Archive

Posts Tagged ‘Paris’

Artprice: analyse de la 44ème édition de la FIAC face à la concurrence de la Frieze et des ventes publiques

2017/10/14 Commentaires fermés

thierry Ehrmann : « Le mois d’octobre accueille deux des plus grandes foires au monde : la Frieze à Londres et la FIAC à Paris. Non seulement ces deux événements prennent place à deux semaines d’intervalle d’un côté et de l’autre de la Manche (reliés en 2h par l’Eurostar), mais chacune de ces foires doit à présent composer avec les sessions de ventes de prestige, organisées en même temps et qui menacent de leur voler la vedette ».

Artprice analyse les nouveaux défis auxquels la FIAC et la Frieze doivent aujourd’hui faire face.

La stratégie des galeries

Pas d’oeuvres normalement de Njideka A. Crosby au Grand Palais pour les visiteurs de la FIAC 2017. La jeune peintre nigérienne est la grande révélation 2017 en salles de ventes, comme le souligne le dernier Rapport Artprice sur le Marché de l’Art Contemporain. Malgré son récent succès, Victoria Miro – sa principale galeriste – a choisi de présenter Conrad Shawcross, Secundino Hernández et Doug Aitken.

De même, les éminentes galeries qui représentent Adrian Ghenie (Pace, Thaddaeus Ropac, Plan B) n’ont pas prévu d’exposer la jeune superstar roumaine au Grand Palais cette année. Plus étonnant encore, il ne devrait pas y avoir à la FIAC cette année de toiles de Jean-Michel Basquiat. Faut-il voir dans ces choix la volonté des galeries de présenter d' »autres artistes » ? Y a-t-il un désir de leur part de se démarquer des enchères ? De se positionner « en marge » ou de donner l’impression d’être « en avance » par rapport aux œuvres qui circulent dans les salles de ventes ?

Cet hermétisme n’est évidemment pas absolu. David Zwirner a dévoilé son intention de présenter à la FIAC des œuvres de Sigmar Polke et Wolfgang Tillmans, deux signatures parmi les plus en vogue en salles de ventes. Le premier a enflammé la session d’Art Contemporain de Phillips ce 6 octobre 2017 à Londres avec Tänzerin (1994) #l-14193057, cédé pour 4,4 m$. Une autre toile importante, Was machen die Russen in Mexiko (1982) #l-14207217 de Sigmar Polke, sera mise en vente à Paris pendant la FIAC chez Christie’s. Cette œuvre, déjà passée deux fois aux enchères, avait atteint 170 500 $ #l-11477625 chez Sotheby’s à New York en 1988, puis 178 500 $ #l-803003 chez Christie’s en 1997. Elle est aujourd’hui estimée entre 3,5 m$ et 4,7 m$ et fera partie de la vente de la collection de Jean-François & Marie-Aline Prat ce 20 octobre à Paris.

Ce n’est pas un hasard si Christie’s a choisi d’organiser cette session de vente ultraprestigieuse durant la FIAC. La maison britannique montre en effet de plus en plus clairement sa volonté de profiter de l’agenda des grandes foires. Ainsi avait-elle décidé en juin de déplacer sa vente d’Art Contemporain et d’Après-guerre de Londres en octobre, afin de la faire coïncider avec la Frieze. Un pari à moitié remporté puisque la maison n’a pas réussi à vendre le lot phare de cette session : Study of Red Pope 1962. 2nd version 1971 #l-14155965 de Francis Bacon. Estimée entre 78 m$ et 104 m$, cette œuvre aurait dû établir un important record en Europe pour les ventes aux enchères.

Face à cet échec, les très bons résultats enregistrés à Londres pour Basquiat, Doig ou encore Gormley soulignent une évolution décisive : l’Art Contemporain est aujourd’hui le segment le plus explosif, et le premier moteur du Marché de l’Art. Un rôle qu’il a définitivement pris à l’Art d’Après-guerre.

Mélange d’enseignes internationales et de galeries locales

La FIAC reste d’abord le rendez-vous des grandes galeries parisiennes, notamment Chantal Crousel qui accueille les visiteurs dès l’entrée. Dans les allées principales, les visiteurs retrouvent Perrotin, Lelong, Mennour, Obadia, Almine Rech, Daniel Templon, Karsten Greve, Thaddaeus Ropac, etc.

Mais la FIAC est également le rassemblement à Paris des plus prestigieuses enseignes anglo-saxonnes : Gagosian, Zwirner, Lisson, Sadie Coles, Marian Goodman, Victoria Miro, Paula Cooper, Simon Lee, White Cube, Skarstedt, etc. C’est aussi l’excellence des marchands d’art européens, avec les Allemands calier | gebauer, Konrad Fisher et Sprüth Magers, les Italiens Massimo de Carlo et Continua, et les Belges Xavier Hufkens, Zeno X et Jan Mot.

Pour la deuxième année consécutive, Hauser & Wirth fait partie avec Lévy Gorvy des rares galeries prééminentes qui préfèrent la Frieze et dédaignent la FIAC. La proximité de deux grandes foires européennes rend ce double déplacement périlleux. A propos de l’édition 2016, la directrice parisienne de la galerie Gagosian déclarait pourtant : « Nous pensions que cette année serait un pari à relever à cause de l’écart de temps entre la FIAC et Frieze. Nous sommes très heureux des ventes réalisées et des rencontres que nous avons faites. Il y a eu une forte audience internationale et nous avons réalisé des ventes auprès de nouveaux clients. Paris devient la capitale de l’art. La qualité des présentations est remarquable« .

En 2016, la FIAC avait accueilli 72 080 visiteurs en 5 jours, soit +0,5 % de plus que l’année précédente. Pour comparaison, la Frieze London et la Frieze Masters ont accueilli conjointement un peu plus de 60 000 visiteurs lors de cette 15ème édition (du 5 au 8 octobre 2017).

En élargissant le nombre de galeries – 192 pour cette 44ème édition, contre 186 l’an dernier et 173 en 2015 – la FIAC diversifie les exposants sans faire de concessions sur le prestige. Au fil des ans, l’illustre événement culturel parisien montre son désir de présenter, face aux grandes galeries internationales, une scène artistique parallèle. Un ensemble de galeries « locales » représentent des artistes déjà reconnus dans leur pays et qui cherchent maintenant à profiter de la visibilité internationale de la FIAC. L’occasion pour eux de se faire connaître des grands collectionneurs. Le secteur Lafayette, en particulier, fait la part belle à ces nombreuses révélations, en rassemblant des galeries comme LambdaLambdaLambda (Prishtina, Kosovo), Truth and Consequences (Genève, Suisse) ou Gypsum (Le Caire, Egypte).

Parmi les exposants qui promettent de très belles découvertes, on peut citer la Belge Nadja Vilenne installée à Liège en Belgique, ou la galerie hongroise Kisterem. Enfin, Tomio Koyoma insufflera un peu d’Asie dans le Grand Palais, à l’intérieur duquel les exposants asiatiques, africains et sud-américains restent encore discrets.

Nombre de galeries par continent – FIAC 2017

 l’intérieur duquel les exposants asiatiques, africains et sud-américains restent encore discrets. Nombre de galeries par continent – FIAC 2017

On site et le Prix Marcel Duchamp

De l’autre côté de l’Avenue Churchill, On Site met la sculpture à l’honneur au Petit Palais. Face au succès que rencontre la Frieze Sculpture de l’autre côté de la Manche, avec ses dizaines de pièces monumentales éparpillées dans Regent Park, la FIAC souhaite se lancer dans une aventure similaire.

La liste des sculpteurs rassemblés pour ce projet est particulièrement variée et séduisante. Elle comprend aussi bien des noms connus de tous les Français, comme Arman, que des pionniers du minimalisme tels que David Nash et Richard Nonas. On site se veut aussi l’occasion de confronter les travaux de l’Autrichien Erwin Wurm, la Belge Joëlle Tuerlinckx ou encore le Camerounais Barthélémy Toguo, et de redécouvrir le travail en trois dimensions d’Antoni Tàpies.

Mais le véritable atout de la FIAC, celui qui distingue cette foire de toutes les autres, reste sans doute le prestigieux prix Marcel Duchamp, décerné depuis 2000 par l’ADIAF (l’Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Français). Ce prix a déjà révélé de nombreux artistes, parmi lesquels Thomas Hirschhorn, Dominique Gonzales-Foerster, Tatiana Trouvé, Latifa Echakhch et le lauréat 2016 Kader Attia. Cette année, les quatres artistes nommés sont Maja Bajevic, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Charlotte Moth et Vittorio Santoro. Leurs travaux sont présentés au 1er niveau du Centre Pompidou, du 27 septembre 2017 au 8 janvier 2018.

A l’instar du Prix Marcel Duchamp, la FIAC se veut un rendez-vous annuel prestigieux, sérieux, dans le calendrier du Marché de l’Art. La foire parisienne, dirigée par Jennifler Flay, se différencie ainsi de la Frieze qui multiplie chaque année les propositions et les événements parallèles. Pour cette 15ème édition, une nouvelle section intitulée « Sex works: Feminist Art & Radical Politics » proposait entre autres une nouvelle façon d’approcher la foire et ses galeries.

www.artprice.com Copyright thierry Ehrmann 1987/2017

A propos d’Artprice :

Découvrez des informations inconnues du public ainsi que le Think tank d’Artprice pour le futur : Artprice célèbre ses 20 ans en 90 jours sur Twitter.
https://www.actusnews.com/fr/ARTPRICE/cp/2017/10/10/decouvrez-des-informations-inconnues-du-public-ainsi-que-le-think-tank-d_artprice-pour-le-futur-nbsp-artprice-celebre-ses-20-ans

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF.

Artprice est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 657 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 126 millions d’images ou gravures d’oeuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 6300 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce). Artprice labellisée par le BPI développe son projet de Blockchain sur le Marché de l’Art.

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l’Art mondial 2016 publié en mars 2017 :
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2016

Le rapport du Marché de l’Art Contemporain 2016 d’Artprice est accessible gratuitement à l’adresse:
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2016

Communiqué d’ARTE : A la tête de La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos dixit « The New York Times », thierry Ehrmann, artiste et fondateur d’Artprice dévoile en 9 épisodes les rouages des plus gros esclandres de l’art contemporain, qui garantissent à coup sûr des expositions blockbusters http://creative.arte.tv/fr/artscandale

Sommaire des communiqués d’Artprice :
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm et https://twitter.com/artpricedotcom

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artprice sur Facebook, Google+ et principalement sur Twitter: https://twitter.com/artpricedotcom & https://twitter.com/artmarketdotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom & https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

http://artmarketinsight.wordpress.com/

Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos http://goo.gl/zJssd https://vimeo.com/124643720

Musée d’Art Contemporain siège social d’Artprice:
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Contact ir@artprice.com

Publicités

Artprice analyzes the FIAC’s strategy (44th edition) in its competition with Frieze… and public sales.

2017/10/14 Commentaires fermés

thierry Ehrmann: “October sees two of the world’s biggest art fairs almost back-to-back: the Frieze in London and the FIAC in Paris. But they’re not just close in time and space – with just two-weeks between them and 2 hours on the Eurostar – they also have to contend with competition from simultaneous prestige sales that are threatening to steal their limelight”.

Artprice takes a look at new challenges facing the FIAC and the Frieze today.

Gallery strategy…

Our preview of the FIAC 2017 reveals some interesting omissions: to our knowledge, the fair will not be presenting works by Njideka A. Crosby. The young Nigerian painter has been the world’s brightest star in auction rooms (see Artprice’s latest Contemporary Art Market Report). Despite her recent success, her main gallery, Victoria Miro, has decided to show Conrad Shawcross, Secundino Hernández and Doug Aitken.

Similarly, the principal galleries representing Adrian Ghenie (Pace, Thaddaeus Ropac, Plan B) have no works by the young Romanian superstar at the Grand Palais this year. Even more surprising… Jean-Michel Basquiat is also absent from this year’s FIAC! Have galleries decided to present ‘other artists’? Are they seeking an alternative posture from the auctioneers… a more ‘one-step-ahead’ positioning?

