Archive

Posts Tagged ‘NFT Revolution’

Artmarket.com : La FIAC se dédouble avec une édition dans le monde virtuel post-Covid tout en faisant briller la place de marché parisienne, classée 4ème dans le rapport Artprice

2021/11/17 Commentaires fermés

La Foire Internationale d’Art Contemporain prend ses quartiers au bout du Champs-de-Mars, à quelques centaines de mètres de la Tour Eiffel : 170 galeries, parmi les plus prestigieuses au monde, sont rassemblées dans le Grand-Palais Ephémère jusqu’au dimanche 24 octobre. Mais la directrice artistique de la foire, Jennifer Flay, n’oublie pas la crise qui a forcé l’annulation de l’édition 2020 et remis en question une bonne partie du fonctionnement de notre société. Elle a donc décidé de maintenir une version online.

Répartition des ventes aux enchères par catégorie au S1 2021

Robert Delaunay, La Tour Eiffel (1928)

thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice : « La FIAC online n’est peut-être pas l’événement principal, mais cette version (qui compte 40 galeries supplémentaires) atteste d’un profond changement dans le monde de l’art, avec la coexistence de deux Marchés : l’un physique représenté par la FIAC et la FIAC hors les murs (dont une majestueuse sculpture de Calder installée Place Vendôme) ; l’autre entièrement dématérialisé, que chacun peu visiter de chez lui sur fiac.viewingrooms.com ».

Parce qu’il n’y a pas que les NFT dans la vie

Depuis six mois, le monde de l’art se passionne pour la blockchain : cette technologie qui a fait une entrée fracassante aux enchères en mars 2021 avec la vente d’une œuvre numérique de Beeple, pour 69,4 m$ chez Christie’s New York. La vente de ce NFT, suivie par celle de Pak chez Sotheby’s et de Mad Dog Jones chez Phillips, a fait couler énormément d’encre, reposant la question de ce qu’est la création artistique et comment celle-ci circule au début du 21ème siècle.

Dans son rapport du Marché de l’Art au 1er semestre 2021, (https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2021) Artprice tient tout de même à préciser que les ventes aux enchères publiques de NFT ne pèsent encore que 2 % du produit de ventes mondial. Un marché de niche, réparti entre New York (90%) et Hong Kong (9%), et qui compte moins d’une centaine de lots au total au S1 2021.

Le marché de la peinture traditionnelle reste donc 35 fois plus important que celui des NFT. Cependant, en six mois d’existence, ce dernier est déjà deux fois plus faste que le marché de la photographie, qui compte 10 000 lots vendus mais pour seulement 66 m$ (deux fois moins que le produit de ventes des NFT sur la même période).

Paris capitale prudente mais non pas attentiste

Comme chaque automne, la capitale française accueille la plus incroyable palette d’expositions, couvrant à peu près toute l’Histoire de l’Art : de Botticelli au Musée Jaquemart-André à Georg Baselitz et Georgia O’Keeffe au Centre Pompidou, en passant par la Collection Morozov à la Fondation Louis Vuitton et l’ouverture de la Collection Pinault à la Bourse de Commerce.

Au même moment, Almine Rech et la Galerie Perrotin présentent le travail d’une des plus talentueuses représentantes de la création artistique française actuelle, Claire Tabouret. Deux autres galeries, Lévy Gorvy et Nathalie Obadia présentent quant à elles le travail de l’artiste afro-américaine Mickalene Thomas.

Top 3 des artistes français vivants par produit de ventes aux enchères (S1 2021)

1 – Pierre Soulages (1919) : 30 680 000 $

2 – Claire Tabouret (1981) : 3 011 000 $

3 – Robert Combas (1957) : 2 820 000 $

Paris se veut éclectique et résolument tournée vers l’avenir, comme en témoigne le Prix Marcel Duchamp que la société Artprice est très fière de soutenir, décerné cette année à Lili Reynaud Dewar. Enfin, la 4ème Biennale Internationale d’Arts Numériques se déroule en ce moment même au Centquatre-Paris.

Toujours après Londres

La capitale française espère pouvoir tirer profit du Brexit sur le Marché de l’Art. De proéminents galeristes, à l’instar de Lévy Gorvy et de David Zwirner, ont ouvert un espace parisien pour anticiper l’isolement du marché britannique. Larry Gagosian inaugure quant à lui un 3ème espace dans la capitale française. Mais depuis la sortie officielle du Royaume-Uni de l’UE, la rivalité entre les deux capitales n’a pas tellement évolué.

Durant la Frieze Week, de très belles pièces signées Basquiat, Richter, Hockney ont été adjugées à Londres. De quoi rassurer en partie le marché local. L’événement a même été créé avec la réapparition de l’oeuvre Girl with Balloon de Banksy, celle-là même qui s’était autodétruite en 2018 après avoir été vendue 1,4 m$. Trois ans plus tard, l’oeuvre a changé de titre (Love is in the bin) mais aussi de prix : 25,4 m$.

A Paris, aucun lot proposé par Chirstie’s ou Sotheby’s ne devrait atteindre de tels sommets pendant la FIAC. Pourtant de très belles pièces de l’Avant-Garde seront mise en vente dans les salles parisiennes : Magritte, Manet, Picabia, … Ainsi pendant que les galeries montrent le meilleur de la création contemporaine à la FIAC et dans leurs espaces respectifs, les maisons de ventes continuent de rappeler que Paris a longtemps été la capitale artistique du monde.

Images : [https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image1-artmarket-artprice_categories-NFT.jpg]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/10/image2-Robert-DELAUNAY-La-Tour-Eiffel.jpeg]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

Artmarket.com: A Q1 as strong as before the Covid crisis, but Artprice identifies five big changes

2021/06/11 Commentaires fermés

With $1.6 billion hammered around the world in fine art auctions during the 1st quarter of 2021, the art market may look like it has already returned to a “normal” rhythm. True, the Q1 total is exactly the average Q1 total over the ten Q1 periods preceding the health crisis (2010 – 2019). But this impression, based on auction turnover alone, hides a very different situation from that which prevailed two years ago.

Q1 fine art auction turnover since 2000

Q1 fine art auction turnover since 2000

Fine art lots sold and unsold in Q1 auctions since 2000

Fine art lots sold and unsold in Q1 auctions since 2000

thierry Ehrmann, President and Founder of Artmarket.com and its Artprice department, acknowledges that “it is still a little early to disentangle the effects of each of the powerful factors currently shaking the art market: Covid, Brexit, NFTs, etc. But their consequences are already visible”.

Artprice is therefore redoubling its efforts to ensure continuous monitoring of the market’s most sensitive indicators and keep a close eye on its overall health. Artprice wishes to share the conclusions of its econometrics department in order to contribute to the market’s transparency.

1. A record number of transactions

Despite the logistical complications linked to the health crisis, fine art auction transactions have never been as numerous as in Q1 2021. In total, 112,200 lots were sold around the world, i.e. 6% more than in Q1 2019 (105,600 lots sold). The digital transition undertaken by the major auction houses has enabled the emergence of an online market that is particularly suited to the middle market.

2. A declining unsold rate

An key indicator of the balance between supply and demand in the market, the unsold rate varied only very slightly over the period 2010-2019, fluctuating between 31% and 34%. In other words, the art market has become accustomed to seeing a third of the lots offered for auction fail to reach their reserve prices. But in Q1 2021, only one in four sales (25%) failed: demand is therefore increasing a little faster than supply!

3. A gradual geographic rebalancing

Q1 turnover figures are usually dominated by London, which hosts the first prestige sales of the year. In 2021 the agenda had to be postponed by several weeks but nevertheless went ahead. However, the dominance of the UK capital appears weakened: London accounted for 37% of global sales revenue in Q1 2021 versus 48% in Q1 2019. New York, which managed to generate 27% of the global turnover in the first three months of the year, appears to be the main beneficiary.

4. The NFT revolution

The sale of Beeple’s NFT Everydays marked the start of a possible revolution on the art market. The work was purchased for $69 million in a Christie’s online auction using the Ether cryptocurrency. Indeed, this new market appears to have become even more ‘intangible’ since Sotheby’s generated $16.8 million by selling “The Fungible Collection”, a digital work offered online in unlimited quantities and created by the anonymous and mysterious Pak.

5. Red-chips dethrone blue-chips

Since the end of 2020, art auctions around the world have hammered some surprising results for extremely recent works. Journalist Scott Reyburn (in The Art Newspaper) cites, as an example, Christie’s “20th Century: Hong Kong to New York” sale on 2 December 2020 and says he was surprised to see Dana Schutz’s canvas Elevator (2017) fetch $6.5 million and Andy Warhol’s “classic” Campbell’s Soup Can (1962) sell for just $6.1 million (especially as the latter reached $7.4 million in 2014). Reyburn concludes that the arrival of new collectors, in search of the latest novelties (“red-chips”) is overtaking the desire to possess “blue-chip” artworks.

www.theartnewspaper.com/analysis/the-rush-for-red-chip-art

Images:

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/Artmarket-Artprice-1-Fine-Art-Turnover-Q1-since-2000.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/04/Artmarket-Artprice-2-Fine-Art-Lots-Q1-since-2000.png]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

About Artmarket: