Accueil > 999, Revue de presse > LA COURSE AUX ETOILES MARQUE LE PAS…

LA COURSE AUX ETOILES MARQUE LE PAS…

2009/08/28

La course aux étoiles marque le pas

The New York Times

Les fans de science-fiction et de space-opéras intersidéraux peuvent bien verser un larme. On oublie les jolies chorégraphies orbitales de 2001 : L’Odyssée de l’espace sur fond de Johann Strauss. Les années 2000 ne se passeront pas dans l’espace mais dans la rue, avec leur lot de pandémies, de réseaux digitaux au ras du bitume et de manipulations génétiques.

Qui a dit « cyberpunk » ?

24 août 2009. Le New York Times jette un froid sur le 40e anniversaire des premiers pas de l’homme sur la Lune. Régression technologique, manque de volonté politique et fonte des budgets fédéraux, le nouveau plan spatial annoncé par George W. Bush en 2004 est durement remis en cause par un article de Kenneth Chang publié dans le grand quotidien du nord-est des USA.

Déjà pénalisée par l’absence initiale de vision de l’administration Bush et les affres de la crise économique initiée par le scandale des prêts hypothécaires à taux variables, la relance de la course à l’espace et l’établissement d’une base permanente sur le satellite de la Terre n’intéresse simplement pas un peuple américain qui compte officiellement 37 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. Ainsi, le site officiel du comité d’étude américain des vols humains dans l’espace n’a recueilli que 1500 commentaires, un maigre résultat pour un programme qui se chiffre en dizaines de milliards de dollars.

Pire encore…  Avec la mise à la retraite des navettes spatiales actuelles, prévue pour le mois de septembre 2010, les futurs projets de la NASA seront dépendants du bon-vouloir des lanceurs russes pendant une période de cinq ans, jusqu’à la mise en service d’une nouvelle génération de fusée annoncée pour 2015. De quoi enterrer un programme coûteux et embarrassant pour une administration engluée dans une crise systémique de dimension abyssale, dont il se dit qu’elle ne connaîtra pas de sitôt la reprise, contrairement au refrain d’une chanson populaire. Rahm Emanuel et les hommes du président ont d’autres foxtrots à danser.

Oraison funèbre ? Le ralentissement de la course à l’espace sonne certainement le glas de nos rêves d’enfance et une défaite pour les partisans du progrès et de l’innovation. A défaut d’envisager un retour des Petit-Gris chers à notre compatriote Jimmy Guieu, il y a fort à parier que notre avenir proche soit encore lié à la planète Terre, son cortège de dérèglements climatiques, ses élites décadentes et corrompues, la pauvreté endémique de l’immense majorité de ses populations et une insécurité alimentaire en laquelle certains esprits chagrins (au rang desquels se compte Art Press Agency) croient percevoir un prochain facteur d’embrasement.

« – Vous chantiez ? J’en suis fort aise.
Eh bien! Dansez maintenant. » – Jean de la Fontaine

Pour en savoir plus :

. Lien direct vers l’article de Kenneth Chang sur le site du New York Times

La course aux étoiles marque le pas...

%d blogueurs aiment cette page :