Accueil > 2012, Revue de presse > LA FONTE DES GLACES POURRAIT MENACER UN QUART DE LA POPULATION MONDIALE

LA FONTE DES GLACES POURRAIT MENACER UN QUART DE LA POPULATION MONDIALE

2009/09/04

Fonte des glaces

Le Monde

Extrait d’un article du journal Le Monde, publié en date du 03.03.09 :

Les données scientifiques que le WWF a collectées indiquent qu’une hausse des océans de plus d’un mètre est à craindre. Quelles en seraient les conséquences ?

Sous une hypothèse de hausse des températures de quatre degrés d’ici à la fin du siècle, les océans pourraient monter de plus d’un mètre et menacer jusqu’à un quart de la population mondiale. Une hausse des températures de quatre degrés est le pire des scénarios envisagé par le Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (GIEC) en 2007. Tout montre que c’est ce scénario qui se profile si rien n’est fait. L’augmentation du niveau de la mer ne sera pas la même partout à la surface du globe mais variera d’un continent à l’autre, d’une ville côtière à l’autre. Seront particulièrement menacées les populations des grandes mégalopoles des zones côtières, sur le sous-continent indien – le Bangladesh étant l’exemple le plus connu –, en Asie du Sud-Est, en Chine, en Indonésie, mais aussi en Amérique latine, où une grande partie de la population vit sur les côtes, en Amérique centrale. Or ces grandes mégalopoles ne sont pas forcément préparées comme en Europe, où, par exemple aux Pays-Bas, on a les moyens et la technologie nécessaires pour construire des digues afin de protéger la population. De plus, dans les grandes mégalopoles des pays pauvres, beaucoup de gens vivent dans les bidonvilles. Ces populations seront les plus vulnérables aux inondations.

Un autre phénomène à prendre en compte est qu’il y a des terres qui ont tendance à s’enfoncer, ce qui accentue les risques d’innondations dans les zones côtières. C’est notamment le cas dans les îles du Pacifique comme Tuvalu ou Vanuatu, où les populations locales vont devoir quitter leur pays d’origine pour s’installer ailleurs. L’eau salée commence déjà à s’infiltrer à l’intérieur des terres, les rendant de plus en plus difficiles
à cultiver.

Pour en savoir plus :

. Lien vers l’article complet sur Le Monde.fr

Catégories :2012, Revue de presse Étiquettes : , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :