Archive

Posts Tagged ‘Simon Hantaï’

Artprice by Artmarket: The Gagosian’s grand projects for the late Simon Hantaï (1922-2008)

2019/10/14 Commentaires fermés

Yesterday, 13 October 2019, the Gagosian Gallery inaugurated its new space at Le Bourget on the outskirts of Paris with an exhibition dedicated to Simon Hantaï, whose estate the international gallery now represents worldwide. Titled LES NOIRS DU BLANC, LES BLANCS DU NOIR, the exhibition focuses on canvases and prints made between 1969 and 1997, years during which Simon Hantaï developed his folding (pliage) techniques.

thierry Ehrmann, founder/CEO of Artprice by Artmarket: It is ironic that an artist who sought almost all his life to escape the Art Market should return eleven years after his death under the aegis of the most powerful gallery on the planet. No doubt the battle for the privilege of representing his estate was tough… and this time it’s the Gagosian that won. It now has responsibility for giving global visibility to Hantaï’s work which is much more complex than it appears. Because behind the warm and seductive colours, there is a unique and profoundly spiritual work.

Since his death in 2008, several galleries have exhibited Simon Hantaï’s work in London and New York, and his prices have already increased considerably. However the Gagosian Gallery still sees enormous potential in Hantaï’s market.

Auction turnover on works by Simon Hantaï (2000-2018) - left Larry Gagosian ©thierry Ehrmann - courtesy of Organ Museum / Abode of Chaos - right

Auction turnover on works by Simon Hantaï (2000-2018) – left
Larry Gagosian ©thierry Ehrmann – courtesy of Organ Museum / Abode of Chaos – right

The first auction of an important Simon Hantaï work outside France dates back to 2017 when Sothebys New York sold his Mariale m.d. 4 (1962) for $3,252,500. It was his third best auction result and confirmed the markets growing interest as it represented six times the amount fetched at Aguttes in Paris in June 2008 ($540,000) for the same canvas.

However… that New York sale was exceptional: nearly 90% of Simon Hantaïs auction turnover is hammered in France with his works primarily changing hands in Paris rather than New York, London or Hong Kong. This, of course, explains the potential that the major international galleries – and especially the Gagosian – see in managing Hantaï’s succession.

In fact, Simon Hantaï’s work has received relatively little exposure outside France, partly due to the artist himself, who after his exhibition at the Venice Biennale in 1982, decided to withdrawfrom the Art Market. He did not show his work again until 1998, after much patient persuasion from his friend and gallerist Jean Fournier.

Émilie Ovaere-Corthay, director of the Jean Fournier Gallery: Our gallery supported Hantaï’s work throughout his life, and still does today. We respected his personal wishes, including his desire to withdraw from the artistic scene between 1982 and 1998, just when Jean Fournier opened a large space on Quincampoix Street in order to diffuse his work on a larger scale.

After his death in 2008, several Anglo-Saxon galleries expressed interest in Simon Hantaï: Paul Kasmin exhibited his work in New York in 2010, then Timothy Taylor in 2014 and the Mnuchin Gallery in 2015, each time in collaboration with the Jean Fournier gallery.

The big question is the availability of works for sale. The Gagosian will no doubt have access to major works, and it will also have a free hand to place them in important collections on a global scale, via its network of 13 galleries.”

At auction, Simon Hantaïs best canvases are those created when he started using his folding technique, particularly the series Mariale, Mur – Manteaux de la Vierge (1960-1962). The value of large formats (2m²) from this period currently ranges from $2 to $5 million. Canvases from the three series Meun (1967-1968), Etude (1969-1971) and Blanc (1973-1975) usually sell for close to a million dollars, although the smaller works (less than 50cm²) are still fetching less than $100,000 on average.

Émilie Ovaere-Corthay, again: “We tend to remember the large colored formats, the ‘all over’ patterns that elicit an immediate and physical relationship with the viewer. Their impact is close to the efficacy of the great American Abstract Expressionists.

However, it is important to remember that Simon Hantaï was primarily influenced by Surrealism when he arrived in Paris at the end of 1940. His roots are in fact literary, underpinned by a profound spirituality that grew over time.

The ‘questfor the management of artists’ estates by the major international galleries has allowed the rediscovery of lesser-known artists, sometimes misunderstood in their time. But knowledge of an œuvre, in the intellectual and emotional sense of the term, is not necessarily related to its diffusion on the market. These are two different things.

From their first meeting at the beginning of the 1950s until today, the gallery has kept correspondence between Jean Fournier and Simon Hantaï, and has meticulously recorded reproductions of his works. Today these archives, accessible to researchers, represent a solid and essential basis for the certification of his works and the redaction of his catalogue raisonné and that is why the Jean Fournier gallery contributes to a better knowledge of his work, in both a patrimonial and a prospective dimension at the same time.

As of the late 1990s, Simon Hantaï himself donated many worksrepresentative of the major periods in his artistic career – to the Pompidou Center and the Ville de Paris Musée d’Art Moderne. Several other French museums, including the Fabre Museum in Montpellier and the CAPC in Bordeaux, have also integrated his work into their collections.

The MoMA and the National Gallery of Art in Washington both have a painting by Simon Hantaï, but in general his works are absent from major Anglo-Saxon collections. The primary role of the Gagosian Gallery will be to present this Franco-Hungarian artist outside Europe, and especially outside France, where his works have been regularly exhibited and have received plenty of attention from art historians and philosophers.

In L’étoilement (Conversation with Hantaï) published in 1998, Georges Didi-Huberman was moved to make the following touching observation which somehow captures the mystery of his painting: Hantai is wary of beauty, I can feel it it’s in his DNA .

The exhibition LES NOIRS DU BLANC, LES BLANCS DU NOIR at Le Bourget, Gagosian Gallery

From 13 Octobre 2019 until 14 March 2020 :

https://gagosian.com/exhibitions/2019/simon-hantai-les-noirs-du-blanc-les-blancs-du-noir/

Simon Hantaï’s Archives : simonhantai.org

Galerie Jean Fournier : www.galerie-jeanfournier.com

Copyright 1987-2019 thierry Ehrmann http://www.artprice.comhttp://www.artmarket.com

About Artmarket:

Artmarket.com is listed on Eurolist by Euronext Paris, SRD long only and Euroclear: 7478 – Bloomberg: PRC – Reuters: ARTF.

Discover Artmarket and its Artprice department on video: https://en.artprice.com/video

Artmarket and its Artprice department was founded in 1997 by its CEO, thierry Ehrmann. Artmarket and its Artprice department is controlled by Groupe Serveur, created in 1987.

See certified biography in Who’s who ©:

https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2019/10/biographie_oct2019_WhosWho_thierryEhrmann.pdf

Artmarket is a global player in the Art Market with, among other structures, its Artprice department, world leader in the accumulation, management and exploitation of historical and current art market information in databanks containing over 30 million indices and auction results, covering more than 700,000 artists.

Artprice Images® allows unlimited access to the largest Art Market image bank in the world: no less than 180 million digital images of photographs or engraved reproductions of artworks from 1700 to the present day, commented by our art historians.

Artmarket with its Artprice department accumulates data on a permanent basis from 6300 Auction Houses and produces key Art Market information for the main press and media agencies (7,200 publications). Its 4.5 million ‘members log in’ users have access to ads posted by other members, a network that today represents the leading Global Standardized Marketplace® to buy and sell artworks at a fixed or bid price (auctions regulated by paragraphs 2 and 3 of Article L 321.3 of France’s Commercial Code).

Artmarket with its Artprice department, has been awarded the State label “Innovative Company” by the Public Investment Bank (BPI) (for the second time in November 2018 for a new period of 3 years) which is supporting the company in its project to consolidate its position as a global player in the market art.

Artprice by Artmarket’s 2018 Global Art Market Report published in March 2019: https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2018

Index of press releases posted by Artmarket with its Artprice department:

http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Follow all the Art Market news in real time with Artmarket and its Artprice department on Facebook and Twitter:

https: // www .facebook.com / artpricedotcom (4.5 million followers)

https://twitter.com/artmarketdotcom

https://twitter.com/artpricedotcom

Discover the alchemy and universe of Artmarket and its artprice department http: //web.artprice.com/video headquartered at the famous Organe Contemporary Art Museum “The Abode of Chaos” (dixit The New York Times): https://issuu.com/demeureduchaos/docs/demeureduchaos-abodeofchaos-opus-ix-1999-2013

https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

(4 million followers)

https://vimeo.com/124643720

https://www.facebook.com/the.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Contact Artmarket.com and its Artprice department

Contact ir@artprice

Artprice by ArtMarket : les grands projets de la galerie Gagosian pour feu Simon Hantaï (1922-2008)

