Accueil > Grippe A (H1N1), Revue de presse > CHINE : MEDECINE TRADITIONNELLE CONTRE GRIPPE A

CHINE : MEDECINE TRADITIONNELLE CONTRE GRIPPE A

2009/08/28

Chine : Médecine traditionnelle contre grippe A

Face au tsunami grippal qui s’apprête à déferler dès les premières baisses de température de l’automne, les grandes puissances de l’hémisphère nord sont désespérément en recherche de nouvelles stratégies sanitaires. Forte de 1 360 445 010 habitants, la Chine opte pour une voie médiane entre traditions et hyper modernité.

Extrait de l’article Traditional medicine used to battle new flu, paru dans China Daily en date du 02 juin 2009

Utilisation de la médecine traditionnelle chinoise contre la grippe A

Selon le directeur du département de coopération internationale du Ministère de la Santé, la médecine traditionnelle chinoise serait très utilisée pour traiter les patients atteints de la grippe A en Chine, qui compte 39 personnes infectées. « La Chine est jusqu’à présent le seul pays au monde à introduire la médecine traditionnelle, pratiquée depuis des milliers d’années dans le pays pour traiter les maladies » a-t-il déclaré.

D’après Jiang Liangduo de l’hôpital de Dongzhimen à Pékin, affilié à l’université pékinoise de médecine chinoise, « la médecine traditionnelle chinoise a montré une certaine efficacité sur tous les patients en cours de traitement et 9 d’entre eux sont déjà guéris et ont pu quitter l’hôpital ». Jiang fait partie d’un groupe de travail initié par le Ministère de la Santé comprenant des dizaines d’experts et chargé de contenir la grippe par une approche orientée vers la médecine traditionnelle chinoise. Les traitements en terme de dosage et de choix des herbes sont adaptés à chaque patient en fonction de ses sexe, âge et symptômes.

Ce ne serait pas la première fois qu’une approche combinée médecine traditionnelle chinoise – médecine occidentale serait utilisée pour combattre une épidémie selon Wang Xiaopin, directeur de la coopération internationale à l’administration d’Etat pour la médecine traditionnelle chinoise (State Administration for Traditionnal Chinese Medicine). Ce type d’approche a en effet déjà été employé lors de l’épidémie de SRAS en 2003. « Parmi les plus de 5000 patients atteints du SRAS, 60% d’entre eux ont reçu un tel traitement, avec des résultats positifs » a-t-elle déclaré.

Toutefois, malgré la reconnaissance de l’OMS, la connaissance et la compréhension de la médecine traditionnelle chinoise au niveau international reste limitée. Selon le ministre de la Santé, Chen Zhu, l’anis étoilé, depuis longtemps utilisé en Chine en médecine ainsi qu’en cuisine, contient l’un des composants principaux utilisé pour synthétiser le Tamiflu.

Source : China Daily, 02/06/09
Traduction : Bulletin électronique sur la recherche scientifique et technologique en Chine (Service Scientifique de l’Ambassade de France à Pekin et ADIT)

Pour en savoir plus :

%d blogueurs aiment cette page :