Accueil > 2012, 999, Apocalypse Culture, Artprice, Borderline Biennale, Cyberpunk, Demeure du Chaos / Abode of Chaos, Japan Apocalypse, Revue de presse > Japan Apocalypse – Week End 1 : Ve/Fri 19 août/august 2011 –> Dim/Sun 21 août/august 2011 PREMIERE CONFERENCE : Dimanche 21 août 2011 à 16h00, nous recevrons donc Michel FERNEX pour sa conférence intitulée « Nos enfants victimes du nucléaire »

Japan Apocalypse – Week End 1 : Ve/Fri 19 août/august 2011 –> Dim/Sun 21 août/august 2011 PREMIERE CONFERENCE : Dimanche 21 août 2011 à 16h00, nous recevrons donc Michel FERNEX pour sa conférence intitulée « Nos enfants victimes du nucléaire »

2011/08/05

Salut les p’tites louves et loups,
(Cette lettre est adressée aux 130 545 signataires de la pétition dont vous faites partie)

Pendant la Borderline Biennale 2011 « Survive the Apocalypse », les dimanches après-midi des conférences gratuites et ouvertes à tous auront lieu dans le Bunker de la Demeure du Chaos,(Premiers arrivés, premiers servis…)

Première salve :

Japan Apocalypse – Week End 1 : Ve/Fri 19 août/august 2011 –> Dim/Sun 21 août/august 2011

PREMIERE CONFERENCE : Dimanche 21 août 2011 à 16h00, nous recevrons donc le scientifique de renom
Michel FERNEX pour sa conférence intitulée « Nos enfants victimes du nucléaire »
Accidents dans des centrales atomiques commerciales

L’explosion du réacteurs atomiques numéro 3 de Fukushima a ressuscité Tchernobyl que le l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) voulait faire oublier. Cette agence de l’ONU coordonne la propagande du lobby de l’atome. Pour cela, depuis 25 ans, elle minimise l’importance de Tchernobyl et tente de faire oublier les centaines de milliers de victimes de cette catastrophe.

Le 10 mars 2011, un premier réacteur a été victime du tremblement de terre à Fukushima. L’hydrogène libéré faute de refroidissement des barres de combustible, a explosé et permis la libération de gaz radioactifs, déclenchant l’alarme atomique jusqu’à Tokyo. C’était avant l’arrivée de ce qui restait de la vague du Tsunami qui, 80km plus au nord, avait entrainé la mort de milliers de personnes.

Le Japon a appris à protéger les bâtiments contre les forts tremblements de terre, pourtant l’industrie nucléaire commerciale semble n’en avoir pas tenu compte. Pour excuser cette industrie, il a fallu faire croire que ce désastre était dû à une vague monstrueuse.

En réalité en arrivant à Fukushima plus d’une heure après le tsunami meurtrier 80km plus au nord, la vague affaiblie ne mesurait que 7 mètres de hauteur, comme le montrent les photos aériennes de la centrale prises à ce moment: alors que la centrale émettait des fumées, les maisons et les arbres alentours étaient encore sur pied. Faire croire que face à la centrale atomique la vague atteignait 14 mètres de haut, ne correspond pas à la réalité. Pourtant, la vague venant du Nord a probablement contribué à empêché le fonctionnement des générateurs; il est possible que le mur de protection insuffisant ait retenu l’eau au niveau des installations électriques.

En peu d’heures, les barres de combustible dans le coeur de trois centrales avait fondu, ce que la firme a concédé à la presse 3 mois plus tard. La dissémination de la radioactivité dans l’air et dans l’eau a bientôt empoisonné l’environnement, d’abord sur sur l’océan et des centaines de km de côtes puis, dès que les vents ont tourné, contaminé de vastes espaces habités ou cultivés du nord du Japon.

Les négationistes à l’unisson minimisent la vaste pollution radioactives terres et de eaux qui règne aujourd’hui. Les mesures de protection radiologiques ont été inadéquates, pas de distribution à temps d’iode stable, pas d’évacuation à temps des enfants qui sont les plus vulnérables avec les femmes enceintes. Pas d’alimentation propre disponible pour tous.

Fukushima a ouvert à nouveau la plaie persistante de Tchernobyl, en renouvelant les contre-vérités propagées d’abord en URSS puis par le monde entier et souvent répété par les trois républiques qui naissaient: la Fédération de Russie, l’Ukraine et le Belarus.

Il est dangereux pour un chercheur de révéler les liens de cause à effet qui existent entre une pathologie et l’activité d’une industrie. Pour mettre fin à la vente de l’amiante responsable de cancers en particulier ceux de la plèvre, il a fallu attendre près d’un siècle. Les liens entre un médicament, la thalidomide, et l’épidémie d’enfants nés sans bras ou sans jambes étaient connu de tous dans les années 60, mais la démonstration scientifique du rôle du médicament reste contestée. L’épidémie a pris fin, dès que ce tranquillisant a été retiré du marché.

Pour le nucléaire commercial, il s’agit d’un frère siamois du nucléaire de la bombe, le secret défense contribue à ce que les publications soient encore plus suicidaires pour les chercheurs que dans d’autres domaines. Au déni des découvertes scientifiques dans ces domaines, s’ajoute l’attaque personnelle de ceux qui ont osé exprimer la vérité. On fera d’eux des cas sociaux, des intégristes. Ce sera la fin d’une carrière scientifique pour ceux qui seraient parvenus à publier leurs résultats.

Comment aider les enfants? Après la prise d’une pastille d’iode? Il doivent quitter la zone contaminée et ne recevoir que des aliments radiologiquement propres. La radioactivité reposant sur les radionucléides artificiels incorporés est jusqu’à cent fois plus néfastes que les rayonnements à dose égale venant de l’extérieur. En effet, les radionucléides artificiels comme le Cs-137 se concentrent dans certains organes, comme les glandes endocrines, le système immunitaire, le coeur, le Sr-90 se concentre proche des cellules produisant les globules du sang.

Dans les zones contaminées, pour reconnaître les enfants à risque, il faut mesurer avec un appareil capable de déterminer la charge radioactive de radiocésium incorporé. Pour cette mesure, l’enfant reste assis 3 minutes dans ce fauteuil, l’anthropogammamètre.

Si l’enfant séjourne un temps suffisant dans un milieu radiologiquement propre, les principaux radionucléides seront éliminés de son organisme, les risques de pathologies durables baissent et peuvent disparaître.

Ce que l’évacuation des personnes irradiées n’efface pas, ce sont les atteintes génétiques et épigénétiques. La majorité des enfant irradié présente des cellules anormalement sensibles aux rayonnements ionisants même faibles. L’atteinte épigénétique concerne toutes les cellules. Ces cellule irradiée risqueront un jour de provoquer des anomalies dans le partage des chromosomes pendant leur division. Ces mutations peuvent être néfastes à ceux qui les portent (cancers, maladies du système immunitaire, cardio-vasculaire et endocriniennes). Plus grave encore, ces atteintes épigénétiques peuvent être transmises de génération en génération… chez l’animal l’instabilité génétique a tendance à augmenter, jusqu’à la 20e génération. Depuis Tchernobyl on retrouve la fragilité génétique aussi chez les humains, déjà sur trois générations.

L’héritage d’un accident nucléaire est si lourd, que Madame Merkel, physicienne de formation, et son gouvernement considèrent que le risque est inadmissible et qu’il faut mettre fin à l’industrie nucléaire commerciale dans ce pays.


Retrouvez la bio de Michel FERNEX, et tous les détails de la conférence sur le blog >>>

@bientôt

thierry:.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :