Accueil > 2021, Art Market, Artprice, Global Lite, thierry ehrmann > Artmarket.com : Vaut-il mieux vendre un chef-d’oeuvre en province ? Le top 5 des ventes hors capitales du Marché de l’Art par Artprice

Artmarket.com : Vaut-il mieux vendre un chef-d’oeuvre en province ? Le top 5 des ventes hors capitales du Marché de l’Art par Artprice

2021/02/23

La Masters Week de New York est le premier grand rendez-vous de l’année 2021 du Marché de l’Art. La session du 28 janvier au soir, chez Sotheby’s, rassemble des chefs-d’œuvre de Botticelli (estimé 80 m$), Rembrandt (20-30 m$), Hugo Van der Goes (3-5 m$) ou bien encore Guido Reni (1,2 – 1,8m$). Le hasard veut qu’un autre tableau de Guido Reni sera mis en vente le même jour à Toulouse par le commissaire-priseur Marc Labarbe, sous l’oeil avisé d’Eric Turquin. Son cabinet a en effet réalisé l’expertise de l’œuvre, estimée entre 95 000$ et 145 000$. Mais la qualité du tableau pourrait faire grimper son prix, à Toulouse comme à New York.

Guido Reni, Ecce homo (gauche) vendu à New York par Sotheby’s et Cléopatre (droite) vendu à Toulouse par Marc Labarbe, tous deux le 28 juin 2021

« Eric Turquin et Marc Labarbe réitèrent l’opération tentée il y a un an et demi avec le « Caravage de Toulouse », même si les cartes ne sont plus exactement les mêmes » commente thierry Ehrmann, Président et Fondateur d’Artmarket.com et de son département Artprice. « D’abord le Caravage et Guido Reni n’ont pas du tout la même popularité ; ensuite la pandémie de Covid-19 a entre temps forcé la dématérialisation d’une bonne partie du Marché de l’Art ; enfin le cabinet Turquin a eu plusieurs nouvelles occasions de démontrer que sa stratégie – vendre un tableau dans son jus : avant restauration et au plus près de l’endroit où il a été retrouvé – peut être très efficace ».

Attirer la demande internationale

La Cléopatre de Guido Reni retrouvée par hasard à Toulouse, où elle sera vendue par Marc Labarbe ce 28 janvier 2021, ne restera probablement plus très longtemps dans la Ville Rose. Mais pourquoi faudrait-il la faire transiter par New York, Londres ou même Paris, alors que le tableau intéresse de toute évidence nombre de collectionneurs et de musées un peu partout dans le monde ?

Il est vrai qu’au cours des derniers mois, les Américains se sont montrés les plus friands des découvertes du Cabinet Turquin. Il semble que le Caravage de Toulouse ait rejoint la collection de Tomilson Hill, le Cimabue de Senlis la collection Alana et le Maître de Vyssi Brod de Dijon le Metropolitan Museum de New York.

La traversée de l’Atlantique et les services d’une grande Maison de Ventes induisent cependant des frais colossaux qui ne se justifient peut-être plus toujours à l’heure actuelle. Le confinement a accéléré la digitalisation de toute une partie des enchères et a reposé la question de maintenir toutes les grandes structures de ventes au centre des capitales du Marché de l’Art.

Ce qui est beau l’est-il partout de la même manière ?

Le prestige d’une grande maison et d’une grande ville contribuent sans doute à attirer la demande internationale. Mais cette mise en scène est-elle absolument nécessaire ? Cette question est un peu celle de l’efficience du Marché de l’Art : le prix d’une œuvre dépend-il des circonstances de la vente ? Il semble en tout cas qu’il ne peut pas en être complètement indépendant.

La Cléopatre de Guido Reni, bien que glissée dans une vente de « Tableaux anciens et modernes » de province, a fait l’objet de recherches très spécifiques, détaillées dans un catalogue à part entière. Mais marc Labarbe et Eric Turquin estiment visiblement que, une fois l’expertise dûment menée à son terme et la publicité de la vente assurée aux quatre coins du monde, l’oeuvre n’a plus tellement besoin des prestigieuses maisons anglo-saxonnes.

Top 5 des ventes aux enchères en dehors des capitales du Marché de l’Art*

©Artprice.com

1. Cimabue (XIII), Le Christ moqué – 26,8 m $

27/10/2019 – Hotel des Ventes de Senlis

2. Francesco Guardi (1712-1793), Vue de la Giudecca et du Zattere à Venise – 14,9 m$
01/12/1989 – Sotheby’s, Monte Carlo

3. Raden Saleh (1814-1880), La Chasse au taureau sauvage (1855) – 11,1 m$

27/01/2018 – Jack-Philippe Ruellan, Vannes

4. Marc Chagall (1887-1985), Le village en fête (1978) – 10,8 m$
21/06/2002 – Kornfeld Galerie & Cie, Berne

5. Frans Francken II (1581-1642), Der Mensch […] (1635) – 9,5 m$

21/04/2010 – Dorotheum, Vienne

* New York, Londres, Paris et Chine

Image : [ https://imgpublic.artprice.com/img/wp/sites/11/2021/01/Guido-Reni.png ]

Copyright 1987-2021 thierry Ehrmann www.artprice.comwww.artmarket.com

Le département d’économétrie d’Artprice répond à toutes vos questions relatives aux statistiques et analyses personnalisées : econometrics@artprice.com

En savoir plus sur nos services avec l’artiste en démonstration gratuite :
https://fr.artprice.com/demo

Nos services :
https://fr.artprice.com/subscription

A propos d’Artmarket.com :

%d blogueurs aiment cette page :