Of course, there’s still plenty of crossover: David Zwirner will be presenting works at the FIAC by Sigmar Polke and Wolfgang Tillmans, two of the auction market’s top-selling signatures at the moment. Polke’s Tänzerin (1994) attracted uninhibited bidding at Phillips’ Contemporary Art sale on 6 October 2017 in London and fetched $4.4 million. Another important Polke canvas, Was machen die Russen in Mexiko (1982) will be offered at Christie’s in Paris during the FIAC. Twice sold at auction, the work fetched $170,500 at Sotheby’s in New York in 1988 and $178,500 at Christie’s in 1997. It is now estimated between $3.5 million and $4.7 million and will be included in the Jean-François & Marie-Aline Prat collection sale on 20 October in Paris.

Christie’s decision to organize this highly prestigious sale during the FIAC is no coincidence. In recent months, the British auction firm has clearly shown it sees the majors fairs as an excellent wave to ride, hence the postponement of its London Post-War & Contemporary Art sale from June to October to coincide with the Frieze. The results of that decision were generally successful, but the sale was marred by a pass on its star lot, Study of Red Pope 1962. 2nd version 1971 by Francis Bacon. Estimated between $78 million and $104 million, the work would have set a major new auction record for Fine Art in Europe.

That failure – and the very good results for Basquiat, Doig and Gormley – once again confirmed a trend we have already highlighted: Contemporary Art is today the most dynamic segment and the primary growth driver of the Art Market as a whole; a role it appears to have been definitely seized from Post-War Art.

FIAC: a mixture of major international and local galleries

The FIAC remains first and foremost a rendezvous for the major Parisian galleries, including Chantal Crousel whose stand greets visitors at the entrance. In the main walkways, visitors will find Perrotin, Lelong, Mennour, Obadia, Almine Rech, Daniel Templon, Karsten Greve and Thaddaeus Ropac among others.

But the FIAC is also a Parisian rallying point for prestigious Anglo-Saxon galleries: Gagosian, Zwirner, Lisson, Sadie Coles, Marian Goodman, Victoria Miro, Paula Cooper, Simon Lee, White Cube, Skarstedt… plus a number of top European art dealers, including the German galleries calier | gebauer, Konrad Fisher and Sprüth Magers; the Italian Massimo Carlo and Continua, and the Belgian Xavier Hufkens, Zeno X and Jan Mot.

For the second year running, Hauser & Wirth is one of the rare prominent galleries (along with Lévy Gorvy) who have decided to show at the Frieze, but not at the FIAC. The proximity of two major European fairs doubles the risk involved for those who make the trip. However… after the 2016 editions, the Paris director of the Gagosian Gallery declared: « We thought this year would be a gamble because of the gap between the Frieze and the FIAC, but we are very pleased with the results and contacts we’ve made. There was a strong international audience and we made sales to new customers. Paris is becoming the capital of art. The quality of the presentations was outstanding. »

In 2016, the FIAC hosted 72,080 visitors in 5 days, +0.5% more than the previous year. For comparison, Frieze London and Frieze Masters jointly hosted just over 60,000 visitors at the recent 15th edition (from 5 to 8 October 2017).

By raising the number of galleries to 192 for this 44th edition (vs. 186 last year and 173 in 2015), the FIAC has diversified its exhibitors without compromising on prestige. Over the years, the famous Parisian cultural event has manifested its ambition to present a ‘parallel art scene’ alongside the major international galleries. The fair welcomes an ensemble of ‘local’ galleries, representing artists who are already recognized in their country and seeking to take advantage of the FIAC’s international visibility. For these galleries, the FIAC represents an excellent opportunity to bring these artists to the attention of major collectors. In this respect, the Lafayette zone is particularly interesting, hosting galleries like LambdaLambdaLambda (Prishtina, Kosovo), Truth and Consequences (Geneva, Switzerland), or Gypsum (Cairo, Egypt).

Among the galleries promising superb discoveries… Nadja Vilenne from Liege in Belgium, the Hungarian gallery Kisterem and Japan’s Tomio Koyama. The latter will add a touch of Asian art to the Grand Palais in a fair where the overall presence of Asian, African and South American galleries remains discreet.

Number of galleries per continent – FIAC 2017

Number of galleries per continent - FIAC 2017

On site and the Marcel Duchamp Prize

At the Petit Palais on the other side of Avenue Churchill, a show entitled On Site focuses on sculpture. Given the success of Frieze Sculpture on the other side of the Channel, with its dozens of monumental works scattered throughout Regent Park, the FIAC wants to embark on a similar adventure.

The list of sculptors at the On Site show is particularly diverse and appealing. It includes signatures that are well-known to the French, like Arman, as well as Minimalism pioneers like David Nash and Richard Nonas. On site makes a superb juxtaposition of works by the Austrian Erwin Wurm, the Belgian Joelle Tuerlinckx and the Cameroon artist Barthélémy Toguo. It also rediscovers the three-dimensional work of Antoni Tapies.

But the real highlight of the FIAC – one that distinguishes it from other art fairs – is its prestigious Marcel Duchamp prize, which since 2000, has been awarded by the ADIAF (Association for the International Diffusion of French Art). The award has already revealed a number of interesting artists including Thomas Hirschhorn, Dominique Gonzales-Foerster, Tatiana Trouve, Latifa Echakhch and 2016 winner Kader Attia. This year, the four shortlisted artists are Maja Bajevic, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Charlotte Moth and Vittorio Santoro. Their work will be presented on the 1st level of the Pompidou Center from 27 September 2017 to 8 January 2018.

As its Marcel Duchamp Prize suggests, the FIAC is intended as a serious and prestigious annual appointment in the global Art Market calendar. The Paris fair, directed by Jennifer Flay, is therefore different from the Frieze which each year offers new shows and parallel events. At the recent Frieze (15th edition) a new section called « Sex works: Feminist Art and Radical Politics » proposed a new way, among others, of approaching the fair and its galleries.

Copyright thierry Ehrmann 1987/2017

About Artprice:

Artprice celebrates its 20th birthday, editorial by thierry Ehrmann, founder and CEO of Artprice. https://www.actusnews.com/fr/ARTPRICE/cp/2017/10/04/artprice-celebrates-its-20th-birthday-editorial-by-thierry-ehrmann-founder-and-ceo-of-artprice

Artprice is listed on the Eurolist by Euronext Paris, SRD long only and Euroclear: 7478 – Bloomberg: PRC – Reuters: ARTF.

Artprice is the global leader in art price and art index databanks. It has over 30 million indices and auction results covering more than 662,000 artists. Artprice Images(R) gives unlimited access to the largest Art Market resource in the world: a library of 126 million images or prints of artworks from the year 1700 to the present day, along with comments by Artprice’s art historians.

Artprice permanently enriches its databanks with information from 6,300 auctioneers and it publishes a constant flow of art market trends for the world’s principal news agencies and approximately 7,200 international press publications. For its 4,500,000 members, Artprice gives access to the world’s leading Standardised Marketplace for buying and selling art. Artprice is preparing its blockchain for the Art Market. It is BPI-labelled (scientific national French label).

Artprice’s Global Art Market Annual Report for 2016 published last March 2017: http://imgpublic.artprice.com/pdf/rama2016_en.pdf

Artprice’s Contemporary Art Market Annual Report for 2016 – free access at https://www.artprice.com/artprice-reports/the-art-market-in-2016

The text presented hereafter is a translation of Arte Creative’s online presentation: ARTE: A gigantic Christmas tree in the guise of a butt plug, a machine that defecates five-star meals, an icon immersed in urine and staged corpses – subversive, trash, provocative or insulting? Thierry Ehrmann, the man behind The Abode of Chaos dixit « The New York Times », an artist and the founder of Artprice, is the mouthpiece for scandal and discloses the workings of the most striking controversies in contemporary art. And scandal sells. 9 episodes are online: http://www.arte.tv/guide/en/weekly-highlight

Artprice’s press releases: http://serveur.serveur.com/Press_Release/pressreleaseen.htm and https://twitter.com/artpricedotcom

News Artmarket:

http://twitter.com/artpricedotcom https://www.facebook.com/artpricedotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom

https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

http://artmarketinsight.wordpress.com/

Discover the Alchemy and the universe of Artprice http://web.artprice.com/video, which headquarters are the famous Museum of Contemporary Art, the Abode of Chaos http://goo.gl/zJssdhttps://vimeo.com/124643720

The Contemporary Art Museum The Abode of Chaos on Facebook: https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

The Abode of Chaos/Demeure du Chaos Contemporary Art Museum by thierry Ehrmann,author, sculptor, artist, photograph https://www.flickr.com/photos/home_of_chaos/sets/72157676803169034

Biographie de thierry Ehrmann par le Who’s Who – 2002-2015 ITW du 04/02/2015

2015/02/05 Commentaires fermés

La biographie officielle certifiée et mise à jour de thierry Ehrmann sur le Who’s Who ! 2002-2015 >>>

Consultable gratuitement en ligne

thierry Ehrmann

thierry-ehrmann

Président de société, Sculpteur-plasticien
Biographie mise à jour le 18/08/2014
au Who’s Who depuis 2002

Ehrmann, Thierry, Marie, Nicolas, Pierre, Joseph, Président de société, Sculpteur-plasticien. Né le 13 mars 1962 en Avignon (Vaucluse). Fils de Marcel Ehrmann, Ingénieur polytechnicien, et de Mme, née Monique Prayal, Administrateur de sociétés. Père de 2 enfants : Sydney, Kurt.

Etudes :
Précepteur dominicain, Lycées Fénelon, des Maristes et Pascal, Faculté de théologie de Lyon.

Carr. : Créateur de l’audiphone la Voix du parano (1983), d’une bourse de fret électronique (1985), Fondateur et Président du Groupe Serveur (depuis 1987), Créateur du Serveur judiciaire (1993), Président-fondateur d’Artprice.com (cotée sur Eurolist, marché réglementé de Paris) (depuis 1997), Fondateur de la Place de marché normalisée aux enchères et à prix fixe d’Artprice (en 2011), Cofondateur de Tracing Serveur (2000). Œuvres et travaux : Vie et conditions d’un incapable majeur sous le régime des tutelles au XXe siècle et Rédemption (en coll.) (1999), Catalogue raisonné de la demeure du chaos (en coll., 1999-2006), Histoire secrète du marché de l’Art (2013); Co-auteur de la sculpture monumentale le Bunker de la demeure du chaos (exposition triennale la Force de l’art au Grand Palais à Paris), Auteur des sculptures monumentales Overground I et II, Entre le tigre et l’euphrate, Ground Zero, Headquarter, Peak Oil, Fiat Lux, Underground, les Cages de l’enfer, les Porteurs de cendres, l’Oiseau de feu, Finis Gloriae Mundi, Deepwater 9/11, Le Livre d’Osiris, L’Egregore, L’Heure initiatique, Trilogie des vanités géantes de la Demeure du Chaos : Nutrisco et Extinguo, Vanitas et Rattus, Il est minuit plein; Auteur et Fondateur de la Borderline Biennale 2007, 2009, 2011, 2013; Installation géante de 99 Sentinelles alchimiques, Medium sculptures acier de 180 tonnes; Co-auteur de 9 vanités monumentales : Hoc Signo Vince; Installation monumentale de 36 sculptures dénommées Vanitas Company Ltd; Rétrospective 1982-2012 avec l’installation monumentale de 702 sculptures en acier brut produites à la Demeure du Chaos (2012), installation monumentale de 15 sculptures en acier brut Via Crucis (2012), installation de la sculpture monumentale en acier brut de 11 mètres de haut The Nail (2012); Performance Le Sang des vanités (avec Lukas Zpira, Commissaire d’exposition de la Borderline Biennale, 2011); ouvrages d’art : l’Esprit de la Salamandre (1999), la Demeure du chaos (1999, 2è éd. 2007), 2052 (2012), Opus IX, La Demeure du Chaos 1999-2013 (2013); Auteur du scénario Abode of Chaos Spirit (2007) et de No Legend (série de 113 courts-métrages, 2013-14), auteur des scénarios de la série de moyens métrages Drones attack; performance vidéo : le 7e sceau brisé, du corps profane au corps glorieux (2009).

S’intéresse à la théologie, à la psychiatrie, au droit de la propriété industrielle. Collections d’œuvres d’art contemporain et de mobiliers médiévaux. Membre de la Grande loge nationale française (depuis 1985), Fondateur de la Net Nobility (1991).

Adr. : prof. : Artprice.com Domaine de la Source, BP 69, 69270 Saint-Romain-au-Mont-d’Or; email : tehrmann@servergroup.com.

Assistant(e) : Sandra Béchiche 04 78 22 00 00, ceo@serveur.com.

Thierry Ehrmann Président de société, Sculpteur-plasticien

Interview de thierry Ehrmann par le Who’s Who >>>.