Archive

Posts Tagged ‘marc tallec’

A propos du prétendu: le collectif Saint Romain avec pour seuls protagonistes Boris Perrodon et Driss Benzahouane

2015/05/27 1 commentaire

A propos du prétendu: le collectif Saint Romain avec pour seuls protagonistes Boris Perrodon et Driss Benzahouane

Les propos de monsieur Driss Benzahouane, poursuivi pour extorsion de fonds, menaces de mort, destruction d’oeuvres d’art et vol en réunion, sont mensongers, les pièces judiciaires et les sommations interpellatives démontrent que le prétendu collectif Saint Romain n’est constitué que de 7 personnes issues des familles Perrodon et Benzahouane. Il est bon de préciser que monsieur Boris Perrodon fait l’objet, lui aussi, de poursuites pénales.

Bien évidemment, ces personnes bénéficient de la présomption d’innocence tant que leur culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.

Il n’existe aucun riverain ni habitant qui s’est constitué partie civile au Pénal ou qui a entamé une action civile et/ou une démarche contentieuse, à l’exception d’une seule personne en 2006 qui a été intégralement déboutée. suite du dossier judiciaire

Communiqué de presse de thierry Ehrmann sculpteur plasticien, auteur de La Demeure du Chaos / Abode of Chaos
Mise à Jour du 26 mai 2015 (suite au Progrès)

AFFAIRE COMMUNE DE SAINT ROMAIN AU MONT D’OR CONTRE THIERRY EHRMANN
Mise à Jour du 26 mai 2015 : http://999ddc.org/24juin2014.html

Extrait des conclusions de Maitre Dumoulin dans le principe du contradictoire contre la Commune de Saint romain au mont d’or:V. SUR LES AGISSEMENTS GRAVEMENT DELICTUEUX DU PRETENDU COLLECTIF DES SAROMAGNOTS

115. Monsieur le Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de LYON a été saisi par un prétendu collectif des Saromagnots pour l’exécution de l’arrêt de la Cour d’Appel de GRENOBLE du 16 décembre 2008.

Au dossier, figure un courrier du prétendu collectif des Saromagnots qui comporte 10 signatures sans pour autant que les signataires ne soient identifiés, tant par leur état civil que leurs adresses, ce qui dans les faits, et notamment après la sommation de Maître MAMET, démontre qu’il constitue une véritable mise en scène, aucune personne physique identifiable ne correspondant à ces signataires.

Pièce n° : sommation interpellative du 23 février 2013 délivrée à Monsieur PERRODON

116. La seule certitude est que ce prétendu collectif a à sa tête Monsieur Boris PERRODON et Monsieur Driss BENZAHOUANE.

Le prétendu collectif n’existe pas.

117. Le 23 février 2013, les époux EHRMANN ont fait délivrer une sommation interpellative à Monsieur Boris PERRODON d’avoir à indiquer l’identité précise des prétendus membres du prétendu collectif des Saromagnots.

Monsieur PERRODON s’est dérobé, a refusé de répondre et a indiqué à l’huissier :

« Je refuse de vous répondre quant à l’identité des personnes signataires des courriers adressés en date du 10 septembre 2012 sans avoir auparavant pris conseil auprès de notre avocat. »

Pièce n° : sommation interpellative du 23 février 2013 délivrée à Monsieur PERRODON

Or, Monsieur PERRODON, n’a eut de cesse de harceler Monsieur EHRMANN pour tenter de lui vendre à un prix exorbitant avec une expertise fictive réalisée par l’agence immobilière ayant le mandat de vente, un appartement sur 2 étages en hésitant pas à indiquer une fausse date d’édification de cette maison (une différence de pratiquement un siècle).

Pièce n° : Courrier de l’agent immobilier de M. Perrodon du 12.09.09 sur l’estimation de la valeur de sa maison
Pièce n° : Echanges entre M. Perrodon et Thierry EHRMANN sur le projet de vente de la maison de M. PERRODON
Pièce n° : Courrier de M. Ehrmann à M. Perrodon du 23.02.12
Pièce n° : Signification par huissier le 8.10.2012 à M.Perrodon du courrier transmis le 27.09.12
Pièce n° : Sommation de cesser par voie d’huissier le 2.01.13 à l’attention de M.Perrodon

118. Par conséquent, le collectif est réduit à sa plus simple expression, à savoir Monsieur PERRODON, qui n’est pas un voisin immédiat de Monsieur EHRMANN et ne voit pas la Demeure du Chaos, et Monsieur Driss BENZAHOUANE.

Le prétendu collectif n’est pas représentatif de la population de SAINT ROMAIN AU MONT D’OR qui compte plus de 1 054 habitants.

Pièce n° : Document officiel du Grand Lyon sur les principales données relatives à la Commune de Saint Romain au Mont d’Or

119. La pétition produite aux débats pour sauver la Demeure du Chaos démontre que sur la Commune de SAINT ROMAIN AU MONT D’OR et celle limitrophe de COUZON AU MONT D’OR, 2 269 signataires qui ont fourni un état civil complet, habitants de ces deux communes, l’ont signée.

120. A l’inverse, pour donner l’illusion d’une hostilité générale qui n’existe pas, bien au contraire, Monsieur Driss BENZAHOUANE et son affidé, Monsieur PERRODON, couvrent les murs du village en parlant du « Chaos Loto » de Grenoble, ridiculisant ainsi l’autorité judiciaire.

Ces deux personnes ne sont nullement concernées par les débats.

Pièce n° : PV de constat d’huissier du 23.09.12 constatant la manifestation organisée par « le Collectif de Saint Romain »
Pièce n° : PV de constat d’huissier du 2.01.2013 constatant les affiches présentent sur le terrain de M. PERRODON concernant la Demeure du Chaos qui parlent du « Chaos Loto » de Grenoble, ridiculisant ainsi l’autorité judiciaire.

121. Aucun Saromagnot n’a intenté un procès à Monsieur EHRMANN pour trouble de voisinage en raison de la création de ses œuvres d’art, à l’exception d’un voisin qui a été débouté en première instance et qui n’a pas interjeté appel.

Pièce n° : Jugement du TGI de Lyon du 26 avril 2005 / Garin

138. Monsieur EHRMANN a déposé des plaintes pour tentative d’extorsion de fonds, pour violence et dégradation, tous actes auxquels Monsieur DriisBENZAHOUANE et son ou ses acolytes du « collectif des Saromagnots » se sont livrés pour tenter d’intimider Monsieur EHRMANN et l’amener à l’obliger à lui racheter la maison de Monsieur DrissBENZAHOUNE au prix fort.

Pièce n° : plainte avec constitution de partie civile entre les mains du Doyen des Juges d’Instruction du 1er mars 2012 pour tentative d’extorsion de fonds, pour extorsion de fonds avec violence 312-1 ainsi que 312-9 et 312-2 et extorsion de fond avec violence sur une personne particulièrement vulnérable déposée par Monsieur EHRMANN contre Monsieur DRISS BENZAHOUANE
Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de LYON du 3 avril 2012 pour violence et destruction volontaire déposée par Monsieur et Madame EHRMANN et la SCI VHI
Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de LYON du 1er juin 2012 pour destruction, dégradation ou détérioration d’un bien immobilier déposée par la SCI VHI, la société L’ORGANE, Monsieur et Madame EHRMANN, contre X
Pièce n° : plainte avec constitution de partie civile entre les mains du Doyen des Juges d’Instruction du 27 juillet 2012 pour violence et destruction volontaire déposée par Monsieur EHRMANN contre Monsieur DRISS BENZAHOUANE
Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de LYON du 7 août 2012 pour destruction volontaire de biens déposée par la SCI VHI, la société L’ORGANE, Monsieur et Madame EHRMANN, contre X
Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de LYON du 7 août 2012 pour violences aggravées et pour menaces de morts et autres déposée par Monsieur Thierry EHRMANN contre Monsieur DRISS BENZAHOUANE
Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de LYON du 4 septembre 2012 pour violences aggravées et pour menaces de morts et autres déposée par Monsieur Thierry EHRMANN contre Monsieur DRISS BENZAHOUANE
Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Doyen des Juges d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de LYON du 12 novembre 2013 pour destruction, dégradation et détérioration d’un bien appartenant à autrui déposée par la SCI VHI, la société L’ORGANE, Monsieur et Madame EHRMANN, contre X

Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Doyen des Juges d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de LYON du 12 novembre 2013 pour destruction, dégradation et détérioration d’un bien appartenant à autrui déposée par la SCI VHI, la société L’ORGANE, Monsieur et Madame EHRMANN, contre X
Pièce n° : plainte entre les mains de Monsieur le Doyen des Juges d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de LYON du 10 novembre 2014 pour destruction, dégradation et détérioration d’un bien appartenant à autrui déposée par la SCI VHI, la société L’ORGANE, Monsieur et Madame EHRMANN, contre X
139. Pratiquement cinq ans après la cessation de son contrat de travail avec la société L’ORGANE, Monsieur DRISS BENZAHOUANE a saisi le Conseil de Prud’hommes de LYON d’une demande invraisemblable.

Pièce n° : Convocation devant le bureau de conciliation des prud’hommes le 24.09.12
140. Monsieur EHRMANN, sa famille et ses sociétés sont les victimes de Monsieur BENZAHOUANE et de son affidé ou comparse PERRODON depuis janvier 2011 à l’effet de parvenir à leurs fins qui n’est pas l’exécution de l’arrêt rendu le 16 décembre 2008, mais qui est de faire racheter par Monsieur EHRMANN au prix fort leur bien immobilier.
141. Monsieur EHRMANN verse aux débats l’ensemble des dossiers et plaintes l’opposant à Messieurs DRISS BENZAHOUANE et PERRODON.

Pièce n° : dossier opposant Monsieur EHRMANN et ses sociétés à Monsieur DRISS BENZAHOUANE comportant 102 pièces détaillées dans un sous bordereau de communication de pièces
Pièce n° : dossier opposant Monsieur EHRMANN et ses sociétés à Monsieur PERRODON comportant 22 pièces détaillées dans un sous bordereau de communication de pièces

et qui démontrent ce dont il est victime le jour le jour.

Bien évidemment, ces personnes bénéficient de la présomption d’innocence tant que leur culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.

Pour information il existe aussi le Collectif Saint Romain au Mont d’Or qui regroupe les habitants de Saint Romain au Mont d’Or et du Val de Saône pour défendre la Demeure du Chaos créée en 1999.

Publicités

l’Imposture marc tallec (épisode IV : 18 janvier 2011)

2011/01/24 Commentaires fermés

Action de celui qui répand sur autrui des accusations mensongères. Attitude, action de celui qui se fait passer pour ce qu’il n’est pas, pour une autre personne. Acte, parole qui tend à tromper autrui dans le but d’en tirer profit… © 2010 – CNRTL

Suite des poursuites judiciaires et plaintes pénales au 16 août , 25 août, 31 août 2010, 18 janvier 2011

Etat des poursuites judiciaires et plaintes pénales de thierry Ehrmann, Groupe Serveur, Musée l’OrgAne et Artprice contre Marc Tallec >>>
(dénommé dans certaines infractions et/ou délits sous le pseudonyme Entropik selon P.V. d’huissier). Extrait conforme de l’information réglementée « Document de référence, Rapport financier annuel Artprice et Rapport Semestriel 31 août 2010 » sur les sites homologués de l’AMF, rubrique Faits exceptionnels et litiges ( PDF consultable sur le site de la communication financière Artprice et sur actusnews.com) :

Au 18 janvier 2011, la Cour de Cassation en Chambre Sociale, saisie par la société Artprice, casse et annule la condamnation d’Artprice à verser à madame Claire Morin une somme à titre de dommages et intérêts en réparation de la perte du droit de lever des options sur titres. Elle doit donc restituer l’intégralité des sommes perçues.

Il faut préciser que madame Claire Morin, concubine de Marc Tallec, fait par ailleurs l’objet de mises en cause, à titre notamment de complicité, dans des affaires pénales pour lesquelles Monsieur Marc Tallec fait l’objet de plusieurs plaintes pénales de thierry Ehrmann, Musée l’OrgAne, Artprice et groupe Serveur.

Par ordonnance du 16 août 2010, monsieur Marc Tallec fait déjà l’objet d’un renvoi en correctionnelle, voir ci-dessus. En 2011, une nouvelle plainte pénale contre Marc Tallec vise ce dernier sur les mêmes délits qui l’ont conduit à être envoyé en correctionelle.

L’ensemble de ces nouveaux faits en 2011 fait l’objet d’une publication officielle de par la communication réglementée à laquelle Artprice est assujettie en tant que société cotée en continu sur le marché réglementé.

M. Marc Tallec, qui se voit reprocher différentes infractions et délits, bénéficie de la présomption d’innocence tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie, exception faite du bien fondé du caractère fautif (faute lourde) et des délits qui en découlent, constatés par la Cour d’Appel de Lyon dans son arrêt du 17 février 2010.

l’Imposture marc tallec (épisode III : 31 août 2010)

2010/08/31 Commentaires fermés

Action de celui qui répand sur autrui des accusations mensongères. Attitude, action de celui qui se fait passer pour ce qu’il n’est pas, pour une autre personne. Acte, parole qui tend à tromper autrui dans le but d’en tirer profit… © 2010 – CNRTL

Suite des poursuites judiciaires et plaintes pénales au 16 août , 25 août, 31 août 2010

Etat des poursuites judiciaires et plaintes pénales de thierry Ehrmann, Groupe Serveur, Musée l’OrgAne et Artprice contre Marc Tallec >>>
(dénommé dans certaines infractions et/ou délits sous le pseudonyme Entropik selon P.V. d’huissier). Extrait conforme de l’information réglementée « Document de référence, Rapport financier annuel Artprice et Rapport Semestriel 31 août 2010 » sur les sites homologués de l’AMF, rubrique Faits exceptionnels et litiges ( PDF consultable sur le site de la communication financière Artprice et sur actusnews.com) :

Marc Tallec, par ordonnance du 16 août 2010, a été renvoyé devant le Tribunal Correctionnel pour avoir introduit frauduleusement, supprimé ou modifié des données dans un système de traitement automatisé de données d’Artprice. Faits prévus et réprimés par les articles 323-1, 323-2, 323-3 et 323-5 du Code Pénal.

M. Marc Tallec, qui se voit reprocher différentes infractions et délits, bénéficie de la présomption d’innocence tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie, exception faite du bien fondé du caractère fautif (faute lourde) et des délits qui en découlent, constatés par la Cour d’Appel de Lyon dans son arrêt du 17 février 2010.

Suite au 26 mai 2010 de l’état des poursuites judiciaires et plaintes pénales de thierry Ehrmann, Groupe Serveur, Musée l’OrgAne et Artprice contre Marc Tallec

2010/05/28 Commentaires fermés

Suite au 26 mai 2010 de l’état des poursuites judiciaires et plaintes pénales de thierry Ehrmann, Groupe Serveur, Musée l’OrgAne et Artprice contre Marc Tallec (dénommé dans certaines infractions et/ou délits sous le pseudonyme Entropik selon P.V. d’huissier).

Artprice contre Marc Tallec Extrait conforme du document “Rapport financier annuel Artprice 30 avril 2010″ sur les sites homologués de l’AMF, rubrique 2.3 – Faits exceptionnels et litiges

Etat des poursuites judiciaires et plaintes pénales de thierry Ehrmann, Groupe Serveur, Musée l’OrgAne et Artprice contre Marc Tallec

2010/05/08 Commentaires fermés

Etat des poursuites judiciaires et plaintes pénales de thierry Ehrmann, Groupe Serveur, Musée l’OrgAne et Artprice contre Marc Tallec
(dénommé dans certaines infractions et/ou délits sous le pseudonyme Entropik selon P.V. d’huissier).

Extrait conforme du document “Rapport financier annuel Artprice 30 avril 2010″ sur les sites homologués de l’AMF, rubrique 2.3 – Faits exceptionnels et litiges

http://www.serveur.com/FR/artprice-contre-marc-tallec.html