier sous l’effet de la généralisation des enchères sur internet, la part de la France, qui dominait ce marché à plus de 60% jusque dans les années 70, est dangereusement tombée à moins de 4% en 2016 ! Conscients de cette préoccupante réalité, les professionnels du secteur, réunis au sein du Syndicat des Maisons de Ventes (le SYMEV), ont tiré la sonnette d’alarme depuis un an, et ils ont manifestement été entendus.

En effet, la convention annuelle des Commissaires-priseurs qui s’est tenue fin 2017 l’a confirmé : les pouvoirs publics travaillent à une refonte du cadre de régulation – obsolète et contesté – des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques en France, afin de transformer la Conseil des Ventes Volontaires (CVV) en instance d’autorégulation, plus proche des réalités du marché et de ses enjeux numériques et mondiaux.

Fin novembre, devant toute la profession réunie, Sylvain Maillard, Député de Paris dans la circonscription de l’Hôtel Drouot et ancien porte-parole de campagne d’Emmanuel Macron l’a clairement affirmé: « toutes vos questions ont été entendues par les pouvoirs publics (…) et les pistes de réflexion sur les réponses à y apporter sont en cours d’élaboration et d’instruction. »

Nul doute que la matinée d’auditions au Sénat le 7 mars prochain consacrée à « l’attractivité et la compétitivité juridiques du marché de l’art français », sous la double égide de la Commission des Lois et de la Commission de la Culture du Sénat, s’inscrit dans cette dynamique réformatrice, devant conduire à l’adoption d’un cadre rénové dès 2018.

La levée d’une chape de plomb administrative unique en Europe serait annonciatrice d’une reconquête par le marché de l’Art français de la juste place qui fut la sienne durant plus d’un siècle sur le marché mondial. Fin de citation.

Véritable consécration pour Artprice car ces événements en cours satisfont l’intégralité des demandes d’Artprice au terme d’une féroce bataille.

Entre logique d’investissement, spéculation, collections passionnées, demande insatiable de grandes signatures pour alimenter les nouveaux Musées du monde, le nombre de transactions du Marché de l’Art mondial affiche une très bonne santé dans le Monde avec une hausse spectaculaire de 20% du produit des ventes, malgré la stagnation de l’économie mondiale. Le chiffre d’affaires 2017 est très impressionnant avec un résultat global de 14,9Mrd$ d’enchères publiques.

Les leviers d’une telle croissance passent par la facilité d’accès aux informations sur le Marché de l’Art, la dématérialisation des ventes – le tout sur Internet avec 98% des acteurs connectés- la financiarisation du marché, l’accroissement des consommateurs d’art (de 500 000 à l’après-guerre à 90 millions en 2017), leur rajeunissement, l’extension du marché à toute la Grande Asie, zone Pacifique, Inde, Afrique du Sud, Moyen-Orient et Amérique du Sud.

Ils passent aussi par l’industrie muséale (700 nouveaux Musées/an) devenue une réalité économique mondiale au XXIème siècle. Il s’est construit plus de Musées entre 2000 et 2014 que durant tous les XIXème et XXème siècles. Cette industrie dévoreuse de pièces muséales est l’un des facteurs primordiaux de la croissance spectaculaire du Marché de l’Art. Le Marché de l’Art est désormais mature et liquide, offrant des rendements de plus de 8% par an pour les oeuvres supérieures à 200 000$.

En 2017, dans le combat de titans Chine / USA, le Marché de l’Art mondial Fine Art explose en Occident et consacre néanmoins la Chine dans son rôle de première puissance mondiale, malgré +42% de CA pour les USA et la vente record et historique du Salvator Mundi de Léonard Da Vinci à 450m$ chez Christie’s USA. Cette domination s’établit avec une avance de 200m$ aux dépens des USA. Le pouvoir de l’Art constitue un Soft Power essentiel pour les États-Unis, la Chine et à une autre échelle le Qatar et les Émirats arabes unis.

De même, cette année les artistes chinois dans le classement Top 500 représentent 32,4%, ce qui démontre, outre le chiffre d’affaires, la suprématie de la Chine vis-à-vis des USA qui ne représentent que 16,4%. Pour information, le Top 500 des artistes les plus performants compte 46,2% d’artistes européens et 5% d’autres nationalités (pays d’Amérique Latine et d’Asie du Sud-Ouest).

Au regard de ces données macro et micro-économiques, le Marché de l’Art s’affirme depuis 18 ans comme une valeur refuge face aux crises économiques et financières avec des rendements conséquents et récurrents.

Alors que les Banques Centrales appliquent des taux négatifs, le Marché de l’Art affiche une santé insolente avec par exemple l’Artprice100® (indice global et planétaire sur l’Art ancien, moderne et contemporain) qui affiche une progression de +360% depuis 2000. Ces rendements ne sont pas réservés aux artistes stars. En effet, on obtient des rendements annuels déjà significatifs de l’ordre de +5,5% dès que le prix d’une oeuvre franchit le prix de 20 000$.

L’omniprésence d’Internet par plus de 5 milliards de personnes connectées (Source Microsoft) devient désormais l’Espace unique et définitif des Maisons de Ventes de tout pays, au coeur de leur stratégie de conquête sur tous les continents. 98% des 6 300 Maisons de Ventes dans le monde sont aujourd’hui présentes sur Internet (elles n’étaient que 3% en 2005).

Le Marché de l’Art est un marché efficient, historique, mondial et dont la capacité à résister aux crises économiques et géopolitiques n’est plus à démontrer. Il surperforme depuis 18 ans les principaux marchés de placement de manière incontestable.

Copyright 1987-2018 thierry Ehrmann

A propos d’Artprice :

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF.

Découvrir Artprice en vidéo : https://fr.artprice.com/video

Artprice est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 700 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 126 millions d’images ou gravures d’oeuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 6300 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des oeuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce). Artprice labellisée par le BPI développe son projet de Blockchain sur le Marché de l’Art.

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l’Art mondial 2017 publié en mars 2018:
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2017

Le rapport du Marché de l’Art Contemporain 2017 d’Artprice est accessible gratuitement à l’adresse : https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2017

Sommaire des communiqués d’Artprice :
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

https://twitter.com/artpricedotcom

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artprice sur Facebook, Google+ Twitter : https://twitter.com/artpricedotcom & https://twitter.com/artmarketdotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom

https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

http://artmarketinsight.wordpress.com/

Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos http://goo.gl/zJssd https://vimeo.com/124643720

Musée d’Art Contemporain siège social d’Artprice:
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Contact ir@artprice.com

Artprice’s Annual Report on the Global Art Market in 2017: a genuine alternative to financial markets, with China in first place

2018/02/28 Commentaires fermés

Our 20th Global Art Market Annual Report is once again the fruit of an alliance between Artprice, world leader in Art Market information, founded and directed by thierry Ehrmann, and Artron, its powerful Chinese institutional partner, directed by Wan Jie. The result is the only truly global art market report providing reliable insight into both the Western and the Eastern art market. By pooling their resources to analyse the global Art Market in unprecedented detail, our two structures highlight the intense competition driving the market’s global growth as well as its logic and its consequences. No other organisation or team is currently capable of such high quality processing and interpreting of macro- and micro-economic metadata in a Big Data environment.

The Report contains Artprice’s now-famous Top-500 ranking of artists by annual auction turnover, the market’s Top 100 auction results, our brand new Artprice100® index –a must for trading rooms–, a selection of Artprice market indices, and numerous detailed analyses per country, per market-hub, per creative period and per artistic medium. Its 18 chapters provide an uncompromising and unprecedented analysis of today’s global Art Market. The Report can be downloaded in pdf format free of charge at Artprice.com

https://www.artprice.com/artprice-reports/the-art-market-in-2017

Posting very strong growth in 2017, the Art Market has entered a new era

*Public sales of Fine Art –painting, sculpture, drawing, photography, prints and installation– from 1 January 2017 to 31 December 2017

General synopsis

Fine Art auction turnover reached $14.9 billion for the full-year 2017

Global turnover increased +20% versus the previous year

Measured growth in H1 (+9%) became strong growth in H2 (+32%)

Worldwide, 502,900 artworks were sold publicly in 2017 (+3%)

The overall unsold rate was 34% (vs. 36% in 2016)

Artprice’s global art price index ended the year stable versus 2016

The latest spectacular all-time Fine Art auction record at $450 million for Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi represents the beginning of a new era for the Art Market in which the next big milestone will be the $1 billion threshold. In the meantime, we are bound to see results between $179 million and $450 million in 2018.

Soft Power

China remains the world’s top marketplace with $5.1 billion in turnover: 34.2% of global total

The United States ranks second with $4.9 billion

The world’s top 5 marketplaces all posted turnover growth:

China +7%, USA +42%, UK +18%, France +35%, Germany +12%

France (in 4th place) accounted for 5.3% of global turnover with $784 million, ahead of Germany’s $256 million, but still a long way behind the three leading marketplaces. France’s turnover was up +35%, but this growth was essentially generated by the Anglo-Saxon auction firms, Christie’s and Sotheby’s, which posted +58% and +35% growth respectively in Paris.

Christie’s and Sotheby’s domination of Fine Art auctions in France is getting stronger each year: the two houses now account for over half of the country’s Fine Art auction turnover (54% in 2017) compared with 47% in 2016.

Christie’s and Sotheby’s together generate more Fine Art auction turnover in France than the other 214 French auction operators.

Christie’s is the world’s leading auction house with a total of $4.4 billion ahead of Sotheby’s with 3.4 billion

In China, Poly Auction ($1 billion) beat China Guardian ($815 million)

Phillips took 5th place in 2017 with a turnover total of $471 million

In Europe, the two non-Anglo-Saxon leaders are the Austrian firm Dorotheum ($78 million) and the French firm Artcurial ($76 million).

Trends

Artprice’s 2017 global Top 500 index contains 231 European artists, 162 Asians and 82 North Americans

The Top 10 includes 4 Chinese artists, 3 Europeans and 3 Americans

2017 saw new auction records for many high-profile figures in Art History including Leonardo da Vinci, Jean-Michel Basquiat, Qi Baishi, Zao Wou-Ki, Marc Chagall, Fernand Léger and Constantin Brancusi

Financial performances

Repeat sales** generate an average annual return of between 5.5% and + 8.3%

In the longer run, works purchased from $200,000 to $1 million generate the best annual return: 8.3%

** The same work purchased and resold at auction during 2017

Artprice100© “The Wolves of Wall Street at the gates of the Art Market”

The Artprice100® shows a progression of +360% since 2000

+360% since 2000 represents an average annual return of 8.9%

Revised annually, the new index replaced 4 artists in 2017

The new index contained 1 Chinese artist (Zhang Daqian) in 2000, versus 18 in 2017

France

Towards new regulations for France’s auction operators…

Many public documents show that French Art Market players, among others the Syndicat des Maisons de Ventes (SYMEV) have taken a stand: against a backdrop of art market globalisation spearheaded by the widespread adoption of internet auction sales, France’s share of the global Fine Art auction market – a share that was over 60% in the 1970s – fell back to a dangerously low level of less than 4% in 2016! Aware of this worrying reality, the sector’s professionals via the Syndicat des Maisons de Ventes (SYMEV), have been sounding the alarm over the past year… and, it would seem, they have been heard.

This news was clearly expressed at the annual meeting of auctioneers that took place at the end of 2017. The French authorities are working towards a complete overhaul of the much-contested and obsolete regulatory framework that governs public auction sales in France. The Conseil des Ventes Volontaires (CVV) –France’s auction market oversight authority– will apparently become an agency of self-regulation, closer to the realities of the market and more in tune with the digital and global issues that have transformed the sector.

At the end of November, in front of the assembled heads of France’s auction sector, Sylvain Maillard, the elected representative for the Paris constituency that is home to the the famous Hôtel Drouot, and former campaign spokesman for Emmanuel Macron, clearly expressed the government’s willingness to act: “all the points you have raised have been taken very seriously by the public authorities (…) and all the possible solutions to these problems are currently being examined and explored.”

On March 7 next, the French Senate will be chairing a session entitled The attractiveness and legal competitiveness of the French art market, under the twin council of the Senate’s Law Commission and its Culture Commission. There can be no doubt that this initiative is part of a new reform dynamic that will lead to the adoption of a new legal framework as of 2018.

The removal of a major administrative impediment that is unique in Europe would indeed allow the French art market to begin the lengthy process of recovering the position it held for over a century in the global art market. End of quote.

These developments represent a major recognition for Artprice, and should lead to the resolution and satisfaction of all of Artprice’s claims & demands during a long and arduous battle.

The new awareness of the sound logic of investing in art, along with other motives such as speculative buying and collecting art as a passion have coincided with an intense level of demand for big-name masterpieces from the world’s new museums. Despite a generally lacklustre global economy, these market forces have boosted demand for artworks worldwide with the global auction turnover up +20% in 2017, generating a very impressive total of $14.9 billion.

The drivers of this growth are ease of access to Art Market information, electronic sales (98% of the market’s participants are connected to the Internet), the financialization of the market, a growing population of ever-younger art consumers (from 500,000 in the 1950’s to 90 million in 2017) and the extension of the market to the entire Asia/Pacific area plus India, South Africa, the Middle East and South America.

The growth of the museum industry is also playing a crucial role. With more than 700 new museums opening every year, the museum industry has become a global economic reality in the 21st Century. More museums opened between 2000 and 2014 than in the previous two centuries, and demand for museum-quality works is one of the key factors in the spectacular growth of the Art Market. The Art Market is now a mature and liquid market offering returns of 8% per year on works purchased over $200,000.

In 2017, the intense competition between China and the USA generated explosive growth in the West, but confirmed China’s role as the leading global marketplace for art despite US growth of +42% and the historic new absolute record of $450 million hammered for Leonardo da Vinci’s Salvator Mundi at Christie’s in New York. China’s domination is established with just $0.2 billion over the US. Art clearly represents an essential element in the Soft Power arsenals of the United States and China, and, on a smaller scale, of Qatar and the UAE.

China’s supremacy is also once again visible in our ranking of the world’s top 500 artists by annual auction turnover. Chinese artists represent 32.4% of the total number compared to just 16.4% for American artists. The rest are Europeans (46.2%) and other nationalities (5%) essentially Latin Americans and South-West Asians.

Considering the macro and micro-economic data, the last 18 years have confirmed the Art Market as a refuge against economic and financial turbulence, generating substantial and recurring returns.

In a context where central banks are effectively implementing negative interest rates, the Art Market has enjoyed insolent health with our new Artprice100® index showing a progression of +360% since 2000. This new index covers the Top 100 artists in all three major segments: Old Masters, Modern and Contemporary, from all over the world. However, this level of return is not restricted to works by star artists. Our analyses show that the average annual yield on artworks purchased above the $20,000 line is around 5.5%.

The Internet (Microsoft estimates over 5 billion people connected worldwide) has now become the principal and definitive forum for auction operators worldwide who are using it to consolidate their market shares on all continents. Of the world’s 6,300 auction houses, 98% are today present on the Internet (versus just 3% in 2005).

The Art Market is an efficient, historical and global market whose ability to withstand economic and geopolitical crises is now beyond any doubt. Over the last 18 years it has outperformed most of the world’s principal financial markets by a considerable margin.

Copyright 1987-2018 thierry Ehrmann

About Artprice:

Artprice is listed on the Eurolist by Euronext Paris, SRD long only and Euroclear: 7478 – Bloomberg: PRC – Reuters: ARTF.

Artprice celebrates its 20th birthday, editorial by thierry Ehrmann, founder and CEO of Artprice. https://www.actusnews.com/fr/ARTPRICE/cp/2017/10/04/artprice-celebrates-its-20th-birthday-editorial-by-thierry-ehrmann-founder-and-ceo-of-artprice

Dicover Artprice in video: https://www.artprice.com/video

Artprice is the global leader in art price and art index databanks. It has over 30 million indices and auction results covering more than 700,000 artists. Artprice Images(R) gives unlimited access to the largest Art Market resource in the world: a library of 126 million images or prints of artworks from the year 1700 to the present day, along with comments by Artprice’s art historians.

Artprice permanently enriches its databanks with information from 6,300 auctioneers and it publishes a constant flow of art market trends for the world’s principal news agencies and approximately 7,200 international press publications. For its 4,500,000 members, Artprice gives access to the world’s leading Standardised Marketplace for buying and selling art. Artprice is preparing its blockchain for the Art Market. It is BPI-labelled (scientific national French label).

Artprice’s Global Art Market Annual Report for 2017 published in March 2018: https://www.artprice.com/artprice-reports/the-art-market-in-2017

Artprice’s Contemporary Art Market Annual Report for 2017 – free access at https://www.artprice.com/artprice-reports/the-contemporary-art-market-report-2017

Artprice’s press releases: http://serveur.serveur.com/Press_Release/pressreleaseen.htm and https://twitter.com/artpricedotcom

Artmarket News:

https://twitter.com/artpricedotcom & https://twitter.com/artmarketdotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom & https://plus.google.com/+Artpricedotcom/post

http://artmarketinsight.wordpress.com/

Discover the Alchemy and the universe of Artprice http://web.artprice.com/video, which headquarters are the famous Museum of Contemporary Art, the Abode of Chaos

http://goo.gl/zJssd

https://vimeo.com/124643720

The Contemporary Art Museum The Abode of Chaos on Facebook: https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

The Abode of Chaos/Demeure du Chaos Contemporary Art Museum by thierry Ehrmann,author, sculptor, artist, photograph https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/sets/72157

Contact ir@artprice.com

Marché de l’Art mondial : +26% de croissance selon le Rapport Annuel Artprice

Fruit d’une alliance entre Artprice, le Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, présidé et fondé par thierry Ehrmann, et son puissant partenaire institutionnel Chinois Artron, présidé par Wan Jie, le 13ème Rapport Annuel du Marché de l’Art mondial offre enfin une parfaite lecture du marché pour l’Orient et l’Occident. Lire la suite >>>

Artprice : Rapport Annuel du Marché de l’Art mondial 2014, +26% de croissance

Fruit d’une alliance entre Artprice, le Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, présidé et fondé par thierry Ehrmann, et son puissant partenaire institutionnel Chinois Artron, présidé par Wan Jie, le 13ème Rapport Annuel du Marché de l’Art mondial offre enfin une parfaite lecture du marché pour l’Orient et l’Occident.

Voir le rapport >>>

thierry Ehrmann : No legend By Abode of Chaos N°69

2013/09/19 Commentaires fermés

thierry Ehrmann : No legend by Abode of Chaos N°69

https://vimeo.com/74854524

Soixante-neuvième production de la série No Legend de la Demeure du Chaos sur T.L.M. (première télévision lyonnaise historique – canal 220 sur Free, canal 254 Orange, canal 370 Neuf box, canal 96 Numericable, canal 30 TNT ), chaque jour sur 1 an avant et après le journal télévisé. Les horaires de diffusion sont 18:28, 18:37, 19:28, 20:29 et 21:28.

Scénario de Thierry Ehrmann
Réalisation de Laurent Courau

thierry Ehrmann : No legend by Abode of Chaos N°65

2013/09/12 Commentaires fermés

thierry Ehrmann : No legend by Abode of Chaos N°65https://vimeo.com/74304038

Soixante-cinquième production de la série No Legend de la Demeure du Chaos sur T.L.M. (première télévision lyonnaise historique – canal 220 sur Free, canal 254 Orange, canal 370 Neuf box, canal 96 Numericable, canal 30 TNT ), chaque jour sur 1 an avant et après le journal télévisé. Les horaires de diffusion sont 18:28, 18:37, 19:28, 20:29 et 21:28.

Scénario de Thierry Ehrmann
Réalisation de Laurent Courau

Production : Musée L’Organe / La Demeure du Chaos – 2013
Organ Museum / Abode of Chaos / Server Group – 2013

Suite de l’interview exclusive de thierry Ehrmann, PDG d’Artprice.com (7 mars 2012)

2012/03/07 Commentaires fermés

Suite de l’interview exclusive de Thierry Ehrmann, PDG d’Artprice.com (7 mars 2012)

Boursica :
Nous vous avons interviewé en profondeur le 05 juin et le 09 octobre 2011. Nous sommes début mars 2012 et les enchères ont démarré sur Artprice depuis près d’un mois et demi. Quelles sont vos impressions ?

Thierry Ehrmann :
Pour comprendre certains points de cette interview, il est nécessaire pour vos lecteurs de les renvoyer vers les interviews du 5 Juin 2011 et du 9 Octobre 2011 qui sont les grilles de lecture de cette troisième interview. Nous avons donc effectivement démarré le 18 janvier 2012 les enchères, après 16 ans de combat législatif contre un des plus vieux monopoles au monde: les ventes aux enchères d’art, qui datent de l’Edit de 1556. Nous sommes arrivés à faire valoir la libre concurrence par la désormais célèbre loi du 20 juillet 2011.

Boursica :
Vous êtes donc devenu « Maison de ventes » ?

Thierry Ehrmann :
Non, plus précisément nous sommes devenus opérateur de courtage aux enchères, réalisées à distance, par voie électronique, comme défini par l’article 5 de la loi 2011-850 du 20 juillet 2011 par notre Place de Marché Normalisée ® aux enchères.

Boursica :
Pouvez-vous préciser ?

Thierry Ehrmann :
Artprice possède un ensemble de process de normalisation du marché de l’art unique au monde, à travers une multitude de dépôts, au titre de la propriété intellectuelle (droit sui generis, brevet logiciel, droit d’auteur, …), qui nous permet, à travers la Place de Marché Normalisée, de rapprocher l’offre et la demande en temps réel, à prix fixe ou aux enchères. A ce titre, nous ne sommes pas responsables de l’enchère car nous ne sommes pas attraits aux parties (l’acheteur et le vendeur). C’est le vendeur qui choisit in fine la meilleure enchère, selon ses propres critères, et nous reverse entre 5 et 9% de commission pour l’usufruit de notre Place de Marché Normalisée aux enchères et de notre fichier clients, le plus important au monde à ce jour, de 1,4 million de membres, dont nous connaissons, pour chacun, de manière très précise, ce qu’il recherche ou souhaite vendre.

Boursica :
Revenons à ce mois et demi écoulé. Qu’avez-vous constaté en sept semaines ?

Thierry Ehrmann :
Nous avons d’abord relevé un défi extraordinaire, celui de réunir en offre, plus de 5000 lots à l’ouverture des enchères le 18 janvier 2012, représentant une valeur de plus de 810 millions d’Euros avec toute une gamme de prix allant de quelques centaines d’euros à plusieurs dizaines de millions d’euros.
Pour comprendre ces 45 premiers jours d’enchères, il est nécessaire d’expliquer auparavant la genèse des transactions sur Artprice, par sa Place de Marché Normalisée à prix fixe, dont je rappelle qu’elle est née le 18 janvier 2005 et qu’elle a progressé de manière spectaculaire, avec une offre démarrée en 2005 à 1,2 milliards €, puis en 2006 plus de 2,7 milliards €, 3,6 milliards € en 2007, 4,5 milliards € en 2008, 5,4 milliards € en 2009, pour se stabiliser en 2010/2011 à 6,3 milliards € avec environ de l’ordre de 30% de ventes abouties, pour lesquelles nous n’étions pas commissionnés (tous les chiffres précis sont sur les documents de référence et communication réglementée accessibles sur le site ActusNews homologué par l’A.M.F.). Très vite, les Acteurs du Marché de l’art en 2012 ont réagi de manière assez rapide avec le passage aux enchères, avec un accueil remarquable et très positif mais aussi en contrepartie un tout autre accueil d’un petit noyau dur, principalement proche de Drouot, d’une vieille garde usée qui a déployé des moyens de nuisance, voire de menaces, impensables en Europe.

Boursica :
Parlons d’abord de cet "accueil remarquable et très positif ", selon votre expression.

Thierry Ehrmann :
Nous avons eu très rapidement, une génération de Galeristes, Maisons de ventes, Marchands d’art, Artistes, Collectionneurs et Amateurs qui ont compris que plus rien ne serait comme avant. Il est vrai que nos enchères étant limitées dans le temps, les transactions et les échanges ont véritablement explosé, par rapport à la Place de Marché Normalisée à prix fixe d’Artprice, où la notion de temps est plus étendue. Nous avons multiplié dans les jours qui ont suivi pratiquement par cinq notre trafic en bande passante et en nombre de logs. Nous avons eu des témoignages et des contributions d’une richesse inégalée. Pour toute une génération, que je situerais entre 25 et 50 ans, Artprice, par son fichier clients, qui est le plus important au monde (1,4 million de membres) et ses milliards de logs de comportements stockés conformément aux directives européennes et françaises, a donné à ces acteurs du marché de l’Art, la possibilité de leurs bureaux ou de chez eux, en quelques secondes, sur des artistes parfois peu connus, de toucher en quelques heures les dizaines de milliers d’acheteurs potentiels sur des artistes précis en provenance des cinq continents. Des discussions hors normes se sont établies entre ces acteurs et nous-mêmes qui ont la force de remettre en cause tout leur processus de vente. Ce qui démontre un vrai courage de leur part.

Boursica :
Quel était le sens de ces discussions et comment se traduisent-elles ?

Thierry Ehrmann :
C’est pour ces Acteurs du marché de l’art une remise en compte intégrale de leurs métiers. Ils découvrent subitement qu’ils possèdent de facto une puissance de feu supérieure aux fichiers clients des plus grandes maisons de ventes ou célèbres galeries. Enfermées dans leurs propres fichiers clients et obligées de faire des foires d’art internationales à grands frais pour se déployer sur d’autres continents, elles ont subitement, par Artprice et sa Place de Marché Normalisée aux Enchères, découvert un nouveau paradigme économique qui les fait migrer définitivement dans l’Internet, qui est désormais la terre de toutes les conquêtes des cinq continents.

Boursica :
Qu’entendez-vous par nouveau paradigme économique ?

Thierry Ehrmann :
Ils comprennent que leur modèle économique, à savoir la pratique de marges élevées, avec un nombre restreint de ventes, faute de ne pas avoir un fichier clients de grande envergure, est en pleine mutation. Certains imaginent fermer en partie leur galerie ou leur établissement secondaire, d’autres leur salle des ventes physique. Ils découvrent, d’un point de vue macro-économique, que le marché de l’art, qui est passé de 500 000 collectionneurs d’après guerre, à 450 millions de "consommateurs d’art" aujourd’hui, leur est enfin accessible en quelques minutes de leurs lieux professionnels ou privés. De ce fait, ils peuvent effondrer leurs marges, jusqu’alors rédhibitoires, et multiplier leur chiffre d’affaires dans des proportions qu’ils n’imaginaient pas, faute de lourds moyens financiers et de connaissance profonde de l’Internet. En un mois et demi, nous avons levé beaucoup de freins et d’inhibitions que nous corrigeons. Mais attention, si nous prenons en compte les quatorze jours d’enchères, le règlement livraison au tiers de confiance (délai d’environ 15 jours compte-tenu des virements internationaux) et la finalisation de la vente entre acheteur et vendeur qui donne la main levée définitive, nous commençons à peine à percevoir les commissions de fin janvier 2012 qui était notre date d’ouverture aux enchères. Donc nous allons certainement avoir de bonnes surprises bientôt, car la montée en charge des enchères sur la Place de Marché Normalisée est constamment en progression et ce de manière régulière depuis son ouverture le 18 janvier 2012.

Boursica :
Avez-vous confronté votre postulat avec les grandes maisons de ventes anglo-saxonnes ?

Thierry Ehrmann :
Je vous invite à lire en urgence la pleine page des Echos du 3 mars 2012, signée de Martine Robert, où le Rapport annuel d’Artprice sur le marché de l’Art est présenté avec en écho, une interview du Président de Christie’s qui se termine par cette phrase "L’avenir du Middle Market de 800 à 10 000 € est sur le net." Qui mieux que Christie’s peut nous le certifier ?
Je rajoute, en qualité de Président d’Artprice, que ce segment représente à l’échelon mondial, 81 % des transactions. J’amène donc bien la preuve par un tiers qui a la qualité d’expert incontestable, que l’ancienne économie du marché de l’Art considère noir sur blanc que 81% passera bien par Internet et de facto, par notre position de leader incontestée, sur notre Place de Marché Normalisée.

Boursica :
Vous avez parlé de freins et d’inhibitions. Pourriez-vous être plus précis ?

Thierry Ehrmann :
En effet, notamment avec le problème majeur concernant le tiers de confiance, nous avons retenu le leader mondial du séquestre "Escrow.com", au passage je rappelle que le terme "escrow" signifie "séquestre" en anglais.
Leur mode opératoire est absolument parfait mais Escrow a un handicap en acceptant comme devise unique le dollar US, qui était un frein terrible, principalement pour nos clients européens. Nous avons donc choisi, en un temps record, un deuxième tiers de confiance, après un appel d’offres, qui est Transpact, en Angleterre, qui gère le dollar US, l’Euro et la Livre Sterling avec un déploiement à la mi-février. Mais nous avions toujours le problème de la barrière linguistique.
En effet, autant nos clients sur Artprice ont accès à six langues, autant sur les sites de nos deux tiers de confiance, la langue unique qui est l’anglais se révèle être un véritable obstacle car les sommes en jeu sont très importantes et nos clients veulent d’un point de vue juridique et pratique comprendre parfaitement toutes les étapes et le mode opératoire de séquestre et de main levée avec le tiers de confiance.

Boursica :
Mais pourquoi ne pas choisir un tiers de confiance par zone linguistique ?

Thierry Ehrmann :
Je dois vous faire un aveu, notamment en France, aucune banque, ni établissement assimilé, n’a été capable de relever le défi du cahier des charges, alors que les sommes en jeu séquestrées seront à terme colossales et que, de surcroît, la notion de tiers de confiance, dans l’économie numérique, est applicable à bien d’autres groupes et activités économiques, différents d’Artprice et du marché de l’art. Cela explique, entre autres, un certain échec français en matière d’économie numérique et mondialisée de facto…

Boursica :
Y a-t-il donc une solution ? Et pourquoi ne pas le faire vous-même ?

Thierry Ehrmann :
Au regard de la loi du 20 juillet 2011 sur les enchères en ligne, notamment l’article 5 retranscrit dans l’article 321-3 du Code de Commerce (alinéas 2 et 3), il est primordial que le tiers de confiance qui séquestre la somme et qui effectue la main levée soit totalement indépendant d’Artprice, tant sur le plan juridique que sur le plan capitalistique. Mais je vous rassure, nous avons, avec nos deux partenaires, montré le nombre très impressionnant de clients qui, arrivés sur la page du site du tiers de confiance, décrochent car ils considèrent que transférer des sommes importantes sans une maîtrise totale du texte dans leurs langues habituelles, est un risque non négligeable. C’est en montrant ce pourcentage de transactions désactivées en dernière minute sur les sites de nos tiers de confiance, qu’ils ont été immédiatement convaincus qu’ils devaient eux-mêmes modifier très vite dans les langues d’Artprice (français, anglais, allemand, italien, espagnol et chinois), leurs pages et leurs API informatiques.
C’est donc une affaire réglée qui sera résolue dès le deuxième trimestre avec très certainement en plus l’arrivée d’un troisième partenaire asiatique comme tiers de confiance sur la zone Asie/Pacifique.

Boursica :
Peut-on considérer que la Place de Marché Normalisée aux Enchères est désormais figée ?

Thierry Ehrmann :
Oui, dans l’essentiel, tout est là. Mais nous avons une très forte culture dans Artprice de faire des cahiers des charges béton, synthétique et peu coûteux en ressources humaines, qui volontairement, laisse une part importante à des extensions diverses et variées, que nous remonte notre Customer service qui est excellent pour analyser les demandes des clients de tous pays. Le plus grand danger est de faire un développement informatique faramineux, prisonnier d’un cahier des charges monstrueux qu’on impose de force à la clientèle internationale. La grosse erreur des Français est d’essayer d’imposer un produit en fonction de ses goûts. Artprice a une pratique inverse et nous considérons que ce sont les clients et le marché qui sont nos meilleurs prescripteurs et conseillers. Cette approche paraît simple et pourtant, très peu de groupes en France la pratiquent.

Boursica :
Vous avez fait état, dans un communiqué, que l’offre en cours correspondait pour le moment au prévisionnel de 2013. Qu’en est-il ?

Thierry Ehrmann :
En effet, nous avions tablé sur 300 lots nouveaux présentés par jour, soit une moyenne de 90 000 lots par an. Nous sommes actuellement dans une moyenne qui avoisine les 500/700 nouveaux lots présentés par jour avec une gamme de prix très variée. Il faut préciser que pour une grande Maison de vente, une très belle vente cataloguée n’excède jamais 300 à 350 lots présentés et il faut en moyenne 2 à 3 mois de préparation, a contrario d’Artprice où il faut 12 heures en moyenne. Cela en fait réfléchir plus d’un.

Boursica :
Pourquoi ne pas transférer la Place de Marché Normalisée à prix fixe, aux enchères directement ? Cela amènerait un chiffre d’affaires que vous possédez déjà, et qui est considérable et immédiat à Artprice.

Thierry Ehrmann :
En effet, la question s’est posée et nous avons eu un véritable débat au cœur d’Artprice. J’ai tranché dans le vif entant qu’auteur de la P.M.N. et j’ai considéré que la Place de Marché Normalisée à prix fixe, compte tenu des volumes énormes, est un véritable écosystème depuis janvier 2005 et que nous devons opérer une transition en douceur, sans jamais forcer nos fidèles clients.

Boursica :
Vous paraissez bien sûr de votre postulat. Pourriez-vous le développer ?

Thierry Ehrmann :
C’est simple, je pars du principe qu’une très grande majorité des vendeurs choisira naturellement les enchères car, contrairement à un marché comme l’immobilier ou l’automobile, où la variation entre le prix fixe et les enchères est somme toute peu importante, dans le cadre d’Artprice, le différentiel du prix fixe que l’on présume d’une œuvre d’art et celui du prix résultant d’une enchère peut, même si le vendeur est un professionnel, passer du simple au double très naturellement. C’est sur ce postulat que je considère que nous détenons, de manière propriétaire, depuis 7 ans, un nombre de vendeurs et d’acheteurs très important dans un mode bases de données et software propriétaires et ce, dans le monde entier, avec un volume de ventes annuelles qui est estimé de l’ordre d’environ 1,8 milliards € sur les 6,3 milliards € de présentations d’œuvres. Ce serait, selon moi, une pure bêtise de forcer à passer aux enchères ces acteurs du marché de l’art qui sont dotés d’une forte personnalité et qui sauront très bien, par eux-mêmes, se faire une opinion. J’en ai la preuve tous les jours en voyant les migrations naturelles.

Boursica :
Mais vos actionnaires veulent un résultat immédiat ?

Thierry Ehrmann :
Nous avons su attendre un certain temps pour que la France se décide à appliquer en droit interne une directive Européenne. Je me refuse de faire le jeu contre-productif d’un tout petit nombre d’actionnaires qui voudraient une communication réglementée quotidienne et qui assimileraient notre cours de bourse à la Française des Jeux. Je n’ai rien contre la Française des Jeux qui est d’ailleurs un groupe de qualité mais les amateurs d’émotions fortes qui désirent un rendement quotidien ne sont pas pressentis pour être actionnaires d’Artprice.

Boursica :
Que pensent vos actionnaires historiques ?

Thierry Ehrmann :
Comme par hasard, l’ensemble de nos actionnaires historiques et/ou importants sont presque plus patients que nous le sommes. Nous sommes en train, selon les historiens et les sociologues du marché de l’art, d’effectuer une mutation aussi importante que le passage de la corbeille de bourse aux ECN de type NASDAQ ou Instinet de Thomson Reuters. A ce titre, il faut laisser un peu de temps au temps, d’autant plus qu’avec nos dépôts en propriété intellectuelle et industrielle, nous disposons d’un monopole légal, en matière de normalisation du marché de l’art ID artiste, ID oeuvre ID catalogue raisonné, ID estimation/économétrie… (Voir les précédentes interviews de Boursica), sans abus de position dominante et donc avec une absence absolue de concurrents sérieux disposant de droits similaires en terme de D.P.I. depuis 16 ans. Dans l’hypothèse peu vraisemblable qu’il arrive un jour un numéro 2, la règle terrible du Online que je pratique depuis 25 ans s’appliquerait "Second place is the First loser".

Boursica :
Peut-on voir un rapport avec l’A.G.E. du 30 mars 2012 qui n’était pas prévue au calendrier ?

Thierry Ehrmann :
Oui, effectivement. Cette A.G.E. grave définitivement dans le marbre la réussite de notre mutation économique qui est désormais pour nous de l’ordre de la certitude. Nous sommes, dans un premier temps, avec 16 ans de travail, devenus le leader mondial de l’information sur le marché de l’art avec 1,4 million d’abonnés. En début 2012, nous avons acquis avec assurance la conviction que notre cœur de métier et notre rentabilité optimale se situent sur la Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères. C’est la raison pour laquelle nous modifions en profondeur notre objet social pour être en adéquation avec cette aventure extraordinaire qu’est Artprice.

Boursica :
Certains de nos lecteurs nous ont fait part d’une augmentation de capital lors de cette AGE. Est-ce le cas ? Il me semble que vous étiez contre.

Thierry Ehrmann :
Il ne s’agit nullement d’une augmentation de capital mais uniquement d’un plan de stock-options dans le but d’être attractif pour des profils atypiques et rares que nous chassons pour la Place de Marché Normalisée aux Enchères. Il est clair que nous cherchons les meilleurs éléments où qu’ils soient dans le monde feutré du marché de l’art et nous voulons nous en donner les moyens. De même il est logique de récompenser les collaborateurs d’Artprice qui se sont impliqués dans des proportions au-delà des normes communes.
Concernant les augmentations de capital, je réitère mes propos, à savoir que je suis totalement hostile aux augmentations de capital qui non seulement diluent les actionnaires mais surtout, et on l’oublie souvent, interdisent à la société cotée de voir son cours grimper très rapidement. Contrairement à la grande majorité de sociétés cotées, nous n’avons pas un euro de dette. Pas de découvert bancaire, pas d’emprunts court, moyen et long terme, aucun convenant bancaire, ni d’instruments financiers à rembourser comme les BSA et autres produits dérivés, avec de plus, une bonne trésorerie et un BFR négatif.

Boursica :
Il y a quelques jours, vous avez publié votre rapport du marché de l’art. Comment se fait-il que tous les médias français et internationaux ainsi que les institutions ne citent qu’Artprice lorsqu’on parle de marché de l’art ? C’est un lobbying ?

Thierry Ehrmann :
Non, je vous le certifie, une seule réponse à votre interrogation: l’historique d’Artprice : nous sommes aujourd’hui le seul groupe au monde à avoir normalisé le marché de l’art avec plus d’un million d’heures de travail d’historiens, de chercheurs et de journalistes en marché de l’art qui ont documenté et écrit sur toutes les œuvres issues de ces manuscrits et catalogues, notamment du 17e siècle à nos jours. C’est pour cela que nous avons la plus grande banque de données d’informations sur le marché de l’art au monde qui permet de tracer les œuvres d’art au fil des siècles avec 108 millions d’images ou gravures d’œuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par nos historiens d’art. Avec cette normalisation et plus de 3600 maisons de ventes qui sont connectées sur notre Intranet sécurisé, nous sommes la seule agence de presse (Art Market Insight) à pouvoir fournir des données macro-économiques, des cotes et indices selon la méthode des ventes répétées et plus d’une centaine d’indices de référence qui permettent à plus de 6300 médias chaque année d’aborder le marché de l’art à travers des chiffres objectifs et exhaustifs.

Boursica :
Avez-vous un exemple concret ?

Thierry Ehrmann :
J’en veux pour preuve notamment la Chine, où nous sommes de très loin les seuls à remonter une information aussi difficile et délicate de par la barrière linguistique ainsi que les us et coutumes.

Boursica :
Cette présence permanente dans les médias a-t-elle un coût ?

Thierry Ehrmann :
Non, bien au contraire, de manière systématique et contractuelle, la presse écrite et audiovisuelle a l’obligation de nous sourcer avec notre code Internet et de commenter notre méthodologie. Nous estimons que chaque année, nous économisons en valorisation entre 16 et 18 millions d’euros d’espaces publicitaires qui, de toute façon, n’auraient pas la même pertinence car rien ne remplace un contenu d’agence de presse dont le degré de lecture est infiniment plus fort que de la publicité, si talentueuse soit elle. Concernant les études de marché spécifiques pour les médias, les assurances ou le private banking, bien évidemment, nous facturons nos études comme il se doit.

Boursica :
Mais vous aviez bien pourtant parlé d’une campagne publicitaire internationale pour le lancement de la Place de Marché Normalisée aux Enchères ?

Thierry Ehrmann :
Oui, dans le cadre du lancement des enchères, nous avons certes bénéficié de très bonnes retombées médiatiques mais nous avons complété, pour l’exercice 2012, par un plan de campagne ciblé sur la presse artistique, où nous avons pris pour chaque pays clé le leader et le co-leader ainsi que des campagnes sur des networks T.V. très ciblés sur l’art et le luxe. La campagne a démarré fin janvier 2012, pour se caler sur le calendrier du marché de l’art, qui prend son amplitude avec les ventes dites de printemps.

Boursica :
Revenons au rapport annuel du marché de l’art qui vient de sortir. Celui-ci étant disponible sur votre site Internet, pourriez-vous nous dire brièvement quel enseignement essentiel doit-on en tirer ?

Thierry Ehrmann :
Le premier enseignement est son titre : "L’art ne s’est jamais aussi bien vendu en 2011". Le produit mondial des ventes aux enchères a dépassé son record absolu avec 11,5 milliards $. Ce qui veut dire qu’avec le premier marché, soit les galeries, marchands d’art et courtiers, on est désormais sur une base d’environ 90 milliards $, selon les ratios entre le premier et le second marché. Le taux d’invendus est au plus bas. La Chine écrase les USA avec 41,4% de volume mondial et l’Asie devient à elle seule un véritable marché avec près de 45% du marché mondial. Les artistes chinois trustent toutes les meilleures places tant dans notre Top 10 que dans notre Top 500. J’en veux pour exemple l’Icône occidentale Pablo Picasso qui, pour la première fois, sort du podium pour devenir numéro 4 mondial. Quant à la France, rien de nouveau, la chute continue toujours et encore.
Le nombre d’enchères millionnaires ne cesse de croître dans le monde, notamment en Asie.

Boursica :
Le marché de l’art serait donc comme l’or, une valeur refuge ?

Thierry Ehrmann :
Oui, nous en avons la démonstration avec les deux épreuves terribles où l’économie et la finance mondiale se sont effondrées en 2008 et en 2011 alors que le marché de l’art a fait preuve d’une grande maturité et de performances exceptionnelles. Ce n’est pas pour rien que le private banking et les gestionnaires de patrimoine conseillent désormais, notamment grâce aux outils économétriques d’Artprice, de se diversifier en période de crise dans le marché de l’art. Je vous invite à regarder nos progressions par gamme de prix et vous comprendrez que l’Artprice Global Index se porte mieux que le S&P 500 ou l’Eurostoxx 50.

Boursica :
Justement, en parlant d’enchères millionnaires, à quand la première enchère millionnaire sur Artprice que tout le monde attend ?

Thierry Ehrmann :
Les enchères millionnaires sur Artprice sont une absolue certitude, au vu de nos discussions avec les grands acteurs du marché de l’art. Ce n’est donc qu’une question de date. Un seul pressentiment, cette enchère portera vraisemblablement sur un artiste Chinois.

Boursica :
Pour revenir aux performances de la France, pourquoi une telle chute d’année en année ?

Thierry Ehrmann :
J’ai souvent répondu à cette question. La France était numéro 1 mondial dans les années 60 mais hélas, elle n’a cessé de perdre du terrain. Quelques chiffres : l’art contemporain sur une année pèse 13 millions $, ce qui signifie à l’échelle du Monde le néant, New York et Londres sur de belles ventes cataloguées réalisent chacune en une journée ce que la France fait en un an. Il est évident que le monopole de près de 500 ans des commissaires-priseurs et la première réforme de 2000 qui a avorté dans des conditions pathétiques, ont contribué à paralyser la maison France. Nous en savons quelque chose à titre personnel, avec nos 16 ans de combats législatifs et dizaine de procédures desquelles nous sommes sortis vainqueur après des années de calendrier judiciaire.

Boursica :
Mais la guerre est désormais terminée entre Artprice et l’ancien monopole ?

Thierry Ehrmann :
Sur le plan économique, la messe est dite et nous avons une autoroute californienne devant nous. Sur le plan du droit, sans être rancunier, nous devons finaliser quelques dossiers où le préjudice économique que nous avons subi doit aboutir à un processus indemnitaire. De même, certaines attaques qui n’ont pas abouti méritent réparations en demandes reconventionnelles. Par ailleurs, nous maintenons avec fermeté, nos poursuites pénales et notre plainte contre des Maisons de ventes françaises pour entente illicite devant l’Autorité de la concurrence avec de nouveaux éléments depuis fin janvier 2012.

Boursica :
Vous visez qui ?

Thierry Ehrmann :
En réalité, un tout petit nombre d’anciens commissaires-priseurs parisiens, essentiellement à Drouot, avec ses scandales judiciaires et mises en examen à répétitions. Concernant l’organisme de régulation, qui est le Conseil des Ventes Volontaires, le communiqué de presse du 6 Janvier 2012 à quelques heures de notre lancement de la Place de Marché Normalisé aux enchères, sans le moindre courrier, ni appel téléphonique préalable, ni la moindre mise en demeure était totalement surréaliste alors qu’il nous connaît très bien, tant par nos auditions, que nos fournitures de données chaque année pour leur rapport annuel sur le marché de l’art. Depuis quand un acte introductif d’instance se matérialise par un communiqué de presse, sans que nous soyons prévenus préalablement par voie judiciaire ?
Pour moi la mission du Conseil des ventes est primordiale, mais dans le strict respect du contradictoire. Les choses étant ce qu’elles sont, une grille de lecture nous fait penser que ce petit noyau dur de commissaires-priseurs proche de Drouot, fous de rage des conséquences de la loi du 20 juillet 2011 et notamment de l’article 5, dont je viens de vous parler, a induit de manière intentionnelle en erreur le Conseil des Ventes Volontaires qui a su ces dernières années avec peu de moyens, oser ouvrir avec courage de vrais débats sur le déclin inexorable du marché français. Il faut savoir que nous avons eu des menaces extrêmement violentes de quelques rares acteurs qui ne supportent pas de voir leurs marges et leur marché s’effondrer. Mon côté perspicace et mes nombreuses heures de vol au compteur me font dire que de telles manifestations de haine et de fureur prouvent que nous avons frappé là où résidait le profit, à savoir entre autres 5% de commission nette sur les œuvres de plus de 15 000 € et 7% de 7 500 à 15 000 €.

Boursica :
Internet a donc dévoré le marché de l’art, entre autres, avec vous ?

Thierry Ehrmann :
Il faut tout relativiser et ne jamais oublier que plus de 4500 sites Internet d’art ont disparu depuis 2000 et que nous avons vécu la quasi-disparition boursière de site d’art sur Internet désormais relégué en OTC sans aucun volume. Pour nous, il est vrai que nous avons démarré Artprice avec moins de 30 millions d’internautes et que nous sommes aujourd’hui à plus de 2,7 milliards d’internautes. Mais le meilleur est à venir. Mais mieux que tout, la déclaration du Président de Christie’s sur les œuvres d’Art et Internet est pour nous une excellente certification.

Boursica :
Il reste encore de la croissance sur Internet ?

Thierry Ehrmann :
Nous n’en sommes qu’à 30 % du cycle de croissance de l’Internet à 15% du processus de dématérialisation de l’ancienne économie. L’Internet mobile colle parfaitement à Artprice, car notre clientèle est par nature nomade et a besoin d’informations dans le feu de l’action, comme les experts, les assureurs, les galeristes, les auctioneers, les douanes et bien sûr les collectionneurs et amateurs en situation d’achat ou de vente en galerie ou en salle des ventes.
L’Internet mobile pour Artprice devrait représenter 80% de nos consultations. Nous en sommes déjà à plus de 30% et cette année, l’ensemble des grands bureaux d’études émet une prévision en nombre de Smartphones vendus un chiffre pour 2012 qui se situe entre 550 et 700 millions de nouveaux internautes mobiles. En 2015, c’est plus de 3,5 milliards d’internautes mobiles que nous pourrons connecter à Artprice.

Boursica :
Qu’entendez-vous par 15% du processus de dématérialisation de l’ancienne économie:

Thierry Ehrmann :
Nous ne sommes qu’au début de la dématérialisation de l’ancienne économie.
Je reprendrais la citation de mon vieux maître Pythagore, le premier des philosophes pour lequel tout est nombre, à l’exception des essences que sont les émotions humaines non quantifiables, indicibles et se jouant des nombres. A ce titre au-delà du nombre d’internautes, pratiquement tous les actes de commerce peuvent être dématérialisés, Artprice avec le Marché de l’Art est un très bon exemple. Vous verrez que l’enjeu majeur dans le monde sera ce binôme: dématérialisation et développement durable. La seule vraie réponse à la crise énergétique, c’est la dématérialisation.

Boursica :
Devant de tels chiffres, comment faites-vous sur le plan technique ?

Thierry Ehrmann :
Nous avons, à travers notre maison mère, le Groupe Serveur, qui est un des tout premiers pionniers de l’Internet depuis 1987 (selon Time Magazine), travaillé dans les années 90, dans le respect des directives Européennes et de la CNIL, sur le concept de Data mining, mais nous sommes maintenant passés au concept de "Big data" avec des unités de stockages qui se mesureront à terme en péta-octet. Ces données sont produites en temps réel, elles arrivent de tous pays en flots continus, sont méta taguées mais de façon hétérogène et proviennent de sources très diverses déstructurées et non prédictives.

Boursica :
Quelle est la différence entre le Big data et le Data mining ? C’est de la même chose dont on parle ?

Thierry Ehrmann :
Non, je vais vous expliquer pourquoi. Le concept de Data mining était de croiser des données à haute valeur ajoutée des banques de données des groupes, pour amener de la data très qualitative. Le concept de Big data, c’est bien évidemment le Data mining en sous-ensemble, mais avec une collecte, toujours dans le respect des règles de protection des données personnelles, de milliards de données (logs) considérées jusqu’alors comme non essentielles, alors qu’en réalité, dès que nous avons pu constater l’effondrement du coût du péta-octet (1000 téraoctets), nous nous sommes aperçus que l’exploitation en Data mining de ces données à priori moins qualitatives et considérées comme négligeables, étaient en vérité d’une richesse peu commune. Nous pouvons désormais comprendre des phénomènes complexes et instantanés et aboutir très vite à des produits et services qui collent littéralement à la demande de nos dizaines de millions de visiteurs gratuits ou payants.

Boursica :
Concrètement, quels types d’applications peuvent sortir du "Big data" ?

Thierry Ehrmann :
Nous avons pu par exemple mesurer, depuis l’ouverture de la Place de Marché Normalisée aux Enchères le 18 janvier 2012, non seulement, le nombre impressionnant de visiteurs qui n’étaient jamais venus sur Artprice, mais nous avons pu comprendre aussi, en examinant ces centaines de millions de logs depuis le 18 janvier 2012, pourquoi ces nouveaux clients ne venaient que maintenant, depuis le lancement des enchères. De même, nous pouvons, comme je l’ai dit en début d’interview, dans cet énorme trafic qui a été multiplié pratiquement par cinq sur la P.M.N., décrypter ces nouveaux clients et prospects qui semblent ne s’intéresser qu’aux enchères mais qui en réalité passent leur temps à zapper entre la Place de Marché Normalisée aux enchères et nos données gratuites et très limitées en valeur, dans nos bases de données payantes sur les cotes, indices et biographies, sans faire un acte d’achat supérieur à 50 €.
Grâce au Big data, nous pourrons produire des abonnements sur mesure qui prennent en compte la présence à 70% de l’Internet mobile chez ces nouveaux clients et prospects et de leur degré d’informations payantes selon leurs profils que nous situons de l’ordre de 36 € /an soit 3 € par mois. Ce qui change tout dans cette analyse c’est que notre cible ne se mesure plus en million d’abonnés, comme c’est le cas actuellement, mais en dizaines de millions de consommateurs d’art sur mobile de type iPhone ou en OS Android de Google

Boursica :
Dans tout cela, où sont les artistes ?

Thierry Ehrmann :
Et bien justement, on s’aperçoit grâce au Big data, malgré notre banque de données de biographies regroupant 1,8 million d’artistes, dont 450 000 cotés aux enchères publiques, qu’il existe près d’un million d’autres artistes, beaucoup moins connus, avec un parcours plus discret, qui sont en réalité fascinés par la possibilité de vendre leurs œuvres sur notre Place de Marché Normalisée aux Enchères, avec leur biographie en ligne, sans rentrer dans le processus économique de la galerie puis de la maison de ventes qu’ils refusent par une philosophie d’indépendance. Ce potentiel est loin d’être négligeable et le prix de leurs œuvres qui est souvent inférieur à 7500 €, nous permet d’appliquer notre fourchette basse de 9% de commission et frais.

Boursica :
Concernant votre réseau social Artprice Insider, où en êtes-vous ?

Thierry Ehrmann :
Ce réseau social construit avec des sociologues et professionnels des réseaux sera le contraire de Facebook, à savoir que les professionnels et membres d’Artprice apparaîtront sous leur vrai nom et Artprice Insider sera couplé à la Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères. Les premiers tests donnent d’excellentes remontées et les échanges sont tous qualitatifs a contrario de certains réseaux sociaux où l’inutile est omniprésent. Cela fait 18 mois qu’on le peaufine car c’est une véritable bombe dans le monde feutré du marché de l’art dans lequel notre droit à l’erreur doit être proche de zéro.

Boursica :
Ce réseau serait donc réservé aux initiés du marché de l’art ?

Thierry Ehrmann :
Non, pas tout à fait. Je dirais plus que ce réseau s’apparenterait à un Think tank ou à une Brain box. La puissance d’Artprice Insider doit être d’émettre des idées originales, d’avoir un réservoir d’experts, d’être un lieu d’expertise, d’éclairer le débat autour du marché de l’art et faire émerger de nouveaux concepts. Tout, absolument tout est à réinventer dans le marché de l’art qui a été totalement endormi jusqu’à l’arrivée d’Internet. Petit scoop, après leurs accords positifs, nous pouvons annoncer qu’il y aura en live des intervenants qui font partie du Top 100 des Market Makers du marché de l’art.

Boursica :
Avec tout ce programme, comment trouvez-vous le temps de préparer une rétrospective de vos 30 ans de sculpteur plasticien pour juin 2012 à la Demeure du Chaos, qui est le siège social d’Artprice mais aussi un musée d’art contemporain ?

Thierry Ehrmann :
En effet, cela fait 18 mois que je prépare mes 30 ans de sculpteur-plasticien que je fêterai en juin 2012. Pour cet événement important, j’ai réalisé depuis 18 mois, 450 sculptures d’acier brut qui sont une invitation aux visiteurs à réaliser le parcours plein air et découvrir les 3609 œuvres formant le Corpus de la Demeure du Chaos, appelé aussi Abode of Chaos, dixit "The New York Times".
Il aura fallu plus de 900 tonnes d’acier brut, des maîtres forgerons et des lasers de haute précision, pour arriver à créer ce qui sera, au niveau Européen, la plus grande installation statuaire. Une fois de plus, cette démarche plasticienne me permet de décrypter avec une grande sensibilité les artistes et les acteurs du marché de l’art. On ne peut pas réaliser Artprice sans être totalement immergé dans le champ de l’art. Pour l’anecdote, il y a un nombre important d’actionnaires et/ou clients dans nos 120 000 visiteurs/an, je peux donc le week-end bénéficier de discussions et d’échanges très pertinents pour Artprice hors le contexte du travail. Avec une pointe d’humour, je peux donc dire que je fais la semaine de 63 heures. Ceci dit, ce choix que j’accepte avec lucidité, peut expliquer bien des choses que certains ne saisissent pas vraiment.

Boursica :
Que dire de votre cours de bourse de 2011 ? Et qu’attendez-vous de 2012 ?

Thierry Ehrmann :
Il me semble que peu de dirigeants de sociétés cotées en Europe ont pu pressentir l’évolution de leur cours comme nous en 2011. Artprice a eu le meilleur parcours de tout le marché réglementé, avec +472% de progression sur l’année 2011 et un volume traité de 873 millions € du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2011, avec le passage mythique à 67€ que j’avais prédit, suite au célèbre dicton boursier "cours vu, cours revu". Sur 1 an en moyenne mobile, nous sommes à +476% et 1,25 milliards € traités sur le titre. Cette année, avec le compartiment B de Eurolist et notre passage au SRD Long Only il y quelques jours, et bien sûr les enchères, j’ai le pressentiment que l’on peut espérer, avec toutes les précautions d’usage, notamment par des événements exogènes à Artprice, un cours se consolidant autour de 90€.

Boursica :
Vous avez parlé récemment de fonds qui s’intéressent à Artprice, peut-on en savoir plus?

Thierry Ehrmann :
Sans rentrer dans le principe de confidentialité entre les parties, notre passage au SRD Long Only fait que de nombreux fonds qui statutairement n’ont le droit de prendre que des positions sur les sociétés françaises au SRD peuvent donc prendre désormais des lignes sur Artprice. Ils ont une approche très différente des français et utilisent la méthode des comparables avec entre autre Sotheby’s qui est la seule Maison de ventes cotée dans le monde, car ils arrivent en 2012 avec une vision d’Artprice comme acteur principal du marché de l’Art sur Internet par notre Place de Marché Normalisée aux enchères ou à prix fixe, et de ce fait, valorisent différemment Artprice car ils considèrent que notre cours ne représente absolument pas la vraie valeur d’Artprice.

Boursica :
Pouvez-vous être plus précis ?

Thierry Ehrmann :
Nous vous avons donné dans la première interview de juin 2011 les éléments de calcul avec des exemples précis des méthodes de valorisations vielles de plus de 120 ans (N.B. la valeur d’une Maison de Ventes dans le monde, c’est principalement 80 % le fichier client, entre 800 et 4000 dollars par client et 20 % pour la marque de la Maison de Ventes si cette dernière est notoirement connue. Pour bien comprendre la différence entre un poste client estimé à 800 dollars et l’autre à 4000 dollars, c’est à partir des strates d’informations détenues sur le client final que l’on calcule le prix). Donc pour les équipes d’Artprice, moi-même et nos actionnaires c’est la quasi certitude d’être au début d’une nouvelle histoire. Je dirais que nous sommes comme une société qui s’apprêterait à réaliser une I.P.O. au Nasdaq avec en prime, la maturité que nous avons déjà avec 11 ans de parcours sans faute, au marché réglementé. C’est très excitant et terriblement motivant.

Boursica :
Et vos accords sur l’Asie, où en sont-ils ?

Thierry Ehrmann :
Au mois de mars 2012, nous démarrons en Chine une longue marche sur les principales maisons de ventes Chinoises avec près de 40 rendez-vous, avec lesquelles nous partageons beaucoup d’affinités, notamment sur la dématérialisation du marché de l’art, et elles pensent comme nous, que la notion de salles de ventes physiques est inappropriée en 2012 face à l’Internet et notamment notre Place de Marché Normalisée aux Enchères qui aura sa propre assise à Hong Kong, dans nos futurs bureaux.
L’Asie, que je connais bien depuis 20 ans, obéit à des rythmes très différents de nous autres occidentaux. Il faut un temps énorme pour acquérir la confiance de votre futur partenaire. La parole donnée prime sur le droit des contrats. En revanche, la mise en place d’un business se fait à une vitesse fulgurante qui panique généralement les occidentaux. Je pense qu’Artprice est très bien positionnée en Asie où nous sommes considérés comme avant-gardistes, très loin devant les vieilles maisons anglo-saxonnes considérées par les Asiatiques comme parfois dépassées par les événements.

Boursica :
Puisque vous parlez des vieilles maisons anglo-saxonnes, quels sont vos rapports avec elles actuellement et surtout depuis le 18 janvier 2012 ?

Thierry Ehrmann :
Le rapport de force qui s’était établi en 2005 avec la Place de Marché Normalisé à prix fixe a considérablement évolué. Il semble que les deux économies ont chacune effectuée une réflexion en profondeur sur leur avenir. Il est vrai que les confrontations entre l’ancienne économie et l’économie du numérique sur d’autres secteurs que le marché de l’art ont fait avancer le débat. Une fois de plus la Messe est dite avec près de trois milliards d’internautes face aux 50 millions de 1999, d’où ma théorie du changement de paradigme économique.

Boursica :
Pouvez-vous développer plus précisément le contenu de ce débat ?

Thierry Ehrmann :
L’ancienne économie a enfin compris qu’être depuis 25 ans sur Internet, comme Groupe Serveur, qui contrôle Artprice et dont je suis le fondateur, est un espace temps, non seulement incompressible mais très onéreux à acquérir, notamment par la culture de l’Internet qui est très sophistiquée. Sur le secteur du marché de l’art, une anecdote est très révélatrice, avec des recommandations à New-York, dues aux manifestations du « Occupy Wall Street ». Il est recommandé aux gens aisés d’éviter un certain nombre de lieux et notamment les salles des ventes. Ceci dit, les grandes maisons sont en train de liquider peu à peu leurs immobiliers ou résilier de manière anticipée leurs baux. Ils découvrent que l’informatique en réseau sécurisé Intranet, le Data mining, le marketing comportemental, l’indexation, les bases de données normalisant le marché de l’art, sont une industrie lourde, avec des barrières d’entrées financières et technologiques très élevées et parfois, comme cela est notre cas, des protections au titre de la propriété intellectuelle qui leur interdisent tout simplement d’utiliser hors contrat, la réalisation de Places de Marché Normalisées ® sur le marché de l’art dont Artprice possède les différents droits d’auteur tels que entre autres le Droit sui generis.

Boursica :
Et alors, que doit-on conclure ?

Thierry Ehrmann :
La première conclusion est que la partie adverse a pris conscience de la valeur des actifs corporels et incorporels qui constituent une des grandes richesses d’Artprice. Le point numéro deux, est que les grandes maisons ont toutes investi sur Internet, avec généralement, deux à trois plans d’investissements, des sommes se chiffrant systématiquement en centaines de millions de dollars et dont le résultat est insatisfaisant et parfois se révèle catastrophique. Le point numéro trois passe par la reconnaissance d’un acteur historique comme Artprice et la capacité d’imaginer pour la première fois un véritable partage du marché de l’Art.

Boursica :
Comment se partagerait ce marché de l’Art ?

Thierry Ehrmann :
De manière très simple, tout le segment des œuvres inférieures à 15 000 € leur est étranger, et pourtant il pèse un volume colossal sur le marché de l’art (81%). Entre
15 000 et 50 000 €, ils ne sont pas vraiment compétitifs en termes de prix. Se pose alors la question des œuvres de plus de 50 000 € et bien sûr celle des œuvres millionnaires sur lesquelles se greffent alors un service et une prestation parfois sur mesure pour l’acheteur comme pour le vendeur. Très vite, ces vielles maisons font leurs calculs et voient que leurs avantages marketing et leur ancienneté ne suffisent pas à équilibrer leur économie en se projetant sur les cinq prochaines années. Il leur reste alors une démarche pragmatique en se rapprochant de nous.
Pour autant, nous respectons leur démarche mais nous ne pouvons par faire autrement que de nous référer à nos partenaires asiatiques qui ont depuis longtemps anticipé la situation et n’ont donc plus de problème à résoudre. Il est tout à fait possible que nous arrivions, néanmoins, à trouver des terrains d’entente car une jeune génération de cadres supérieurs à la tête de ces vieilles maisons ne s’embarrassent pas des fantômes du passé et passent à l’acte.
L’année 2012 sera certainement pour nos actionnaires accompagnée d’heureuses nouvelles, parfois surprenantes.

Boursica :
Peut-on en savoir plus ?

Thierry Ehrmann :
Sans trahir le secret des affaires, nous avons des acteurs majeurs qui, avec beaucoup de maturité, ont décidé de nous adopter progressivement en marque blanche ou en marque grise. Il est évident que dans ces cadres, le transfert de chiffre d’affaires de sociétés traditionnelles qui opèrent aux enchères d’art depuis de nombreuses années, en utilisant notre Place de Marché Normalisée aux Enchères pour leur propre compte, est susceptible d’impacter le cours de manière non négligeable.
Actuellement nous vivons de manière régulière, ce type de scénario: le départ d’un directeur général à la retraite d’une très grande Maison de ventes internationale et l’arrivé d’un nouveau D.G. de 35 ans qui immédiatement après avoir fait son audit, se rapproche de nous avec un vrai désir de faire du big business, alors que son prédécesseur par son âge proche de la retraite, considérait Artprice dans le meilleur des cas comme un Ovni dans le monde de l’Art sans aller plus loin. Une fois de plus, la patience est une des conditions essentielles de la réussite d’Artprice depuis sa création.

Boursica :
Dans ce cadre, quel est votre statut ?

Thierry Ehrmann :
Dans ces cas-là, nous opérons comme une SSII et un centre Serveur où nous facturons des frais récurrents d’hébergements et d’utilisation de nos logiciels et bases de données propriétaires.

Boursica :
Un dernier mot enfin. Vous nous avez, dans notre première interview, déclaré qu’Artprice était à 10% de son histoire, puis, dans la deuxième interview, vous pensiez plutôt n’être qu’à 5%. On est à combien aujourd’hui ?

Thierry Ehrmann :
Nous sommes toujours à 5% du développement d’Artprice mais la grande différence, c’est que ces 5% qui étaient une intuition en 2011, sont désormais confortés par des faits et des chiffres, ce qui change tout pour nos actionnaires et nous-mêmes …

© 2002-2012 Boursica.com tous droits réservés

Les précédentes interviews exclusives de Thierry Ehrmann :
http://serveur.serveur.com/Press_Release/2011-interview-thierry-ehrmann.html

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 27 millions d’indices et résultats de ventes couvrant 450 000 Artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 108 millions d’images ou gravures d’oeuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 6300 titres de presse dans le monde. Artprice diffuse auprès de ses 1 400 000 membres (member log in), ses annonces, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée(R) mondiale pour acheter et vendre des oeuvres d’Art à prix fixes ou aux enchères (réglementée par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce). (source Artprice).

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris au compartiment B, SRD long only : Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters
: ARTF

Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video/ dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos.

Sommaire des communiqués d’Artprice :
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’art avec Artprice sur Twitter :
http://twitter.com/artpricedotcom/

Artprice : le rapport annuel du marché de l’art 2010, la Chine vainqueur incontestable de la décennie.

2011/04/05 Commentaires fermés

Artprice : le rapport annuel du marché de l’art 2010, la Chine vainqueur incontestable de la décennie.

Au cours de la décennie écoulée, deux tendances fortes s’imposent : la première tendance, est selon Thierry Ehrmann, Pdg et fondateur d’Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’art, « une véritable révolution dans la géopolitique du marché de l’art mondial, en une décennie, la Chine est passée du neuvième rang au premier rang en 2010 des ventes aux enchères de Fine Art devant le Royaume-Uni et les Etats-Unis qui détenaient avec suprématie le marché depuis les années 50 ». Quant à la France, sa perte de compétitivité constante d’année en année fait d’elle la grande perdante de cette décennie, notamment par le retard pris dans la réforme des ventes publiques exigée par la Directive Européenne pour le 28/12/2009 et le scandale Drouot dont la saga judiciaire ne cesse de rejaillir.

La deuxième tendance est le constat unanime des acteurs du marché de l’art à voir une mutation sans précédent du commerce de l’art. La structure même du marché change, notamment avec la suprématie d’Internet et ses deux milliards et demi de connectés qui sont à l’origine de l’accélération fulgurante des ventes d’art en ligne, les compétitions générées par plus de 260 foires d’art organisées chaque année dans le monde et l’importance des investisseurs et fonds d’investissements dans l’art. L’émulation qu’ils ont créée à grand renfort médiatique a participé à faire de l’investissement dans l’art un nouveau phénomène socioculturel. L’assimilation de l’art à un actif financier par certains a débouché sur un nouveau modèle : celui de la bourse de l’art. La Chine fait figure de pionnière dans ce domaine car le gouvernement chinois lançait en 2009 la Shenzen Cultural Assets and Equity Exchange (SZCAEE).

Cette année 2010 a été riche en événements : après l’envolée des prix de l’art entre 2004 et 2008 et la contraction sévère du marché entre octobre 2008 et l’été 2009 (chute des volumes et chute des prix) vint la reprise de la compétition jusqu’à des sommets de prix jamais atteints auparavant… le constat de cette dernière décennie est celui d’une accélération considérable du rythme du marché et de son déplacement à l’est du planisphère. Après le précédent krach du marché de l’art (1991), près de quatre années de patience furent nécessaires avant qu’une reprise des prix ne s’amorce. Cette fois, le marché haut de gamme a retrouvé sa santé en un an et demi à peine .

En 2008, après la crise de Lehman & Brothers, la Chine est devenue le moteur de la relance économique mondiale. Parallèlement, le gouvernement chinois a démontré l’importance accordée à l’art et la culture via les JO de Pékin en 2008, l’Exposition Universelle de Shanghai en 2010 puis le travail de fond du Ministère de la Culture et des Finances pour rendre les musées publics gratuits en Chine. La fierté de la culture chinoise en passe aussi par sa valorisation à l’échelle mondiale. Les collectionneurs chinois s’imposent comme des modèles, des travailleurs pour leur patrie. Grâce au soutien et aux liquidités importantes de ces collectionneurs, les artistes chinois ont rattrapé leur retard sur la cote des artistes occidentaux et ils l’ont fait à une vitesse fulgurante.

Artprice publie en 7 langues son rapport exclusif du marché de l’art repris par plus de 6 300 médias et institutions internationaux chaque année. Réalisé à partir des 5,4 millions de résultats d’enchères de
3 600 maisons de ventes, le rapport annuel « Tendances du Marché de l’art 2010 » est constitué de 27 pages d’analyses macro-économiques et micro-économiques mises à jour au fil de l’actualité des ventes et des évolutions des prix des œuvres d’art. Ce rapport édité par ArtMarketInsight, l’agence de presse d’Artprice, avec le département d’Econométrie d’Artprice contient aussi des classements originaux tels que le TOP 500 des artistes par chiffre d’affaires, la liste des 100 plus fortes enchères de l’année.

Télécharger l’intégralité du document au format PDF (Téléchargement gratuit)
http://imgpublic.artprice.com/pdf/trends2010_fr.pdf

Sommaire

Edito
Le jeu des montagnes russes
L’art d’après-guerre et l’art contemporain dans le marché global
2010 : Reprise de la compétition
Retour en salles mitigé pour les signatures contemporaines : les fausses victoires de
Hirst, Murakami et Koons
La Chine : numéro 1 mondial
New York vs Pékin
Rattraper le retard des anciens et imposer les contemporains
La France dans le monde : l’histoire d’un déclin annoncé
L’année de l’Art Market Confidence Index
Twitter : L’année 2010 en 140 caractères
Le Top 10 des artistes
Le Top 100 des enchères 2010
Le Top 500 des artistes par chiffre d’affaires en 2010

Source: http://www.artprice.com (c)1987-2011 thierry Ehrmann
Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’art avec plus de 27 millions d’indices et résultats de ventes couvrant 450 000 artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du marché de l’art au monde, bibliothèque constituée de 108 millions d’images ou gravures d’œuvres d’art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 3600 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du marché de l’art pour les principales agences et 6300 titres de presse dans le monde. Artprice diffuse auprès de ses 1 300 000 membres (member log in), ses annonces normalisées, qui constituent désormais la première place de marché mondiale pour acheter et vendre des oeuvres d’Art (source Artprice).
Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris : Euroclear: 7478 – Bloomberg : PRC Reuters : ARTF

Code twitter : twitter.com/artpricedotcom
Sommaire des communiqués d’Artprice :
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Artprice: the 2010 art market annual report – China winner of the past decade

2011/04/05 Commentaires fermés

Artprice: the 2010 art market annual report – China winner of the past decade

Art MArket

During the past decade, two strong trends have emerged: firstly, as per the words of Thierry Ehrmann, the Ceo and founder of Artprice, the world leader in art market information, “we have seen a veritable revolution in the geopolitics of the global art market… Over the last 10 years, China jumped from ninth place to first place in 2010, becoming the world’s largest auction marketplace for Fine Art and overtaking the United States and the UK, the grand masters of the market since the 1950s.” France, constantly loosing competitiveness year after year, comes out the big looser of the past decade, as shown by delay in implementing the auction reform required for 28 Dec. 2009 by the European Directive, and by the Drouot scandal, which is an ongoing judicial saga.

The second strong trend in the year 2010 is the unanimous statement by art market players that an unprecedented mutation has affected the commerce of art. The market’s very structure has changed, with the evolution of Internet and its 2 billion and a half users who have triggered the dramatic acceleration of online art sales. The competition generated by the more than 260 art fairs organised each year around the world and the importance of investors and investment funds in the market. The example they set and the media attention they received was sufficiently strong to make investment in art a new socio-cultural phenomenon. The assimilation of art to a financial asset by a minority of investors clearly gave birth to a new model: that of an “art exchange”. China seems to have been a pioneer in this field as the Chinese government launched in 2009 the Shenzen Cultural Assets and Equity Exchange (SZCAEE).

The year 2010 was rich in events: after the strong price inflation between 2004 and 2008 and the severe market contraction from October 2008 to the summer of 2009, a rapid recovery followed, taking the market to unprecedented highs. In short… the decade saw a very substantial acceleration of the market and a considerable shift of its polarity towards Asia.
After the previous art market meltdown in 1991, it took 4 years of patience before prices began to recover. This time round it took only 18 months.

In 2008, after the collapse of Lehman Brothers, China became the motor of global economic recovery. At the same time, the Chinese government showed the importance it attributes to art and culture at events such as the Olympic Games in 2008, the World Expo in Shanghai in 2010 and with the groundwork performed by the Ministry of Culture and Finance to make museums free in China. The pride of Chinese culture has also been clearly expressed by its valuation on world markets. Chinese collectors are regarded as role models, working for the good of the nation. Indeed, on the back of the sponsorship and investment patronage of these collectors, Chinese artists have closed the price gap on Western artists incredibly quickly.

This year, Artprice’s annual art market report – based on 5.4 million auction results from 3,600 auction houses around the world and distributed to over 6,300 media organisations and international institutions every year in 7 languages – will focus particularly on China’s successful conquest of the global art market. Our 2010 Art Market Trends contain macro- and micro-economic analyses providing the keys to understanding the annual evolution of the global auction market. It discusses the major trends in the market, analysed throughout the year on the ArtMarketInsight page of our website, by the Artprice press agency and by our Econometrics Department. To complement this objective appreciation of the art market based on a year of global auction results, Artprice also offers numerous original rankings such as the Top 500 artists by auction revenue and the Top 100 auction results of the year.

Download the entire document in PDF format (free of charge)
http://imgpublic.artprice.com/pdf/trends2010_en.pdf

Download available in German, Italian, Spanish, languages soon.

Chinese version: http://imgpublic.artprice.com/pdf/trends2010_zh.pdf

Content

Editorial
Roller coaster
Post-War and Contemporary Art in the global market
2010: Renewed competition
A mixed return for Contemporary signatures: the “successes” of Hirst, Murakami and Koons
China: the new global leader
New York vs Beijing
Catching up on Old Masters and imposing their Contemporary artists
France’s place in the art world
Art Market Confidence Index – 2010, a positive year
Twitter: 2010 in 140 characters
Top 10 Artists
Top 100 auction performances in 2010
Top 500 artists by auction revenue in 2010

Source: http://www.artprice.com (c)1987-2011 thierry Ehrmann

Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/

Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 450,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world’s leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 – Bloomberg: PRC – Reuters: ARTF
Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm
The Art Market in real time by Artprice on Twitter: http://twitter.com/artpricedotcom/

Shock wave through the art market… China now ranks first, ahead of the USA and the UK

2011/03/19 Commentaires fermés

Shock wave through the art market…
China now ranks first, ahead of the USA and the UK

According to Thierry Ehrmann, founder and CEO of Artprice, world leader in art market information, “this unprecedented news represents a turning point in the history of the global art market: China is now the number 1 in terms of Fine art auction revenue”. It took just three years for China to jump from third place (previously occupied by France) in 2007 to first place in 2010, ahead of the UK and the USA, the grand masters of the market since the 1950s.

To reverse the polarity of the global art market from West to East, China has done without artifices such as hypothetical figures from art galleries ( an opaque market compared to public auctions) or even that of furniture or traditional Chinese art objects (the prices of which are shooting up worldwide). Since the 1950s, the reference ranking for the art market has been that of Fine Art at Public Auctions.
In 2010, China accounted for 33% of global Fine Art sales (paintings, installations, sculptures, drawings, photography, prints), versus 30% in the USA, 19 %in the UK and 5% in France *.

Shock wave through the art market… China now ranks first, ahead of the USA and the UK

Moreover, there were 4 Chinese artists in the Top-10 ranking of global artists by auction revenue for 2010 (vs. 1 in 2009), the lowest of whom generated $112 million dollars during the year. Qi Baishi was in 2nd place ahead Andy Warhol and ahead of his compatriot Zhang Daqian; Xu Beihong took 6th place with a total of $176m and Fu Baoshi was 9th. The younger generation of Chinese artists is now imposing itself even more forcefully that their older counterparts: More than half of the 2010 global Top 10 of Contemporary artists are Chinese (Zeng Fanzhi, Chen Yifei, Wang Yidong, Zhang Xiaogang, Liu Xiaodong and Liu Ye) compared with just three Americans (Basquiat, Koons, and Prince)*.

The heart of the market now beats in Beijing, Hong Kong and Shanghai, the new driving hubs of the global art market. In 2010 Sotheby’s Hong Kong revenue amounted for 2%. At the same time, Christie’s 2010 Hong Kong total was 2,5% and China’s big 4 annual revenues were: Poly International (7,4%), China Guardian (5,32%), Beijing Council (2,07%), Hanhai Art Auction in Beijing (2,74%)*.

Not only has China’s economic strength (second global power in 2010) boosted its art market and projected its culture around the world, but China’s art sector has benefited from the support of its government and of Chinese collectors who are as patriotic as they are prompt to invest. China has understood the Power of Art in the history of nations. In addition, the number of auction records for Chinese artworks is bound to increase as the number of Chinese billionaires rises by 20% per year through 2014 vs. 5.6% p.a. for the rest of the planet.

* Extracts from Artprice art market report 2010, freely downloadable starting 5th April 2011 at www.artprice.com in English, French, Chinese, German, Spanish, Italian

Source: http://www.artprice.com ©1987-2011 thierry Ehrmann

Discover the Alchemy and the universe of Artprice: http://web.artprice.com/video/

Artprice is the world leader in art market information with over 27 million auction prices and indices covering over 450,000 artists. Artprice Images® offers unlimited access to the largest database of art market information in the world, a library of 108,000,000 images and engravings of art works from 1700 to the present day. Artprice continuously updates its databases with information from 3,600 international auction houses and provides daily information on art market trends to the main financial press agencies and to 6,300 press titles worldwide. Artprice offers standardised adverts to its 1,300,000 members (member log in) and is the world’s leading market place for buying and selling works of art (source: Artprice).

Artprice is listed on Eurolist by Euronext Paris: Euroclear: 7478 – Bloomberg: PRC – Reuters: ARTF
Artprice releases: http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleaseen.htm
The Art Market in real time by Artprice on Twitter: http://twitter.com/artpricedotcom/

Breaking News: Julian Assange Arrested / Wikileaks

2010/12/08 Commentaires fermés

Julian ASSANGE arrested . Wikileaks
Wall-paint by Cart’1 @ the Abode of Chaos (Creative Commons Paternity)
Tribute #2 to Julian Assange
Julian ASSANGE arrested . Wikileaks
Arrestation de Julian Assange . Wikileaks
Mur peint par Cart’1 @ la Demeure du Chaos (Creative Commons Paternity)
Hommage numéro 2 à Julian Assange . Wikileaks

ÉTATS-UNIS : LE CHÔMAGE CONTINUE D’AUGMENTER

2009/10/03 Commentaires fermés

Chômage aux USA

Le Monde

Les destructions d’emplois aux Etats-Unis ont augmenté contre toute attente en septembre, faisant monter le taux de chômage à 9,8 %, contre 9,7 % le mois précédent, selon le département du travail. Il s’agit du plus haut taux de chômage depuis juin 1983. La première économie mondiale a supprimé 263 000 emplois net, contre 201 000 en août et 304 000 en juillet, indique le ministère états-unien, vendredi 2 octobre, dans son rapport mensuel sur l’emploi, qui était très attendu par les marchés financiers.

De l’avis général, les Etats-Unis sont sortis en août de la pire récession qu’ils aient connue depuis 1945, mais le gouvernement,  la Banque centrale (Fed) et le Fond monétaire international (FMI) prévoient que le chômage continuera de monter jusqu’au milieu de l’année 2010, où il plafonnerait alors au-dessus de 10%.

Pour en savoir plus :

. Lien direct vers l’article complet sur Le Monde.fr

SARKOZY, LE VA-T-EN-GUERRE NUCLÉAIRE

2009/10/03 Commentaires fermés

Sarkozy Nucléaire

Deux courts papiers tirés du blog Great America, rédigé par Lorraine Millot et hébergé par Libération.fr

29/09/2009

La pique atomique française

Voilà maintenant que les Français veulent doubler Obama sur l’Iran, s’indigne le Wall Street Journal de ce mardi. Sous le titre « La pique atomique française », un petit édito bien senti revient sur les cafouillages qui ont entouré la révélation du site nucléaire de Qom vendredi dernier au G20. Le Wall Street reprend les confidences faites notamment au Monde par des diplomates français, disant que Sarkozy aurait voulu révéler le site de Qom dès le jeudi à l’ONU, lors du Conseil de Sécurité consacré à la non-prolifération nucléaire, plutôt qu’attendre le vendredi au G20. Un autre « officiel » français a confié au Wall Street combien Sarkozy était « frustré » depuis des mois par la réticence d’Obama à affronter l’Iran.

De fait, si on relit le discours de Sarkozy le 24 septembre à l’ONU, l’énervement est bien perceptible : « Nous avons raison de parler de l’avenir, mais avant l’avenir, il y a le présent, et le présent, c’est deux crises nucléaires majeures » avait lancé le président français, en référence à l’Iran et la Corée du nord. « Nous vivons dans un monde réel, pas un monde virtuel » poursuivait notre président, avant d’évoquer le « rêve » d’Obama d’une planète sans armes nucléaires. A Washington, des diplomates français tentent de sucrer la salade, en assurant que personne ne prend Obama pour un naïf et que l’Américain est « certainement tout aussi dur que nous sur l’Iran ». Tout en tendant la main à l’Iran, Obama préparait aussi les munitions pour des sanctions en cas d’échec du dialogue, rappellent ces Français.

A la veille du rendez-vous du 1er octobre avec les Iraniens, cela fait un peu désordre dans le camp occidental. Mais Nicolas Sarkozy y trouvera certainement nouveau motif de satisfaction: une fois encore, la France a réussi à se « profiler ».

02/10/2009

Sarkozy, nouvelle arme des neocons

Sarkozy a livré une balle en or aux conservateurs américains, pour tirer sur l’administration Obama. Après le Wall Street Journal (voir post précédent), Charles Krauthammer, pape des neocons, revient ce vendredi dans le Washington Post sur les états d’âme du président français, sous le titre « La leçon française d’Obama ». Krauthammer cite encore une fois les propos de Sarkozy à l’ONU la semaine dernière, opposant  « le rêve » d’Obama d’un monde sans armes nucléaires, au «monde réel» où il faut affronter les menaces iraniennes et nord-coréennes. « Sarkozy n’a pas pu dissimuler son étonnement face à la naïveté d’Obama » écrit Charles Krauthammer. La France ne profite d’ailleurs guère de la clairvoyance de son président, elle en reprend au passage pour son grade: « Quand la France vous reproche de vouloir l’apaisement, vous savez que vous avez touché le fond » attaque Krauthammer.

La chute de l’édito mérite aussi d’être traduite: « La providence protège les idiots, les ivrognes, les enfants et les Etats-Unis d’Amérique », aurait dit Bismarck, cité par Charles Krauthammer. Qui conclut: « Bismarck n’avait jamais vu Obama aux Nations-Unis. Sarkozy l’a vu ».

TENSIONS AU SUJET D’ÉVENTUELLES TÊTES NUCLÉAIRES IRANIENNES

2009/09/29 Commentaires fermés

Mahmoud Ahmadinejad

The New York Times

Tensions, discussions et petites trahisons entre les Américains, les Européens et les Israéliens au sujet du programme nucléaire iranien, après la découverte de nouvelles installations secrètes.

Pour en savoir plus :

. Lien direct vers l’article sur le site du New York Times

102 MINUTES QUI ONT CHANGÉ LE MONDE – FR3

11septembre

Ce soir, lundi 07 septembre à 20:35 sur France 3 : 102 minutes qui ont changé le monde.

« Nous sommes le 11 septembre 2001 et cette journée, vous n’allez jamais l’oublier. » Ainsi s’adresse une journaliste à ses auditeurs, en commentant l’attentat du World Trade Center. Sous les yeux d’une Amérique en état de choc, l’impensable est arrivé.

Un documentaire réalisé par Nicole Rittenmeyer
Une production Siskel / Jacobs Productions pour la chaîne History.

Nous savons tous ce qui s’est passé lors de cette terrible matinée mais nous ignorons la façon dont les événements ont été vécus par les habitants des quartiers situés à proximité des deux tours jumelles.

Ce film est le fruit de leurs moments vécus. Un travail minutieux de récolte d’images qui a permis de reconstituer, minute par minute, ces 102 minutes qui ont marqué le monde. De leurs appartements, de Times Square aux quais du New Jersey, les new-yorkais commentent, observent, et surtout filment la catastrophe. Du crash du premier avion jusqu’à l’effondrement de la deuxième tour, tout est enregistré. Si certains restent incrédules, tétanisés, d’autres sont pris de panique, ne sachant plus où être en sécurité. Les rumeurs circulent, personne ne sait si ces attentats ne sont pas le prélude d’attaques plus graves, plus importantes. Les transports s’arrêtent et les lignes téléphoniques sont mises hors service. L’île de Manhattan se retrouve coupée du monde. Ses habitants cherchent à fuir en marchant le long des routes et prennent d’assaut les ferries.

Ce film nous plonge dans la réalité de ces quelques heures qui resteront gravées à tout jamais dans nos esprits.

Pour en savoir plus :

. Lien direct vers le site de France 3