Accueil > 2021, Art Market, Artprice, Global Lite, thierry ehrmann > Artmarket.com : Le département d’estimation d’Artprice met à jour la valeur des cinq oeuvres les plus chères de l’année 1999

Artmarket.com : Le département d’estimation d’Artprice met à jour la valeur des cinq oeuvres les plus chères de l’année 1999

2021/04/11

Investir des dizaines de millions de dollars dans les œuvres de Beeple ou Banksy peut sembler extravaguant aujourd’hui, mais acquérir les pièces les plus onéreuses correspond statistiquement à une stratégie gagnante. Des études académiques1 ont en effet montré qu’il existait visiblement un effet chef-d’oeuvre sur le Marché de l’Art (masterpiece effect) : les œuvres les plus chères continuent de prendre davantage de valeur que le reste du marché. C’est ce que corrobore l’analyse menée par le département d’estimation d’Artprice, Artpricing, sur les cinq œuvres les plus chères de l’année 1999 aux enchères.

Evolution du portefeuille : 1999 vs. 2021

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-Artmarket-Artprice-Evolution-of-the-portfolio-1999-vs-2021.png]

« En suivant les cinq chefs-d’œuvre les plus chers de l’année 1999, Artprice constate que ce qui était considéré comme ‘‘hors de prix » il y a 22 ans ne l’est plus tout à fait aujourd’hui », explique thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice.

« Imaginez qu’au premier trimestre 2021, vous ayez acquis le portrait de Botticelli, l’œuvre numérique de Beeple et les trois tableaux de Basquiat, Banksy et Picasso. Combien vaudront ces œuvres dans un quart de siècle ? L’avenir nous dira quelles sont les meilleures opérations mais l’expérience donne raison à leurs acheteurs… ».

Les 5 œuvres les plus chères aux enchères en 1999 vs. Estimations basses Artprice en 2021

  1. Paul CÉZANNE (1839-1906) – Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894)
    1999 : 60 502 500$ → 2021 : 120 000 000$
  2. Pablo PICASSO (1881-1973) – Femme assise dans un jardin (1938)
    1999 : 49 502 500$ → 2021 : 200 000 000$
  3. Pablo PICASSO (1881-1973) – Nu au fauteuil noir (1932)
    1999 : 45 102 500$ → 2021 : 115 000 000$
  4. Georges SEURAT (1859-1891) – Paysage, l’île de la Grande Jatte (1884)
    1999 : 35 202 500$ → 2021 : 35 000 000$
  5. Paul CÉZANNE (1839-1906) – Bouilloire et fruits (c.1888-1890)
    1999 : 29 476 000$ → 2021 : 60 000 000$

Les natures mortes de Cézanne ont doublé de valeur

Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894) est acheté 60,5m$ le 10 mai 1999 à New York, bien au-delà des estimations de Sotheby’s (25m$ – 35m$). Vingt ans plus tard, il s’agit toujours du prix record de Paul Cézanne aux enchères. Mais cela ne veut pas dire que sa cote ait baissé.

Paul Cézanne, Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894) , Huile sur toile. 59,5 x 73 cm

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-Paul-Cezanne-Rideau-cruchon-et-compotier.png]

Six mois plus tard, une plus petite nature morte intitulée Bouilloire et fruits (1888-1890) est achetée pour 29,5m$. Elle fait elle aussi partie des cinq plus belles ventes de l’année 1999 et a, elle aussi, largement dépassé ses estimations (15m$ – 20m$). Il se fait que sa valeur actuelle est à peu près connue puisque l’œuvre a été revendue le 13 mai 2019 chez Christie’s à New York pour 59,3m$.

Le prix des natures mortes de Paul Cézanne aurait ainsi doublé depuis 1999. C’est ce qu’attestent plusieurs autres exemples, dont Nature morte (c.1890) : achetée 3,8m$ chez Sotheby’s à New York le 11 novembre 1999, elle est revendue 8,1m$ le 14 novembre 2017 par la même Maison de Ventes, soit avec une plus-value de +110 %.

Des transactions plus rapides précisent que la cote de Paul Cézanne a essentiellement progressé au tout début du 21ème siècle. Acquise pour 18m$ en juin 2000 chez Christie’s à Londres, Nature morte aux fruits et pot de gingembre (c. 1895) a été revendue 37m$ par Sotheby’s New York le 7 novembre 2006.

Au vu de ces résultats, il est raisonnable d’estimer que le prix de Rideau, cruchon et compotier (c.1893-1894) pourrait atteindre 120m$ à 130m$ aujourd’hui, tandis que la valeur de Bouilloire et fruits (c.1888-1890) continue d’avoisiner les 60m$ (son prix de vente en mai 2019).

Picasso toujours plus cher mais Seurat stagne

Femme assise dans un jardin (1938) fait partie des plus belles toiles de Picasso en circulation sur le marché, dont le prix pourrait bien dépasser les 200m$ désormais. À titre de comparaison, une toile de même importance, les Femmes d’Alger (Version ‘O’) (1955) a été acquise pour 32m$ en novembre 1997 et revendue 179m$ en 2015.

Nu au fauteuil noir (1932) achetée en 1999 possède quant à elle une œuvre jumelle sur le marché : même titre, même année de création, même dimensions, même sujet… si bien que l’on pourrait croire que l’une n’est qu’un détail de l’autre. Or, en mai 2010, le prix de cette œuvre jumelle a atteint 106,5m$. Il paraît donc raisonnable d’estimer que le prix de chacune des deux œuvres approche désormais 120m$ – 150m$.

En revanche, la valeur de Paysage, l’île de la Grande Jatte (1884) de Georges Seurat, n’a vraisemblablement pas beaucoup changé en 22 ans. L’oeuvre détient aujourd’hui encore le prix record pour une oeuvre du peintre aux enchères. Contrairement aux natures mortes de Paul Cézanne, qui ont doublé de valeur, les récents résultats de Seurat suggèrent que le prix de cette toile n’a pas tellement bougé.

En mai 2018, La rade de Grandcamp (1885), une toile de même dimensions que Paysage, l’île de la Grande Jatte (1984) et de même facture, a atteint 34m$ chez Christie’s à New York. Cette vente suggère que l’intérêt des collectionneurs est resté à peu près constant pour les œuvres de Seurat au cours des 22 dernières années.

En résumé, le prix d’achat des cinq plus belles œuvres de l’année 1999 a été de 219,8m$ mais l’estimation basse actuelle de cette collection atteint 530m$, selon l’étude menée par le département Artpricing d’Artprice.

Images :
[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/1-Artmarket-Artprice-Evolution-of-the-portfolio-1999-vs-2021.png]

[https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/03/2-Paul-Cezanne-Rideau-cruchon-et-compotier.png]

1. Renneboog L. & Spaenjers C. (2009). Buying Beauty: On Prices and Returns in the Art Market. Discussion Paper 2009-004, Tilburg University, Tilburg Law and Economic Center.

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Artpricing, l’estimation par Artprice : Remplissez le formulaire en ligne et recevez un dossier d’estimation réalisé par notre équipe de spécialistes sous 72h :

https://fr.artprice.com/estimate

En savoir plus sur les services Artprice avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

%d blogueurs aiment cette page :