2019/10/14 Commentaires fermés

Larry Gagosian ©thierry Ehrmann – ctsy of Organ Museum / Abode of Chaos

La galerie Gagosian a inauguré ce 13 octobre 2019 dans son espace du Bourget, en banlieue parisienne, une première exposition consacrée à l’artiste Simon Hantaï, dont elle représente désormais l’Estate à travers le monde. L’exposition LES NOIRS DU BLANC, LES BLANCS DU NOIR se concentre sur les toiles et les sérigraphies réalisées entre 1969 et 1997, années pendant lesquelles Simon Hantaï continue d’explorer sa technique du pliage.

thierry Ehrmann, fondateur et président d’Artprice by Artmarket : « Lui qui chercha à peu près toute sa vie à fuir le Marché de l’Art revient onze ans après sa mort sous l’égide de la plus puissante galerie de la planète. Nul doute que la bataille a été rude pour avoir le privilège de représenter son Estate… et c’est la galerie Gagosian qui sort vainqueur cette fois. A elle maintenant de donner une visibilité mondiale à son œuvre, beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Car derrière les couleurs chaudes et séduisantes, s’échafaude une œuvre singulière, terriblement profonde et spirituelle ».

Depuis son décès en 2008, plusieurs galeries ont exposé le travail de Simon Hantaï, à Londres et à New York, et déjà le prix de ses œuvres a considérablement augmenté. Mais la galerie Gagosian voit encore dans son marché un très grand potentiel.

Le premier passage aux enchères, hors de France, d’une œuvre importante de Simon Hantaï remonte à 2017 seulement. Cette année-là, Sotheby’s vend à New York la toile Mariale M.D. 4 (1962) pour 3 252 500$. Il s’agit de la troisième meilleure adjudication enregistrée pour Simon Hantaï, qui vient confirmer l’intérêt croissant du Marché pour sa peinture. La valeur de la toile M.D. 4 (1962) a en effet été multipliée par six depuis son dernier passage en salle de ventes, chez Aguttes à Paris en juin 2008 (540 000$).

Cette vente new-yorkaise reste cependant exceptionnelle : près de 90 % du produit des ventes aux enchères de Simon Hantaï est confiné dans le marché français. Ses œuvres transitent par Paris plutôt que par New York, Londres ou Hong Kong. D’où le potentiel que voient dans la gestion de sa succession les grandes galeries internationales, et surtout la galerie Gagosian.

Auction turnover on works by Simon Hantaï (2000-2018)

Auction turnover on works by Simon Hantaï (2000-2018)

Le travail de Simon Hantaï a été trop peu exposé hors de France. La faute revient d’abord à l’artiste lui-même, qui après son exposition à la Biennale de Venise en 1982 se retire du Marché de l’Art. Il faudra la patience de son ami et galeriste Jean Fournier pour le convaincre d’exposer à nouveau en 1998.

Émilie Ovaere-Corthay, directrice de la galerie Jean Fournier : « Notre galerie a accompagné l’artiste durant toute sa vie – et encore aujourd’hui – respectant ses volontés personnelles, notamment son désir de se retirer de la scène artistique entre 1982 et 1998, au moment même où Jean Fournier avait ouvert un grand espace rue Quincampoix dans l’objectif de diffuser son travail à une autre échelle.

Depuis sa disparition en 2008, plusieurs galeries anglo-saxonnes se sont intéressées à Simon Hantaï : Paul Kasmin l’a exposé à New York en 2010, puis Timothy Taylor en 2014 et la Mnuchin Gallery en 2015, toujours en collaboration avec la galerie Jean Fournier.

La question majeure est la disponibilité des œuvres à la vente. Si la galerie Gagosian accède à de belles œuvres, elle aura les coudées franches pour les placer dans d’importantes collections à l’échelle mondiale, forte de son réseau de 13 galeries ».

En salles de ventes, les ‘meilleures’ toiles de Simon Hantaï sont celles qui correspondent à l’invention de la technique du pliage, avec la série Mariale, Mur – Manteaux de la Vierge (1960-1962). La valeur des grands formats de cette période (2 m x 2 m) varie entre 2 m$ et 5 m$. Les séries Meun (1967-1968), Etude (1969-1971) et Blanc (1973-1975) peuvent quant à elles approcher le million de dollars, bien que les petits formats (inférieurs à 50 cm x 50 cm) s’échangent en moyenne encore pour moins de 100 000$.

Produit des ventes aux enchères des oeuvres de Simon Hantaï (2000-2018) par année de création

Produit des ventes aux enchères des oeuvres de Simon Hantaï (2000-2018) par année de création

Émilie Ovaere-Corthay, directrice de la Galerie Jean Fournier : « On a tendance à retenir de son œuvre les grands formats colorés, le ‘all over’ des motifs qui invite à un rapport immédiat et physique avec le regardeur. Ses qualités sont proches de l’efficacité des grands expressionnistes abstraits américains.

Cependant, il est important de rappeler que Simon Hantaï s’est d’abord nourri du Surréalisme à son arrivée à Paris fin 1940. Ses racines sont littéraires, sous-tendues de grande spiritualité qui s’est accrue au fil du temps.

La ‘chasse’ aux Estates par les grandes galeries internationales permet de redécouvrir des artistes confidentiels parfois mal compris en leur temps. Mais la connaissance d’une œuvre, au sens intellectuel et sensible du terme, n’est pas forcément liée à sa diffusion sur le marché. Ce sont deux choses différentes.

De la rencontre entre Jean Fournier et Simon Hantaï au début des années 1950 jusqu’à aujourd’hui, la galerie a consigné les correspondances, les reproductions d’œuvres, et continue d’alimenter une documentation exceptionnelle qui est incontournable dans la certification des œuvres et l’établissement du catalogue raisonné. Ces archives sont accessibles aux chercheurs et c’est en cela que la galerie Jean Fournier contribue à une meilleure connaissance de l’œuvre, dans une dimension patrimoniale et prospective à la fois ».

Dès la fin des années 1990, Simon Hantaï a lui même fait don de nombreux travaux, représentatifs des grandes périodes de sa vie artistique, au Centre Pompidou ainsi qu’au MAM de la Ville de Paris. Plusieurs autres musées français, dont le Musée Fabre de Montpellier et le CAPC de Bordeaux, ont eux aussi fait entrer son œuvre dans leurs collections.

Le MoMA et la National Gallery of Art de Washington possèdent tous deux un tableau de Simon Hantaï, mais de façon générale ses œuvres manquent dans les grandes collections anglo-saxonnes. Le rôle de la galerie Gagosian sera d’abord de présenter le travail de cet artiste franco-hongrois hors du continent européen, et surtout hors de France, où sa peinture a été régulièrement exposée et a été très bien commentée par de nombreux historiens et philosophes.

Dans L’étoilement, publié en 1998, Georges Didi-Huberman a notamment écrit cette très jolie phrase, qui touche peut-être au mystère de sa peinture  : « Hantaï se méfie de la beauté, je le sens bien, mais il est condamné ».

L’exposition LES NOIRS DU BLANC, LES BLANCS DU NOIR à la galerie Gagosian, Le Bourget

Du 13 octobre 2019 au 14 mars 2020 :

https://gagosian.com/exhibitions/2019/simon-hantai-les-noirs-du-blanc-les-blancs-du-noir/

Les archives Simon Hantaï : simonhantai.org

La galerie Jean Fournier : www.galerie-jeanfournier.com

Copyright 1987-2019 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

A propos d’Artmarket :

Artmarket.com est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF.

Découvrir Artmarket avec son département Artprice en vidéo : https://fr.artprice.com/video

Artmarket avec son département Artprice fut fondée en 1997 par thierry Ehrmann qui est son PDG. Artmarket et son département Artprice est contrôlée par le Groupe Serveur créé en 1987. Voir biographie certifiée de Who’s who © :

https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2019/10/biographie_oct2019_WhosWho_thierryEhrmann.pdf

Artmarket est l’acteur global du Marché de l’Art avec entre autres son département Artprice qui est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 700 000 Artistes.

Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 180 millions d’images ou gravures d’œuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artmarket avec son département Artprice, enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 6300 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artmarket.com met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du Code du Commerce).

Artmarket avec son département Artprice, possède le label étatique « Entreprise Innovante » par la Banque Publique d’Investissement (BPI) (pour la deuxième fois en novembre 2018 pour une nouvelle période de 3ans) et développe son projet d’acteur global sur le Marché de l’Art.

Le Rapport du Marché de l’Art Contemporain 2019 :

https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2019

Le Rapport Annuel Artprice by Artmarket du Marché de l’Art mondial 2018 publié en mars 2019 : https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2018

Sommaire des communiqués d’Artmarket avec son département Artprice :

http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artmarket et son département Artprice sur Facebook et Twitter :

https://www.facebook.com/artpricedotcom  (4,5 millions d’abonnés)

https://twitter.com/artmarketdotcom

https://twitter.com/artpricedotcom

Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artmarket et son département Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos dixit The New York Times / La Demeure du Chaos: https://issuu.com/demeureduchaos/docs/demeureduchaos-abodeofchaos-opus-ix-1999-2013

https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999 

(4,0 millions d’abonnés)

https://vimeo.com/124643720

https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Contact d’Artmarket.com avec son département Artprice

Contact ir@artprice.com